Allaiter, norme familiale, norme savante

Sévérine Gojard, « L’allaitement, une norme sociale », Spirale, 2003/3, N°27

L’étude des statistiques montre que les taux d’allaitement, ainsi que les durées d’allaitement ou de sevrage, varient en fonction des caractéristiques sociodémographiques des mères. De même, l’analyse des propos tenus par les femmes sur l’allaitement – dans des situations d’entretien en face à face – permet de les relier à l’univers social dans lequel les mères évoluent. On peut ainsi mettre en évidence au moins deux types d’allaitement différents. Pour décrire ces types d’allaitement, on utilise la notion de modèle, qui désigne de manière condensée l’ensemble des traits caractéristiques d’une pratique.

Les modèles correspondent à la fois à des constructions statistiques et théoriques et à des représentations, dans la mesure où ils réunissent des éléments objectifs (notamment sur la pratique de l’allaitement mais aussi sur les sources de conseils) mais aussi des éléments subjectifs (notamment sur les raisons d’allaiter).

Modèle populaire : l’allaitement, une affaire de famille

Un premier modèle d’allaitement est caractérisé par une durée longue, pouvant se terminer aussi bien par un sevrage brutal que par un allaitement mixte prolongé. On le rencontre le plus souvent chez les femmes de milieu populaire, peu diplômées, et tout particulièrement chez les femmes ayant passé leur enfance dans un pays d’Afrique ou d’Asie. On le nommera modèle familial ou populaire, parce qu’il est le plus souvent associé à la prédominance de la famille dans les sources de conseils. Il repose sur une imitation familiale et/ou sur les conseils dispensés en centre de pmi, surtout pour les femmes immigrées qui y cherchent un mode d’intégration à la société française et sont particulièrement réceptives aux conseils qu’on leur donne (du moins quand ils n’entrent pas en contradiction flagrante avec leurs habitudes). L’allaitement dans ce modèle est conçu comme un acte « naturel », très fortement associé à la notion de plaisir, de la mère ou de l’enfant (ou des deux). Inversement, pour celles qui n’allaitent pas, il semble que la gêne, le déplaisir, voire la douleur, suffisent à justifier le rejet ou l’abandon de l’allaitement.

Modèle savant : l’allaitement, une affaire médicale

On le rencontre plus fréquemment chez les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ou appartenant aux classes dominantes de la société. Il est associé à un discours normatif extrêmement construit et argumenté, d’origine médicale ou paramédicale, reposant sur des arguments multiples. Ces arguments relèvent aussi bien de la santé de l’enfant que de la construction du lien mère-enfant, du caractère pratique de l’allaitement, ou bien encore du plaisir, qui est présent comme dans le modèle populaire, mais n’est pas souvent le principal argument et n’est surtout jamais le seul.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon

Une réflexion sur « Allaiter, norme familiale, norme savante »

  1. Les femmes diplômées de l’enseignement supérieur ont généralement été privées de la transmission familiale et de conseils judicieux des professionnels, du moins il y a une quarantaine d’années (ça s’est amélioré depuis). Elles ont dû se reconstruire artificiellement une culture de l’allaitement, ce que n’ont pas pu faire de suite les femmes des classes populaires occidentales, d’où cette courbe en U de l’allaitement présent chez les plus pauvres et chez les plus riches avec des profils différents.

    Je me souviens de mon ignorance totale lors de mon premier allaitement: incapable de reconnaître un engorgement, paniquée parce que ma gosse était restée au sein alors que je m’étais endormie, comme si elle n’avait pas su s’arrêter elle-même, ignorant que je pouvais reprendre l’allaitement après une interruption de quelques jours, comme si mon lait avait dû se gâter entre temps, croyant que je n’avais plus de lait à deux mois alors que c’était simplement la fabrication à la demande qui s’était mise en place.

    Alors, bien sûr, les connaissances que j’ai acquises ont d’abord été livresques. D’où le petit côté dogmatique qui les caractérise. Et le côté volontariste « Je souffre le martyre, mais je dois m’accrocher » qu’on ne trouve pas chez celle qui ont eu une transmission familiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.