Sociologie de la sexualité

Sociologie de la sexualité, une réédition de l’ouvrage de Michel Bozon (Armand Colin, Coll « 128 », 2009, 2002)

Indéniablement il s’est produit, dans les dernières décennies, une transformation profonde des comportements sexuels, parallèlement à d’autres transformations dans le domaine de la famille et du couple. L’accroissement des recherches en sciences sociales sur la sexualité est justement lié à une interrogation sur la portée et le sens de ces transformations. L’ouvrage de Michel Bozon, Sociologie de la sexualité, qui connaît aujourd’hui sa seconde édition, est le fruit de ce regard porté sur la sexualité, celle-ci étant définie comme une « sphère spécifique mais non autonome du comportement humain, qui comprend des actes, des relations et des significations », où le « non-sexuel donne sa signification au sexuel » (p7).

Faire une sociologie de la sexualité, c’est d’abord rappeler qu’il n’existe de sexualité que socialement construite. Tout contact sexuel n’existe qu’à l’intérieur de cadres mentaux, de cadres historiques et culturels qui produisent sa possibilité et sa signification, ce qui implique que « les limites même du sexuel sont culturellement et socialement mouvantes » (p8). Michel Bozon notait d’ailleurs dans l’article « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité »[1] « Reconnaître la diversité des expériences en matière de sexualité n’est nullement célébrer une prétendue efflorescence et libération des identités sexuelles, hors de tout cadre, contexte ou « dispositif », qui atténuerait le poids de la construction sociale. Même les formes apparemment les plus idiosyncratiques et les plus nouvelles des comportements sexuels résultent d’une élaboration sociale, qui les inscrit inévitablement dans des univers socio-culturels et dans des classes de trajectoires biographique ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


[1] Bozon, Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés Contemporaines, n°41, 2001, p11-40


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion au sujet de « Sociologie de la sexualité »

  1. je me rejouis chaque foi quand j’eploite les ecris de Michel Borizon car je prepare un master en rapport avec la sexualite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.