« Monsieur l’abbé, est-ce permis ? »

Exit, voice, ou loyalty1

A propos de Monsieur l’abbé,  un court métrage de Blandine Lenoir mettant en scène des lettres envoyées à l’abbé Viollet, fondateur de l’Association du Mariage Chrétien.

L’abbé Viollet prit l’initiative de rendre le discours clérical plus clair et accessible aux chrétiens, il créa à cette fin l’Association du Mariage Chrétien, qui édite des brochures, très lues et appréciées. Cela lui vaut de recevoir des centaines de lettres durant la période de 1924 à 1943. Elles sont écrites par des hommes et des femmes qui ne trouvent pas de réponse dans les textes religieux ou auprès du personnel clérical, manifestant ainsi une caractéristique de la modernité, qui est le besoin croissant de justification et de compréhension des normes et des règles de vie, notamment en ce qui concerne l’intimité.

La période de l’entre-deux-guerres fut celle d’un durcissement des rôles genrés au sein du couple. Talcott Parsons en a fait l’analyse, d’un point de vue, lui aussi propre à l’époque, celui du rôle fonctionnaliste de la famille. Parallèlement le développement de la famille conjugale, centrée sur le couple et née de l’amour entre les conjoints a créé un décalage grandissant entre les préceptes de la religion catholique, et les nouvelles aspirations des couples. Nous connaissons tous plus ou moins précisément la position de l’Eglise sur la sexualité. Celle-ci est avant tout pécheresse et doit par conséquent être limitée au seul besoin d’enfantement. En regardant ce court métrage de Blandine Lenoir, on ne peut que constater le fossé qui nous sépare des préoccupations de ces personnes ainsi que de leur ignorance des questions liées au sexe.

Ces lettres illustrent la croisée de deux mondes : le passage de la société traditionnelle à la société moderne, c’est-à-dire d’une société marquée par le poids de la religion et de son caractère prescripteur des bonnes pratiques. Indice d’un déclin de l’institution religieuse, le dogme n’est plus accepté tel quel, les croyants s’autorisant à le questionner au regard de leurs expériences de vie intimes. Mais ils restent dans l’attente d’une définition de vie donnée par la religion, ils ont vocation à garder des conduites respectueuses de la loi divine.

La grille de lecture de Hirschman peut être utilise pour comprendre ces prises de parole de chrétiens. Si la plupart des lettres correspondent au principe de loyalty (rester dans la religion, mais questionner ses principes), le documentaire donne également à entendre des voix contestataires. Ces personnes contestent le pouvoir de l’Eglise à définir les bonnes conduites en matière sexuelle : incompétence des abbés à connaître, conseiller et prescrire en matière de sexualité, remise en cause du pouvoir de l’institution, moqueries. Elles sont clairement du côté de l’exit : la sexualité serait du côté des besoins naturels.

Ce court métrage nous éclaire la déconnexion entre les aspirations et questions des chrétiens ordinaires et le discours clérical prescriptif et dogmatique. Malgré les tabous qui pèsent sur les questions de sexualité, on peut tout d’abord reconnaître le courage de certains qui osent expliciter des ressentiments qui sont difficilement avouables pour l’époque. Ainsi, ce jeune homme qui évoque son homosexualité, qu’il ne qualifie pas ainsi d’ailleurs. Mais il va plus loin exprimant également le plaisir qu’il a regarder les jeunes hommes. Conscient de l’interdit qu’il brave, il fait en sorte de réprimer ses plaisirs mais explique-t-il mais cela le rend malheureux. Les femmes sont également nombreuses à poser des questions directes concernant leur sexualité : elles évoquent sans détours un besoin de connaissance des choses sexuelles. On peut également être étonné de la bonne volonté des personnes à vouloir conjuguer le plus pieusement possible, une vie sexuelle épanouie avec les préceptes de la religion chrétienne. Ainsi ce couple de cinq enfants est confronté au décalage existant entre les moyens d’atteindre l’orgasme chez les conjoints. La femme n’ayant pas de plaisir par le simple coït, « mais à laquelle on ne peut refuser le plaisir étant donné qu’elle a courageusement assumé cinq naissances » précise le mari, atteint l’orgasme après une excitation de son clitoris par la langue.

Ces lettres sont un témoignage unique des pratiques et des normes liées à la sexualité, durant l’entre-deux-guerres.

