Une relecture des relations franco-allemandes

Nathalie Mangin, « Les relations franco-allemandes et les bains mondains d’Outre-Rhin », Histoire, économie & société, 1994

Au milieu du XIXe siècle et jusqu’à 1870, les bains mondains d’outre-Rhin (Bade, Ems, Wiesbaden) sont les lieux de villégiature privilégiés des élites européennes. La vogue de ces bains allemands repose sur différents facteurs dont la qualité des eaux minérales semble souvent le premier facteur nécessaire. Le jeu, une brillante vie mondaine et artistique et une publicité habile ont fondé ce succès des stations d’outre-Rhin. Continuer la lecture de Une relecture des relations franco-allemandes

Les enjeux sociaux du hammam

Pour changer un peu de thématique, voici un article sur le hammam. Je vous propose à nouveau quelques extraits de l’article, afin de vous donner le goût de sa lecture.  » Les enjeux sociaux du corps. Le hammam maghrébin (XIXe-XXe siècle), lieu pérenne, menacé ou recréé « , Omar Carlier, Annales, 2000

« Lieu du corps mortel, fragile et périssable, le hammam est unanimement recommandé pour ses vertus hygiéniques, relaxantes et thérapeutiques. On le tient, non sans de bonnes raisons, comme le meilleur des remèdes, à la fois préventif et curatif, bien préférable à la saignée du barbier et parfaitement complémentaire d’une vieille et savante médecine de guérison par les plantes. »

« Le bain de vapeur procure le repos, le bien-être, et convient encore mieux de ce fait à l’esprit tendu ou stressé. Il impose, en effet, la relaxation et le soupir. Le masseur y tire les muscles et rompt les os, pour mieux reconstruire l’individu. La chaleur de l’étuve fait le reste. Elle s’impose au corps, le transforme, le soulage »

Continuer la lecture de Les enjeux sociaux du hammam

« Villa mon rêve », « Ker Lulu » analyse sociologique des noms de maison

J’ai redécouvert aujourd’hui un petit livre bien sympathique. Frais, estival mais aussi méthodique et argumenté. Ce livre, c’est celui d’Anne Chaté, « Villa mon rêve », « Ker Lulu »analyse sociologique des noms de maison, paru en 2005, aux éditions L’Harmattan. Des maximes aux prénoms, en passant par les initiales et les diminutifs, Anne Chaté s’interroge sur les raisons qui poussent à donner un nom à sa maison. Fonction identitaire et fonction de reconnaissance, personnelle, familiale ou sociale. Véritable parure symbolique par la seule puissance évocatrice des noms choisis, emblème ludique, le nom d’une maison, qu’il soit affiché ou simplement connu par ceux qui la fréquentent, importe beaucoup pour ses propriétaires.

Enseigner le travail de terrain, l’expérience de Chapoulie

« Enseigner le travail de terrain et l’observation: témoignage sur une expérience (1970-1985) », Jean-Michel Chapoulie, Genèses, 2000,Volume 39 »
Cette semaine, l’article choisi raconte une expérience d’apprentissage : celle d’un enseignant à l’université, dans un cours d’apprentissage de l’enquête de terrain. Comment faire passer aux étudiants de faculté qui mènent leurs premières recherches le goût pour le terrain, mais aussi plus fondamentalement le recul nécessaire par rapport aux prénotions chères à Durkheim. Chapoulie revient sur son expérience et relate à travers plusieurs années d’enseignement, la manière dont il apprend aux étudiants à contourner des idées préconçues.

