Les déterminismes sociaux perdurent en vacances

Au moment de partir en vacances, l’occasion peut être bonne de réfléchir à ce que le départ en vacances peut impliquer en termes de modifications des repères et des schèmes de comportements liés au quotidien : transformations du rythme de vie (horaires des repas, du lever, du coucher), de l’organisation quotidienne (passer plus de temps avec son ou sa conjoint(e) et ses enfants), accroissement des pratiques de sociabilité, de loisirs. Nous présenterons à ce sujet l’article de Bertrand Réau paru dans la revue Espaces et sociétés en 2005 (N°120-121) « Évasions temporaires : socialisations et relâchements des contrôles dans les villages de vacances familiaux ».

Si les vacances marquent un état de rupture avec la vie ordinaire, parce que les repères donnés par le rythme du travail[1], de l’école et des tâches domestiques se décomposent, les vacances, particulièrement lorsqu’elles se déroulent dans un village de vacances sont l’occasion de la définition de nouveaux repères. A travers la comparaison de deux villages de vacances différents, le Villages vacances familles, et le Club Méditerranée, qui recrutent dans des populations aux caractéristiques sociales différentes[2], mais adoptant une formule de vacances similaire, il s’agit pour l’auteur de comprendre les « modalités socialement différenciées des pratiques de vacances. » Les deux structures de vacances étudiées proposent en leur sein de multiples activités, et les vacanciers peuvent s’ils le veulent ne pas sortir de la structure le temps de leur séjour.

L’espace de vie au sein du club remet en cause un certain nombre d’attributs de la vie au quotidien, notamment chez les clients du Club Méditerranée : dans le cadre du village de vacances, un rapprochement des corps est induit par la taille des logements et des espaces de vie plus contigus, que ceux auxquels sont habitués les clients dans leur quotidien. La proximité physique est ressentie tant au sein de la famille qu’avec les autres clients, elle est d’autant plus intense qu’il s’agit des catégories sociales plus modestes et avec des populations étrangères (Italiens, Belges, etc.). Ainsi que le remarque l’auteur, « seul le cadre éphémère d’un espace de vacances et de loisirs permet cette tolérance du rapprochement des corps. » Le temps des repas est aussi un moment propice à la proximité physique, les tables étant collectives. Il permet de nouer des relations, ce qui permet de rappeler au passage que « les repas représentent un temps de sociabilité qui s’inscrit dans l’entretien et le renouvellement du capital social des catégories sociales supérieures. »

Les villages de vacances sont avant tout des espaces de loisirs, d’où l’on ne revient pas forcément reposé. Les origines sociales des vacanciers restent là encore déterminantes. Dans le cadre des vacances les pratiques de loisirs des clients recoupent leurs pratiques de loisirs du reste de l’année. Les pratiques culturelles ordinaires se perpétuent en vacances. « Les vacanciers du Club Med participent également plus aux danses du village, aux jeux, aux excursions, à la discothèque et aux spectacles que ceux du vvf. En ce qui concerne les pratiques de loisirs durant le reste de l’année, les vacanciers du Club Med déclarent plus souvent aller au restaurant (69,6 %), aux concerts (19,6 %), au théâtre (15,2 %), au cinéma (52,2 %) et chez des amis (28,3 %) que ceux du vvf » Ainsi les pratiques vacancières redoublent les pratiques au cours de l’année, même si pendant les vacances tous accentuent leurs pratiques de loisirs. « Et dans cette intensification généralisée des activités de loisirs, ce sont les vacanciers du Club Med, d’origine sociale plus élevée, qui cumulent le plus d’activités. À cet égard ils ne font que reproduire dans l’espace des loisirs la multi-activité qu’ils développent dans la vie quotidienne. » Les vacances sont donc l’occasion d’évasions temporaires par rapport au cadre de vie quotidien, mais elles ne sont pas l’occasion de se dégager des déterminismes sociaux, qui continuent de jouer. « Si l’espace d’un village et les configurations familiales structurent les comportements des vacanciers, la « quête du plaisir » dans les loisirs est largement fonction des habitus : la recherche de l’excitation et la production des « tensions » associées se modulent selon les goûts des agents, eux-mêmes fonctions de leurs propriétés sociales. »


[1] Dominique Schnapper dans L’épreuve du chômage, paru en 1981, démontre que le rythme de travail règle de façon primordiale l’existence des individus : ainsi les individus qui connaissent des épisodes de chômage sont marqués par la perte de repères temporels liés à la perte de l’emploi. Les acteurs ne sont plus obligés de se lever pour aller au travail…

[2] « Environ 40 % des répondants du vvf déclarent un revenu brut mensuel compris entre 1 524 et 3 049 euros et 30 % un revenu brut mensuel de plus de 3 049 euros ; 41 % des répondants du Club Med déclarent un revenu brut mensuel de plus de 3 049 euros (dont 20 % plus de 4 573 euros) et 30 % entre 1 524 et 3 049 euros. Par ailleurs, 72 % des répondants du Club Med sont diplômés du supérieur contre 50 % des répondants du vvf. »



Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « Les déterminismes sociaux perdurent en vacances »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.