Dr Cac vous prescrit 4 min d’économie par jour

Sur France 5, à partir du 3 octobre 2011 à 20h20, suivez les prescriptions de Docteur CAC ! Docteur CAC, docteur en économie, pour Christian CAC, acronyme de C’est assez Clair !

« Chers amis bonjour ! Je suis  Christian CAC, docteur en économie.  CAC  en  trois lettres comme « C’est assez clair  » et avec moi, l’économie va le devenir ! Assez claire, bien sûr ! »

En moins de cinq minutes, ce docteur en économie se propose de vous donner des bases de Macroéconomie.

Cette leçon de vulgarisation économique fait le pari de l’humour : le détournement et la sonorisation  des  images d’archives en font une série volontairement décalée et désuète (on pense aux sketchs de « Message à caractère informatif » détournant des films d’entreprise). Commentaires acerbes, répliques piquantes permettent au Docteur Cac et à ses acolytes de poser les questions qui fâchent.

Les épisodes disponibles en avant-première sont alléchants.

La Grèce peut-elle faire faillite ?

Pourquoi le Qatar investit-il dans le sport ?

 

 

 

Médias 19 : des ressources de qualité en libre accès

Médias 19 est une nouvelle plateforme, éditée grâce à Lodel, dédiée à l’étude de la culture médiatique, conçue et administrée par Guillaume Pinson, professeur au Département des littératures de l’Université Laval (Québec), en collaboration avec Marie-Ève Thérenty, professeur et chercheur au RIRRA 21 de l’Université Paul-Valéry (Montpellier 3).

Ce site ergonomique et au design agréable permet de s’informer des parutions à venir ou venant d’aboutir concernant le XIXe siècle et présente les éditions en préparation.

Il faut surtout noter la parution de dossiers thématiques riches et nourris d’articles en version intégrale. Le premier dossier préparé par Guillaume Pinson s’intitule « La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique » et ne comporte pas moins de 27 articles.

Le second dossier en préparation « Presse et scène au XIXe siècle » est coordonné par Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty, et sera constitué par les actes d’un colloque du même nom qui s’est tenu du 17 au 19 juin 2010 à Montpellier.

Cet outil qui se veut collaboratif est à consulter et à garder dans ses favoris…

Egalité hommes-femmes : peut mieux faire !

 

Photo Flickr licence Creative Commons de Spigoo

Terra Nova a publié hier son rapport final sur l’égalité hommes-femmes.  Et les résultats ne sont pas bons !

A l’heure où la célèbre marque Petit bateau décline encore ses bodys en version fille et garçon,1 le rapprochement des conditions hommes-femmes marque le pas. Inégalités salariales, inégale répartition des tâches domestiques,  inégal accès aux décisions économiques… dans tous les domaines, depuis le milieu des années 1990, il y a stagnation ou régression s’alarment les auteurs du rapport.

Ce sont au total 48 propositions que font les rapporteurs pour faire évoluer dans le bon sens l’égalité hommes-femmes.  Classées par thématiques (santé, travail, couple/famille, politique, violences, éducation/formation…), ces propositions sont à la fois concrètes (Etendre l’actuel congé paternité à huit semaines, proposition 39), ou idéalistes (Interdire les réunions débutant avant 9h et après 18h au sein des administrations, grandes entreprises, universités,  laboratoires, etc., proposition 36;  Instaurer au collège et au lycée des cours d’économie familiale (cuisine, ménage, consommation, alimentation, soins aux enfants), aussi bien pour les garçons que pour les filles (proposition 27))

L’objectif avoué :   » faire de l’égalité des sexes non plus seulement l’affaire des femmes (comme activistes ou bénéficiaires) ou de l’Etat (en tant que relais des revendications et incarnation du progrès social), mais également des hommes eux-mêmes, comme sujets et acteurs. » Le premier moyen : la diffusion du rapport et l’appropriation des propositions.

