Désenchantera ou ne désenchantera pas : Noël et autres choses

La sociologie a-t-elle vocation à désenchanter la réalité ?1 La dernière livraison de l’étude internationale Pisa parue tout récemment a amené les sociologues à rappeler que l’école française est encore aujourd’hui la championne des inégalités. L’analyse du rôle de l’école dans la reproduction des inégalités sociales a permis depuis Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron de brosser le portrait désenchanté d’une démocratisation de l’école ratée, à tout le moins, bien plus ségrégative qu’uniforme (si l’on reprend la distinction de Pierre Merle dans le Repères La démocratisation de l’enseignement).

Désenchantement aussi du côté de la sociologie de la culture et des enquêtes sur les Pratiques culturelles, qui tous les sept ans depuis 1973 (1973, 1981, 1988, 1997 et 2008) concluent avec pessisme au maintien des inégalités d’accès aux registres culturels les plus légitimes. Pessimisme qui avait conduit Olivier Donnat un temps à abandonner ces portraits culturels de la France, d’où l’intervalle entre l’enquête de 1997 et celle de 2008.

Ce long préambule pour en venir à ce qui motive ce billet du jour, la découverte d’un ouvrage pourtant ancien, celui de Martyne Perrot, Ethnologie de Noël. Une fête paradoxale paru aux éditions Grasset en 2000. Et s’il est question ici de désenchantement c’est bien parce que Martyne Perrot revient sur la croyance sociale bien ancrée en la « magie de Noël ». Il s’agit ici de rappeler que la fête de Noël est une invention sociale, résultat du remaniement de traditions anciennes, mêlant christianisme et paganisme. Il convient également de s’interroger : pourquoi une telle permanence ? Quelles sont les fonctions sociales que cette fête permet d’assurer ?2. L’inflation des cadeaux de Noël est aujourd’hui ce qui fonde Noël : fête des parents et des enfants, l’échange de cadeaux reste un rituel très fort, comme le rappelle Christine Legrand dans un article de La Croix d’hier.

Désenchanter Noël ? Rappelons pour finir combien Noël est un symbole fort pour les parents et l’énergie qu’ils peuvent dépenser pour préserver leurs chères têtes blondes de la « rupture de la croyance » : il y a quelques semaines une publicité du Crédit Mutuel3 a mis en émoi de nombreux parents. A une heure de grande écoute, le dimanche 31 Octobre un spot de pub délivre ce message « J’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer. […] Figure-toi que le Père Noël n’existe pas. » La réaction des parents fut immédiate et radicale, il fallait supprimer le spot.

  1. Depuis les mouvements de contestation sur les retraites, une phrase orne le tableau de la salle où je fais cours à l’Université Lumière-Lyon II : « la sociologie est une science de frustrés ». []
  2. Viennent en tête une fonction d’institution de la famille au sens où l’entend Pierre Bourdieu dans Un art moyen (1965) pour la photographie, une fonction de consommation ostentatoire à la Veblen… []
  3. Attention âmes sensibles s’abstenir, information interdite aux moins de 18 ans []

Injonctions : manger sainement, bouger, séduire

Je n’arrête pas de répéter à mes étudiants que les messages nutritionnels sont inégalement reçus, perçus et mis en application suivant les classes sociales. Concernant les pratiques alimentaires, le désormais célèbre « Manger 5 fruits et légumes par jour » constitue la « rhétorique nutritionnelle d’Etat »1 la plus diffusée aujourd’hui.  Elle participe  de la diffusion de normes de bonne conduite en matière d’hygiène de vie, qui englobent le rapport au corps (que l’on veut mince, ferme, tonique), la pratique du sport devant être associée à des pratiques alimentaires saines et diversifiées.  La récente campagne d’affichage (sur Lyon tout au moins) mettant en scène les fameuses « 30 minutes de marche par jour » 2 contribue à véhiculer un ensemble de normes et de valeurs étiquetées « socialement bonnes pour la santé ».  Mais il faut voir que cette ligne de conduite est thématisée en fonction du genre et de l’âge des publics visés : l’affiche représentant une jeune femme met en scène des temps de marche vers des espaces genrés, à elle le coiffeur, le cinéma…

Quid de la réception des normes diffusées par ces affiches ? Faustine Régnier montre dans un article récent de la Revue française de sociologie « Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale » que les normes d’alimentation et de corpulence sont inégalement intériorisées et mises en pratiques.  Il faudrait analyser les réceptions de ces campagnes et mesurer leurs « effets réels » de ces injonctions .

