Enfances et cultures : les actes du colloque en ligne

Les actes du Colloque International « Enfance & Cultures : regards des sciences humaines et sociales » qui s’est déroulé l’année dernière à Paris les 15, 16 et 17 décembre 2010 sont en ligne.

Construction des goûts

Culture juvénile, culture scolaire

Dispositifs et médiation

Enfants d’ailleurs, enfants d’ici

Famille et transmission

Frontières des âges

Images de l’enfance

Mémoires d’enfance

Numérique et lien social

Pratiques et genre

Questions de méthode

Sociabilité de pairs

Système des objets

 

 

Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []

Les pratiques culturelles et sportives des Français

Philippe Coulangeon, qui est l’auteur du Repères sur la Sociologie des pratiques culturelles (La Découverte, 2003),  rédige avec Yannick Lemel le numéro d’Economie et Statistiques de décembre 2009 consacré aux pratiques culturelles et sportives des Français.  Tous deux mettent à jour, à partir des données du volet « pratiques culturelles et sportives » de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages de 2003 de l’INSEE – qui englobent l’usage de la radio et de la télévision, la lecture, les sorties « culturelles » (cinéma, théâtre, concert, etc.), les pratiques amateurs (dessin, musique, chant, écriture, etc.), les pratiques sportives, mais aussi la chasse ou la pêche – que la différenciation sociale des attitudes en matière de loisirs est d’abord gouvernée par une logique de cumul, qui distingue les individus en fonction du nombre et de la fréquence des activités pratiquées. Continuer la lecture de Les pratiques culturelles et sportives des Français

Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique

Depuis le début des années 1970, le ministère de la Culture et de la Communication réalise régulièrement une enquête  sur les pratiques culturelles des Français.  C’est dans le cadre  d’une mission de connaissance des publics de la culture, qui fut confiée au service d’études du Ministère des affaires culturelles à sa création, que ces enquêtes sur les pratiques culturelles ont débuté. A ce moment là, les chiffres étaient rares et l’outil de mesure quantitatif apparaissait comme puissant.1 Continuer la lecture de Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique

  1. Pour plus de précisions sur cet usage de la statistique culturelle, on pourra se référer à l’article de Vincent Dubois  « La statistique culturelle au ministère de la Culture, de la croyance à la mauvaise conscience » dans le 2ème tome de l’ouvrage Les Publics de la culture (2003). []

Sociologie de l’auditoire de France Culture

Hervé Glevarec & Michel Pinet, « France Culture Une seconde radio pour les professions intellectuelles et culturelles », Le Mouvement Social, 2007

En 2000-2001, la hiérarchie des taux d’audience des radios nationales sur trois semaines varie de un à trois; elle met aux deux extrémités de l’audience radiophonique, France Culture – qui représente 10 % d’audience cumulée ou 1/10e de la population, de 11 ans et plus, et NRJ, qui représente 33,1 % d’AC. Les 5 066 820 auditeurs de France Culture sur trois semaines écoutent en moyenne 12 minutes par jour cette antenne. La durée d’écoute est un critère plus structurant et polarisant dans le monde des radios que le taux d’audience. Plus une radio est petite, plus elle est faiblement écoutée par ses auditeurs; c’est la situation de France Musique, France Culture, MFM et RMC. Les radios qui échappent à cette relation entre nombre d’auditeurs et durée (approchée grâce au quart d’heure moyen) sont, dans le sens de la baisse, des radios musicales, NRJ et Nostalgie, et, dans le sens de la hausse, une radio généraliste, France Inter. Tout laisse penser que France Culture s’oppose ici aux grosses radios ou aux radios généralistes en ceci que son écoute est pour une majorité d’auditeurs une écoute au long cours plutôt qu’une écoute quotidienne et fidèle. Continuer la lecture de Sociologie de l’auditoire de France Culture

Les pratiques artistiques en amateur

Les amateurs, 1996, Olivier Donnat

De nombreux indices, à commencer par l’augmentation constante des demandes d’inscription dans les écoles d’art et de musique, font apparaître en effet, depuis plusieurs années, l’intérêt croissant que les Français portent aux activités artistiques amateur, sans qu’aucune étude de synthèse n’ait été réalisée en France. L’interrogation, au-delà de l’aspect purement quantitatif, portait sur le degré de proximité existant entre les diverses activités : dans quelle mesure par exemple la pratique du piano est-elle associée à celle de la danse ? Quelles sont les activités qui sont liées par les relations les plus fortes ? Plus généralement, les points communs d’une activité à l’autre sont-ils suffisants pour qu’on parle des activités artistiques comme d’un ensemble cohérent, pour qu’on en fasse une catégorie de pensée pertinente ? Continuer la lecture de Les pratiques artistiques en amateur

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation. Un ouvrage de Fabrice Raffin (L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 306 p., 27,50€)

Qu’y a-t-il de commun entre Generik Vapeur installé à Marseille dans les abattoirs municipaux, le Tacheles et la Ufa-Fabirk à Berlin, l’Usine à Genève et le Confort Moderne à Poitiers ? En ces lieux prennent place des « initiatives culturelles » marquées par la recherche de certaines formes musicales. Ce sont des activités artistiques, chacune prenant sens par rapport à son contexte d’émergence, urbain, local mais s’inscrivant également dans un réseau signifiant et unifiant ces pratiques. Ce réseau s’appelle le Trans Europe Halles (TEH), il regroupe des initiatives similaires dans des contextes nationaux et urbains différents.

L’ambition de Friches industrielles, à partir de trois terrains – Poitiers, Berlin et Genève -, est de saisir dans trois expériences à la fois similaires et différentes le sens de ces collectifs. Les initiatives appréhendées dans cet ouvrage sont nées sur une période allant du milieu 70 à la fin des années 80. Il s’agit d’une activité de diffusion et de production artistique urbaine, prenant place dans des espaces à l’abandon, des friches industrielles ou marchandes, anciens entrepôts de stockage, ancien site de production cinématographique…La spatialisation de ces activités est importante pour leur compréhension. Elle confère une valeur particulière à ces mobilisations et aux registres d’actions. La question de l’inscription urbaine de ces initiatives, second axe du travail de Fabrice Raffin, permet d’étudier la relation des acteurs à la ville. Il s’agit de saisir les effets territoriaux du développement d’activités artistiques, les mobilités et les échanges qu’elles induisent dans l’espace urbain.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio