La déviance du collectionneur

Dominique Pety, « Le personnage du collectionneur au XIXe siècle : de l’excentrique à l’amateur distingué », Romantisme, 2001, n° 112, pp. 71-81
Dans cet article, le personnage du collectionneur est analysé de 1840 à la fin du siècle à partir d’un large choix de textes littéraires et non littéraires. Dominique Pety constate une évolution de la représentation de la figure du collectionneur, qui passe de l’excentrique monomane reclus dans sa demeure à l’amateur mondain, à celui qui exhibe ses possessions. Cette évolution de la représentation témoigne d’une spectaculaire réévaluation de la pratique, et la mutation des valeurs associées à la collection: valeurs aristocratiques traditionnelles de l’art et de l’art de vivre, valeurs républicaines nouvelles du savoir et de la science. Les collections privées, jadis sources de délectation personnelle, participent désormais au devoir de préservation du patrimoine national.

Dans l’imaginaire social de 1840, le collectionneur est décrit comme un individu anormal et asocial. Le collectionneur est non seulement un passionné, mais aussi un «fou», et un «monomane». Présent chez La Bruyère, Balzac, mais aussi par sa marginalité dans les récits excentrique et imaginaires : les contes ou les nouvelles fantastiques, il sera utilisé dans le roman réaliste. Jusque dans les années 1860, c’est le vrai collectionneur, le passionné qui est moqué; à partir des années 1870, ceux qui sont visés par l’ironie, la satire, voire le pamphlet, ce sont au contraire les faux collectionneurs, ceux dont la collection n’est plus que le moyen d’une ambition. La collection, critiquée comme pratique déviante, l’est désormais dans sa forme déviée : puisque tout le monde collectionne, une discrimination s’impose, selon des critères qui portent sur les objets acquis (le vrai et le faux, l’ancien et le moderne, le rare et le commun, le beau et le laid), mais sanctionnent ensuite le choix du collectionneur, son goût, ses connaissances, qu’on rapporte finalement à ses origines et à ses motivations sociales. Les articles de Maupassant dans Le Gaulois et Gil Blas au début des années 1880 ont particulièrement recours à ces critères. Par la suite, ce sera l’exhibitionnisme du petit bourgeois, du provincial, qui sera épinglé. Bouvard et Pécuchet seront moqués par Flaubert parce qu’ils se posent en spécialistes et se piquent d’érudition. Les deux personnages veulent donner un support livresque, une motivation scientifique à leur activité. « Ils ne cherchent pas le beau, mais l’ancien, qui porte historiquement témoignage, et leur permette à leur tour, sinon d’écrire, du moins de dire l’histoire (c’est le sens de la visite qu’ils font de leur prétendu musée, où ils ont pour chaque pièce un commentaire) »

À la fin du siècle apparaît dans les romans une figure nouvelle du collectionneur qui s’oppose au conformisme des collectionneurs néophytes, et à la visée utilitariste (éducation des goûts du peuple, formation des artistes, inspiration des industries d’art), des spécialistes de la collection: l’aristocrate collectionneur affirme sa supériorité en vertu d’une pratique ancienne, authentique, la collection est chez lui un héritage et une tradition.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.