« Monsieur l’abbé, est-ce permis ? »

Exit, voice, ou loyalty1

A propos de Monsieur l’abbé,  un court métrage de Blandine Lenoir mettant en scène des lettres envoyées à l’abbé Viollet, fondateur de l’Association du Mariage Chrétien.

L’abbé Viollet prit l’initiative de rendre le discours clérical plus clair et accessible aux chrétiens, il créa à cette fin l’Association du Mariage Chrétien, qui édite des brochures, très lues et appréciées. Cela lui vaut de recevoir des centaines de lettres durant la période de 1924 à 1943. Elles sont écrites par des hommes et des femmes qui ne trouvent pas de réponse dans les textes religieux ou auprès du personnel clérical, manifestant ainsi une caractéristique de la modernité, qui est le besoin croissant de justification et de compréhension des normes et des règles de vie, notamment en ce qui concerne l’intimité.

La période de l’entre-deux-guerres fut celle d’un durcissement des rôles genrés au sein du couple. Talcott Parsons en a fait l’analyse, d’un point de vue, lui aussi propre à l’époque, celui du rôle fonctionnaliste de la famille. Parallèlement le développement de la famille conjugale, centrée sur le couple et née de l’amour entre les conjoints a créé un décalage grandissant entre les préceptes de la religion catholique, et les nouvelles aspirations des couples. Nous connaissons tous plus ou moins précisément la position de l’Eglise sur la sexualité. Celle-ci est avant tout pécheresse et doit par conséquent être limitée au seul besoin d’enfantement. En regardant ce court métrage de Blandine Lenoir, on ne peut que constater le fossé qui nous sépare des préoccupations de ces personnes ainsi que de leur ignorance des questions liées au sexe.

Ces lettres illustrent la croisée de deux mondes : le passage de la société traditionnelle à la société moderne, c’est-à-dire d’une société marquée par le poids de la religion et de son caractère prescripteur des bonnes pratiques. Indice d’un déclin de l’institution religieuse, le dogme n’est plus accepté tel quel, les croyants s’autorisant à le questionner au regard de leurs expériences de vie intimes. Mais ils restent dans l’attente d’une définition de vie donnée par la religion, ils ont vocation à garder des conduites respectueuses de la loi divine.

La grille de lecture de Hirschman peut être utilise pour comprendre ces prises de parole de chrétiens. Si la plupart des lettres correspondent au principe de loyalty (rester dans la religion, mais questionner ses principes), le documentaire donne également à entendre des voix contestataires. Ces personnes contestent le pouvoir de l’Eglise à définir les bonnes conduites en matière sexuelle : incompétence des abbés à connaître, conseiller et prescrire en matière de sexualité, remise en cause du pouvoir de l’institution, moqueries. Elles sont clairement du côté de l’exit : la sexualité serait du côté des besoins naturels.

Ce court métrage nous éclaire la déconnexion entre les aspirations et questions des chrétiens ordinaires et le discours clérical prescriptif et dogmatique. Malgré les tabous qui pèsent sur les questions de sexualité, on peut tout d’abord reconnaître le courage de certains qui osent expliciter des ressentiments qui sont difficilement avouables pour l’époque. Ainsi, ce jeune homme qui évoque son homosexualité, qu’il ne qualifie pas ainsi d’ailleurs. Mais il va plus loin exprimant également le plaisir qu’il a regarder les jeunes hommes. Conscient de l’interdit qu’il brave, il fait en sorte de réprimer ses plaisirs mais explique-t-il mais cela le rend malheureux. Les femmes sont également nombreuses à poser des questions directes concernant leur sexualité : elles évoquent sans détours un besoin de connaissance des choses sexuelles. On peut également être étonné de la bonne volonté des personnes à vouloir conjuguer le plus pieusement possible, une vie sexuelle épanouie avec les préceptes de la religion chrétienne. Ainsi ce couple de cinq enfants est confronté au décalage existant entre les moyens d’atteindre l’orgasme chez les conjoints. La femme n’ayant pas de plaisir par le simple coït, « mais à laquelle on ne peut refuser le plaisir étant donné qu’elle a courageusement assumé cinq naissances » précise le mari, atteint l’orgasme après une excitation de son clitoris par la langue.

Ces lettres sont un témoignage unique des pratiques et des normes liées à la sexualité, durant l’entre-deux-guerres.

Pour en savoir plus, on lira avec profit l’ouvrage de Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996

  1. Titre emprunté à A Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, 1970 []

L’Ecole et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique.

L’Ecole et l’élève d’origine étrangère. Genèse d’une catégorie d’action publique. Un ouvrage de Geneviève Mottet et Claudio Bolzman (IES Editions, Collection du Centre de recherche sociale, Genève, 2009)

Les discours sur l’école et « la crise » qu’elle traverserait sont nombreux, et pourtant ne parviennent pas à expliquer les problématiques de cette institution. Au contraire, ces discours semblent accentuer la confusion et la méconnaissance de l’école et de ses mécanismes sociaux, plutôt que de les rendre plus évidents et identifiables. Cela n’est cependant pas un constat isolé, les discours communs s’appuient et accentuent des facteurs qui seraient susceptibles de révéler par leur seule mobilisation les clés des problèmes sociaux. Ainsi, l’origine « ethnique » des élèves serait un élément central, voire unique, pour expliquer les inégalités des parcours scolaires. La prégnance de cette représentation culturaliste est manifeste, depuis les médias jusqu’aux enseignants, en passant par les représentants politiques. Il ne s’agit cependant pas pour les auteurs de cet ouvrage, de pointer le travail et l’action des acteurs du champ pédagogique qui travaillent avec des élèves d’origine étrangère. Leur approche reprend celle qu’avait adoptée Bernard Lahire à propos de « l’illettrisme »1. Ainsi, leur regard se porte sur les structures et discours qui encadrent et modifient le travail et les représentations de ces acteurs de l’enseignement.

Les enseignants, qui arrivent en dernière ligne de la « chaîne de production idéologique », sont donc directement identifiables comme les porteurs essentiels d’une explication culturaliste de l’inégalité des chances de la réussite scolaire. Ce livre permet d’une part de relativiser ce point de vue et, d’autre part, de mieux saisir les mécanismes à l’oeuvre dans la construction et la diffusion d’une explication « ethnicisante » des problèmes liés au constat de l’inégalité des chances entre les élèves. Il est à noter que l’étude appuyant cet ouvrage a été menée dans le canton de Genève, ce qui n’empêche pas en soi d’étendre leurs conclusions au cas suisse ou français, mais nécessite semble-t-il des nuances ou certaines modifications. D’une part, la Suisse, et plus particulièrement le canton de Genève ont connu une forte immigration dès le début du 20ième siècle. D’autre part, la situation de l’emploi est plus favorable en Suisse qu’en France, même si la région lémanique connait un taux de chômage parmi les plus élevés de Suisse2.  Dès lors que le marché de l’emploi est moins concurrentiel, le rôle de l’institution scolaire, de sélection des individus pour des emplois relativement rares, devient moins nécessaire.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Lahire B. (1999). L’invention de « l’illettrisme ». Rhétorique publique, éthique et stigmates. Paris. La Découverte. []
  2. Pour avoir des données précises sur tous ces points on pourra se reporter au site de l’Office fédéral de la Statistique []

Retour à Reims, ouvrage intimiste et sociologique de Didier Eribon

Retour à Reims, un ouvrage de Didier Eribon (Fayard, Coll « A venir », 2009)

Peut-on appliquer la connaissance sociologique à son cas personnel, à sa trajectoire sociale ? On peut être tenté de le faire, d’autant qu’on a connu une mobilité sociale qui nous a mis au contact de milieux différents. Bourdieu souhaitait que son travail permette aux dominés d’avoir conscience des mécanismes sociaux les maintenant dans leur condition. Ainsi, il définissait la socioanalyse comme un moyen d’avoir conscience, et donc d’avoir prise sur ses propres déterminations. Il n’existe cependant pas de sociologue proposant ses services pour effectuer un tel travail. Les socioanalyses sont finalement plus le fait de sociologues auto-analysant leur trajectoire sociale1. Ce genre d’exercice est rarissime, l’introspection n’étant pas une méthode de recherche en sociologie, son objectivité n’étant pas assurée.

Ce livre n’est pas un livre de sociologie à proprement parler. C’est un livre personnel dans lequel Didier Eribon revient sur une partie de sa vie qu’il a occultée durant de longues années. Natif de Reims, il a quitté cette ville pour suivre ses études à Paris. Reims symbolise son milieu d’origine, la ville où vivaient ses parents, qu’il n’a plus revus depuis son départ. C’est seulement après le décès de son père, qu’il décide de retourner à Reims pour y voir sa mère. Il n’a pas assisté à l’enterrement de son père. En feuilletant le traditionnel album photo familial, son passé lui revient en mémoire, son premier milieu de vie, duquel il s’est progressivement éloigné. Son frère aîné est allé en apprentissage, alors qu’il intègre le « lycée de garçons » de la ville. Dès lors leurs trajectoires vont diverger. L’auteur n’a jamais revu son frère aîné, ni ses deux frères cadets, ce dont il s’estime responsable. Tout l’opposait à son frère, celui-ci incarnant ce qu’il n’a jamais voulu devenir. Le propos de Didier Eribon n’est cependant pas totalement autobiographique ou mémoriel, il souhaite illustrer les analyses de Bourdieu par son propre vécu. L’auteur est en effet un proche de Bourdieu, de Foucault, s’inscrivant dans une pensée critique du monde social. Ainsi, il cite le cas de ses frères qui n’ont pas accédé aux études longues, comme un exemple parmi d’autres de la sélection sociale qu’opère le système scolaire.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio/Lectures

  1. Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’Agir, 2004 (paru plus tôt en Allemagne) et Richard Hoggart, 33 Newport Street, autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Le Seuil, coll. « Hautes études », 1991 []

Donner et prendre. La coopération en entreprise

Donner et prendre. La coopération en entreprise, un ouvrage de Norbert Alter (La Découverte, coll. « textes à l’appui / bibliothèque du mauss », 2009)

Le titre de cet ouvrage résume bien sa thèse : la coopération en entreprise n’a rien de désintéressée, un don n’est jamais gratuit mais oblige la personne qui a reçu. Le don, en effet, ne se réduit pas à l’altruisme, mais est au contraire un moyen stratégique sans pareil pour obtenir une chose dans le monde du travail. Cela ne veut cependant pas dire qu’il se réduit à une pure logique marchande. Si Norbert Alter est un spécialiste de l’étude du fonctionnement des entreprises, on pourrait étendre sa problématique à tout univers social, par exemple dans la famille. Cet ouvrage publié dans la collection « bibliothèque du MAUSS » s’inscrit parfaitement dans sa filiation, en faisant du don un rouage essentiel du bon fonctionnement des entreprises, déterminant le degré de coopération entre les salariés.

Le premier chapitre de l’ouvrage s’intitule « Coopérer, c’est donner ». L’auteur repart de Marcel Mauss et de son Essai sur le don en réaffirmant la part « primitive », c’est à dire sociale de tout échange. Les relations de travail ne sont ainsi pas toutes régies par des contrats, mais par la coopération, l’échange de type don-contre don, dans lequel il faut donner, recevoir et rendre. Cependant, Norbert Alter va plus loin et montre que ces échanges coopératifs s’appuient sur les sentiments qu’ils provoquent chez les salariés, cela quel que soit leur position hiérarchique dans l’entreprise. La coopération repose donc sur une rationalité qui n’a rien à voir avec la rationalité économique, puisqu’il s’agit justement de ne pas viser la maximisation de son gain personnel, mais d’aider les autres en prenant du temps à soi. Pourtant comme le montre l’auteur, les personnes qui aident leurs collègues ne le font pas toujours de bonne humeur. Ils n’hésitent pas à signifier que rendre service ne les « amuse pas ». Néanmoins, ils affirment de façon apparemment incohérente qu’ils sont prêts à rendre service du moment qu’on leur demande bien. Il s’agit en réalité d’un moyen pour rendre les personnes aidées « endettées » vis-à-vis du collègue ayant rendu service. De plus, signifier le peu de liberté et la quantité de travail en attente permet au donateur d’accroître l’importance de son service et ainsi de lui conférer un prestige auprès de ses collègues. L’échange peut être verbal, notamment quand il s’agit d’expliquer le fonctionnement d’une machine, d’un logiciel. Ces échanges sont d’autant plus importants qu’ils ne sont pas codifiés et donc transmis uniquement par les anciens de l’entreprise ou les personnes spécialisées.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Sociologie du curriculum

Sociologie du curriculum, un ouvrage sous la direction de Jean-Claude Forquin (Presses universitaires de Rennes, 2008)

La sociologie française de l’éducation a connu un fort développement à partir des années 1980. Elle s’est enrichie d’une part, de l’apport des travaux étrangers, et notamment anglo-saxons, et d’autre part du développement des sciences de l’éducation. Cet ouvrage, qui compile certains articles de Jean-Claude Forquin, écrits depuis 1983, permet de mieux appréhender une partie de l’évolution de la sociologie de l’éducation, celle tournant autour de la notion de curriculum. L’intérêt est donc de réunir une série d’articles du spécialiste français de la sociologie du curriculum, afin d’enrichir notre connaissance d’une approche, le plus souvent indistinctement connue (notamment parmi les enseignants passés par l’IUFM).

Si la notion de curriculum fut longtemps ignorée de la recherche française en éducation, son emploi depuis une vingtaine d’année repose souvent sur la volonté de circonscrire un domaine vaste et hétérogène. On peut penser que « l’effet nouveauté » de cette approche exotique car anglo-saxonne ( !) a pu déboucher sur une surenchère dans son usage. Comme si la (trop) longue ignorance de cette approche lui donnait aujourd’hui une plus-value intellectuelle non discutable. Jean-Claude Forquin qualifie la place de la sociologie comme « marginalité effective et centralité potentielle », un paradoxe que doit permettre de résoudre son ouvrage. L’ouvrage se concentre dans une première partie sur la définition de la sociologie du curriculum, dans son acception la plus stricte. La deuxième partie élargit la réflexion sur le curriculum, en croisant cette notion avec la question de la culture scolaire et des contenus disciplinaires.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Les sociologies de l’individu

Les sociologies de l’individu, un ouvrage de Danilo Martucelli et François de Singly (Armand Colin, coll. « 128 »)

Voilà un petit ouvrage au titre attrayant, et qui pourrait sembler aller de soi pour le novice. La société n’est-elle pas constituée d’une somme d’individus ? Dès lors pourquoi ne devrait-elle pas prendre l’individu comme objet central dans ses analyses ? Cette question, entre autres, n’est pas aussi simple qu’il y parait, et fait débat. Les courants d’analyse sociologique qui « partent » des individus sont en effet nombreux et divers. La France, fut moins concernée par cette posture épistémologique qui se trouve davantage présente dans les traditions anglo-saxonnes. Depuis une vingtaine d’années cependant, les sociologies de l’individu se sont multipliées dans le champ sociologique français. Ce petit ouvrage permet, dans un format réduit, de faire le tour de ces nombreuses approches.

Ses auteurs sont deux sociologues importants qui ont participé au développement d’une sociologie de l’individu en France depuis les années 1980. Ainsi, pour eux, faire une sociologie de l’individu ne signifie pas mettre en danger les fondements de la sociologie. Cependant, l’approfondissement de la modernité dans la société (François de Singly parle de deuxième modernité, la première remontant à la fin du XIXème siècle) accentue le processus d’individuation, qui conduit chacun à se considérer comme unique, autonome et libéré des pesanteurs sociales passées. Cette individuation n’est cependant pas un phénomène spontané ou volontaire de la part de chacun d’entre nous mais, une nouvelle norme sociale, un nouveau phénomène social qu’il convient d’étudier avec un regard sociologique.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

« La fac c’est moins pire que je croyais ! » l’expérience de Stéphane Beaud

« La fac c’est moins pire que je croyais ! », Stéphane Beaud, Penser la crise de l’école. MAUSS n° 28, 2006

Précédemment je résumais l’émission de La suite dans les idées sur la crise de l’école. L’emploi de ce terme pour décrire la situation de l’école me gêne pour plusieurs raisons que je n’exposerais pas ici, sauf pour dire que l’école me semble fonctionner, et même bien fonctionner pour certaines catégories de la population, ce qui n’a pas changé depuis les travaux de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron.

Ce numéro de la revue du MAUSS reprend donc ce qualificatif très (trop) englobant. Pourtant la richesse de ses approches et des ses contributions en font un ouvrage à lire, pour tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’école.

Je parlerai plus précisément d’un article de Stéphane Beaud sur l’état inquiétant de l’université. Son point de vue est intéressant car il a exercé dans le secondaire, à l’université de Nantes et à l’ENS d’Ulm. Il peut ainsi comparer ces deux institutions d’enseignement supérieur. Sans surprise, il constate un écart croissant entre la fac et l’ENS au niveau « des conditions de travail des doctorants, de taux d’encadrements, mais aussi en terme de niveau de formation des étudiants et de niveau d’exigence »…Un étudiant de fac travaille en moyenne deux fois moins qu’un étudiant de CPGE, mais cela s’explique souvent par son activité professionnelle menée en parallèle. Bernard Lahire1 a également montré un autre aspect du travail à la fac. Les contraintes sont souvent très faibles sur les étudiants et il est difficile de se fixer des échéances et une régularité dans le travail quand on est totalement libre et que la pression qui pèse sur nous est lointaine. Et pourtant, comme le fait remarquer Stéphane Beaud, la fac représente un moyen d’émancipation, plus éloignée des contingences de l’emploi. Elle peut également être un révélateur de ses attraits pour le savoir, un milieu propice à la réflexion sur soi et sur le monde qui nous entoure. C’est sur ce point qu’il faudrait donc insister, plutôt que d’alimenter « l’idéologie anti-universitaire » qui finalement produit ce qu’elle affirme, un désengagement de l’Etat dans son financement et une détérioration des conditions d’enseignement qui lui sont faites.

  1. Bernard Lahire, « Manières d’étudier », dans Claude Grignon et Louis Gruel, La Vie étudiante, PUF, Paris, 1999 []