Pour élargir cette réflexion, j’en viens à ce qui a impulsé l’écriture de ce post. Depuis quelque temps se développent des sites d’achats groupés en ligne3. Ce matin, le « deal » proposé par la grande enseigne d’achats groupés du moment, dont je tairais ici le nom, propose aux femmes des « cours d’effeuillage ».  Il s’agit d’apprendre aux femmes à maîtriser « l’art délicat et sensuel de l’Effeuillage ». J’y vois un indice de l’injonction à séduire qui est faite aux femmes dans la société, qui recoupe les injonctions à jouir et à maitriser sa sexualité, largement véhiculées dans la presse féminine.  On trouvera cette idée thématisée dans l’article-entretien avec Catherine Millot  » L’injonction à la jouissance. Histoire d’une libération entre désir et loi.  » (Revue Mouvements, 2002)

Autre injonction contemporaine : l’allaitement. On ira lire avec profit l’article de Séverine Gojard dans la revue Spirale et le billet que je lui avais consacré.

On remarquera que ces injonctions ont en commun d’être définies à l’extérieur de l’individu, on retrouve la définition du fait social de Durkheim : il consiste en des manières d’agir, de penser et de sentir, extérieures à l’individu, et qui sont doués d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui. La contrainte prend place dans un dispositif extérieur (la publicité, la norme sociale…), se pose alors la question des dispositions qui amènent à percevoir cette contrainte comme une contrainte (quels sont les ressorts individuels de la lecture de ces discours en contrainte ?)

A suivre…

  1. L’expression est de moi []
  2. Les affiches s’évertuent à montrer que marcher 30 minutes par jour n’est pas difficile : 5 minutes pour aller à la gare, chez le coiffeur, 3 minutes pour aller à la boulangerie, 10 minutes pour aller au cinéma… []
  3. Il s’agit de négocier des tarifs réduits sur des prestations (restaurant, coiffure, massages…) vendues à un grand nombre de personnes []

Diplôme et début de carrière

Si le diplôme reste une protection forte contre le chômage, les diplômes sont loin d’avoir tous la même rentabilité sur le marché du travail.

On ne peut nier le « coefficient de préservation » (si l’on adopte le vocabulaire durkheimien utilisé dans Le Suicide) que représente le fait de détenir un diplôme. En effet les jeunes qui n’ont aucun diplôme sont les plus pénalisés, 23 % d’entre eux n’étant pas présents sur le marché du travail et 31 % des jeunes actifs sans diplôme étant au chômage,  de plus le salaire médian de ceux qui travaillent est proche de 1 100 euros.

A l’autre extrême, sur la période 2003 – 2009, les titulaires d’un doctorat de santé ayant terminé leurs études depuis moins de onze ans, ont un taux de chômage moyen de 2% et un salaire mensuel médian supérieur à 2500 euros. Faut-il voir dans le diplôme, quel qu’il soit, une arme absolue contre le chômage ?

Daniel Martinelli et Corinne Prost qui signent le dernier numéro d’Insee Première (N°1313, Octobre 2010) montrent que tel n’est pas le cas. À partir de quatre indicateurs (taux de chômage, proportion d’emplois à temps partiel, catégorie sociale de l’emploi et salaire, ils décrivent les débuts de carrière des salariés et classent les diplômes et spécialités en trois grands groupes selon leur rentabilité sur le marché du travail.

Sans reprendre l’ensemble de leurs conclusions, on peut retenir quelques idées principales :

– les CAP-BEP des services, les CAP-BEP en textile, habillement, cuir et les baccalauréats professionnels de secrétariat sont peu favorables sur le marché du travail : le taux de chômage des salariés issus de ces formations dépasse souvent 20 % au cours des dix premières années de vie active. Très féminisées, ces formations débouchent sur des emplois peu rémunérateurs et très souvent à temps partiel.

– les DUT-BTS, les licences professionnelles de la production, les licences ou masters en sciences ou informatique, les  formations de la santé (infirmiers ou médecins) favorisent des bons débuts de carrière

– A l’inverse, certains DUT-BTS, certains masters notamment en sociologie, en psychologie et en arts ne sont pas favorables à l’emploi. Dans ces spécialités le rendement du diplôme n’est pas positif : ainsi les titulaires d’un Deug en lettres et sciences humaines ont une situation sur le marché du travail est  comparable à celle des titulaires de CAP ou BEP de la production.


Bar des sciences de Montbéliard

J’étais hier soir, 23 février, invitée au bar des sciences de Montbéliard, organisé par Pascal Rémond dans le cadre du Pavillon des sciences. Depuis mars 2007, Pascal REMOND se démène pour organiser des « Bar des sciences » grand public, originaux et variés.