Pour en savoir plus, on lira avec profit l’ouvrage de Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres : Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité, 1924-1943, Albin Michel, 1996

  1. Titre emprunté à A Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, 1970 []

Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises

Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises
Un ouvrage de Fabienne Portier-Le Coq (Presses universitaires de Rennes, 2009)

Les adolescents britanniques, par comparaison aux adolescents de l’Europe de l’Ouest, ont le taux le plus élevé de grossesses adolescentes de l’Union Européenne. De plus, le Royaume-Uni est le seul pays d’Europe à ne pas avoir vu les taux de conception baisser en trente ans. C’est pourquoi les taux de fécondité chez les adolescentes sont perçus comme fortement problématiques. Si la stigmatisation de la maternité monoparentale a considérablement diminué ces dernières décennies, force est de constater qu’il n’en est pas de même pour les maternités adolescentes. Ce qui est en jeu est la détermination de l’âge auquel il serait approprié pour une femme d’avoir des enfants. La maternité précoce est souvent envisagée comme un problème social et un problème de santé publique, à tel point que dans les années 1990 les politiques gouvernementales britanniques ont accordé une telle importance aux grossesses et à la maternité adolescente, que cet intérêt a éclipsé de l’agenda les problèmes liés à la monoparentalité. En 1992 dans un Livre Blanc intitulé The Health of the Nation, le ministère de la Santé a identifié la santé sexuelle (aux côtés du sida) comme l’un des cinq objectifs prioritaires de son programme et visait à réduire de moitié le taux de conception chez les adolescentes de moins de seize ans d’ici l’an 2000 [1]. Le quatrième chapitre revient de façon approfondie sur les politiques gouvernementales s’attachant à la maternité adolescente.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

Technologies de l’orgasme

Technologies de l’orgasme – Le vibromasseur, l’ »hystérie » et la satisfaction sexuelle des femmes, un ouvrage de Rachel P. Maines (Payot, 2009)

Technologies de l’orgasme est la traduction française d’un ouvrage paru il y a maintenant dix ans (en 1999) The Technology of orgasm : « hysteria », the vibrator and women’s sexual satisfaction (The John Hopkins University Press), et qui a connu un énorme succès aux Etats-Unis. Il a fait l’objet de nombreuses recensions et a donné lieu à la réalisation d’un documentaire Passion and Power : the Technology of orgam (2007) par les cinéastes Wendy Slick et Emiko Omori.

L’ouvrage de Rachel Maines se concentre sur un pan spécifique de l’histoire de la médecine, de l’histoire des technologies et des théories médicales : l’invention du vibromasseur comme traitement de l’hystérie féminine. Le vibromasseur électromécanique est en effet, un outil médical inventé aux alentours de 1880 pour traiter l’hystérie. Il doit suppléer aux massages pelviens manuels réalisés par les médecins, en lesquels consistait jusqu’alors le traitement de l’hystérie. Dès 1653, le traité de médecine de Pieter van Foreest préconise à propos de l’affliction communément appelée hystérie, des massages des organes génitaux, qui par l’atteinte du « paroxysme de l’excitation » doivent guérir l’affligée. Cette technique est déjà décrite dans le corpus hippocratique au Ier siècle avant J-C par Celse… Lorsqu’on étudie la littérature médicale, on ne peut que s’étonner de l’omniprésence de la recommandation de cette pratique.

Lire la suite de cette note de lectures sur Liens Socio

Comment enquêter sur la sexualité ?

Pour compléter notre note de lecture sur Sociologie de la sexualité de Michel Bozon, nous proposons de revenir, à partir du site compagnon de l’ouvrage Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé de Nathalie Bajos et Michel Bozon dans, (la Découverte, 2006), sur les conditions dans lesquelles, on mène une enquête sur la sexualité.

L’enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (enquête CSF) a été réalisée en 2006 par l’INSERM et l’INED, sous la responsabilité scientifique de Nathalie Bajos et Michel Bozon. Il s’agit de la troisième enquête nationale sur les comportements sexuels en France. Elle a été menée auprès d’un échantillon aléatoire de la population âgée de 18 à 69 ans. Au total, 12 364 individus ont été interrogés. Il s’agit d’une enquête téléphonique, pour laquelle on peut noter le fort taux de participation à l’enquête (74,6%), le faible taux d’abandon en cours d’enquête (3,6%), le taux élevé de satisfaction des enquêtés (90% d’entre eux se sont déclarés intéressés par l’enquête).

Ainsi qu’on peut le lire sur le site compagnon, un souci méthodologique a accompagné la conception et la passation du questionnaire, afin de garantir la fiabilité des réponses. On touche en effet à un domaine, où la prégnance des idées sur ce que la sexualité devrait être et la réticence à dévoiler des pratiques de l’intime, risque d’orienter les réponses.

Nombre de précautions ont ainsi été prises pour permettre d’obtenir des réponses fiables, c’est-à-dire des réponses qui reflètent les pratiques et opinions des personnes interrogées et non celles qu’elles pensent socialement valorisantes. A ce propos, on peut lire l’article de André Béjin, sur la masturbation féminine (« La masturbation féminine : un exemple d’estimation et d’analyse de la sous-déclaration d’ une pratique », Population, n°48, 1993, p 1437-1450)[1],qui illustre combien certaines enquêtes sont plus délicates à aborder et à exploiter que d’autres.

Afin de se prémunir contre les fausses-déclarations, les précautions suivantes ont été mises en œuvre :

► d’un point de vue juridique et éthique, l’anonymat d’une enquête est obligatoire, mais c’est aussi une condition fondamentale pour que les personnes se sentent véritablement en confiance.

► la lettre-annonce de l’Inserm indiquait qu’il s’agissait d’une recherche scientifique ayant pour objectif d’aider à mieux définir la prévention. Nombre de personnes sollicitées ont ainsi accepté de contribuer à une entreprise qu’elles percevaient comme utile et compris l’enjeu de donner des réponses précises.

► les enquêteurs ont tous été formés aux enjeux scientifiques et éthiques de cette recherche par les chercheurs de l’équipe eux-mêmes.

► il était demandé à la personne interrogée de bien vouloir s’isoler pour répondre à l’enquête et aucune réponse ne pouvait être interprétable par une tierce personne éventuellement présente au moment de l’entretien (exemple de réponse: d’accord /…pas du tout d’accord, oui/non/ je ne sais pas, 0/1/2/3 ou plus, etc.).

Pour en savoir plus :

  • Le site de l’enquête, où l’on trouve une vidéo rappelant les enjeux méthodologiques de l’enquête : comment interroger des personnes âgées en institution, comment interroger des jeunes mineurs ?
  • Un article de Michel Bozon « Le filtre des médias ou la réception d’une enquête sur la sexualité » permet de revenir sur la réception qui a été faite dans la presse à l’enquête : quels sont les thèmes repris et omis dans les recensions ? Comment l’enquête transparait-elle dans la presse ? Il apparaît que si les chiffres sont repris, la manière dont ils sont construits ou les interprétations qui en sont données ne sont pas mentionnées. Etudier la réception d’une enquête sur la sexualité apprend énormément sur la façon dont la société vit la sexualité, sur la mise en scène médiatique de la sexualité.
  • On notera également, que dans le Repères de Maryse Jaspard consacré à la Sociologie des comportements sexuels (La Découverte, 2005), le chapitre IV est consacré à l’observation statistique de la sexualité.


[1] dont Baptiste Coulmont fait le compte-rendu.

Sociologie de la sexualité

Sociologie de la sexualité, une réédition de l’ouvrage de Michel Bozon (Armand Colin, Coll « 128 », 2009, 2002)

Indéniablement il s’est produit, dans les dernières décennies, une transformation profonde des comportements sexuels, parallèlement à d’autres transformations dans le domaine de la famille et du couple. L’accroissement des recherches en sciences sociales sur la sexualité est justement lié à une interrogation sur la portée et le sens de ces transformations. L’ouvrage de Michel Bozon, Sociologie de la sexualité, qui connaît aujourd’hui sa seconde édition, est le fruit de ce regard porté sur la sexualité, celle-ci étant définie comme une « sphère spécifique mais non autonome du comportement humain, qui comprend des actes, des relations et des significations », où le « non-sexuel donne sa signification au sexuel » (p7).

Faire une sociologie de la sexualité, c’est d’abord rappeler qu’il n’existe de sexualité que socialement construite. Tout contact sexuel n’existe qu’à l’intérieur de cadres mentaux, de cadres historiques et culturels qui produisent sa possibilité et sa signification, ce qui implique que « les limites même du sexuel sont culturellement et socialement mouvantes » (p8). Michel Bozon notait d’ailleurs dans l’article « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité »[1] « Reconnaître la diversité des expériences en matière de sexualité n’est nullement célébrer une prétendue efflorescence et libération des identités sexuelles, hors de tout cadre, contexte ou « dispositif », qui atténuerait le poids de la construction sociale. Même les formes apparemment les plus idiosyncratiques et les plus nouvelles des comportements sexuels résultent d’une élaboration sociale, qui les inscrit inévitablement dans des univers socio-culturels et dans des classes de trajectoires biographique ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


[1] Bozon, Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés Contemporaines, n°41, 2001, p11-40