Sociologie des rapports à l’argent

Confrontée à la recherche de références sur le rapport à l’argent (envisagé de façon large)  suivant les classes sociales,  je remarque qu’un grand nombre d’ouvrages ont œuvré à la compréhension de celui-ci dans une thématique de rapports de genre et de sociologie des couples.  Parmi eux

  • Laurence Bachmann dans De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent (PUR, Le Sens social, 2009)
  • Caroline Henchoz dans Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)
  • Hélène Belleau, Caroline Henchoz, L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)

Une perspective dans le prolongement des thèses de Viviana Zelizer sur le marquage de la monnaie (La signification sociale de l’argent, 1994/2005)1

L’argent dans le couple est envisagé comme un enjeu de pouvoir : sous les termes d’indépendance et d’autonomie économique et financière, partage des tâches…2

Où trouver des références qui soient plus de l’ordre de la compréhension du rapport à l’argent des acteurs en ascension sociale :  modes de dépense ? , rapports à l’épargne… Je trouve des références traditionnelles du côté d’Elias (La société de cour, 1969) et Veblen (La Théorie de la classe de loisir, 1899/1970), aussi du côté de Janine Mossuz-Lavau, L’argent et nous (Éditions de La Martinière, 2007), sans toutefois être satisfaite…  Des idées ?

  1. Cf également l’article d’Isabelle Guerrin, « Le sexe de la monnaie », in Journal des anthropologues, 2002 []
  2. Ce qui fait penser au traditionnel ouvrage de De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, 1988 où la métaphore économique est filée tout au long de l’ouvrage : livret de chacun des époux, dot, rentabilité des diplômes… []

« Monsieur l’abbé, est-ce permis ? »

Exit, voice, ou loyalty1

A propos de Monsieur l’abbé,  un court métrage de Blandine Lenoir mettant en scène des lettres envoyées à l’abbé Viollet, fondateur de l’Association du Mariage Chrétien.

L’abbé Viollet prit l’initiative de rendre le discours clérical plus clair et accessible aux chrétiens, il créa à cette fin l’Association du Mariage Chrétien, qui édite des brochures, très lues et appréciées. Cela lui vaut de recevoir des centaines de lettres durant la période de 1924 à 1943. Elles sont écrites par des hommes et des femmes qui ne trouvent pas de réponse dans les textes religieux ou auprès du personnel clérical, manifestant ainsi une caractéristique de la modernité, qui est le besoin croissant de justification et de compréhension des normes et des règles de vie, notamment en ce qui concerne l’intimité.

La période de l’entre-deux-guerres fut celle d’un durcissement des rôles genrés au sein du couple. Talcott Parsons en a fait l’analyse, d’un point de vue, lui aussi propre à l’époque, celui du rôle fonctionnaliste de la famille. Parallèlement le développement de la famille conjugale, centrée sur le couple et née de l’amour entre les conjoints a créé un décalage grandissant entre les préceptes de la religion catholique, et les nouvelles aspirations des couples. Nous connaissons tous plus ou moins précisément la position de l’Eglise sur la sexualité. Celle-ci est avant tout pécheresse et doit par conséquent être limitée au seul besoin d’enfantement. En regardant ce court métrage de Blandine Lenoir, on ne peut que constater le fossé qui nous sépare des préoccupations de ces personnes ainsi que de leur ignorance des questions liées au sexe.

Ces lettres illustrent la croisée de deux mondes : le passage de la société traditionnelle à la société moderne, c’est-à-dire d’une société marquée par le poids de la religion et de son caractère prescripteur des bonnes pratiques. Indice d’un déclin de l’institution religieuse, le dogme n’est plus accepté tel quel, les croyants s’autorisant à le questionner au regard de leurs expériences de vie intimes. Mais ils restent dans l’attente d’une définition de vie donnée par la religion, ils ont vocation à garder des conduites respectueuses de la loi divine.

La grille de lecture de Hirschman peut être utilise pour comprendre ces prises de parole de chrétiens. Si la plupart des lettres correspondent au principe de loyalty (rester dans la religion, mais questionner ses principes), le documentaire donne également à entendre des voix contestataires. Ces personnes contestent le pouvoir de l’Eglise à définir les bonnes conduites en matière sexuelle : incompétence des abbés à connaître, conseiller et prescrire en matière de sexualité, remise en cause du pouvoir de l’institution, moqueries. Elles sont clairement du côté de l’exit : la sexualité serait du côté des besoins naturels.