La formule est rodée et le plaisir de partager au rendez-vous ! Un grand merci à lui de m’avoir accueillie hier soir…

Nous étions cinq invités autour du thème « Les dessous des dessous… Soirée soierie et sociologie du vêtement…. » au Bar de L’Hôtel Bristol, rue Velotte à Montbéliard.

– Farid CHENOUNE, agrégé de lettres et historien de la mode, Institut Français de la Mode de Paris, auteur de « Les Dessous de la féminité. Un siècle de lingerie « .

– Anne ZAZZO, Conservateur en chef du patrimoine, Galliéra, musée de la mode de la ville de Paris

– Florence BRACHET CHAMPSAUR, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Institut d’ Histoire du Temps Présent (CNRS), Responsable du service Patrimoine & Archives Historiques du Groupe Galeries Lafayette

– Elodie NOWINSKI, Historienne de la mode, Maítre de conférence SciencesPo Paris.

– Frédérique GIRAUD

Que pensez-vous du futur programme de SES en classe de seconde ?

Le ministère de l’Education Nationale mène une consultation sur les projets de programme de l’enseignement des SES de la future classe de Seconde.

Vous pouvez donnez votre opinion en utilisant le formulaire sur le site de l’APSES.  Qui sait, les professeurs de ses seront peut-être écoutés …

Une nouvelle attaque contre les sciences sociales : le nouveau programme de SES

Le Ministère vient de communiquer son projet de nouveau programme de sciences économiques et sociales (SES) de seconde. Ce projet de programme réoriente profondément les finalités de l’enseignement de SES et fait disparaître ce qui fonde le projet des SES (pluridisciplinarité, réflexion fondée sur l’approche complémentaire par les sciences sociales des faits de société).

D’une part les thématiques  sociologiques sont reléguées au rang d’options. Le programme prévoit douze thèmes dont dix obligatoires, vous imaginez sans peine que les thèmes les plus sociologiques font partie des deux derniers thèmes optionnels …

D’autre part disparaissent dans ce nouveau programme des notions qui font sens pour les élèves : la famille, l’emploi qui sont des thèmes qui leur parlent et font sens compte tenu de leurs expériences.

Sous couvert de cette réforme, c’est une conception monolithique et hiérarchisée des sciences qui est promue : à l’économie mathématisée la toute-puissance !  qui  devient la référence, elle masque pourtant les problématiques de notre société contemporaine.

 » Suppression des questionnements sur l’emploi et le chômage, sur l’investissement, sur les revenus et les inégalités ou encore sur les transformations de la famille au profit de questions sur l’épargne, la fixation des prix (y compris du prix d’équilibre) dans une perspective positiviste et monolithique de l’économie. » (Le communiqué de l’APSES)

Cette réforme promeut une transformation globale de l’esprit des SES à l’encontre de considérations pédagogiques et citoyennes. En tout cas  en ce qui nous concerne,  nous avons passé un concours de SES, parce que nous sommes attachés aux sciences sociales et nous ne souhaitons pas voir disparaitre la sociologie…

Pour en savoir plus :

Le communiqué de l’APSES

– Une synthèse des critiques sur le site de l’IDES (Institut pour le développement de l’information économique et sociale)

– Le post de Denis Colombi « La victoire des bisounours ?« 

– Sur Rue89, le chômage disparaît du programme d’éco de seconde

Frédérique & Benoit

Faire la grève de la faim, conférence ce soir à l’ENS-LSH à 18h

Rejoignez-nous ce soir à l’Ens-Lsh à partir de 18h en salle F112

Nous accueillons Johanna Siméant qui vient nous parler de la grève de la faim

Bien que ce mode d’action se soit répandu au XXe siècle, le recours à la grève de la faim reste encore mal connu. Cette conférence reviendra sur les origines de cette pratique protestataire, sur la diversité de ses formes, et sur les différentes dimensions de sens qu’elle charrie : convocation d’un public, honte jetée sur l’adversaire, montée aux extrêmes et mise à l’épreuve de l’engagement du gréviste…

Johanna Siméant est professeure de science politique à l’Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, chercheuse au Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS) et membre de l’Institut universitaire de France. Ses domaines de recherche couvrent la sociologie du militantisme, de l’engagement humanitaire et des mobilisations transnationales. Elle est notamment l’auteur de La cause des sans-papiers (Presses de Sciences Po, 1998) et, avec Pascal Dauvin, Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG, entre siège et terrain (Presses de Sciences Po, 2002). Elle vient de publier Faire la grève de la faim (Presses de Sciences Po, 2009).

