Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet

Depuis presque deux ans, nous menons une recherche sur les usagers des sites de dons d’objets que sont donnons.org, recupe.net et le réseau freecycle[1]. Nous nous demandons qui sont les utilisateurs de ces sites et analysons les finalités et modalités variées par lesquels ils les utilisent[2].

Photo sous licence Creative Commons zigazou76

La récupération d’objets usagés est une pratique partagée par des individus aux origines sociales diverses dont les discours, les engagements et les pratiques diffèrent grandement. La recherche empirique que nous avons menée conduit à souligner la portée ambivalente de cette pratique : elle est pour certains un moyen de s’insérer dans la société de consommation, quand elle est investie par d’autres d’une portée contestatrice. Notre objet permet de reposer la question de la mobilisation des consommateurs et par là s’inscrit à la croisée de la sociologie de la consommation et de la sociologie des mouvements sociaux. La « récup’ » est une forme de « consommation engagée »[3], critique, dont la particularité est de s’exprimer à travers des formes non marchandes de consommation. Pensés comme offrant une voie alternative à la consommation marchande, les sites de dons permettent aux acteurs de pointer les limites du modèle de consommation traditionnel et de valoriser les à-côtés possibles du système. Par leurs actions individuelles de récupération, les individus invitent à repenser les modes de consommation, que ce soit pour prolonger la société de consommation, la contester de l’intérieur ou s’en extraire.

 Si l’on peut penser a priori que les récupérateurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui les dons permettent de faire des économies pour pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), notre enquête, menée par observation participante sur la région Rhône-Alpes[4], entretiens et questionnaire, permet de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites. Nous avons isolé deux logiques dominantes d’utilisations des sites de dons. Nous opposons les personnes qui utilisent les sites de dons comme un moyen de consommer plus, que nous appelons « consommateurs », aux « recycleurs ».

 Qu’ils soient « maximisateurs » ou « modérés », les consommateurs utilisent les sites de dons pour « faire des affaires », obtenir des objets gratuitement et ne valorisent qu’à la marge l’alternative au modèle consumériste que cette pratique pourrait représenter. Les « maximisateurs » se différencient des autres utilisateurs des sites de dons par le temps qu’ils y consacrent et le nombre de dons récupérés. L’excitation et le plaisir de « tenter sa chance » pour de nombreux dons[6] se manifeste par des demandes nombreuses et répétées : même si (ou peut-être parce qu’ils) en ont les moyens, l’acte de récupérer possède une saveur particulière à leur yeux, celle de la braconne (De Certeau, 1990) et du détournement. Souvent experts des sites de récupération, ils savent prédire ce qui est très demandé, ce qui part vite et ce qui ne l’est pas. Ils chinent sur les sites de dons et développent à cet égard des techniques pour récupérer le maximum de dons ou les dons les plus intéressants.

 A l’inverse, les « recycleurs » cherchent par ces sites à lutter contre le gaspillage. Ils se partagent entre les « récupérateurs » et les « militants », qui sont inégalement contestataires et/ou investis dans la cause écologiste. Les « récupérateurs » sont particulièrement sensibles au fait de redonner une seconde vie aux objets jetés, ils n’acceptent pas le gaspillage que produit la société de consommation. Les pratiques contestatrices de ces personnes restent cependant des « pratiques contestatrices en amateur», dans la mesure où même si la « résistance au système du tout marchand » selon les mots d’une enquêtée se vit au quotidien, elle s’accommode de contradictions, et ne débouche pas sur du militantisme.

A l’inverse, ceux que nous appelons les « militants » se distinguent des récupérateurs par leurs engagements associatifs, qui priment dans leur identité sociale. Ils se définissent volontiers comme des consommateurs alternatifs, qui promeuvent par la consommation une « autre idée de la société ». Les sites de dons sont pour eux un support de diffusion de leurs idéaux et autres engagements collectifs ; la dimension de critique sociale est valorisée et stimulante. Il s’agit pour les « recycleurs » d’opérer une rupture avec l’idée même de consommation en remettant en cause l’idée de paiement.


[1] Espaces de mise en relation entre des personnes qui souhaitent se débarrasser d’objets avec ceux qui les demandent, ces sites connaissent une fréquentation croissante.

[2] Un article devrait bientôt paraître dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan. Nous nous centrons ici uniquement sur les receveurs et non pas sur les donneurs.

[3] Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, collection « Contester », 2009

[4] Nous avons réalisé plus de deux cent dons et en avons récupéré une cinquantaine.

[5] Le questionnaire diffusé sur Internet et construit sur Limesurvey est actuellement encore en cours de diffusion, nous avons à ce jour 1039 réponses complètes pour 1268 répondants.

[6] Le consommateur se rapproche de l’Homo ludens défini par Huizinga J, 1988.

Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos

Boboland 7ème : la rive gauche traditionnellement lieu d’accueil des populations ouvrières et étrangères (notamment le quartier de la Guillotière) connaît une évolution similaire à celle qu’ont connues il y a plusieurs années les pentes de la Croix Rousse.

La rue Montesquieu qui s’étend de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement de Lyon, représente à elle seule le processus de gentrification qui gagne les centre-villes.

