Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Dr Cac vous prescrit 4 min d’économie par jour

Sur France 5, à partir du 3 octobre 2011 à 20h20, suivez les prescriptions de Docteur CAC ! Docteur CAC, docteur en économie, pour Christian CAC, acronyme de C’est assez Clair !

« Chers amis bonjour ! Je suis  Christian CAC, docteur en économie.  CAC  en  trois lettres comme « C’est assez clair  » et avec moi, l’économie va le devenir ! Assez claire, bien sûr ! »

En moins de cinq minutes, ce docteur en économie se propose de vous donner des bases de Macroéconomie.

Cette leçon de vulgarisation économique fait le pari de l’humour : le détournement et la sonorisation  des  images d’archives en font une série volontairement décalée et désuète (on pense aux sketchs de « Message à caractère informatif » détournant des films d’entreprise). Commentaires acerbes, répliques piquantes permettent au Docteur Cac et à ses acolytes de poser les questions qui fâchent.

Les épisodes disponibles en avant-première sont alléchants.

La Grèce peut-elle faire faillite ?

Pourquoi le Qatar investit-il dans le sport ?

 

 

 

Egalité hommes-femmes : peut mieux faire !

 

Photo Flickr licence Creative Commons de Spigoo

Terra Nova a publié hier son rapport final sur l’égalité hommes-femmes.  Et les résultats ne sont pas bons !

A l’heure où la célèbre marque Petit bateau décline encore ses bodys en version fille et garçon,1 le rapprochement des conditions hommes-femmes marque le pas. Inégalités salariales, inégale répartition des tâches domestiques,  inégal accès aux décisions économiques… dans tous les domaines, depuis le milieu des années 1990, il y a stagnation ou régression s’alarment les auteurs du rapport.

Ce sont au total 48 propositions que font les rapporteurs pour faire évoluer dans le bon sens l’égalité hommes-femmes.  Classées par thématiques (santé, travail, couple/famille, politique, violences, éducation/formation…), ces propositions sont à la fois concrètes (Etendre l’actuel congé paternité à huit semaines, proposition 39), ou idéalistes (Interdire les réunions débutant avant 9h et après 18h au sein des administrations, grandes entreprises, universités,  laboratoires, etc., proposition 36;  Instaurer au collège et au lycée des cours d’économie familiale (cuisine, ménage, consommation, alimentation, soins aux enfants), aussi bien pour les garçons que pour les filles (proposition 27))

L’objectif avoué :   » faire de l’égalité des sexes non plus seulement l’affaire des femmes (comme activistes ou bénéficiaires) ou de l’Etat (en tant que relais des revendications et incarnation du progrès social), mais également des hommes eux-mêmes, comme sujets et acteurs. » Le premier moyen : la diffusion du rapport et l’appropriation des propositions.

Petite  sélection de mes propositions préférées (choix parfaitement assumé comme subjectif)

Proposition 2 : Ne pas pénaliser les femmes dans leur carrière en raison de leur maternité
Proposition 5 : Instaurer une égalité de rémunération effective entre les femmes et les hommes.
Proposition 6 : Déprécariser le temps partiel subi et revaloriser les retraites des femmes. Repenser les régimes de retraite pour qu’ils ne pénalisent pas les femmes.
Proposition 15 : Lutter contre toutes les violences faites aux femmes.

Proposition 16 : Lutter contre la présentation sexiste des jouets.
Proposition 17 : Sur toute apparence corporelle retouchée à des fins publicitaires (affichage, magazines, spots, emballage), imposer une signalétique « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle ».

 

Quelques liens :

Le dossier de l’Observatoire des inégalités

– Des lectures : un livre, un article

 

  1. Un détour par la lecture du livre d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, 1973 ne ferait pas de mal aux conseillers en marketing de cette grande marque []

Les Français et l’argent, un ouvrage collectif

Vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes un ouvrage collectif sous la direction de Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec, Les Français et l’argent. Entre fantasmes et réalité.