Cette conférence inaugure le cycle de conférences « Au fil du travail des sciences sociales » au cours duquel nous recevrons

– le  jeudi 17 décembre 2009 à 18h en salle F005, Pascale Trompette, « Le marché des défunts »

Le secteur des pompes funèbres français est entré dans la sphère du marché concurrentiel depuis la loi Sueur de 1993, après deux siècles de monopole réglementé. Il constitue en cela un cas exemplaire, qui permet d’analyser les processus de construction historique et politique de création d’un service public concurrentiel dans un domaine aux enjeux civiques et sociaux forts, entre État, Eglise et entrepreneurs privés. Contribution au renouvellement de la sociologie économique contemporaine, le travail de Pascale Trompette analyse le fonctionnement concret de ce marché à travers l’étude des pratiques concurrentielles, des règles de régulation et de la relation de service dans un domaine marqué par le poids du sacré et le rapport à l’intime.

Pascale Trompette est directrice de recherches en sociologie au CNRS, et membre du laboratoire Pacte Politique-Organisations à l’Université de Grenoble. Elle a publié Le marché des défunts en 2008 aux Presses de Sciences Po.

– le 21 janvier Michel Bozon, « Les usages sociaux de enquêtes sur la sexualité »

Michel Bozon a dirigé, avec Nathalie Bajos (Inserm) et Nathalie Beltzer (ORS Ile-de-France), l’enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (CSF). Il s’agit de la troisième enquête nationale sur les comportements sexuels en France, après l’enquête Simon en 1970 et l’enquête « Analyse des Comportements Sexuels en France » (ACSF) en 1992. Michel Bozon en présentera les enjeux méthodologiques et sociologiques, ainsi que les principaux résultats.

Michel Bozon est sociologue et démographe. Il est directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). Après des travaux consacrés aux logiques sociales de la formation des couples, ses recherches portent depuis plusieurs années sur les pratiques sexuelles. Il est notamment l’auteur de Sociologie de la sexualité (Armand Colin, 2002), La formation du couple (La Découverte, 2006), et Enquête sur la sexualité en France (Armand Colin, 2008).

– le jeudi 4 février 2010 à 18h en salle F008,  Jean-Pierre Poulain, « L’obésité, un objet pour les sciences sociales ? »

L’obésité n’a cessé ces dernières années de mobiliser le milieu médical, de questionner les différentes instances scientifiques, d’interpeller le monde politique et de faire à intervalles réguliers les grands titres des médias. Quels peuvent être les apports des sciences sociales à la compréhension et à la prise en charge de ce sujet devenu « de société » ? Les dimensions sociales de l’obésité ne se réduisent pas à ses déterminants sociaux, et il convient donc de prendre en compte les controverses scientifiques qui traversent cette question afin de mettre au jour les jeux de concurrence entre acteurs du système médical, de l’agro-alimentaire, de l’industrie pharmaceutique, des médias et des différents ministères concernés.

Jean-Pierre Poulain est professeur de sociologie à l’Université de Toulouse Le Mirail. Il est notamment l’auteur de Sociologies de l’alimentation (Puf, 2002), et récemment de Sociologie de l’obésité (Puf, 2009).

– le jeudi 11 mars 2010 à 18h en salle F008, Nicolas Duvoux, « L’autonomie des assistés »

L’idée d’une « autonomie des assistés » peut sembler paradoxale, voire provocatrice, puisqu’elle accole une condition stigmatisée, celle d’« assisté », et une valeur reconnue et centrale dans les sociétés modernes avancées : « l’autonomie ». Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. S’interroger sur l’autonomie des assistés revient simplement à se défaire de la prénotion selon laquelle les assistés sont passifs et dépendants, pour se demander comment des individus qui reçoivent une assistance de la part de la collectivité parviennent à faire face au stigmate et à la pauvreté. A partir d’une
enquête menée auprès d’allocataires du RMI interrogés en île-de-France dans les années 2000, Nicolas Duvoux restitue le sens que les individus donnent à la norme institutionnelle d’autonomie à laquelle ils sont soumis dans un contexte de précarité matérielle et de vulnérabilité sociale.

Nicolas Duvoux est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Descartes, et membre du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, Paris Descartes / CNRS). Il est également rédacteur en chef du site « La vie des idées » et membre du comité de rédaction de la revue Sociologie. Il a notamment publié La régulation des pauvres (Puf, 2008) avec Serge Paugam, et L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion (Puf, 2009)