Vous pouvez lire un extrait de l’article de cette semaine

1- L’obstacle premier à l’adoption par les étudiants du point de vue de la sociologie est leur expérience personnelle et naïve du monde; celle-ci doit être mise à distance, voire récusée ;

2- Les enquêtes statistiques, et notamment celles que réalisait alors l’Insee, sur la population française sont le premier moyen qui peut permettre aux étudiants de rompre avec cette expérience personnelle;

3- L’apprentissage de la sociologie doit passer par la connaissance pratique des activités ordinaires des sociologues : principalement : alors la rédaction de questionnaires, la construction de tableaux croisés et notamment ceux qui correspondent à des tris n-uples, leur interprétation, le recueil et l’interprétation d’entretiens;

4- L’enseignement de la méthodologie isolé de, toute enquête ayant un contenu substantiel est inefficace, sinon néfaste : la méthodologie d’une enquête doit être choisie en fonction des objectifs de celle-ci et tenir, compte des contraintes des objets et des circonstances du recueil de la documentation;

5- Une solide formation théorique – c’est-à-dire une connaissance des ouvrages classiques qui présentent le point de vue «objectivant» des sciences sociales – est un préalable nécessaire à toute recherche sociologique

L’animal familier, une consommation ostentatoire ?

Bref détour par un article de la Revue Française de sociologie, de 1992, de Nicolas Herpin et Daniel Verger, « Sont-ils devenus fous? La passion des Français pour les animaux familiers « 

« Dans les grandes villes, où les cadres sont concentrés, le chien est inapte à rendre la plupart des services traditionnels (chasse, gardiennage, etc.); il est coûteux en argent et en temps passé à s’en occuper mais aussi particulièrement encombrant dans les logements privés, moins spacieux qu’à la campagne (Tableau III). L’obligation faite au maître de sortir cet animal entraîne un second type d’encombrement, cette fois-ci collectif, celui des voies publiques et de leur dégradation. Les municipalités supportent des coûts supplémentaires pour entretenir les trottoirs. Aux dépenses privées s’ajoutent celles des services publics. Le chien en ville, tout comme le chien urbain en « vacances » dénoncé par les ruraux (Bozon, Chamboredon et Fabiáni, 1981), est un type de possession particulièrement provocateur à l’égard de l’entourage et notamment à l’égard de ceux qui n’en ont pas. La visibilité de cet équipement vivant et le gaspillage qu’implique son entretien ne suffisent-ils pas à faire de cet animal un support particulièrement adapté à la consommation ostentatoire?
Les riches se montrent sélectifs dans le choix de leur entourage. L’animal de race convient mieux pour étaler sa fortune. Comme Héran (1988, Ethnologie française, « Comme chiens et chats, structures et genèses d’un conflit culturel ») le rappelle à juste titre : «Aux yeux de Veblen, le chien est une illustration extrême de l’alchimie sociale du jugement de goût qui porte à trouver beau tout ce qui est cher». A la différence des bâtards le plus souvent offerts, les animaux de race sont prioritairement acquis dans le commerce à des prix relativement élevés

Le chien de race séduit les riches mais aussi les intellectuels. Le chien de race suscite l’admiration ou l’envie de la tribu des cynophiles. Ces espèces ne sont donc considérées comme le support d’une consommation ostentatoire qu’à l’intérieur d’un cercle restreint. Il faut être convaincu de la valeur des chiens pour que la possession d’animaux racés devienne une source de prestige. Comme l’a montré Paul Veyne (1982) à propos de l’évergétisme, le gaspillage ne suscite de l’admiration que lorsqu’il s’adresse à des croyants.

L’élégante n’a que faire de l’hommage de la rue; elle se garde de porter ses «beaux bijoux» dans les transports en commun. Il en est de même de l’animal domestique qui n’est vraiment en situation de produire son effet maximum que dans des lieux choisis. De ce point de vue, le chat de race convient encore mieux au snobisme de petit groupe que le chien de race car c’est un animal séquestré. Le chat de race, en effet, est rare; son taux de possession est cinq fois plus faible que celui des chiens de race (13% chez les ailurophiles contre 69 % chez les cynophiles ). De plus, les siamois, les chartreux et les persans bleus se concentrent en haut de la hiérarchie sociale dans les foyers les plus riches des grandes villes qui jouent traditionnellement un rôle d’avant-garde dans la formation des goûts collectifs. »