Du Rhône à la place Saint-Louis, la rue Montesquieu voit se côtoyer des milieux sociaux très hétérogènes : côté Rhône, les immeubles vieux et pour beaucoup en piteux état, sont habités par une population d’origine populaire et immigrée. Bars vivotant, hôtels meublés autour de la voie de tram drainent une population populaire et métissée. HLM, squats

L’épicerie équitable et le café Chez Thibault qui se situent à quelques mètres de l’avenue Jean Jaurès font basculer la rue dans un autre milieu social. Côté place saint-Louis, la rue Montesquieu s’est progressivement boboisée.

 Immeubles rénovés en lofts, cours d’anglais pour enfants (Les Petits Bilingues),  restaurants (l’un français Le Dulcinéa, l’autre coréen). Le Dulcinéa près de la place Saint-Louis reçoit le dimanche les familles qui viennent faire le marché autour d’un verre, il accueille des expositions temporaires d’artistes, des signatures d’autographe et organise en période estivale des concerts le dimanche jour de marché. La patronne très penchée sur la décoration possède un camping-car régulièrement garé devant le bar.

Boutique de créateurs (Made in Cie), galerie d’art, cours de peinture et de dessins pour enfants jouxtent un ébéniste et l’épicerie des Balkans.

Deux espaces associatifs autogérés – l’Atelier des canulars et La luttine –  dans des locaux situés au 91 rue Montesquieu, prêtés gracieusement par le bailleur social de l’immeuble drainent une population jeune, engagée politiquement, très à gauche de l’échiquier politique. Leur présence dans le quartier s’est peu à peu arrimée à ces locaux squattés pendant de longues années, alors même qu’ils dénoncent la faible mixité sociale du quartier. En témoigne l’affiche qui donne son nom à ce billet photographiée sur la devanture de l’atelier des Canulards.

Organisant repas mensuels ou repas à thèmes (soirée crêpes), concerts (notamment pour la fête de la musique), séances de cinéma, discussions collectives, chorale et autres activités, ces deux espaces associatifs sont de plus en plus connus sur la scène lyonnaise. Toutes les activités ont pour point commun d’être à prix libre.

Frédérique & Benoit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Injonctions : manger sainement, bouger, séduire

Je n’arrête pas de répéter à mes étudiants que les messages nutritionnels sont inégalement reçus, perçus et mis en application suivant les classes sociales. Concernant les pratiques alimentaires, le désormais célèbre « Manger 5 fruits et légumes par jour » constitue la « rhétorique nutritionnelle d’Etat »1 la plus diffusée aujourd’hui.  Elle participe  de la diffusion de normes de bonne conduite en matière d’hygiène de vie, qui englobent le rapport au corps (que l’on veut mince, ferme, tonique), la pratique du sport devant être associée à des pratiques alimentaires saines et diversifiées.  La récente campagne d’affichage (sur Lyon tout au moins) mettant en scène les fameuses « 30 minutes de marche par jour » 2 contribue à véhiculer un ensemble de normes et de valeurs étiquetées « socialement bonnes pour la santé ».  Mais il faut voir que cette ligne de conduite est thématisée en fonction du genre et de l’âge des publics visés : l’affiche représentant une jeune femme met en scène des temps de marche vers des espaces genrés, à elle le coiffeur, le cinéma…

Quid de la réception des normes diffusées par ces affiches ? Faustine Régnier montre dans un article récent de la Revue française de sociologie « Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale » que les normes d’alimentation et de corpulence sont inégalement intériorisées et mises en pratiques.  Il faudrait analyser les réceptions de ces campagnes et mesurer leurs « effets réels » de ces injonctions .

Pour élargir cette réflexion, j’en viens à ce qui a impulsé l’écriture de ce post. Depuis quelque temps se développent des sites d’achats groupés en ligne3. Ce matin, le « deal » proposé par la grande enseigne d’achats groupés du moment, dont je tairais ici le nom, propose aux femmes des « cours d’effeuillage ».  Il s’agit d’apprendre aux femmes à maîtriser « l’art délicat et sensuel de l’Effeuillage ». J’y vois un indice de l’injonction à séduire qui est faite aux femmes dans la société, qui recoupe les injonctions à jouir et à maitriser sa sexualité, largement véhiculées dans la presse féminine.  On trouvera cette idée thématisée dans l’article-entretien avec Catherine Millot  » L’injonction à la jouissance. Histoire d’une libération entre désir et loi.  » (Revue Mouvements, 2002)

Autre injonction contemporaine : l’allaitement. On ira lire avec profit l’article de Séverine Gojard dans la revue Spirale et le billet que je lui avais consacré.

On remarquera que ces injonctions ont en commun d’être définies à l’extérieur de l’individu, on retrouve la définition du fait social de Durkheim : il consiste en des manières d’agir, de penser et de sentir, extérieures à l’individu, et qui sont doués d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui. La contrainte prend place dans un dispositif extérieur (la publicité, la norme sociale…), se pose alors la question des dispositions qui amènent à percevoir cette contrainte comme une contrainte (quels sont les ressorts individuels de la lecture de ces discours en contrainte ?)

A suivre…

  1. L’expression est de moi []
  2. Les affiches s’évertuent à montrer que marcher 30 minutes par jour n’est pas difficile : 5 minutes pour aller à la gare, chez le coiffeur, 3 minutes pour aller à la boulangerie, 10 minutes pour aller au cinéma… []
  3. Il s’agit de négocier des tarifs réduits sur des prestations (restaurant, coiffure, massages…) vendues à un grand nombre de personnes []