Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos

Boboland 7ème : la rive gauche traditionnellement lieu d’accueil des populations ouvrières et étrangères (notamment le quartier de la Guillotière) connaît une évolution similaire à celle qu’ont connues il y a plusieurs années les pentes de la Croix Rousse.

La rue Montesquieu qui s’étend de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement de Lyon, représente à elle seule le processus de gentrification qui gagne les centre-villes.

Du Rhône à la place Saint-Louis, la rue Montesquieu voit se côtoyer des milieux sociaux très hétérogènes : côté Rhône, les immeubles vieux et pour beaucoup en piteux état, sont habités par une population d’origine populaire et immigrée. Bars vivotant, hôtels meublés autour de la voie de tram drainent une population populaire et métissée. HLM, squats

L’épicerie équitable et le café Chez Thibault qui se situent à quelques mètres de l’avenue Jean Jaurès font basculer la rue dans un autre milieu social. Côté place saint-Louis, la rue Montesquieu s’est progressivement boboisée.

 Immeubles rénovés en lofts, cours d’anglais pour enfants (Les Petits Bilingues),  restaurants (l’un français Le Dulcinéa, l’autre coréen). Le Dulcinéa près de la place Saint-Louis reçoit le dimanche les familles qui viennent faire le marché autour d’un verre, il accueille des expositions temporaires d’artistes, des signatures d’autographe et organise en période estivale des concerts le dimanche jour de marché. La patronne très penchée sur la décoration possède un camping-car régulièrement garé devant le bar.

Boutique de créateurs (Made in Cie), galerie d’art, cours de peinture et de dessins pour enfants jouxtent un ébéniste et l’épicerie des Balkans.

Deux espaces associatifs autogérés – l’Atelier des canulars et La luttine –  dans des locaux situés au 91 rue Montesquieu, prêtés gracieusement par le bailleur social de l’immeuble drainent une population jeune, engagée politiquement, très à gauche de l’échiquier politique. Leur présence dans le quartier s’est peu à peu arrimée à ces locaux squattés pendant de longues années, alors même qu’ils dénoncent la faible mixité sociale du quartier. En témoigne l’affiche qui donne son nom à ce billet photographiée sur la devanture de l’atelier des Canulards.

Organisant repas mensuels ou repas à thèmes (soirée crêpes), concerts (notamment pour la fête de la musique), séances de cinéma, discussions collectives, chorale et autres activités, ces deux espaces associatifs sont de plus en plus connus sur la scène lyonnaise. Toutes les activités ont pour point commun d’être à prix libre.

Frédérique & Benoit