Pratiques culinaires hybrides, des portraits dans la cuisine

Mix : portraits de cuisine. Un ouvrage sous la direction d’Isabelle Blaze, photographies de Michel Gary (Editions Aaccess, Erès, 2010)

Voilà un livre un peu particulier, qui se compose de recettes pluriculturelles, de portraits photographiques, d’informations diététiques et nutritionnelles, d’images de repas partagés. Il présente différentes façons de cuisiner, chez soi, dans le cadre d’atelier de cuisine, entre amis, en famille… et divers temps de rencontres. Mix. Portraits de cuisines fait partie de ces « beaux livres » qu’on aime à garder dans sa bibliothèque : imprimé sur du papier glacé, en couleur, mêlant photos, titres en couleur, gros plans, il est en effet rare d’avoir affaire à de tels objets en sciences humaines et sociales. Et pour cause, ce livre n’est ni un livre de sociologie, ni d’anthropologie. Edité par l’Agence associative de communication et services solidaires (aacess) aux éditions Erès, il se donne à lire comme un livre de recettes. Le sommaire est en effet conçu ainsi : quelques contributions prises au hasard « Attiéké au poisson chez Marie », « La piperade basque chez Hala » ou encore « Cassoulet des Asturies ou Fabada chez Célia ». Cet ouvrage propose un itinéraire gustatif dans des cuisines individuelles étrangères. Nous proposons dans ce compte-rendu un peu particulier, un parcours à travers l’ouvrage afin de montrer son intérêt pour une sociologie de l’alimentation, plus précisément une sociologie des pratiques culinaires. Extraits de dialogues, photos font ici l’objet d’une analyse secondaire.

Que vient faire un ouvrage de recettes dans Liens Socio ? Il nous semble qu’en lui-même l’ouvrage propose un regard intéressant sur les pratiques culinaires des individus, pratiques « mix » pourrait-on dire pour paraphraser le titre. Chaque double ou triple page propose une recette certes, mais non pas sous la forme canonique d’une liste d’ingrédients suivie d’un mode opératoire. Les recettes se présentent sous la forme de dialogues entre plusieurs personnes ou sous une forme racontée mettant l’accent sur les tours de main, les astuces. C’est en cela qu’il peut intéresser le sociologue. Ainsi, il est porteur d’une description des pratiques culinaires par les acteurs eux-mêmes. Il permet de montrer combien la cuisine est porteuse de savoir-faire et de techniques  : photos et descriptions se complètent « Hala forme des sortes de cônes avec la pâte constituée de boulghour et de viande pilée. Elle fourre ensuite ces cônes de viande hachée, revenue dans l’huile avec l’oignon, le cumin, salée, poivrée » (p. 55). Cet ouvrage permet surtout de réfléchir au bricolage des pratiques culinaires individuelles. Les pratiques culinaires apparaissent comme des pratiques d’hybridation, de sélection, de ruptures avec des pratiques familiales ou régionales « Entre ma tante et ma mère il y a une différence. Ma maman ne met pas d’oignon, ma tante oui, les deux versions sont très bonnes. Je n’ai pas mis de piment doux, je mets du poivron » (p. 47), « A la fin de la cuisson, j’y ajouterai un peu de rhum. Ça, c’est mon truc à moi. » (p. 71), « je me suis dit, si j’orientalisais et si j’y mettais de la viande blanche et la sauce chien de Guadeloupe » (p. 33)

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion au sujet de « Pratiques culinaires hybrides, des portraits dans la cuisine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.