Désenchantera ou ne désenchantera pas : Noël et autres choses

La sociologie a-t-elle vocation à désenchanter la réalité ?1 La dernière livraison de l’étude internationale Pisa parue tout récemment a amené les sociologues à rappeler que l’école française est encore aujourd’hui la championne des inégalités. L’analyse du rôle de l’école dans la reproduction des inégalités sociales a permis depuis Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron de brosser le portrait désenchanté d’une démocratisation de l’école ratée, à tout le moins, bien plus ségrégative qu’uniforme (si l’on reprend la distinction de Pierre Merle dans le Repères La démocratisation de l’enseignement).

Désenchantement aussi du côté de la sociologie de la culture et des enquêtes sur les Pratiques culturelles, qui tous les sept ans depuis 1973 (1973, 1981, 1988, 1997 et 2008) concluent avec pessisme au maintien des inégalités d’accès aux registres culturels les plus légitimes. Pessimisme qui avait conduit Olivier Donnat un temps à abandonner ces portraits culturels de la France, d’où l’intervalle entre l’enquête de 1997 et celle de 2008.

Ce long préambule pour en venir à ce qui motive ce billet du jour, la découverte d’un ouvrage pourtant ancien, celui de Martyne Perrot, Ethnologie de Noël. Une fête paradoxale paru aux éditions Grasset en 2000. Et s’il est question ici de désenchantement c’est bien parce que Martyne Perrot revient sur la croyance sociale bien ancrée en la « magie de Noël ». Il s’agit ici de rappeler que la fête de Noël est une invention sociale, résultat du remaniement de traditions anciennes, mêlant christianisme et paganisme. Il convient également de s’interroger : pourquoi une telle permanence ? Quelles sont les fonctions sociales que cette fête permet d’assurer ?2. L’inflation des cadeaux de Noël est aujourd’hui ce qui fonde Noël : fête des parents et des enfants, l’échange de cadeaux reste un rituel très fort, comme le rappelle Christine Legrand dans un article de La Croix d’hier.

Désenchanter Noël ? Rappelons pour finir combien Noël est un symbole fort pour les parents et l’énergie qu’ils peuvent dépenser pour préserver leurs chères têtes blondes de la « rupture de la croyance » : il y a quelques semaines une publicité du Crédit Mutuel3 a mis en émoi de nombreux parents. A une heure de grande écoute, le dimanche 31 Octobre un spot de pub délivre ce message « J’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer. […] Figure-toi que le Père Noël n’existe pas. » La réaction des parents fut immédiate et radicale, il fallait supprimer le spot.

  1. Depuis les mouvements de contestation sur les retraites, une phrase orne le tableau de la salle où je fais cours à l’Université Lumière-Lyon II : « la sociologie est une science de frustrés ». []
  2. Viennent en tête une fonction d’institution de la famille au sens où l’entend Pierre Bourdieu dans Un art moyen (1965) pour la photographie, une fonction de consommation ostentatoire à la Veblen… []
  3. Attention âmes sensibles s’abstenir, information interdite aux moins de 18 ans []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.