Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos

Boboland 7ème : la rive gauche traditionnellement lieu d’accueil des populations ouvrières et étrangères (notamment le quartier de la Guillotière) connaît une évolution similaire à celle qu’ont connues il y a plusieurs années les pentes de la Croix Rousse.

La rue Montesquieu qui s’étend de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement de Lyon, représente à elle seule le processus de gentrification qui gagne les centre-villes.

Du Rhône à la place Saint-Louis, la rue Montesquieu voit se côtoyer des milieux sociaux très hétérogènes : côté Rhône, les immeubles vieux et pour beaucoup en piteux état, sont habités par une population d’origine populaire et immigrée. Bars vivotant, hôtels meublés autour de la voie de tram drainent une population populaire et métissée. HLM, squats

L’épicerie équitable et le café Chez Thibault qui se situent à quelques mètres de l’avenue Jean Jaurès font basculer la rue dans un autre milieu social. Côté place saint-Louis, la rue Montesquieu s’est progressivement boboisée.

 Immeubles rénovés en lofts, cours d’anglais pour enfants (Les Petits Bilingues),  restaurants (l’un français Le Dulcinéa, l’autre coréen). Le Dulcinéa près de la place Saint-Louis reçoit le dimanche les familles qui viennent faire le marché autour d’un verre, il accueille des expositions temporaires d’artistes, des signatures d’autographe et organise en période estivale des concerts le dimanche jour de marché. La patronne très penchée sur la décoration possède un camping-car régulièrement garé devant le bar.

Boutique de créateurs (Made in Cie), galerie d’art, cours de peinture et de dessins pour enfants jouxtent un ébéniste et l’épicerie des Balkans.

Deux espaces associatifs autogérés – l’Atelier des canulars et La luttine –  dans des locaux situés au 91 rue Montesquieu, prêtés gracieusement par le bailleur social de l’immeuble drainent une population jeune, engagée politiquement, très à gauche de l’échiquier politique. Leur présence dans le quartier s’est peu à peu arrimée à ces locaux squattés pendant de longues années, alors même qu’ils dénoncent la faible mixité sociale du quartier. En témoigne l’affiche qui donne son nom à ce billet photographiée sur la devanture de l’atelier des Canulards.

Organisant repas mensuels ou repas à thèmes (soirée crêpes), concerts (notamment pour la fête de la musique), séances de cinéma, discussions collectives, chorale et autres activités, ces deux espaces associatifs sont de plus en plus connus sur la scène lyonnaise. Toutes les activités ont pour point commun d’être à prix libre.

Frédérique & Benoit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfances et cultures : les actes du colloque en ligne

Les actes du Colloque International « Enfance & Cultures : regards des sciences humaines et sociales » qui s’est déroulé l’année dernière à Paris les 15, 16 et 17 décembre 2010 sont en ligne.

Construction des goûts

Culture juvénile, culture scolaire

Dispositifs et médiation

Enfants d’ailleurs, enfants d’ici

Famille et transmission

Frontières des âges

Images de l’enfance

Mémoires d’enfance

Numérique et lien social

Pratiques et genre

Questions de méthode

Sociabilité de pairs

Système des objets

 

 

Dr Cac vous prescrit 4 min d’économie par jour

Sur France 5, à partir du 3 octobre 2011 à 20h20, suivez les prescriptions de Docteur CAC ! Docteur CAC, docteur en économie, pour Christian CAC, acronyme de C’est assez Clair !

« Chers amis bonjour ! Je suis  Christian CAC, docteur en économie.  CAC  en  trois lettres comme « C’est assez clair  » et avec moi, l’économie va le devenir ! Assez claire, bien sûr ! »

En moins de cinq minutes, ce docteur en économie se propose de vous donner des bases de Macroéconomie.

Cette leçon de vulgarisation économique fait le pari de l’humour : le détournement et la sonorisation  des  images d’archives en font une série volontairement décalée et désuète (on pense aux sketchs de « Message à caractère informatif » détournant des films d’entreprise). Commentaires acerbes, répliques piquantes permettent au Docteur Cac et à ses acolytes de poser les questions qui fâchent.

Les épisodes disponibles en avant-première sont alléchants.

La Grèce peut-elle faire faillite ?

Pourquoi le Qatar investit-il dans le sport ?

 

 

 

Egalité hommes-femmes : peut mieux faire !

 

Photo Flickr licence Creative Commons de Spigoo

Terra Nova a publié hier son rapport final sur l’égalité hommes-femmes.  Et les résultats ne sont pas bons !

A l’heure où la célèbre marque Petit bateau décline encore ses bodys en version fille et garçon,1 le rapprochement des conditions hommes-femmes marque le pas. Inégalités salariales, inégale répartition des tâches domestiques,  inégal accès aux décisions économiques… dans tous les domaines, depuis le milieu des années 1990, il y a stagnation ou régression s’alarment les auteurs du rapport.

