Arrêt sur image : l’expérience scolaire de la relégation

Arrêt sur image sur une courte séquence d’un feuilleton-documentaire La loi du collège de Mariana Otero, édité par Blaq out. L’extrait analysé se situe entre  6.30  et 7. 03 sur la vidéo (La loi du collège_extrait)

Un cours de français au collège Garcia Lorca, en Seine Saint-Denis. Cours de grammaire et de conjugaison.  La professeure corrige un exercice, un élève au fond de la classe manifeste son envie de bien faire en levant la main et propose laborieusement ses réponses. Toutes ne semblent pas justes, et tardent à venir. On sent toute la difficulté qu’a l’élève à répondre rapidement. Il bute, fronce les sourcils, veut réussir, et puis spontanément il lâche un « putain » évocateur.

Le juron de l’élève qui malgré ses efforts patents ne parvient pas à donner la bonne réponse traduit, nous  semble-t-il, la violence symbolique à laquelle l’école le soumet à cet instant. Expérience instantanée d’une difficulté d’apprentissage, sans doute réitérée. Cette image est forte car elle nous montre en un instant la difficulté des apprentissages scolaires pour des élèves de milieux populaires. Contrairement au discours commun qui voudrait que ces élèves soient définis uniquement par leur mauvaise volonté scolaire, cette image nous montre une réalité plus complexe, faite de volonté de réussir et de participer au jeu scolaire, et de l’autre le rappel tel un double bind, de la socialisation et de la distance culturelle avec la langue, en particulier dans sa forme écrite.

Cet extrait illustre ce que Pierre Périer dans son ouvrage paru récemment L’ordre scolaire négocié. Parents, élèves, professeurs dans les contextes difficiles (Presses Universitaires de Rennes,2011) appelle la relégation. Les espérances placées dans l’école par les élèves en difficulté sont violemment bousculées par l’expérience quotidienne et répétée de leur impossibilité à se réaliser.

« Le sens donné à l’école se délite à mesure que s’accumulent les épreuves scolaires ponctuées  de « mauvaises » notes, de jugements et de sanctions qui dévalorisent et humilient parfois. » (p. 111)

Frédérique et Benoit

Sur le chemin de l’égalité entre filles et garçons à l’école

Où en est-on sur le chemin de l’égalité entre filles et garçons à l’école ?

Un ensemble de tableaux et de ressources statistiques viennent de paraître sous le titre « Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur ».  C’est en ligne sur le site du Ministère de l’Education Nationale et téléchargeable en pdf.

Un moyen de passer en revue espérance de scolarisation à deux ans selon le sexe, orientation, choix des langues, choix d’option…

Actualité de Basil Bernstein

Actualité de Basil Bernstein. Savoir, pédagogie et société. Un ouvrage sous la direction de Daniel Frandji et Philippe Vitale (Presses Universitaires de Rennes, novembre 2008)

Des travaux de Basil Bernstein, ce sont les premiers, notamment les études réunies dans Langages et classes sociales, qui sont les plus connus. Si l’on sait que la question clef dans ce travail est de comprendre comment se produisent les inégalités scolaires statistiquement observées, dans une perspective sociolinguistique, on ignore le plus souvent que Bernstein a étendu son domaine d’investigation empirique au procès social d’apprentissage dans son ensemble.

Actualité de Basil Bernstein. Savoir, pédagogie et société devrait remédier à cette invisibilité. Les contributions réunies dans cet ouvrage permettent de mieux cerner les contours d’une vie de recherche, et donnent toute la mesure au caractère heuristique de la sociologie de Bernstein, dont l’apport est trop souvent limité à ses travaux des années 1960. Le livre Actualité de Basil Bernstein. Savoir, pédagogie et société, est issu d’un colloque international, qui s’est tenu à Lyon en 2007 et s’intitulait « Enjeux sociaux, savoirs, langage et pédagogie » : il intègre et prolonge les communications qui y ont été données, à l’occasion de la traduction française et de la publication du dernier ouvrage de Basil Bernstein, Pédagogie, contrôle symbolique et identité (2007).

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Sociologie du curriculum

Sociologie du curriculum, un ouvrage sous la direction de Jean-Claude Forquin (Presses universitaires de Rennes, 2008)

La sociologie française de l’éducation a connu un fort développement à partir des années 1980. Elle s’est enrichie d’une part, de l’apport des travaux étrangers, et notamment anglo-saxons, et d’autre part du développement des sciences de l’éducation. Cet ouvrage, qui compile certains articles de Jean-Claude Forquin, écrits depuis 1983, permet de mieux appréhender une partie de l’évolution de la sociologie de l’éducation, celle tournant autour de la notion de curriculum. L’intérêt est donc de réunir une série d’articles du spécialiste français de la sociologie du curriculum, afin d’enrichir notre connaissance d’une approche, le plus souvent indistinctement connue (notamment parmi les enseignants passés par l’IUFM).

Si la notion de curriculum fut longtemps ignorée de la recherche française en éducation, son emploi depuis une vingtaine d’année repose souvent sur la volonté de circonscrire un domaine vaste et hétérogène. On peut penser que « l’effet nouveauté » de cette approche exotique car anglo-saxonne ( !) a pu déboucher sur une surenchère dans son usage. Comme si la (trop) longue ignorance de cette approche lui donnait aujourd’hui une plus-value intellectuelle non discutable. Jean-Claude Forquin qualifie la place de la sociologie comme « marginalité effective et centralité potentielle », un paradoxe que doit permettre de résoudre son ouvrage. L’ouvrage se concentre dans une première partie sur la définition de la sociologie du curriculum, dans son acception la plus stricte. La deuxième partie élargit la réflexion sur le curriculum, en croisant cette notion avec la question de la culture scolaire et des contenus disciplinaires.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Le baccalauréat, institution bourgeoise

Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, 1925

« Il n’est pas tout à fait vrai que la bourgeoisie n’existe que dans les mœurs et non dans les lois. Le lycée en fait une institution légale. Elle a même ses titres officiels, revêtus de signatures ministérielles, munis de timbres, de cachets, de tous les sacrements administratifs ; et c’est aujourd’hui, je crois, la seule pièce administrative qui soit encore faite de cette matière précieuse et durable dont on faisait au temps jadis les titres authentiques : le parchemin. Le baccalauréat, voilà la barrière sérieuse, la barrière officielle et garantie par l’État, qui défend contre l’invasion. On devient bourgeois, c’est vrai; mais pour cela, il faut d’abord devenir bachelier. »

« Quand une famille s’élève de la classe populaire à la bourgeoisie, elle n’y arrive pas en une seule génération. Elle y arrive quand elle a réussi à faire donner à ses enfants l’instruction secondaire et à leur faire passer le baccalauréat. »

Le baccalauréat fonctionne comme une barrière entre les classes sociales

« Pour qu’une société se scinde en classes, il faut que quelque chose d’artificiel et de factice remplace les rampes continues par des marches d’escalier, ne laisse subsister ou apparaître que des échelons très peu nombreux et très espacés, c’est à dire crée un ou des obstacles difficiles à franchir et mette sur le même plan ceux qui les ont franchis. Telle est la fonction, – l’unique fonction, – du baccalauréat. »

La suite des idées parle de l’école

« Faits d’école » La suite dans les idées, sur France Culture, mardi 26 aout 2008.

Une émission avec François Dubet qui fait paraître en septembre 2008 un livre Faits d’école , Patrick Rayou co-auteur avec Dominique Gelin et Luc Ria de Devenir enseignant. Parcours et formation (Armand Colin 2007), avec Isabelle Danic et Julie Delalande de Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains en sciences sociales (Rennes : PUR, Didact Education, 2006) et avec Agnès van Zanten de Enquête sur les nouveaux enseignants. Changeront-ils l’école ? (Paris : Bayard 2004) et Pierre Merle auteur notamment de L’élève humilié et Les notes. Secrets de fabrication aux PUF. Il vient de publier une bibliographie : Robert Merle. Une vie de passions (Ed. de l’Aube)

La sociologie de l’école fait partie du noyau central de la sociologie française, aussi est-elle régulièrement mise sur le devant de la scène médiatique, comme c’est le cas avec cette émission de radio. Les travaux de Bourdieu et Passeron ont marqué ce champ, mais comme le rappelle François Dubet, la sociologie de l’école ne peut pas se limiter au point de vue selon lequel « la société ne fait pas tout et que l’école joue elle-même un rôle dans la production des inégalités ». Il a été lui-même à l’initiative d’un changement de point de vue sur l’école, changement essentiel car il concerne à la fois le regard des sociologues et des acteurs de l’école. Dubet fut un des premiers en France à prendre en compte l’effet propre des établissements sur la trajectoire des élèves, mais cependant les véritables précurseurs en la matière se trouvent du coté de la sociologie de langue anglaise (rapport Coleman). Il reconnaît que la sociologie de l’école des années 1970 et 1980 a produit des résultats que la communauté scientifique considère aujourd’hui comme des acquis. Continuer la lecture de La suite des idées parle de l’école