Note de lecture : Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

Johann Michel, Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

L’ouvrage de Johann Michel, à cheval entre la philosophie et la sociologie, est noué autour d’un projet intellectuel fort : développer une « sociologie herméneutique » de l’action humaine empruntant à Paul Ricoeur certains concepts philosophiques. Retravaillés en un sens sociologique, les concepts de soi et d’identité narrative, développés par le philosophe dans Temps et récit, permettent à Johann Michel de poser les jalons d’une sociologie herméneutique attentive aux reconstructions des individus.

Structuré de façon binaire entre un essai théorique, occupant la première partie de l’ouvrage, et une « mise à l’épreuve » (p.16) empirique occupant les seconde et troisième parties, faisant travailler les concepts définis à partir d’une enquête sur les récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France, la Sociologie du soi proposée par l’auteur permet de penser à nouveaux frais les notions de mémoire, de récit de soi et d’identité.

Johann Michel met en garde philosophes et sociologues au commencement de l’ouvrage : s’il s’agit de parler du « soi », c’est bien en un sens socialisé du terme, l’auteur souhaitant se « démarquer des théories qui font de l’individu le porteur ultime du sens et de la rationalité » (p. 16).

La force de la proposition théorique de Johann Michel réside dans la capacité à penser tout à la fois les cadres sociaux et psychologiques de l’existence individuelle subjective sans tomber dans les deux excès inverses que sont le “tout” déterminisme ou le “tout” subjectivisme. C’est bien une science herméneutique que propose Johann Michel qui pense le sujet à la fois « comme subjectivation et comme être socialisé » (p. 41).

L’auteur se donne les moyens d’analyser les productions narratives d’individus traversant des évènements biographiques : l’exemple qu’il mettra à l’épreuve dans la partie empirique de son ouvrage est celui de la guerre d’Algérie et ses retraductions dans l’histoire personnelle, familiale… Les évènements biographiques peuvent donner lieu à un travail biographique des individus, celui-ci prenant la forme de récits de soi. Johann Michel accorde une attention particulière aux mises en récit de soi qu’il définit comme les « dispositifs de retour réfléchi sur soi à la faveur de configurations narratives de son existence passée » (p. 43), ce que la tradition sociologique peut appeler des récits de vie. Le changement de formule permet de signifier ce sur quoi se porte l’attention du philosophe : à savoir le sens pour l’individu que prennent ces récits. Echappant aux prises de « l’illusion biographique » dénoncée par Pierre Bourdieu[1], Johann Michel est attentif aux reconstructions, aux déformations de ces récits.

Reprenant à Michel Foucault, la notion de « technologie de soi », l’auteur propose de considérer les mises en récit de soi comme des outils à la disposition des individus, inégalement répartis comme il le précise à la page 50, « pour “négocier” des ruptures biographiques » et « pour résister aux processus d’assujettissement et de domination » (p.42).

Johann Michel propose ensuite de mettre à l’épreuve ces notions à partir de l’analyse des récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France et de descendants de harkis. Il forge la notion d’évènement biographique non vécu pour analyser la manière dont certains évènements traumatiques, comme la guerre d’Algérie peuvent affecter durablement l’expérience des individus, même s’ils ne les ont pas vécus eux-mêmes. A partir de l’analyse de « récits de récits » d’évènements traumatiques liés à la guerre d’Algérie, à la migration et à l’acculturation en France de familles algériennes, l’auteur montre l’impact des évènements racontés aux enfants, petits-enfants… Ces évènements traumatiques « délégués » ont une influence sur l’intrigue existentielle des enquêtés. Johann Michel analyse alors les moyens mis en œuvre par les membres de la « deuxième génération » pour intégrer, faire leurs, ces récits.


[1] Bourdieu, Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, 1986, p.69-72

Les grands sociologues, un nouveau manuel à destination des étudiants

L’ouvrage sous la direction d’Alain Bruno, publié aux Editions Ellipses, ne surprendra pas le lecteur, l’étudiant ou l’enseignant habitué aux ouvrages de synthèse sur la discipline. Intitulé Les grands sociologues, il se propose de présenter de façon synthétique les auteurs fondateurs de la discipline. L’économie de l’ouvrage en fait donc un manuel à destination des étudiants, et comme tel il répond bien à ses objectifs.

L’ouvrage est organisé sans surprise de façon thématique et en partie chronologique. SLa première partie présente deux fondateurs de la discipline : Marx et Tocqueville. La seconde s’articule autour des sociologues privilégiant le collectif (Durkheim, Halbwachs, Lefebvre, Friedmann, Touraine), la troisième autour des sociologues qui privilégient l’individu (Weber, Boudon), la dernière autour des « sociologues qui privilégient le relationniste » (Tarde, Simmel, Elias, Lapassage et Bourdieu). S’il y a bien cependant une surprise, c’est la présence parmi ces « grands sociologues » de Georges Lapassade, peu familier des introductions à la sociologie, destinées à un public novice en sociologie.

On peut regretter la partition du sommaire selon une logique « Holisme – Individualisme » qui si elle reste classique, ne manque pas par son caractère simplifié et schématique, d’être reproduite, amplifée et systématisée par les étudiants. Cependant cette organisation reste ici avant tout un moyen d’organiser le sommaire et les auteurs rappellent dans l’Avant-propos, qu’«il faut préciser que ces trois approches sont des représentations simplifiées des théories réellement développées par les auteurs présentés dans ce recueil », encore faudrait-il que les étudiants le lisent…

Ce qui fait le mérite de l’ouvrage c’est son caractère ample : gros de 576 pages, chacune des notices d’auteur peut se déployer sur plus de 30 pages de grand format. Chaque auteur est d’abord présenté par une biographie, à laquelle s’ajoute une analyse de son œuvre et des concepts qu’il a développés, ainsi qu’une bibliographie et un glossaire restreint. Un tableau chronologique final et un index complètent le dispositif pédagogique.

Reste à s’entendre sur la définition de ce que sont “les grands sociologues” :  les auteurs s’entendent dans l’Avant-propos sur une définition minimale, sont ainsi définis comme “grands sociologues” des auteurs “qui ont marqué par leurs thèses la constitution de la sociologie. Leurs analyses théoriques ont participé à la construction de la sociologie telle qu’elle se présente aujourd’hui. […] Les auteurs présentés dans cet ouvrage,  sans doute plus que d’autres mais avec d’autres, ont fait de la sociologie une véritable science humaine”.  On pourra regretter que soient ainsi laissés de côté Howard Becker, Erving Goffman…

Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives, un manuel dirigé par Pierre Bréchon

Pierre Bréchon (dir.), Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives, PUG, 2011

Dirigé par Pierre Bréchon, le manuel au titre sibyllin Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives est un petit concentré de méthodes à glisser en toute confiance entre les mains des étudiants en licence et master de sociologie et en sciences politiques.

Six auteurs (Stéphanie Abrial, Jean-Paul Bozonnet, Pierre Bréchon, Frédéric Gonthier, Sévérine Louvel, Vincent Tournier) se relaient pour décrire, expliquer et mettre à la portée de tous la méthodologie de l’enquête, qu’elle soit qualitative ou quantitative. Présenté en deux parties, l’ouvrage analyse tour à tour la méthodologie de l’enquête qualitative, puis quantitative.

Les auteurs font la part belle aux exemples. Dans le texte, des encadrés permettent des focus sur des notions. Comment faire une bonne enquête ? C’est-à-dire comment produire des résultats valides scientifiquement ? Résolument pragmatique, l’ouvrage est rédigé par des enseignants des méthodes des sciences sociales à l’IEP de Grenoble et s’appuie donc sur des expériences d’enseignement ayant fait leurs preuves. Les chapitres se terminent tous par une mise en situation concrète des étudiants : des exercices sont proposés et corrigés sur le site compagnon de l’ouvrage.

Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet

Depuis presque deux ans, nous menons une recherche sur les usagers des sites de dons d’objets que sont donnons.org, recupe.net et le réseau freecycle[1]. Nous nous demandons qui sont les utilisateurs de ces sites et analysons les finalités et modalités variées par lesquels ils les utilisent[2].

Photo sous licence Creative Commons zigazou76

La récupération d’objets usagés est une pratique partagée par des individus aux origines sociales diverses dont les discours, les engagements et les pratiques diffèrent grandement. La recherche empirique que nous avons menée conduit à souligner la portée ambivalente de cette pratique : elle est pour certains un moyen de s’insérer dans la société de consommation, quand elle est investie par d’autres d’une portée contestatrice. Notre objet permet de reposer la question de la mobilisation des consommateurs et par là s’inscrit à la croisée de la sociologie de la consommation et de la sociologie des mouvements sociaux. La « récup’ » est une forme de « consommation engagée »[3], critique, dont la particularité est de s’exprimer à travers des formes non marchandes de consommation. Pensés comme offrant une voie alternative à la consommation marchande, les sites de dons permettent aux acteurs de pointer les limites du modèle de consommation traditionnel et de valoriser les à-côtés possibles du système. Par leurs actions individuelles de récupération, les individus invitent à repenser les modes de consommation, que ce soit pour prolonger la société de consommation, la contester de l’intérieur ou s’en extraire.

 Si l’on peut penser a priori que les récupérateurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui les dons permettent de faire des économies pour pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), notre enquête, menée par observation participante sur la région Rhône-Alpes[4], entretiens et questionnaire, permet de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites. Nous avons isolé deux logiques dominantes d’utilisations des sites de dons. Nous opposons les personnes qui utilisent les sites de dons comme un moyen de consommer plus, que nous appelons « consommateurs », aux « recycleurs ».

 Qu’ils soient « maximisateurs » ou « modérés », les consommateurs utilisent les sites de dons pour « faire des affaires », obtenir des objets gratuitement et ne valorisent qu’à la marge l’alternative au modèle consumériste que cette pratique pourrait représenter. Les « maximisateurs » se différencient des autres utilisateurs des sites de dons par le temps qu’ils y consacrent et le nombre de dons récupérés. L’excitation et le plaisir de « tenter sa chance » pour de nombreux dons[6] se manifeste par des demandes nombreuses et répétées : même si (ou peut-être parce qu’ils) en ont les moyens, l’acte de récupérer possède une saveur particulière à leur yeux, celle de la braconne (De Certeau, 1990) et du détournement. Souvent experts des sites de récupération, ils savent prédire ce qui est très demandé, ce qui part vite et ce qui ne l’est pas. Ils chinent sur les sites de dons et développent à cet égard des techniques pour récupérer le maximum de dons ou les dons les plus intéressants.

 A l’inverse, les « recycleurs » cherchent par ces sites à lutter contre le gaspillage. Ils se partagent entre les « récupérateurs » et les « militants », qui sont inégalement contestataires et/ou investis dans la cause écologiste. Les « récupérateurs » sont particulièrement sensibles au fait de redonner une seconde vie aux objets jetés, ils n’acceptent pas le gaspillage que produit la société de consommation. Les pratiques contestatrices de ces personnes restent cependant des « pratiques contestatrices en amateur», dans la mesure où même si la « résistance au système du tout marchand » selon les mots d’une enquêtée se vit au quotidien, elle s’accommode de contradictions, et ne débouche pas sur du militantisme.

A l’inverse, ceux que nous appelons les « militants » se distinguent des récupérateurs par leurs engagements associatifs, qui priment dans leur identité sociale. Ils se définissent volontiers comme des consommateurs alternatifs, qui promeuvent par la consommation une « autre idée de la société ». Les sites de dons sont pour eux un support de diffusion de leurs idéaux et autres engagements collectifs ; la dimension de critique sociale est valorisée et stimulante. Il s’agit pour les « recycleurs » d’opérer une rupture avec l’idée même de consommation en remettant en cause l’idée de paiement.


[1] Espaces de mise en relation entre des personnes qui souhaitent se débarrasser d’objets avec ceux qui les demandent, ces sites connaissent une fréquentation croissante.

