Je pourrais être votre grand-mère

Du 4 au 12 février 2011 se tient à Clermont-Ferrand le festival 2011 du court-métrage. Il y a quelques semaines Le Monde.fr nous invitait à regarder en ligne plusieurs documentaires et à voter pour notre court-métrage préféré. Monsieur l’abbé, dont Benoit parlait sur ce blog a retenu nos suffrages.

Mais parmi les autres documentaires visualisés, j’en ai retenu un autre, il s’agit de Je pourrais être votre grand-mère, un court-métrage de Bernard Tanguy, dont je dévoile ci-après, non pas quelques enjeux, mais quelques lignes de force narratives.

Un jeune avocat part au travail. Une vieille dame roumaine a manifestement passé la nuit dans la rue, devant chez lui.

Réunion d’avocats d’affaires. Brillante présentation en anglais : il est question de délocalisation, de retours sur investissements inespérés. Une nouvelle politique commerciale. Il faut trouver une agence de communications pour « faire passer la pilule » et « éviter les séquestrations » ainsi que le conclue le président de séance cyniquement. Faire passer la pilule des fermetures d’usine et donc du licenciement collectif que l’on imagine suivre. Notre jeune avocat est un peu moins enjoué que les autres, il regarde à droite, à gauche ses collègues et ne trouve aucun soutien.

Retour chez lui. La vieille dame est toujours là et s’apprête à passer une nouvelle nuit dehors. L’avocat rentre chez lui et rencontre une voisine. On aurait pu croire que le sort de la vieille dame la touchait « vous pensez qu’elle va dormir là cette nuit ? ». En fait, cette vieille personne la gêne car elle l’empêcherait de vendre son appartement. Cynisme encore. Une loi ne permettrait-elle pas de la déplacer ? Cette même nuit, l’avocat lui fabrique une pancarte « Je pourrais être votre grand-mère ». « Essayez cette pancarte ».

La pancarte fait son effet. L’avocat multiplie alors les pancartes « Soif d’idéal », « A découvert », « Soldes », « All we need is love + 1 euro », « Le temps des crises »…parcourant la ville à la recherche de SDF pour leur donner ces pancartes. Interpellant les piétons, elles jouent sur l’humour et encouragent les dons par appel à l’empathie. Décalées, jouant sur les « attentes secondaires » (Goffman) des passants, elles poussent au don.  Interpellé par des policiers pour incitation à la mendicité, moqué par ses collègues et critiqué par son patron, le jeune avocat est finalement félicité par son cabinet d’avocats, car il a offert une image de marque positive à celui-ci. Un mot reste à la fin de court-métrage : cynisme et ironie.

Deux mondes se côtoient dans ce documentaire. « Eux » les pauvres, qui dînent sous le grand magasin Lafayette maison. Dîner de fête dehors, grâce aux dons abondants générés par la nouvelle pancarte et les autres, riches avocats d’affaire.  Un court-métrage à voir…


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon

Une réflexion sur « Je pourrais être votre grand-mère »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.