Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos

Boboland 7ème : la rive gauche traditionnellement lieu d’accueil des populations ouvrières et étrangères (notamment le quartier de la Guillotière) connaît une évolution similaire à celle qu’ont connues il y a plusieurs années les pentes de la Croix Rousse.

La rue Montesquieu qui s’étend de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement de Lyon, représente à elle seule le processus de gentrification qui gagne les centre-villes.

Du Rhône à la place Saint-Louis, la rue Montesquieu voit se côtoyer des milieux sociaux très hétérogènes : côté Rhône, les immeubles vieux et pour beaucoup en piteux état, sont habités par une population d’origine populaire et immigrée. Bars vivotant, hôtels meublés autour de la voie de tram drainent une population populaire et métissée. HLM, squats

L’épicerie équitable et le café Chez Thibault qui se situent à quelques mètres de l’avenue Jean Jaurès font basculer la rue dans un autre milieu social. Côté place saint-Louis, la rue Montesquieu s’est progressivement boboisée.

 Immeubles rénovés en lofts, cours d’anglais pour enfants (Les Petits Bilingues),  restaurants (l’un français Le Dulcinéa, l’autre coréen). Le Dulcinéa près de la place Saint-Louis reçoit le dimanche les familles qui viennent faire le marché autour d’un verre, il accueille des expositions temporaires d’artistes, des signatures d’autographe et organise en période estivale des concerts le dimanche jour de marché. La patronne très penchée sur la décoration possède un camping-car régulièrement garé devant le bar.

Boutique de créateurs (Made in Cie), galerie d’art, cours de peinture et de dessins pour enfants jouxtent un ébéniste et l’épicerie des Balkans.

Deux espaces associatifs autogérés – l’Atelier des canulars et La luttine -  dans des locaux situés au 91 rue Montesquieu, prêtés gracieusement par le bailleur social de l’immeuble drainent une population jeune, engagée politiquement, très à gauche de l’échiquier politique. Leur présence dans le quartier s’est peu à peu arrimée à ces locaux squattés pendant de longues années, alors même qu’ils dénoncent la faible mixité sociale du quartier. En témoigne l’affiche qui donne son nom à ce billet photographiée sur la devanture de l’atelier des Canulards.

Organisant repas mensuels ou repas à thèmes (soirée crêpes), concerts (notamment pour la fête de la musique), séances de cinéma, discussions collectives, chorale et autres activités, ces deux espaces associatifs sont de plus en plus connus sur la scène lyonnaise. Toutes les activités ont pour point commun d’être à prix libre.

Frédérique & Benoit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Print This Post Print This Post

Tags: , ,

Posted in: Thématiques, Sociologie de la ville

9 Responses to “ Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos ”

  1. raphaelle on 9 November 2011 at 18:26

    Bonjour,

    en effet, cette rue change. C’est indéniable. Cependant, je me permets une petite question car je ne comprends pas bien le sens de votre paragraphe sur les deux ateliers (qui par ailleurs sont fortement différents). Est-ce que la Luttine est pour vous représentante d’une gentrification en marche ?

    • Frédérique Giraud on 10 November 2011 at 12:03

      Ces locaux sont à la fois des porteurs de la gentrification par la population qu’ils drainent, cependant pas à toutes les activités. Les après-midi destinés aux enfants, les séances de cinéma participent d’une culture cultivée qui attire une population diplômée, à fort capital culturel et militante. Les repas du vendredi soir également. Mais ce ne sont là que des hypothèses. Surtout ils servent de vitrine à la gentrification qui se déploie sur cette rue : la façade de l’immeuble a été rénovée, les locaux sont extérieurement beaux, mais ils ne pas le public “bobo” traditionnel qui arrive dans les rues. Cependant les résidents du quartier se rendent pour certains à ces activités, et de nombreuses personnes des pentes s’y joignent

  2. Yves M. on 19 November 2011 at 22:36

    J’ai vécu deux ans dans cette rue, entre 2008 et 2010, je partage votre point de vue sur la gentrification de la rue. Le constat peut aussi s’appliquer à tout le quartier, mais de manière plus hétérogène…
    Toutefois je ne suis pas certain que ce soient les mêmes catégories socio-professionnelles qui s’installent à la Croix-Rousse (pentes et plateau) et à la Guillotière. Existe-t-il une enquête là dessus ?

    • Frédérique Giraud on 20 November 2011 at 23:01

      Je ne sais pas si une enquête a été menée sur le quartier, mais elle seule permettait de statuer. Nous émettons ici des hypothèses, qu’une observation participante a suscité.

  3. bouillaud on 21 November 2011 at 10:46

    Vous avez raison, mais plutôt pour le quartier autour de la place Saint-Louis – effectivement c’est la nouvelle Croix-Rousse. Vous pourriez ajouter les cavistes, et un spécialiste des nourritures terrestres sardes! Il faut aussi aller voir ce qui se construit plus à l’est de la place sur d’anciens ateliers.
    Mais, en même temps, ma partie de quartier (vers le cours Gambetta) devient selon les vieux habitants (bourgeois) de mon immeuble plus populaire, immigrée, qu’il y a vingt ans. Il faudrait distinguer évolution du peuplement et évolution de la fréquentation, les deux ne vont pas nécessairement de pair.

    • Frédérique Giraud on 21 November 2011 at 10:59

      L’évolution de peuplement est notable selon nous depuis Jean Jaurès jusquà la place Saint Louis et autour de la place Saint-Louis : particulièrement l’ancien garage rénové en loft, qui jouxte les cours de dessins pour enfants. Plus on remonte vers l’avenue Jean Jaurès, moins l’évolution de peuplement est visible, mais le ver est dans le fruit… L’ouverture du café équitable et du café Chez Thibault de l’autre de Jean Jaurès montrent que l’évolution est en marche. Si l’on étend l’analyse aux rues voisines, ce qui n’était pas l’objet initial du billet qui se concentrait sur la rue Montesquieu pour manifester l’évolution au niveau d’une rue, il est notable que le spécialiste de nourritures sardes ouvert au printemps et le caviste entrent pleinement dans ce champ. Autour de la place Saint-Louis, vous avez également la droguerie et le traiteur qui participent du même phénomène. L’évolution de la fréquentation est concomitante partiellement, vous avez raison. Ce que raphaelle (1er commentaire) signalait également, c’est que les espaces associatifs drainent une population peut-être encore sensiblement différente. Cependant les habitants du quartier se mêlent à ceux qui animent ces rendez-vous. merci en tout cas pour vos retours.

  4. colette on 9 December 2011 at 16:37

    Suis je bête… mais je ne comprends pas le problème? enfin si il y en a un…

    • Frédérique Giraud et Benoit Ladouceur on 11 February 2012 at 19:24

      Il ne s’agit pas ici de pointer un problème mais de souligner l’évolution tant sociodémographique que culturelle d’un quartier. Simple analyse en passant

Leave a Reply

Lecture du moment

Lecture du moment

RSS Lectures

  • Modifications des adresses des flux RSS de Liens socio

Research blogs