[2] Un article devrait bientôt paraître dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan. Nous nous centrons ici uniquement sur les receveurs et non pas sur les donneurs.

[3] Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, collection “Contester”, 2009

[4] Nous avons réalisé plus de deux cent dons et en avons récupéré une cinquantaine.

[5] Le questionnaire diffusé sur Internet et construit sur Limesurvey est actuellement encore en cours de diffusion, nous avons à ce jour 1039 réponses complètes pour 1268 répondants.

[6] Le consommateur se rapproche de l’Homo ludens défini par Huizinga J, 1988.

Une nouvelle édition de Sociologie des professions

Pierre Tripier, Claude Dubar, Valérie Boussard, Sociologie des professions, Armand Colin, 3ème édition, 2011

Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard nous proposent ici la troisième édition de cette Sociologie des professions, désormais devenue un classique des bibliothèques universitaires. On remarquera qu’une troisième auteure vient seconder les deux auteurs des première et seconde édition de ce manuel. La première édition parue en 1998 prenait acte de l’absence jusqu’alors de manuel intitulé Sociologie des professions en France, à la différence notable de la Grande-Bretagne et des Etats -Unis.

Le terme profession est en effet en France soumis à des acceptations fort hétérogènes et aucun terme ne correspond vraiment au terme anglais profession tel qu’il est défini dès 1915 par Flexner et Cogan en 1953. C’est sur la base de ce constat des acceptions diversifiées du terme en langue française que s’ouvre ce manuel. Les auteurs cernent quatre définitions du terme profession. En un premier sens, la profession est entendue comme « une déclaration qui s’énonce publiquement et qui comme la vocation, est liée à des croyances idéologique-religieuses » (p. 11) : c’est la profession au sens de « profession de soi ». En un second sens, la profession est le « travail que l’on fait, l’emploi que l’on occupe, dès lors qu’il permet d’en vivre grâce à un revenu » (P. 11), le troisième sens se définit comme « l’ensemble des personnes qui exercent un même métier » et en une quatrième acceptation, la profession est « une fonction, une compétence reconnue au sein d’une organisation » (p.12). Ces quatre définitions permettent de pointer l’extension du terme et l’ambigüité de ses usages.

L’enjeu de ce manuel est de proposer un ensemble de travaux sociologiques et historiques, empiriques qui conceptualisent les professions. Ainsi posée la sociologie des professions proposées par Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard a pour objet « l’organisation sociale des acticités de travail, la signification subjective de celles-ci et les modes de structuration des marchés du travail » (p.15) et ne recoupe ni toute la sociologie du travail, ni toute la sociologie des organisations.

Ce qui fait la force de ce manuel, c’est qu’il est fortement arrimé à des études de cas. La revue de la littérature qu’il propose, comme se doit tout bon manuel, n’oublie pas les renouveaux récents qui affectent les groupes professionnels. Les études mobilisées sont diverses et couvrent un grand nombre de professions, que l’on retrouve dans un index final. Travaux fondateurs de la discipline et travaux récents trouvent donc à s’articuler de façon harmonieuse.

Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Emile Zola, cobaye du docteur Toulouse

En 1896 paraît la première enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropathie du Docteur Toulouse. Émile Zola est son premier sujet d’enquête. Il sera d’ailleurs avec Poincaré l’un des seuls.

Offrant son corps et son cerveau à l’enquête médico-psychologique de ce jeune psychiatre, Zola accepte de se faire photographier, mesurer, peser, examiner comme un sujet de laboratoire. Il subit un grand nombre de tests tant physiques que psychiques : prise d’empreintes digitales, mesures anthropométriques et crâniennes, ouïe, odorat, urine, tout y passe.

L’ensemble des examens auquel Zola se soumet rencontre sa foi dans la science comme l’a rappelé Jacqueline Carroy[1], mais aussi son admiration pour le travail de Claude Bernard[2]. Les mesures médicales confèrent à l’enquête un tour scientifique sans pareil, elle prend en outre les allures d’une expérimentation, autant de points qui ne sont certainement pas sans peser dans l’implication de Zola. La proximité des projets explique selon nous l’enthousiasme de Zola pour cette enquête : l’enquête du docteur Toulouse rencontre le projet de Zola d’enquêter sur le monde social, qu’il a exprimé sous forme littéraire dans Les Rougon Macquart. Elle la légitime a posteriori.

Il faut également mettre l’acceptation au compte de la reconnaissance de Zola qu’elle accrédite.  Elle permet de contrer les analyses de Nordau et de Lombroso, qui avaient émis des réserves sur les artistes pensant que tous devaient être considérés comme des “épileptiques malades et dégénérés” comme le rappelle Michael Hagner dans son ouvrage Des cerveaux de génie: Une histoire de la recherche sur les cerveaux d’élite. S’il souffre bien d’un certain nombre de troubles nerveux, Zola n’est pas sujet à la dégénérescence mentale.

L’enquête du docteur Toulouse crédibilise Émile Zola. La lettre d’exhorte du « sujet » en préface de l’ouvrage en est le témoin « Savez-vous que votre étude combat victorieusement l’imbécile légende ? Vous ne pouvez ignorer que depuis trente ans, on fait de moi un malotru, un bœuf de labour, de cuir épais, de sens grossiers, accomplissant sa tâche lourdement, dans l’unique besoin du lucre… Et si je ris aujourd’hui, c’est qu’il me semble que vous l’enterrez, ce bœuf-là, et qu’il n’en sera plus question, pour les gens de bonne foi » écrit Zola. C’est ici son rapport au jeu littéraire qui se joue et sa reconnaissance par les pairs. Si le 6 avril 1891, Zola accède à la présidence de la société des Gens de Lettres, l’Académie française lui résiste malgré l’obstination qu’il met à la conquérir : entre 1890 et 1898, il candidate à 25 reprises.  Zola trouve là un moyen scientifique de gagner en légitimité, en accord donc avec le privilège qu’il accorde à la science. La méthode expérimentale qu’il veut transposer à la littérature trouve ici une illustration, Zola devenant sa propre étude de cas avec la complicité du docteur Toulouse.  Pour Michael Hagner si “Toulouse est certes responsable du livre en tant qu’auteur, […] il s’agit au fond d’une oeuvre commune à laquelle ont collaboré les autorités parisiennes réunies et avant tout,  Zola lui-même” ((op cit., p. 192)), à travers une  “coproduction de la présentation de soi et du diagnostic”.

Analysant la correspondance entre les deux hommes, Jacqueline Carroy montre que le docteur Toulouse écrit à Zola en l’appelant “Mon cher Maître”, quand Zola s’adresse au docteur par “Mon cher docteur”. Elle met en évidence la relation ténue qui s’est nouée entre les deux homme et pense que Zola y trouve un  moyen de s’objectiver. Il verrait dans l’utilisation de l’appellation “Mon cher docteur” un questionnement médical de Zola : dans sa première lettre  au docteur, Zola mentionne ses troubles névropathiques.  Plus largement nous pensons que ces termes d’adresse manifestent une co-construction de légitimité scientifique entre les deux hommes. L’enquête du Docteur Toulouse est rendue possible par la soumission de  Zola aux diagnostics :  Zola étant son premier “sujet d’étude”, c’est son acceptation qui le rend docteur. Appelant Zola son “cher maître”, Toulouse reconnait la supériorité intellectuelle de Zola, puisque c’est aussi ce qui conditionne l’enquête. Ces termes d’adresse, les lettres échangées et la bonne volonté de Zola sont donc des actes performatifs.


 


[1] Jacqueline Carroy. « “Mon cerveau est comme dans un crâne de verre” : Émile Zola sujet d’Édouard Toulouse », Revue d’histoire du XIXe siècle, 20/21, 2000.

[2] L’ouvrage Le Roman expérimental de Zola est l’incarnation de cette admiration positiviste, puisqu’il s’agit pour Zola d’appliquer à la littérature, les méthodes de la science.