Plus qu’une histoire de l’argent en France durant la période contemporaine, cet ouvrage explore l’histoire des relations des Français avec l’argent. S’inscrivant dans une perspective interdisciplinaire, il part de l’idée que l’argent est à la fois facteur, signe et conséquence de la valeur sociale des biens et des personnes. À la croisée de l’histoire économique, sociale, politique et culturelle, les approches proposées sont autant de contributions à une histoire totale de l’argent, cette réalité protéiforme des sociétés contemporaines.

Centré sur la période XIXe-XXIe siècle, il ne compte pas moins de 22 contributions réparties en trois sections

– Identités et pratiques sociales

– Pouvoir, tensions et régulation

– Perceptions, valeur et morale

Quand le livre numérique imite le livre papier

A. Les éditions Zones offrent aux lecteurs de compulser, lire, feuilleter leurs livres en version numérique.

B. Mon portable est un petit EeePc très fonctionnel et léger, qui bien que parfait pour l’utilisation qui est la mienne,  ne dispose cependant pas d’enceintes de qualité. Le son est donc quasiment toujours coupé sur mon ordinateur.

C. Quelle ne fut pas ma surprise ce jour, en ouvrant (sic) Lettres de non-motivation le livre de Julien Prévieux, que je trouve sur Zones (cf A.) et d’entendre en le parcourant, le bruit des pages qui se tournent (point B.).

Conclusion : j’ai fait aujourd’hui l’expérience sonore du livre numérique ! Peut-être le bruit des pages feuilletées était-il un peu métallique ou trop numérique… Dans tous les cas, j’ai apprécié et voulu partager (d’où ce billet « frivole ») l’expérience, digne de celle que proposent les reportages de la radio Arteradio.com, dont les rédacteurs de Socio-Voce sont des fans invétérés.

Expérience sonore du livre,  qui complète mes premières expériences du livre numérique.  J’ai découvert le livre numérique l’année de la préparation de l’agrégation : comment accéder à un ouvrage un dimanche soir à 22h, lorsque celui-ci n’est pas dans sa bibliothèque universitaire1 ou lorsqu’on ne peut attendre le lendemain ? La solution toute trouvée, était, munie de ma carte bleue, d’acheter le livre en version pdf pour le lire sans attendre !

En effet après paiement, le lecteur reçoit un mail lui permettant de télécharger son livre en format pdf.2 Si l’on passe sur les débats ouverts quant au confort de la lecture sur écran, je vous renvoie à ce désormais classique et excellent billet de Marin Dacos, sur l’immatérialité de la lecture, le livre numérique n’offrant pas (encore ?) l’odeur, le toucher d’un « vrai livre », ce format est pratique pour un étudiant lambda. Il permet de faire de prendre des notes directement dans son logiciel de traitement de texte, de faire des recherches par mot-clé. Si l’on ajoute le temps gagné à ne pas le chercher dans les rayons de sa bibliothèque ou librairie préférée, il offre un gain de temps non négligeable.

Je renvoie les lecteurs intéressés par l’avenir du livre (papier, numérique…) à l’excellent cours d’Eric Verdeil, blogueur sur Rumor, disponible sur Slideshare, cours dont j’ai bénéficié dans le cadre de ma formation doctorale. D’une perspective bien plus large que celle évoquée ici, vous trouverez cependant des éléments de réflexion sur l’avenir de livre.

