La passion documentaire d’Emile Zola

Tout le monde croit bien connaître ses classiques et Zola pour le moins n’échappe pas à la règle. Quel écolier n’a pas sur les bancs de l’école primaire, puis au collège et lycée lu Au Bonheur des Dames, Germinal, L’Assommoir, Nana …?

De Zola on connait bien (croit connaitre) son naturalisme. Poursuite et approfondissement du réalisme, le naturalisme revêt chez Zola la volonté d’expérimenter le social dans le roman  : disséquer la réalité humaine dans ses plus bas aspects,  donner à voir le peuple aux confins d’une théorie de l’hérédité et de convictions sur les sciences expérimentales (tirées en grande partie de Claude Bernard que Zola copie en grande partie dans son Roman Expérimental. Il s’agissait à tout le moins d’un rêve de connaissance, guidé par une foi dans la science répandue à la fin du XIXe siècle, et d’une grande ambition. Zola veut concurrencer La Comédie Humaine de son maître Balzac. A la fois stratégie de placement dans l’espace littéraire (développer la rhétorique naturaliste permet à Zola de se positionner dans le jeu littéraire face aux réalistes, symbolistes…1, mais aussi de défendre une image de soi2.

Elément fort de cette présentation de soi, le naturalisme zolien est guidé par une ambition documentaire. Celle-ci est popularisée dans les Dossiers préparatoires des Rougon-Macquart, et savamment mise en scène dans le dernier roman de la série Le Docteur Pascal.  Il y a fort à parier (c’est ce nous souhaitons démontrer dans notre travail de thèse) que Zola y voit, entre autres choses, un instrument de crédibilité dans le jeu littéraire.3

La publication chez Plon des Carnets d’enquête de Zola, édités par Henri Mitterand, répondait au souci de valoriser le génie zolien, apprenti sociologue.  L’épaisseur des Carnets d’enquête, le volume des folios rédigés en amont de l’écriture des romans du cycle émerveillent le quidam des lecteurs. Mais la réputation d’un Zola enquêteur, apprenti ethnologue, allant sur le terrain n’est-elle pas surfaite ? Malgré sa profession de foi scientifique, sa volonté de faire du roman une science humaine, Zola dépasse-t-il le stade du la notation de quelques petits faits vrais ?  Si dès le XIXe siècle, on s’est moqué des prétentions zoliennes (en particulier de son voyage en locomotive pour La Bête Humaine), les grands noms de la critique littéraire et fins connaisseurs de Zola ont également relevé la part du mythe dans le naturalisme zolien.  Les notes de terrain sont orientées et guidées par les prénotions zoliennes, par la volonté déjà conçue de donner tel ou tel sens à son roman…, je cherche aujourd’hui à retrouver le souci documentaire de Zola à sa source dans ses écrits (articles, correspondance…). Or dans sa Correspondance, ce souci n’est pas exhibé, mis à part les demandes d’informations et de documents à Henry Céard. On ne trouve pas de grandes professions de foi lyriques dans le souci du document vrai, le goût de l’enquête, autant d’éléments que l’on espère au premier abord trouver, compte tenu de la réputation zolienne. La passion documentaire de Zola n’est-elle pas (aussi/d’abord ?) le résultat des travaux de critiques littéraires, chercheurs en littérature, qui par leurs intérêts de recherches ont produit une vision (déformée ?) de Zola. A suivre…

  1. On consultera à ce sujet les travaux de Christophe Charle et Rémy Ponton []
  2. Bernard Lahire rappelle dans son dernier ouvrage Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire (La découverte, Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales, 2010) qu’un auteur n’écrit pas uniquement pour répondre à des concurrents, pour se positionner dans l’espace social amais aussi pour résoudre une problématique existentielle. []
  3. L’enjeu de notre travail de thèse est d’examiner l’image que Zola compose de lui-même. Comment se donne-t-il à voir comme écrivain ?  La place de ses dossiers documentaires prend une place de poids dans cette image de soi. []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « La passion documentaire d’Emile Zola »

  1. passionnant. je ne savais pas que tu orientais ta thèse dans cette voie là. bien que je ne me sois pas replongé dans un Zola depuis un certain temps, je suis un ‘fan’ des Rougon-Macquart. Mais si je comprends bien, il se pourrait que je me sois laissé abuser par la réputation de documentaliste acharné qui colle à la peau d’Emile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.