Ce court métrage nous éclaire la déconnexion entre les aspirations et questions des chrétiens ordinaires et le discours clérical prescriptif et dogmatique. Malgré les tabous qui pèsent sur les questions de sexualité, on peut tout d’abord reconnaître le courage de certains qui osent expliciter des ressentiments qui sont difficilement avouables pour l’époque. Ainsi, ce jeune homme qui évoque son homosexualité, qu’il ne qualifie pas ainsi d’ailleurs. Mais il va plus loin exprimant également le plaisir qu’il a regarder les jeunes hommes. Conscient de l’interdit qu’il brave, il fait en sorte de réprimer ses plaisirs mais explique-t-il mais cela le rend malheureux. Les femmes sont également nombreuses à poser des questions directes concernant leur sexualité : elles évoquent sans détours un besoin de connaissance des choses sexuelles. On peut également être étonné de la bonne volonté des personnes à vouloir conjuguer le plus pieusement possible, une vie sexuelle épanouie avec les préceptes de la religion chrétienne. Ainsi ce couple de cinq enfants est confronté au décalage existant entre les moyens d’atteindre l’orgasme chez les conjoints. La femme n’ayant pas de plaisir par le simple coït, « mais à laquelle on ne peut refuser le plaisir étant donné qu’elle a courageusement assumé cinq naissances » précise le mari, atteint l’orgasme après une excitation de son clitoris par la langue.

Ces lettres sont un témoignage unique des pratiques et des normes liées à la sexualité, durant l’entre-deux-guerres.

Pour en savoir plus, on lira avec profit l’ouvrage de Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996

  1. Titre emprunté à A Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, 1970 []

Des préjugés sexistes dans la publicité

L’Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises a produit en juin dernier un rapport sur la place des pères dans la publicité.  Une fois n’est pas coutume donc, c’est la place des hommes qui est analysée. Le sociologue Eric Macé a participé à l’enquête.

Il apparait que la représentation des pères dans les publicités souffre toujours de stéréotypes sexistes : les pères dominent le monde avec leur grosse voiture et ne savent pas cuisiner. La publicité regorge également de stéréotypes sur la parentalité masculine : pères incompétents, pour qui les tâches familiales et domestiques ont un caractère exceptionnel… Le rapport vaut le détour et le coup d’oeil…publicités à l’appui

A consulter en parallèle le guide édité par l’ORSE promouvant la parentalité des salariés masculins : initiatives des entreprises, initiatives européennes…

Les origines du carnet de santé

Catherine Rollet « Pour une histoire du carnet de santé de l’enfant : une affaire publique ou privée ? », Revue Française des Affaires sociales 3/2005 (n° 3), p. 129-156.

Le carnet de santé est une invention du docteur Jean-Baptiste Fonssagrives, médecin montpelliérain, qui préconise une observation attentive par les mères de l’état de la santé des enfants, afin de seconder le médecin. Dans son ouvrage de 1868 Le rôle des mères dans les maladies des enfants ou ce qu’elles doivent savoir pour seconder le médecin il expose la nécessité de faire consigner par les mères toutes sortes d’observations sur leur enfant. Une idée qu’il porte à exécution, puisqu’en 1869 il fait paraître le Livret maternel pour prendre des notes sur la santé des enfants, en deux volumes (l’un pour les garçons, l’autre pour les filles). Fonssagrives espère par là faire naître « l’accroissement dans les familles du sentiment de la valeur réelle de la santé et des soins qu’elle exige », un sentiment dont Philippe Ariès a bien montré la naissance historique1. En France, cette initiative n’a eu qu’une audience limitée, mais à la même époque paraissent des traductions aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Italie.

Comme le montre l’auteure, si Fonssagrives rattache son carnet de santé aux idées de Florence Nightingale, on peut en trouver des origines dans deux courants. D’une part, depuis le siècle des Lumières, « il existe une tradition de Journal ayant trait au développement du petit enfant du point de vue de la santé et de l’éducation. »  D’autre part, le carnet de santé n’est pas sans rappeler le livret qui accompagne les enfants confiés à l’Assistance publique. Par ailleurs, Catherine Rollet établit qu’à la même époque est débattue à l’Académie de médecine l’idée d’un livret pour les enfants placés en nourrice.

L’initiative de Fonssagrives n’est pas restée lettre morte : au cours de la Troisième République et au tournant du siècle fleurissent de nombreuses initiatives. La plus aboutie est celle de J. Lescasse, qui en 1887 publie, à compte d’auteur, Le carnet de bébé dédié aux mères de famille. Initiative continue, elle a connu plus de onze éditions. On notera également celle du docteur Fumouze-Albespeyre, du docteur Larat qui publie chez Larousse un Livret de santé de l’enfant de 48 pages où conseils et pages d’observations à remplir alternent.

