Arrêt sur image : l’expérience scolaire de la relégation

Arrêt sur image sur une courte séquence d’un feuilleton-documentaire La loi du collège de Mariana Otero, édité par Blaq out. L’extrait analysé se situe entre  6.30  et 7. 03 sur la vidéo (La loi du collège_extrait)

Un cours de français au collège Garcia Lorca, en Seine Saint-Denis. Cours de grammaire et de conjugaison.  La professeure corrige un exercice, un élève au fond de la classe manifeste son envie de bien faire en levant la main et propose laborieusement ses réponses. Toutes ne semblent pas justes, et tardent à venir. On sent toute la difficulté qu’a l’élève à répondre rapidement. Il bute, fronce les sourcils, veut réussir, et puis spontanément il lâche un « putain » évocateur.

Le juron de l’élève qui malgré ses efforts patents ne parvient pas à donner la bonne réponse traduit, nous  semble-t-il, la violence symbolique à laquelle l’école le soumet à cet instant. Expérience instantanée d’une difficulté d’apprentissage, sans doute réitérée. Cette image est forte car elle nous montre en un instant la difficulté des apprentissages scolaires pour des élèves de milieux populaires. Contrairement au discours commun qui voudrait que ces élèves soient définis uniquement par leur mauvaise volonté scolaire, cette image nous montre une réalité plus complexe, faite de volonté de réussir et de participer au jeu scolaire, et de l’autre le rappel tel un double bind, de la socialisation et de la distance culturelle avec la langue, en particulier dans sa forme écrite.

Cet extrait illustre ce que Pierre Périer dans son ouvrage paru récemment L’ordre scolaire négocié. Parents, élèves, professeurs dans les contextes difficiles (Presses Universitaires de Rennes,2011) appelle la relégation. Les espérances placées dans l’école par les élèves en difficulté sont violemment bousculées par l’expérience quotidienne et répétée de leur impossibilité à se réaliser.

« Le sens donné à l’école se délite à mesure que s’accumulent les épreuves scolaires ponctuées  de « mauvaises » notes, de jugements et de sanctions qui dévalorisent et humilient parfois. » (p. 111)

Frédérique et Benoit

L’impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires

Le numéro d’Economie et Statistique de novembre 2009 est consacré au travail salarié des étudiants.  Magali Beffy, Denis Fougère et Arnaud Maurel s’interrogent sur l’impact du travail salarié des étudiants sur la réussite universitaire des ces derniers.

Il apparaît que l’occupation d’un emploi à côté de ses études pénalise la réussite aux examens universitaires, principalement lorsque le nombre d’heures de travail salarié est élevé. Travailler plus de 16 heures par semaine a un effet très signifcativement négatif sur la probabilité d’obtenir son diplôme. Un volume important d’heures de travail hebdomadaires (ici plus de 16 heures) réduit nettement le temps consacré aux études ainsi que, potentiellement, l’assiduité des étudiants, et a de ce fait un effet négatif sur la réussite universitaire. En revanche, occuper un emploi à temps très partiel (ici moins de 16 heures hebdomadaires) limite ces effets négatifs.

L’analyse repose sur des échantillons extraits des enquêtes Emploi conduites par l’Insee de 1992 à 2002. Ces échantillons sont restreints aux personnes en cours d’études initiales à l’université et préparant un diplôme universitaire de premier ou de second cycle (Deug, licence ou maîtrise). L’impact du travail étudiant salarié sur la réussite à l’examen de fin d’année universitaire, tout d’abord à l’aide d’un modèle  Probit bivarié, puis d’un modèle qui tient compte du nombre d’heures hebdomadaires de travail salarié.

L’arrivée d’un enfant accentue l’inégalité de la répartition des tâches domestiques

Si l’on sait que la répartition des tâches domestiques est inégalitaire, combien même les déclarations d’intentions sont égalitaristes, il est intéressant de savoir comment évolue cette répartition des tâches avec l’arrivée du premier enfant.

Sans trop de surprises, le dernier numéro de Populations et Sociétés de novembre 2009 nous apprend que l’arrivée d’un premier enfant accentue l’inégalité de la répartition  des tâches domestiques au sein du couple.  Et ce dans un sens défavorable à la mère, en grande partie en raison des ajustements professionnels des mères, qui réduisent ou cessent toute activité professionnelle.

Arnaud Régnier-Loilier pose quelques jalons de réflexion sur cette question. A compléter par une analyse différenciée PCS par PCS de cette évolution de la répartition des tâches domestiques.

La surface des logements selon la catégorie sociale

Un petit tour par l’Observatoire des inégalités est toujours instructif. En témoignent ces données que je prends sur ce site

Les inégalités face au logement sont fortement liées au revenu et donc à la catégorie sociale : plus le revenu s’élève, plus on peut se loger confortablement. En moyenne, les ouvriers disposent de 30 m² par personne contre 43 m² chez les artisans, commerçants et chefs d’entreprise.

A catégorie sociale équivalente, plusieurs facteurs peuvent modifier sensiblement les conditions de logement : l’âge et la composition familiale, mais aussi bien entendu la localisation géographique. Un cadre parisien doit disposer de revenus bien supérieurs à un cadre vivant dans une ville moyenne de province pour obtenir la même surface. Et les salaires ne compensent qu’une partie des écarts de prix des loyers ou des m2 à la vente.

Les conditions de logement des jeunes adultes sont le plus souvent plus précaires : logement plus petit et moins confortable, comme en témoigne cet autre billet de l’Observatoire des inégalités.

Pour en savoir plus, deux numéros d’Insee première: