Les épreuves de l’enquête

22 octobre 2010
Par
La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, un ouvrage sous la direction de Jean-Paul Payet, Corinne Rostaing, Frédérique Giuliani (Presses Universitaires de Rennes, Coll “Didact Sociologie”, 2010)

En 2008 est paru aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage La voix des acteurs faibles dont nous avions proposé un compte-rendu dans Liens Socio. Coordonné par Jean-Paul Payet, Frédérique Giuliani et Denis Laforgue, les auteurs de ce travail collectif proposaient le sémantisme « acteur faible » pour désigner les individus disqualifiés, affaiblis auprès desquels ils enquêtaient. On lira avec intérêt la contribution conclusive de Roland Raymond, qui décrypte la problématique de l’acteur faible, et la désigne comme un « objet-piste ». L’ouvrage La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles qui vient de sortir est en quelque sorte le tome 2 de ce travail. Si le « retour » sur les conditions dans lesquelles tout chercheur construit ses analyses était déjà bien documenté en ce qui concerne l’enquête dans la bourgeoisie1, ou l’enquête dans les milieux populaires2, les textes réunis dans La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles répondent au souci de poursuivre ce travail d’exemplification des méandres de l’enquête de terrain en offrant un regard sur des configurations d’affaiblissement des individus. Opus méthodologique, cet ouvrage est entièrement tourné vers la spécification des enjeux qui caractérisent les enquêtes sociologiques avec des acteurs disqualifiés. « L’enquête auprès d’individus affaiblis relève-t-elle des mêmes questions, et des seules questions, de l’épistémologie et de la méthodologie telle qu’elle est enseignée dans les manuels ? » (p. 7) Est-ce que l’étude des acteurs faibles requiert une méthodologie spécifique ? Quels sont les dilemnes propres à l’enquête auprès d’acteurs affaiblis ?

Ouvrant la boite noire de leur travail de terrain, les auteurs réunis ici font le pari que rendre compte des conditions d’enquête auprès des « acteurs faibles » est heuristique et éthique. Heuristique d’abord, car prendre au sérieux les difficultés relatives au travail de terrain dans une prison, auprès de malades du cancer, des jeunes des banlieues, de familles en situation de précarité, de travailleuses du sexe migrantes…c’est se donner les moyens de les résoudre et d’identifier leurs conséquences sur le travail d’interprétation des données, donc de faciliter le travail de réflexivité en amont et pendant l’enquête de terrain. S’il ne s’agit pas de donner des « ficelles du métier » à part entière, un ensemble de trucs et astuces pour déjouer les pièges du travail de terrain, les contributions réunies participent de la « socialisation professionnelle du sociologue »3 : quelles sont les conditions de la rencontre sur le terrain, du recueil de la parole, quel usage peut-on faire du regard sur le terrain ?… Ethique ensuite car l’enquête auprès des personnes disqualifiées pose des questions de décence, que la contribution de Benoît Eyraud et Pierre A. Vidal-Naquet met en évidence. Les auteurs de l’ouvrage partagent une même posture épistémologique : ils postulent l’illégitimité de la rupture épistémologique avec le sens commun et s’inscrivent dans une pratique compréhensive, sans pour autant tomber dans le risque inverse.4

La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles est un ouvrage résolument ancré dans le terrain : sa richesse provient incontestablement de la variété des terrains étudiés, comme de la thématique fortement nouée autour des « épreuves de l’enquête » qui est incontestablement le fil directeur de l’ouvrage.

Corinne Rostaing revient sur sa recherche dans le monde de la prison et montre qu’on n’en « sort pas indemne » : travail de terrain éprouvant, voire dangereux, qui provoque peur, embarras. Comment établir la bonne distance avec les enquêtés incarcérés lorsqu’on est soi-même libre de ses mouvements ? Donner la liberté de la parole aux interviewés est un moyen de réduire la violence symbolique des entretiens5 et de restaurer des formes de civilité ordinaire. Comment réagir face aux mises à l’épreuve des enquêtés : lorsqu’ils testent votre capacité à enquêter dans ce milieu-là ? Comment réagir lorsqu’un détenu souhaite vous raconter avec détails la cause de son incarcération ?

Etudiant les « travailleuses du sexe », Milena Chimienti se demande comment rémunérer (symboliquement et/ou financièrement) des enquêtées qui donnent du temps à l’enquête. Faut-il ou non payer ses informateurs ? Comment créer la confiance sans avoir le sentiment d’instrumentaliser les enquêtés ? Daniel Bizeul pose la question de la proximité de l’enquêté avec l’enquêteur : comment produire du sens à partir du parcours d’un individu qui est aussi son ex-amant ? Comment la mise à distance nécessaire à l’objectivation du parcours est-elle réalisée ou rendue impossible ? Catherine Delcroix pose la question de la restitution publique de l’enquête6. Simona Tersigni s’interroge sur la place que lui ont assignée les acteurs pendant l’enquête (comment est-on présenté par les enquêtés lorsqu’on mène une action dans la durée) et met en évidence un jeu de « d’éloignement et de rapprochement culturel » (p. 85) avec les enquêtés, qui passe par l’apprentissage de « techniques du corps ».

  1. On pense en particulier au journal d’enquête des Pinçon-Charlot Voyage en grande bourgeoisie, mais également à leur article « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif », Genèses, 1991 []
  2. Gérard Mauger, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, 1991 et Stéphane Beaud et Younès Amrani, Pays de malheur, un jeune de cité écrit à un sociologue, 2004 []
  3. Nous reprenons ici le titre de la contribution de Marie-Noëlle Schurmans. []
  4. Cette posture qui souhaite redonne la parole aux acteurs, et critique la « toute puissance de la sociologie critique » (p. 12), elle comprend le risque inverse de tomber dans le misérabilisme. Geneviève Zoïa montre comment s’en extraire []
  5. En leur donnant la possibilité de refuser l’entretien, de le faire cesser… []
  6. On pense également à Olivier Schwartz qui pose cette question dans Le Monde privé des ouvriers Paris, Puf, coll. “Quadrige”, 2002, 558 pages, 1ère édition 1989 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Notes de lecture

Un commentaire pour “ Les épreuves de l’enquête ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Le Phare Sociologie, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Les épreuves de l’enquête http://bit.ly/dbJ3Uc [...]

Laisser un commentaire

Lecture du moment

Lecture du moment

RSS Lectures

  • Modifications des adresses des flux RSS de Liens socio

Carnets de recherche