Petite  sélection de mes propositions préférées (choix parfaitement assumé comme subjectif)

Proposition 2 : Ne pas pénaliser les femmes dans leur carrière en raison de leur maternité
Proposition 5 : Instaurer une égalité de rémunération effective entre les femmes et les hommes.
Proposition 6 : Déprécariser le temps partiel subi et revaloriser les retraites des femmes. Repenser les régimes de retraite pour qu’ils ne pénalisent pas les femmes.
Proposition 15 : Lutter contre toutes les violences faites aux femmes.

Proposition 16 : Lutter contre la présentation sexiste des jouets.
Proposition 17 : Sur toute apparence corporelle retouchée à des fins publicitaires (affichage, magazines, spots, emballage), imposer une signalétique « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle ».

 

Quelques liens :

Le dossier de l’Observatoire des inégalités

– Des lectures : un livre, un article

 

  1. Un détour par la lecture du livre d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, 1973 ne ferait pas de mal aux conseillers en marketing de cette grande marque []

Emile Zola : lettres retrouvées

Emile Zola était un correspondant prolixe… jusqu’en décembre 2010 il n’y avait pas moins de dix tomes publiés aux Presses de l’Université de Montréal/CNRS Editions regroupant des milliers de lettres envoyées par Zola à ses multiples correspondants depuis 1978.  Il faut saluer le travail irremplaçable que représente cette ‘édition patiente et minutieuse de longue haleine  menée sous la direction de B. H. Bakker par un groupe de chercheurs français et canadiens.1

Un onzième tome vient de paraître (décembre 2010) et donne accès aux « lettres retrouvées » que les catalogues des ventes publiques et des marchands d’autographes ont révélées. Ce nouveau tome contient 278 lettres inédites et 33 partiellement inédites, et plus de 150 lettres déjà publiées dans Les Cahiers naturalistes. Ce sont donc au total 502 lettres qui paraissent dans cette nouvelle livraison.

Il faut imaginer la joie que le lecteur assidu et le chercheur peuvent éprouver à la découverte de cette publication.  Surtout lorsque la correspondance représente un matériau de première importance pour son travail de thèse (!).  Dans le cas de Zola, qui n’a pas tenu de journaux intimes et dont les écrits personnels sont peu nombreux, c’est bien dans la correspondance que l’on doit chercher un matériau d’enquête.  A l’instar de ce qu’a montré José-Luis Diaz pour Balzac2, nous pensons que Zola s’objective comme écrivain dans la correspondance.  Il formalise, présente et teste ses projets littéraires et s’y fait (performativité) écrivain. D’où mon empressement à découvrir ces 502 lettres : allaient-elles enfin répondre aux questions que je ne peux poser à Zola ? Confirmer des hypothèses ? Infirmer des pistes ?

Il me semble après une première lecture que ces lettres retrouvées ne réservent pas de surprise de taille : on y retrouve le Zola « attaché de presse » de ses ouvrages, prompt à défendre ses œuvres et à les envoyer pour compte rendu aux uns et aux autres, le Zola « homme d’affaires »3 défendant les droits de traduction de ses œuvres, n’hésitant pas à faire les comptes de ce que l’on lui doit, le père (quelques lettres à son fils et à sa fille), le dreyfusard…

 

 

  1. Les lettres reçues par Zola n’ont elles pas (encore ?) fait l’objet d’une publication. []
  2. Devenir Balzac : l’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007 []
  3. Si bien décrit par Colette Becker dans son article « Zola, écrivain-homme d’affaires », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007 []

Mais où sont passées les PCS ?

Dans leur article « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue Française de sciences politiques (2008), Emmanuel Pierru et Alexis Spire  se demandent pourquoi la catégorie sociale est devenue à partir de la fin des années 80 un critère secondaire d’explication dans l’analyse de la société française.

 » Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des statistiques rendant compte des évolutions récentes de la société française selon les différents groupes sociaux qui la composent ? « 

Ils mettent en lumière le rôle performatif des agents du système statistique d’Etat dans ce processus, même s’ils reconnaissent qu’ « au-delà de l’importance accordée aux catégories socioprofessionnelles, la perte de légitimité d’une compréhension de la société en termes de groupes sociaux trouve son origine dans un mouvement qui dépasse largement le seul cadre du système statistique. »

A partir d’une analyse quantitative de l’évolution de l’usage des CSP, dans deux publications de l’INSEE (Données sociales et Insee Première ) qui selon eux « constituent un révélateur des priorités et des hiérarchies en vigueur à l’Insee », les auteurs de l’article établissent que la CSP devient une variable de plus en plus discrète…

Jusqu’au milieu des années 80, la nomenclature des CSP représente dans Données sociales la principale grille de lecture de la société française.

« Toutes les rubriques de la vie sociale sont présentées en fonction d’une répartition par catégories socioprofessionnelles : l’éducation, le logement, les conditions de travail, mais aussi le mode de garde des enfants, l’automobile et ses utilisations, la possession de chiens et de chats. Les titres des chapitres du volume de 1981 sont éloquents : « Métiers et catégories socioprofessionnelles », « Les activités quotidiennes des Français : différences entre catégories sociales ». »

Le basculement s’opère pour les Données sociales entre 1987 et 1990 :  les catégories socioprofessionnelles perdent alors  de leur visibilité.  Du côté de Insee Première, le mouvement similaire de reflux est décalé dans le temps, puisque les CSP perdent leur place hégémonique à partir du milieu des années 1990.

Ce recul s’opère également lorsqu’on l’analyse de manière qualitative.

– Dans Données sociales, l’intitulé « catégories socioprofessionnelles » disparaît à partir de 1993 des titres de chapitres et d’articles au profit de l’étude des « groupes sociaux ».

À partir de 1996, le syntagme de « groupes sociaux » s’efface à son tour au profit d’autres thèmes comme la pauvreté, la précarité, le lien social, ou encore l’exclusion. Dans ces études, pauvres et exclus ne sont jamais définis en termes de position sociale mais en raison de leur faible niveau de revenu.

Pour comprendre le basculement dans la représentation du monde social, il faut analyser les transformations sociologiques qu’ont connues au cours de cette même période les institutions statistiques elles-mêmes. C’est d’abord dans la place reconnue à la sociologie dans la formation des administrateurs de l’Insee qu’il faut trouver une partie de l’explication de recul de la nomenclature des PCS.

Autres facteurs explicatifs: le renouvellement du personnel de l’Insee, la conversion à l’économétrie avec l’impulsion de nouvelles méthodes (modèles de régression à la place des analyses factorielles)1, et la spécificité d’un outil adapté au terrain français peu adapté de fait aux comparaisons internationales et européennes.

Avec le recul de la nomemclature des PCS, c’est bien une nouvelle vision du monde social qui est promue.

Dans les publications de l’Insee, les inégalités (face aux risques sociaux notamment) sont de moins en moins liées à une structure de « classes » qui se reproduit : elles sont présentées sur un mode de plus en plus personnel. Maintenir une représentation structurée à partir de « collectifs » ou de groupes se heurterait à un processus d’individualisation du social présenté comme inéluctable.

  1. La modification des programmes de l’ENSAE en est le témoin []

Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []

La revue Lectures est sur twitter

Vous pouvez désormais suivre la revue Lectures, la revue de comptes rendus en sciences humaines et sociales, hébergée sur Revues.org dont nous fêtons cette semaine les premiers pas, sur twitter.

Deux comptes différents ont été créés

– LecturesCR vous permet de suivre les nouvelles parutions de comptes rendus

– LecturesPublis vous permet d’être informé des publications reçues et disponibles pour un compte rendu

Bonne lectures !