  1. Pour moi il s’agissait de la bibliothèque de l’ENS, qui offrait pourtant une accessibilité très grande : ouverte jusqu’à 3h du matin, en accès libre, ce qui permet de contenter les faims de lecture immodérées et non contrôlées des agrégatifs []
  2. Je ne parle pas des liseuses ou autres nouveautés technologiques, auxquelles je suis si peu réceptive. Pas une bonne cliente dirons-nous, je n’ai même pas de téléphone portable, alors je ne vais pas m’équiper d’une liseuse, pensez-donc ! []

Je pourrais être votre grand-mère

Du 4 au 12 février 2011 se tient à Clermont-Ferrand le festival 2011 du court-métrage. Il y a quelques semaines Le Monde.fr nous invitait à regarder en ligne plusieurs documentaires et à voter pour notre court-métrage préféré. Monsieur l’abbé, dont Benoit parlait sur ce blog a retenu nos suffrages.

Mais parmi les autres documentaires visualisés, j’en ai retenu un autre, il s’agit de Je pourrais être votre grand-mère, un court-métrage de Bernard Tanguy, dont je dévoile ci-après, non pas quelques enjeux, mais quelques lignes de force narratives.

Un jeune avocat part au travail. Une vieille dame roumaine a manifestement passé la nuit dans la rue, devant chez lui.

Réunion d’avocats d’affaires. Brillante présentation en anglais : il est question de délocalisation, de retours sur investissements inespérés. Une nouvelle politique commerciale. Il faut trouver une agence de communications pour « faire passer la pilule » et « éviter les séquestrations » ainsi que le conclue le président de séance cyniquement. Faire passer la pilule des fermetures d’usine et donc du licenciement collectif que l’on imagine suivre. Notre jeune avocat est un peu moins enjoué que les autres, il regarde à droite, à gauche ses collègues et ne trouve aucun soutien.

Retour chez lui. La vieille dame est toujours là et s’apprête à passer une nouvelle nuit dehors. L’avocat rentre chez lui et rencontre une voisine. On aurait pu croire que le sort de la vieille dame la touchait « vous pensez qu’elle va dormir là cette nuit ? ». En fait, cette vieille personne la gêne car elle l’empêcherait de vendre son appartement. Cynisme encore. Une loi ne permettrait-elle pas de la déplacer ? Cette même nuit, l’avocat lui fabrique une pancarte « Je pourrais être votre grand-mère ». « Essayez cette pancarte ».

La pancarte fait son effet. L’avocat multiplie alors les pancartes « Soif d’idéal », « A découvert », « Soldes », « All we need is love + 1 euro », « Le temps des crises »…parcourant la ville à la recherche de SDF pour leur donner ces pancartes. Interpellant les piétons, elles jouent sur l’humour et encouragent les dons par appel à l’empathie. Décalées, jouant sur les « attentes secondaires » (Goffman) des passants, elles poussent au don.  Interpellé par des policiers pour incitation à la mendicité, moqué par ses collègues et critiqué par son patron, le jeune avocat est finalement félicité par son cabinet d’avocats, car il a offert une image de marque positive à celui-ci. Un mot reste à la fin de court-métrage : cynisme et ironie.

Deux mondes se côtoient dans ce documentaire. « Eux » les pauvres, qui dînent sous le grand magasin Lafayette maison. Dîner de fête dehors, grâce aux dons abondants générés par la nouvelle pancarte et les autres, riches avocats d’affaire.  Un court-métrage à voir…

Un petit livre salutaire

Je viens de découvrir un petit livre salutataire, à destination des jeunes et des moins jeunes.

Ecrit par François Daniellou et publié aux éditions Octares L’orthographe n’est pas soluble dans les études supérieures ! Aide-mémoire bienveillant, à l’usage des étudiants est un guide précieux d’orthographe, qui sait rappeler quelques leçons de grammaire.

Conçu comme un dictionnaire, il propose un certain nombre d’entrées classées par ordre alphabétique, qui sont autant de mots dont l’orthographe pose problème ou dont l’utilisation est ardue. Ecrit-on cuillère ou cuiller1 ? Ne pas confondre gène, gêne; cane et canne, soufre et souffre…Proposant des exemples d’application, il permet de connaître d’un coup d’œil constructions et pluriels des mots.  A mettre dans toutes les poches !

  1. les deux sont en fait possibles []