Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Mais où sont passées les PCS ?

Dans leur article « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue Française de sciences politiques (2008), Emmanuel Pierru et Alexis Spire  se demandent pourquoi la catégorie sociale est devenue à partir de la fin des années 80 un critère secondaire d’explication dans l’analyse de la société française.

 » Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des statistiques rendant compte des évolutions récentes de la société française selon les différents groupes sociaux qui la composent ? « 

Ils mettent en lumière le rôle performatif des agents du système statistique d’Etat dans ce processus, même s’ils reconnaissent qu’ « au-delà de l’importance accordée aux catégories socioprofessionnelles, la perte de légitimité d’une compréhension de la société en termes de groupes sociaux trouve son origine dans un mouvement qui dépasse largement le seul cadre du système statistique. »

A partir d’une analyse quantitative de l’évolution de l’usage des CSP, dans deux publications de l’INSEE (Données sociales et Insee Première ) qui selon eux « constituent un révélateur des priorités et des hiérarchies en vigueur à l’Insee », les auteurs de l’article établissent que la CSP devient une variable de plus en plus discrète…

Jusqu’au milieu des années 80, la nomenclature des CSP représente dans Données sociales la principale grille de lecture de la société française.

« Toutes les rubriques de la vie sociale sont présentées en fonction d’une répartition par catégories socioprofessionnelles : l’éducation, le logement, les conditions de travail, mais aussi le mode de garde des enfants, l’automobile et ses utilisations, la possession de chiens et de chats. Les titres des chapitres du volume de 1981 sont éloquents : « Métiers et catégories socioprofessionnelles », « Les activités quotidiennes des Français : différences entre catégories sociales ». »

Le basculement s’opère pour les Données sociales entre 1987 et 1990 :  les catégories socioprofessionnelles perdent alors  de leur visibilité.  Du côté de Insee Première, le mouvement similaire de reflux est décalé dans le temps, puisque les CSP perdent leur place hégémonique à partir du milieu des années 1990.

Ce recul s’opère également lorsqu’on l’analyse de manière qualitative.

– Dans Données sociales, l’intitulé « catégories socioprofessionnelles » disparaît à partir de 1993 des titres de chapitres et d’articles au profit de l’étude des « groupes sociaux ».

À partir de 1996, le syntagme de « groupes sociaux » s’efface à son tour au profit d’autres thèmes comme la pauvreté, la précarité, le lien social, ou encore l’exclusion. Dans ces études, pauvres et exclus ne sont jamais définis en termes de position sociale mais en raison de leur faible niveau de revenu.

Pour comprendre le basculement dans la représentation du monde social, il faut analyser les transformations sociologiques qu’ont connues au cours de cette même période les institutions statistiques elles-mêmes. C’est d’abord dans la place reconnue à la sociologie dans la formation des administrateurs de l’Insee qu’il faut trouver une partie de l’explication de recul de la nomenclature des PCS.

Autres facteurs explicatifs: le renouvellement du personnel de l’Insee, la conversion à l’économétrie avec l’impulsion de nouvelles méthodes (modèles de régression à la place des analyses factorielles)1, et la spécificité d’un outil adapté au terrain français peu adapté de fait aux comparaisons internationales et européennes.

Avec le recul de la nomemclature des PCS, c’est bien une nouvelle vision du monde social qui est promue.

Dans les publications de l’Insee, les inégalités (face aux risques sociaux notamment) sont de moins en moins liées à une structure de « classes » qui se reproduit : elles sont présentées sur un mode de plus en plus personnel. Maintenir une représentation structurée à partir de « collectifs » ou de groupes se heurterait à un processus d’individualisation du social présenté comme inéluctable.

  1. La modification des programmes de l’ENSAE en est le témoin []

La surface des logements selon la catégorie sociale

Un petit tour par l’Observatoire des inégalités est toujours instructif. En témoignent ces données que je prends sur ce site

Les inégalités face au logement sont fortement liées au revenu et donc à la catégorie sociale : plus le revenu s’élève, plus on peut se loger confortablement. En moyenne, les ouvriers disposent de 30 m² par personne contre 43 m² chez les artisans, commerçants et chefs d’entreprise.

A catégorie sociale équivalente, plusieurs facteurs peuvent modifier sensiblement les conditions de logement : l’âge et la composition familiale, mais aussi bien entendu la localisation géographique. Un cadre parisien doit disposer de revenus bien supérieurs à un cadre vivant dans une ville moyenne de province pour obtenir la même surface. Et les salaires ne compensent qu’une partie des écarts de prix des loyers ou des m2 à la vente.

Les conditions de logement des jeunes adultes sont le plus souvent plus précaires : logement plus petit et moins confortable, comme en témoigne cet autre billet de l’Observatoire des inégalités.

Pour en savoir plus, deux numéros d’Insee première:


Dessert & distinction sociale au XVIIe siècle

A propos d’un article de Dominique Michel, « Le dessert au XVIIe siècle », Dix-septième siècle, 2002

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, le dessert devient l’objet de soins particuliers, en effet s’il n’a pas pour but de satisfaire un véritable besoin alimentaire, il remplit un rôle de distinction sociale. Recherché, le dessert l’est par les embellissements dans sa présentation, par l’usage du sucre (qui reste encore un produit de luxe), par la présentation de nouveautés, comme les sorbets, les eaux et liqueurs rafraîchissantes (eaux d’Italie), par l’accumulation des variétés de fruits, pour la plupart rares et précoces. La distinction se joue dans la recherche de nourritures délicates, de mets subtils, au nombre desquels on doit ranger les fruits et les préparations sucrées.

Le dessert fait l’objet d’une véritable mise en scène : avant de le servir, on débarrasse la table de la nappe, de la vaisselle et des serviettes utilisées depuis le début du repas. Par ailleurs, le dessert est pris en charge par un nouveau personnel, distinct de celui qui a préparé le reste du repas. Ainsi que le note Dominique Michel « La maîtrise de cet art devient un élément de notoriété : il témoigne de l’importance d’une maison, il conforte son prestige et contribue à fournir à son maître le crédit indispensable pour tenir son rang, voire pour servir le royaume ».

Le poids des classes sociales

Peter Berger, « Le poids des classes sociales », Invitation à la sociologie, p118, 1963

« Dans notre société, les différences qui séparent les modes de vie selon les classes sociales ne sont pas seulement quantitatives, mais aussi qualitatives. Donnez à un sociologue un peu compétent deux indices de base pour situer un individu dans le système des classes, comme son revenu et sa profession, et il pourra, en l’absence de toute autre indication, prédire un grand nombre de ses autres caractéristiques. Comme toutes les prédictions sociologiques, elles seront de nature statistique : il s’agira de probabilités, avec une marge d’erreur. Mais on peut les assurer avec une assez grande assurance. A partir de ces deux informations sur un individu, le sociologue sera à même de faire des hypothèses fondées sur le quartier ou la ville où il habite, la surface et le style de sa maison. Il pourra aussi donner une description générale du décor intérieur de la maison, deviner le genre de tableaux aux murs et de livres ou de magazines qui se trouvent probablement dans son salon. Il devinera encore le genre de musique que notre sujet aime écouter, s’il va au concert ou s’il écoute des disques ou la radio. Et ce n’est pas tout : il prédira aussi de quel genre d’associations il fait partie, et quelle église il fréquente. Il peut évaluer son vocabulaire, donner en gros les règles de sa syntaxe et d’autres usages langagiers. Il devinera son affiliation politique et ses vues sur un certain nombre de problèmes nationaux. Il prédira le nombre de ses enfants et s’il fait l’amour avec sa femme dans le noir ou la lumière allumée. Il pourra fournir des indications sur la probabilité qu’il soit un jour atteint de certaines maladies physiques ou mentales. Et, on l’a vu, il pourra le situer sur les tables de mortalité. En fin de compte, si le sociologue décidait de vérifier s’il a vu juste en lui demandant un entretien, il peut estimer les chances que cet entretien lui soit refusé. »

Des épices et du sucre

Le lent recul des épices

Entre la fin du XVe siècle et le XVIIIe siècle, le goût médiéval se modifie profondément.  Alors que celui-ci se caractérisait par une recherche de saveurs acides, aigres alliées à celles de fortes d’épices orientales (cannelle, gingembre, poivre), le salé et l’épicé sont progressivement délaissés. On leur préfère le sucré. Le poivre et les épices présents dans la très grosse majorité des plats, disparaissent des recettes de cuisine et de pâtisserie, les aromates sont utilisés en plus faible quantité. Continuer la lecture de Des épices et du sucre

La valorisation sociale des épices au XIIIe siècle

Au XIIIe siècle, les épices sont précieuses. Objet de tractations et d’intermédiaires multiples, elles connaissent d’immenses trajets depuis l’Inde ou la Chine, avant de parvenir sur les comptoirs européens, à des prix jusqu’à 40 fois supérieurs à celui de leur prix d’achat. Dès le XIIIe siècle, les épices sont valorisées pour leurs vertus digestives et stimulantes : consommées après les repas afin d’aider la digestion, elles ont, avant tout, au Moyen-Age une fonction thérapeutique.1 Continuer la lecture de La valorisation sociale des épices au XIIIe siècle

  1. Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari (dir), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996, p 493 []