Les origines du carnet de santé

Catherine Rollet « Pour une histoire du carnet de santé de l’enfant : une affaire publique ou privée ? », Revue Française des Affaires sociales 3/2005 (n° 3), p. 129-156.

Le carnet de santé est une invention du docteur Jean-Baptiste Fonssagrives, médecin montpelliérain, qui préconise une observation attentive par les mères de l’état de la santé des enfants, afin de seconder le médecin. Dans son ouvrage de 1868 Le rôle des mères dans les maladies des enfants ou ce qu’elles doivent savoir pour seconder le médecin il expose la nécessité de faire consigner par les mères toutes sortes d’observations sur leur enfant. Une idée qu’il porte à exécution, puisqu’en 1869 il fait paraître le Livret maternel pour prendre des notes sur la santé des enfants, en deux volumes (l’un pour les garçons, l’autre pour les filles). Fonssagrives espère par là faire naître « l’accroissement dans les familles du sentiment de la valeur réelle de la santé et des soins qu’elle exige », un sentiment dont Philippe Ariès a bien montré la naissance historique1. En France, cette initiative n’a eu qu’une audience limitée, mais à la même époque paraissent des traductions aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Italie.

Comme le montre l’auteure, si Fonssagrives rattache son carnet de santé aux idées de Florence Nightingale, on peut en trouver des origines dans deux courants. D’une part, depuis le siècle des Lumières, « il existe une tradition de Journal ayant trait au développement du petit enfant du point de vue de la santé et de l’éducation. »  D’autre part, le carnet de santé n’est pas sans rappeler le livret qui accompagne les enfants confiés à l’Assistance publique. Par ailleurs, Catherine Rollet établit qu’à la même époque est débattue à l’Académie de médecine l’idée d’un livret pour les enfants placés en nourrice.

L’initiative de Fonssagrives n’est pas restée lettre morte : au cours de la Troisième République et au tournant du siècle fleurissent de nombreuses initiatives. La plus aboutie est celle de J. Lescasse, qui en 1887 publie, à compte d’auteur, Le carnet de bébé dédié aux mères de famille. Initiative continue, elle a connu plus de onze éditions. On notera également celle du docteur Fumouze-Albespeyre, du docteur Larat qui publie chez Larousse un Livret de santé de l’enfant de 48 pages où conseils et pages d’observations à remplir alternent.

PS : L’article de Catherine Rollet va bien au-delà de cette période historique

  1. Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, 1960 []