Sociologie des rapports à l’argent

Confrontée à la recherche de références sur le rapport à l’argent (envisagé de façon large)  suivant les classes sociales,  je remarque qu’un grand nombre d’ouvrages ont œuvré à la compréhension de celui-ci dans une thématique de rapports de genre et de sociologie des couples.  Parmi eux

  • Laurence Bachmann dans De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent (PUR, Le Sens social, 2009)
  • Caroline Henchoz dans Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)
  • Hélène Belleau, Caroline Henchoz, L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)

Une perspective dans le prolongement des thèses de Viviana Zelizer sur le marquage de la monnaie (La signification sociale de l’argent, 1994/2005)1

L’argent dans le couple est envisagé comme un enjeu de pouvoir : sous les termes d’indépendance et d’autonomie économique et financière, partage des tâches…2

Où trouver des références qui soient plus de l’ordre de la compréhension du rapport à l’argent des acteurs en ascension sociale :  modes de dépense ? , rapports à l’épargne… Je trouve des références traditionnelles du côté d’Elias (La société de cour, 1969) et Veblen (La Théorie de la classe de loisir, 1899/1970), aussi du côté de Janine Mossuz-Lavau, L’argent et nous (Éditions de La Martinière, 2007), sans toutefois être satisfaite…  Des idées ?

  1. Cf également l’article d’Isabelle Guerrin, « Le sexe de la monnaie », in Journal des anthropologues, 2002 []
  2. Ce qui fait penser au traditionnel ouvrage de De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, 1988 où la métaphore économique est filée tout au long de l’ouvrage : livret de chacun des époux, dot, rentabilité des diplômes… []

Des préjugés sexistes dans la publicité

L’Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises a produit en juin dernier un rapport sur la place des pères dans la publicité.  Une fois n’est pas coutume donc, c’est la place des hommes qui est analysée. Le sociologue Eric Macé a participé à l’enquête.

Il apparait que la représentation des pères dans les publicités souffre toujours de stéréotypes sexistes : les pères dominent le monde avec leur grosse voiture et ne savent pas cuisiner. La publicité regorge également de stéréotypes sur la parentalité masculine : pères incompétents, pour qui les tâches familiales et domestiques ont un caractère exceptionnel… Le rapport vaut le détour et le coup d’oeil…publicités à l’appui

A consulter en parallèle le guide édité par l’ORSE promouvant la parentalité des salariés masculins : initiatives des entreprises, initiatives européennes…

L’arrivée d’un enfant accentue l’inégalité de la répartition des tâches domestiques

Si l’on sait que la répartition des tâches domestiques est inégalitaire, combien même les déclarations d’intentions sont égalitaristes, il est intéressant de savoir comment évolue cette répartition des tâches avec l’arrivée du premier enfant.

Sans trop de surprises, le dernier numéro de Populations et Sociétés de novembre 2009 nous apprend que l’arrivée d’un premier enfant accentue l’inégalité de la répartition  des tâches domestiques au sein du couple.  Et ce dans un sens défavorable à la mère, en grande partie en raison des ajustements professionnels des mères, qui réduisent ou cessent toute activité professionnelle.

Arnaud Régnier-Loilier pose quelques jalons de réflexion sur cette question. A compléter par une analyse différenciée PCS par PCS de cette évolution de la répartition des tâches domestiques.

Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer

Michel Bozon, « Le hasard fait bien les choses. Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer », Informations sociales, n°144, 2007/8

L’Amour l’après-midi (1972), Le genou de Claire (1970), La Femme de l’aviateur (1981), Les Nuits de la pleine lune (1984)…l’œuvre cinématographique d’Eric Rohmer est connue pour être centrée sur les relations amoureuses. Pour Michel Bozon, les films de Rohmer peuvent être mobilisés par la sociologie pour « la représentation qu'[ils] donne[nt] de la naissance des relations amoureuses et conjugales, et de leur évolution au fil des films et du temps ». C’est l’objectif qu’il se fixe à travers l’étude de seize longs métrages de Rohmer. Continuer la lecture de Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer

L’usage du téléphone portable dans le couple

« Le téléphone portable dans la vie conjugale. Retrouver un territoire personnel ou maintenir le lien conjugal ? », Martin, De Singly, Réseaux, 2002

Le téléphone portable est-il un équipement conjugal ou personnel ? Quelle place prend-t-il dans le couple ? C’est à ces deux questions majeures que répondent les auteurs dans l’article que nous présentons cette semaine. Continuer la lecture de L’usage du téléphone portable dans le couple

La taille des hommes influence leur mise en couple

Nicolas Herpin, « La taille des hommes : son incidence sur la vie en couple et la carrière professionnelle », Economie et statistique, n°361, 2003


Les hommes grands sont plus souvent en couple que les petits

D’après l’Enquête permanente sur les conditions de vie réalisée par l’Insee en 2001, parmi les hommes de 20-29 ans, 47 % de ceux qui mesurent plus d’un 1,80m sont en couple, contre seulement 41% de ceux qui mesurent entre un 1,70m et 1,80m. Parmi les 30-39 ans, les trois quarts des grands (plus d’un 1,80m) et des moyens (1,70m et 1,80m) vivent en couple mais seulement 60 % de ceux dont la taille est inférieure à 1,70 m.

Ainsi la mise en couple semble plus précoce pour les hommes de plus grande taille. Le retard dans la mise en couple des hommes de taille moyenne entre 20-29 ans (1,70m et 1,80m) est rattrapé dès la tranche d’âge suivante (30-39 ans), mais il ne l’est pas pour les plus petits. Dans les tranches d’âge suivantes, le pourcentage des hommes petits vivant en couple augmente mais il n’atteint jamais celui des grands.

Un effet propre de la taille ?

La petite taille est-elle la raison de cette différence dans la vie en couple ? Ou est-elle le reflet d’autre chose, la traduction d’une autre propriété sociale ? se demande Nicolas Herpin. Continuer la lecture de La taille des hommes influence leur mise en couple

Le couple révélé par le lave-linge

Quand commence le couple ? Il est désormais difficile de répondre à cette question. Est-ce aux premiers rapports sexuels ? Aux débuts de la cohabitation ? A la mise en place d’un système collectif de gestion du quotidien ? Nous proposons dans cet article de revenir sur l’une des thèses de Jean-Claude Kaufmann.  Selon cet auteur, il y a affaiblissement des rites de passage constituant le couple, les seuils sont devenus progressifs et imperceptibles. Le contraste est saisissant avec ce qui prévalait encore dans la première moitié des années 1960. Certes le mariage était alors précédé d’une période plus ou moins longue de fréquentation des deux futurs conjoints, souvent marquée par le rite intermédiaire des fiançailles. Mais aucune confusion n’était possible : il s’agissait pour tous d’une simple préparation, précédant l’entrée en couple véritable, clairement marquée par le mariage. Ce dernier était l’occasion d’une rupture franche entre deux tranches de la vie : celle de la jeunesse et celle de l’âge adulte. Du jour au lendemain, les nouveaux conjoints changeaient brusquement de rôle domestique et de rôle social. Ils passaient du rôle d’enfants habitant chez leurs parents à celui d’époux et d’épouse habitant dans leur propre chez-soi. Continuer la lecture de Le couple révélé par le lave-linge