Ce sont au total 48 propositions que font les rapporteurs pour faire évoluer dans le bon sens l’égalité hommes-femmes.  Classées par thématiques (santé, travail, couple/famille, politique, violences, éducation/formation…), ces propositions sont à la fois concrètes (Etendre l’actuel congé paternité à huit semaines, proposition 39), ou idéalistes (Interdire les réunions débutant avant 9h et après 18h au sein des administrations, grandes entreprises, universités,  laboratoires, etc., proposition 36;  Instaurer au collège et au lycée des cours d’économie familiale (cuisine, ménage, consommation, alimentation, soins aux enfants), aussi bien pour les garçons que pour les filles (proposition 27))

L’objectif avoué :   » faire de l’égalité des sexes non plus seulement l’affaire des femmes (comme activistes ou bénéficiaires) ou de l’Etat (en tant que relais des revendications et incarnation du progrès social), mais également des hommes eux-mêmes, comme sujets et acteurs. » Le premier moyen : la diffusion du rapport et l’appropriation des propositions.

Petite  sélection de mes propositions préférées (choix parfaitement assumé comme subjectif)

Proposition 2 : Ne pas pénaliser les femmes dans leur carrière en raison de leur maternité
Proposition 5 : Instaurer une égalité de rémunération effective entre les femmes et les hommes.
Proposition 6 : Déprécariser le temps partiel subi et revaloriser les retraites des femmes. Repenser les régimes de retraite pour qu’ils ne pénalisent pas les femmes.
Proposition 15 : Lutter contre toutes les violences faites aux femmes.

Proposition 16 : Lutter contre la présentation sexiste des jouets.
Proposition 17 : Sur toute apparence corporelle retouchée à des fins publicitaires (affichage, magazines, spots, emballage), imposer une signalétique « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle ».

 

Quelques liens :

Le dossier de l’Observatoire des inégalités

– Des lectures : un livre, un article

 

  1. Un détour par la lecture du livre d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, 1973 ne ferait pas de mal aux conseillers en marketing de cette grande marque []

Mais où sont passées les PCS ?

Dans leur article « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue Française de sciences politiques (2008), Emmanuel Pierru et Alexis Spire  se demandent pourquoi la catégorie sociale est devenue à partir de la fin des années 80 un critère secondaire d’explication dans l’analyse de la société française.

 » Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des statistiques rendant compte des évolutions récentes de la société française selon les différents groupes sociaux qui la composent ? « 

Ils mettent en lumière le rôle performatif des agents du système statistique d’Etat dans ce processus, même s’ils reconnaissent qu’ « au-delà de l’importance accordée aux catégories socioprofessionnelles, la perte de légitimité d’une compréhension de la société en termes de groupes sociaux trouve son origine dans un mouvement qui dépasse largement le seul cadre du système statistique. »

A partir d’une analyse quantitative de l’évolution de l’usage des CSP, dans deux publications de l’INSEE (Données sociales et Insee Première ) qui selon eux « constituent un révélateur des priorités et des hiérarchies en vigueur à l’Insee », les auteurs de l’article établissent que la CSP devient une variable de plus en plus discrète…

Jusqu’au milieu des années 80, la nomenclature des CSP représente dans Données sociales la principale grille de lecture de la société française.

« Toutes les rubriques de la vie sociale sont présentées en fonction d’une répartition par catégories socioprofessionnelles : l’éducation, le logement, les conditions de travail, mais aussi le mode de garde des enfants, l’automobile et ses utilisations, la possession de chiens et de chats. Les titres des chapitres du volume de 1981 sont éloquents : « Métiers et catégories socioprofessionnelles », « Les activités quotidiennes des Français : différences entre catégories sociales ». »

Le basculement s’opère pour les Données sociales entre 1987 et 1990 :  les catégories socioprofessionnelles perdent alors  de leur visibilité.  Du côté de Insee Première, le mouvement similaire de reflux est décalé dans le temps, puisque les CSP perdent leur place hégémonique à partir du milieu des années 1990.

Ce recul s’opère également lorsqu’on l’analyse de manière qualitative.

– Dans Données sociales, l’intitulé « catégories socioprofessionnelles » disparaît à partir de 1993 des titres de chapitres et d’articles au profit de l’étude des « groupes sociaux ».

À partir de 1996, le syntagme de « groupes sociaux » s’efface à son tour au profit d’autres thèmes comme la pauvreté, la précarité, le lien social, ou encore l’exclusion. Dans ces études, pauvres et exclus ne sont jamais définis en termes de position sociale mais en raison de leur faible niveau de revenu.

Pour comprendre le basculement dans la représentation du monde social, il faut analyser les transformations sociologiques qu’ont connues au cours de cette même période les institutions statistiques elles-mêmes. C’est d’abord dans la place reconnue à la sociologie dans la formation des administrateurs de l’Insee qu’il faut trouver une partie de l’explication de recul de la nomenclature des PCS.

Autres facteurs explicatifs: le renouvellement du personnel de l’Insee, la conversion à l’économétrie avec l’impulsion de nouvelles méthodes (modèles de régression à la place des analyses factorielles)1, et la spécificité d’un outil adapté au terrain français peu adapté de fait aux comparaisons internationales et européennes.

Avec le recul de la nomemclature des PCS, c’est bien une nouvelle vision du monde social qui est promue.

Dans les publications de l’Insee, les inégalités (face aux risques sociaux notamment) sont de moins en moins liées à une structure de « classes » qui se reproduit : elles sont présentées sur un mode de plus en plus personnel. Maintenir une représentation structurée à partir de « collectifs » ou de groupes se heurterait à un processus d’individualisation du social présenté comme inéluctable.

  1. La modification des programmes de l’ENSAE en est le témoin []

Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []