Quand le livre numérique imite le livre papier

A. Les éditions Zones offrent aux lecteurs de compulser, lire, feuilleter leurs livres en version numérique.

B. Mon portable est un petit EeePc très fonctionnel et léger, qui bien que parfait pour l’utilisation qui est la mienne,  ne dispose cependant pas d’enceintes de qualité. Le son est donc quasiment toujours coupé sur mon ordinateur.

C. Quelle ne fut pas ma surprise ce jour, en ouvrant (sic) Lettres de non-motivation le livre de Julien Prévieux, que je trouve sur Zones (cf A.) et d’entendre en le parcourant, le bruit des pages qui se tournent (point B.).

Conclusion : j’ai fait aujourd’hui l’expérience sonore du livre numérique ! Peut-être le bruit des pages feuilletées était-il un peu métallique ou trop numérique… Dans tous les cas, j’ai apprécié et voulu partager (d’où ce billet « frivole ») l’expérience, digne de celle que proposent les reportages de la radio Arteradio.com, dont les rédacteurs de Socio-Voce sont des fans invétérés.

Expérience sonore du livre,  qui complète mes premières expériences du livre numérique.  J’ai découvert le livre numérique l’année de la préparation de l’agrégation : comment accéder à un ouvrage un dimanche soir à 22h, lorsque celui-ci n’est pas dans sa bibliothèque universitaire1 ou lorsqu’on ne peut attendre le lendemain ? La solution toute trouvée, était, munie de ma carte bleue, d’acheter le livre en version pdf pour le lire sans attendre !

En effet après paiement, le lecteur reçoit un mail lui permettant de télécharger son livre en format pdf.2 Si l’on passe sur les débats ouverts quant au confort de la lecture sur écran, je vous renvoie à ce désormais classique et excellent billet de Marin Dacos, sur l’immatérialité de la lecture, le livre numérique n’offrant pas (encore ?) l’odeur, le toucher d’un « vrai livre », ce format est pratique pour un étudiant lambda. Il permet de faire de prendre des notes directement dans son logiciel de traitement de texte, de faire des recherches par mot-clé. Si l’on ajoute le temps gagné à ne pas le chercher dans les rayons de sa bibliothèque ou librairie préférée, il offre un gain de temps non négligeable.

Je renvoie les lecteurs intéressés par l’avenir du livre (papier, numérique…) à l’excellent cours d’Eric Verdeil, blogueur sur Rumor, disponible sur Slideshare, cours dont j’ai bénéficié dans le cadre de ma formation doctorale. D’une perspective bien plus large que celle évoquée ici, vous trouverez cependant des éléments de réflexion sur l’avenir de livre.

  1. Pour moi il s’agissait de la bibliothèque de l’ENS, qui offrait pourtant une accessibilité très grande : ouverte jusqu’à 3h du matin, en accès libre, ce qui permet de contenter les faims de lecture immodérées et non contrôlées des agrégatifs []
  2. Je ne parle pas des liseuses ou autres nouveautés technologiques, auxquelles je suis si peu réceptive. Pas une bonne cliente dirons-nous, je n’ai même pas de téléphone portable, alors je ne vais pas m’équiper d’une liseuse, pensez-donc ! []

Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « Quand le livre numérique imite le livre papier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.