Emile Zola, cobaye du docteur Toulouse

En 1896 paraît la première enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropathie du Docteur Toulouse. Émile Zola est son premier sujet d’enquête. Il sera d’ailleurs avec Poincaré l’un des seuls.

Offrant son corps et son cerveau à l’enquête médico-psychologique de ce jeune psychiatre, Zola accepte de se faire photographier, mesurer, peser, examiner comme un sujet de laboratoire. Il subit un grand nombre de tests tant physiques que psychiques : prise d’empreintes digitales, mesures anthropométriques et crâniennes, ouïe, odorat, urine, tout y passe.

L’ensemble des examens auquel Zola se soumet rencontre sa foi dans la science comme l’a rappelé Jacqueline Carroy[1], mais aussi son admiration pour le travail de Claude Bernard[2]. Les mesures médicales confèrent à l’enquête un tour scientifique sans pareil, elle prend en outre les allures d’une expérimentation, autant de points qui ne sont certainement pas sans peser dans l’implication de Zola. La proximité des projets explique selon nous l’enthousiasme de Zola pour cette enquête : l’enquête du docteur Toulouse rencontre le projet de Zola d’enquêter sur le monde social, qu’il a exprimé sous forme littéraire dans Les Rougon Macquart. Elle la légitime a posteriori.

Il faut également mettre l’acceptation au compte de la reconnaissance de Zola qu’elle accrédite.  Elle permet de contrer les analyses de Nordau et de Lombroso, qui avaient émis des réserves sur les artistes pensant que tous devaient être considérés comme des « épileptiques malades et dégénérés » comme le rappelle Michael Hagner dans son ouvrage Des cerveaux de génie: Une histoire de la recherche sur les cerveaux d’élite. S’il souffre bien d’un certain nombre de troubles nerveux, Zola n’est pas sujet à la dégénérescence mentale.

L’enquête du docteur Toulouse crédibilise Émile Zola. La lettre d’exhorte du « sujet » en préface de l’ouvrage en est le témoin « Savez-vous que votre étude combat victorieusement l’imbécile légende ? Vous ne pouvez ignorer que depuis trente ans, on fait de moi un malotru, un bœuf de labour, de cuir épais, de sens grossiers, accomplissant sa tâche lourdement, dans l’unique besoin du lucre… Et si je ris aujourd’hui, c’est qu’il me semble que vous l’enterrez, ce bœuf-là, et qu’il n’en sera plus question, pour les gens de bonne foi » écrit Zola. C’est ici son rapport au jeu littéraire qui se joue et sa reconnaissance par les pairs. Si le 6 avril 1891, Zola accède à la présidence de la société des Gens de Lettres, l’Académie française lui résiste malgré l’obstination qu’il met à la conquérir : entre 1890 et 1898, il candidate à 25 reprises.  Zola trouve là un moyen scientifique de gagner en légitimité, en accord donc avec le privilège qu’il accorde à la science. La méthode expérimentale qu’il veut transposer à la littérature trouve ici une illustration, Zola devenant sa propre étude de cas avec la complicité du docteur Toulouse.  Pour Michael Hagner si « Toulouse est certes responsable du livre en tant qu’auteur, […] il s’agit au fond d’une oeuvre commune à laquelle ont collaboré les autorités parisiennes réunies et avant tout,  Zola lui-même » ((op cit., p. 192)), à travers une  « coproduction de la présentation de soi et du diagnostic ».

Analysant la correspondance entre les deux hommes, Jacqueline Carroy montre que le docteur Toulouse écrit à Zola en l’appelant « Mon cher Maître », quand Zola s’adresse au docteur par « Mon cher docteur ». Elle met en évidence la relation ténue qui s’est nouée entre les deux homme et pense que Zola y trouve un  moyen de s’objectiver. Il verrait dans l’utilisation de l’appellation « Mon cher docteur » un questionnement médical de Zola : dans sa première lettre  au docteur, Zola mentionne ses troubles névropathiques.  Plus largement nous pensons que ces termes d’adresse manifestent une co-construction de légitimité scientifique entre les deux hommes. L’enquête du Docteur Toulouse est rendue possible par la soumission de  Zola aux diagnostics :  Zola étant son premier « sujet d’étude », c’est son acceptation qui le rend docteur. Appelant Zola son « cher maître », Toulouse reconnait la supériorité intellectuelle de Zola, puisque c’est aussi ce qui conditionne l’enquête. Ces termes d’adresse, les lettres échangées et la bonne volonté de Zola sont donc des actes performatifs.


 


[1] Jacqueline Carroy. « « Mon cerveau est comme dans un crâne de verre » : Émile Zola sujet d’Édouard Toulouse », Revue d’histoire du XIXe siècle, 20/21, 2000.

[2] L’ouvrage Le Roman expérimental de Zola est l’incarnation de cette admiration positiviste, puisqu’il s’agit pour Zola d’appliquer à la littérature, les méthodes de la science.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion au sujet de « Emile Zola, cobaye du docteur Toulouse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.