Une nouvelle édition de Sociologie des professions

Pierre Tripier, Claude Dubar, Valérie Boussard, Sociologie des professions, Armand Colin, 3ème édition, 2011

Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard nous proposent ici la troisième édition de cette Sociologie des professions, désormais devenue un classique des bibliothèques universitaires. On remarquera qu’une troisième auteure vient seconder les deux auteurs des première et seconde édition de ce manuel. La première édition parue en 1998 prenait acte de l’absence jusqu’alors de manuel intitulé Sociologie des professions en France, à la différence notable de la Grande-Bretagne et des Etats -Unis.

Le terme profession est en effet en France soumis à des acceptations fort hétérogènes et aucun terme ne correspond vraiment au terme anglais profession tel qu’il est défini dès 1915 par Flexner et Cogan en 1953. C’est sur la base de ce constat des acceptions diversifiées du terme en langue française que s’ouvre ce manuel. Les auteurs cernent quatre définitions du terme profession. En un premier sens, la profession est entendue comme « une déclaration qui s’énonce publiquement et qui comme la vocation, est liée à des croyances idéologique-religieuses » (p. 11) : c’est la profession au sens de « profession de soi ». En un second sens, la profession est le « travail que l’on fait, l’emploi que l’on occupe, dès lors qu’il permet d’en vivre grâce à un revenu » (P. 11), le troisième sens se définit comme « l’ensemble des personnes qui exercent un même métier » et en une quatrième acceptation, la profession est « une fonction, une compétence reconnue au sein d’une organisation » (p.12). Ces quatre définitions permettent de pointer l’extension du terme et l’ambigüité de ses usages.

L’enjeu de ce manuel est de proposer un ensemble de travaux sociologiques et historiques, empiriques qui conceptualisent les professions. Ainsi posée la sociologie des professions proposées par Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard a pour objet « l’organisation sociale des acticités de travail, la signification subjective de celles-ci et les modes de structuration des marchés du travail » (p.15) et ne recoupe ni toute la sociologie du travail, ni toute la sociologie des organisations.

Ce qui fait la force de ce manuel, c’est qu’il est fortement arrimé à des études de cas. La revue de la littérature qu’il propose, comme se doit tout bon manuel, n’oublie pas les renouveaux récents qui affectent les groupes professionnels. Les études mobilisées sont diverses et couvrent un grand nombre de professions, que l’on retrouve dans un index final. Travaux fondateurs de la discipline et travaux récents trouvent donc à s’articuler de façon harmonieuse.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.