PS : L’article de Catherine Rollet va bien au-delà de cette période historique

  1. Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, 1960 []

L’arrivée d’un enfant accentue l’inégalité de la répartition des tâches domestiques

Si l’on sait que la répartition des tâches domestiques est inégalitaire, combien même les déclarations d’intentions sont égalitaristes, il est intéressant de savoir comment évolue cette répartition des tâches avec l’arrivée du premier enfant.

Sans trop de surprises, le dernier numéro de Populations et Sociétés de novembre 2009 nous apprend que l’arrivée d’un premier enfant accentue l’inégalité de la répartition  des tâches domestiques au sein du couple.  Et ce dans un sens défavorable à la mère, en grande partie en raison des ajustements professionnels des mères, qui réduisent ou cessent toute activité professionnelle.

Arnaud Régnier-Loilier pose quelques jalons de réflexion sur cette question. A compléter par une analyse différenciée PCS par PCS de cette évolution de la répartition des tâches domestiques.

Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises

Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises
Un ouvrage de Fabienne Portier-Le Coq (Presses universitaires de Rennes, 2009)

Les adolescents britanniques, par comparaison aux adolescents de l’Europe de l’Ouest, ont le taux le plus élevé de grossesses adolescentes de l’Union Européenne. De plus, le Royaume-Uni est le seul pays d’Europe à ne pas avoir vu les taux de conception baisser en trente ans. C’est pourquoi les taux de fécondité chez les adolescentes sont perçus comme fortement problématiques. Si la stigmatisation de la maternité monoparentale a considérablement diminué ces dernières décennies, force est de constater qu’il n’en est pas de même pour les maternités adolescentes. Ce qui est en jeu est la détermination de l’âge auquel il serait approprié pour une femme d’avoir des enfants. La maternité précoce est souvent envisagée comme un problème social et un problème de santé publique, à tel point que dans les années 1990 les politiques gouvernementales britanniques ont accordé une telle importance aux grossesses et à la maternité adolescente, que cet intérêt a éclipsé de l’agenda les problèmes liés à la monoparentalité. En 1992 dans un Livre Blanc intitulé The Health of the Nation, le ministère de la Santé a identifié la santé sexuelle (aux côtés du sida) comme l’un des cinq objectifs prioritaires de son programme et visait à réduire de moitié le taux de conception chez les adolescentes de moins de seize ans d’ici l’an 2000 [1]. Le quatrième chapitre revient de façon approfondie sur les politiques gouvernementales s’attachant à la maternité adolescente.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

Les pères maternent au Moyen-Age

Danièle Alexandre-Bidon, « Images du père de famille au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales, n°4, 19971

A l’origine de cet article, la volonté de pallier  une lacune et un biais dans les études sur la famille médiévale : l’absence des pères. Danièle Alexandre-Bidon montre combien les pères ont été exclus des histoires de famille médiévales, ou bien cantonnés à un rôle de « père fouettard ». Même dans l’Histoire des Pères et de la paternité parue en 1990 (par Jean Delumeau et Daniel Roche), le rôle des pères ne connaît pas un meilleur sort, puisqu’on peut y lire qu’ « à vrai dire le père paraît assez peu »[1] Ce livre est à cet égard très révélateur de la vision du père médiéval qui prédomine et de la faible place qu’on lui accorde.

Or, l’on sait désormais « que les pères médiévaux apprenaient à marcher à leurs enfants d’un an et demi, prenaient la température tous les jours de leurs enfants malades baignaient les enfants, ou surveillaient leurs jeux en les consolant et en les défendant lorsqu’un autre gamin leur avait dérobé leurs jouets, voire encore achetaient la layette, comme le noble Paston. » Les pères « maternent » donc au Moyen Âge.   Il est donc nécessaire de mettre en valeur le caractère affectif des relations liant père et enfants, et les sources iconographiques se révèlent être un matériau très utile, comme le démontre Danièle Alexandre-Bidon. Joseph apparaît dans l’iconographie comme un père « maternant ». Cet article fait l’inventaire des images du père : père initiateur et éducateur, affectueux, soucieux…


[1] S. Melchior-Bonnet, « De Gerson à Montaigne, le Pouvoir et l’amour », p. 56

  1. Consultable sur revues.org, mis en ligne le 04 septembre 2007. URL : http://crm.revues.org//index963.html. Consulté le 25 octobre 2009 []