Note de lecture : Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

Johann Michel, Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

L’ouvrage de Johann Michel, à cheval entre la philosophie et la sociologie, est noué autour d’un projet intellectuel fort : développer une « sociologie herméneutique » de l’action humaine empruntant à Paul Ricoeur certains concepts philosophiques. Retravaillés en un sens sociologique, les concepts de soi et d’identité narrative, développés par le philosophe dans Temps et récit, permettent à Johann Michel de poser les jalons d’une sociologie herméneutique attentive aux reconstructions des individus.

Structuré de façon binaire entre un essai théorique, occupant la première partie de l’ouvrage, et une « mise à l’épreuve » (p.16) empirique occupant les seconde et troisième parties, faisant travailler les concepts définis à partir d’une enquête sur les récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France, la Sociologie du soi proposée par l’auteur permet de penser à nouveaux frais les notions de mémoire, de récit de soi et d’identité.

Johann Michel met en garde philosophes et sociologues au commencement de l’ouvrage : s’il s’agit de parler du « soi », c’est bien en un sens socialisé du terme, l’auteur souhaitant se « démarquer des théories qui font de l’individu le porteur ultime du sens et de la rationalité » (p. 16).

La force de la proposition théorique de Johann Michel réside dans la capacité à penser tout à la fois les cadres sociaux et psychologiques de l’existence individuelle subjective sans tomber dans les deux excès inverses que sont le “tout” déterminisme ou le “tout” subjectivisme. C’est bien une science herméneutique que propose Johann Michel qui pense le sujet à la fois « comme subjectivation et comme être socialisé » (p. 41).

L’auteur se donne les moyens d’analyser les productions narratives d’individus traversant des évènements biographiques : l’exemple qu’il mettra à l’épreuve dans la partie empirique de son ouvrage est celui de la guerre d’Algérie et ses retraductions dans l’histoire personnelle, familiale… Les évènements biographiques peuvent donner lieu à un travail biographique des individus, celui-ci prenant la forme de récits de soi. Johann Michel accorde une attention particulière aux mises en récit de soi qu’il définit comme les « dispositifs de retour réfléchi sur soi à la faveur de configurations narratives de son existence passée » (p. 43), ce que la tradition sociologique peut appeler des récits de vie. Le changement de formule permet de signifier ce sur quoi se porte l’attention du philosophe : à savoir le sens pour l’individu que prennent ces récits. Echappant aux prises de « l’illusion biographique » dénoncée par Pierre Bourdieu[1], Johann Michel est attentif aux reconstructions, aux déformations de ces récits.

Reprenant à Michel Foucault, la notion de « technologie de soi », l’auteur propose de considérer les mises en récit de soi comme des outils à la disposition des individus, inégalement répartis comme il le précise à la page 50, « pour “négocier” des ruptures biographiques » et « pour résister aux processus d’assujettissement et de domination » (p.42).

Johann Michel propose ensuite de mettre à l’épreuve ces notions à partir de l’analyse des récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France et de descendants de harkis. Il forge la notion d’évènement biographique non vécu pour analyser la manière dont certains évènements traumatiques, comme la guerre d’Algérie peuvent affecter durablement l’expérience des individus, même s’ils ne les ont pas vécus eux-mêmes. A partir de l’analyse de « récits de récits » d’évènements traumatiques liés à la guerre d’Algérie, à la migration et à l’acculturation en France de familles algériennes, l’auteur montre l’impact des évènements racontés aux enfants, petits-enfants… Ces évènements traumatiques « délégués » ont une influence sur l’intrigue existentielle des enquêtés. Johann Michel analyse alors les moyens mis en œuvre par les membres de la « deuxième génération » pour intégrer, faire leurs, ces récits.


[1] Bourdieu, Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, 1986, p.69-72


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.