La mise en scène de l’accueil marchand en chambre d’hôtes

Christophe Giraud, « Recevoir le touriste en ami. La mise en scène de l’accueil marchand en chambre d’hôtes », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2007

La relation de service, en laquelle consiste l’accueil en chambre d’hôtes, est une relation marchande d’un type particulier. Telle est la thèse de Christophe Giraud dans son article «Recevoir le touriste en ami. La mise en scène de l’accueil marchand en chambre d’hôtes».  Elle doit prendre la forme «d’une mise en scène marchande de l’intimité familiale » et en cela remet en cause certaines caractéristiques de la relation marchande pure. « L’accueil a pour objectif de créer de la familiarité, une atmosphère qui tranche avec un cadre marchand standardisé et anonyme ». Voyons cela plus en détail Continuer la lecture de La mise en scène de l’accueil marchand en chambre d’hôtes

Six feet under, un exemple d’économie de la captation

piedsmorgue4

Six Feet Under, série créée par Alan Ball, en 2001, qui se déroule dans une entreprise funéraire familiale, Fisher & Fils, met à l’épreuve la thèse de Norbert Elias dans La Solitude des mourants. Selon Norbert Elias, la mort ferait l’objet d’un « refoulement » en Occident, à la fois individuel et social. Au niveau individuel, le « refoulement » prend la forme d’« un ensemble de mécanismes de défense psychologiques ». Au niveau social, dissimulation des affects et évitement de la mort, seraient des attitudes caractéristiques selon Elias d’une peur de la mort, d’un tabou créé autour d’elle. La mort nourrit un fort sentiment de gêne et fait l’objet d’un tabou qui interdit l’expression des affects et cette censure au centre de l’économie psychique et sociale des individus représente une illustration du « refoulement des pulsions » par lequel se définit la civilisation des mœurs1 selon Elias. – Pour en savoir plus sur la thèse d’Elias et sa critique, une référence majeure est l’article de Jean-Hugues Déchaux, paru dans L’Année Sociologique en 2001 « La mort dans les sociétés modernes : la thèse de Norbert Elias à l’épreuve » (N°51, vol 1, p 161-184). Bien loin d’être cachée, la mort est au centre de Six Feet Under, série quelque peu iconoclaste. Continuer la lecture de Six feet under, un exemple d’économie de la captation

  1. Elias, Norbert, La civilisation des mœurs, Agora Pocket, 1939, 1973 (trad française), 2002 []

Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques

Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques.  Un ouvrage de Virginie Diaz Pedregal (L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 268 p.)

Le commerce équitable, aujourd’hui tout le monde croit savoir ce que c’est. Plus précisément, trois Français sur quatre en ont « delà entendu parler » selon un sondage réalisé par l’IPSOS en 2006. Cette récente popularité, qui doit beaucoup au travail de médiatisation d’acteurs différents (journalistes, militants, politiques), ne doit pas nous faire oublier le cheminement historique de ce mouvement. En effet, Virginie Diaz Pedregal rappelle en introduction de son ouvrage que la logique du « fair trade », reposant sur l’idée de rendre plus juste les échanges internationaux par la mise en place de nouvelles règles d’échange en rupture avec celles de l’économie dominante, existe depuis les années 1940. On remarquera que cet objectif est également un des point central des groupes altermondialistes, ceux là même ayant connu une visibilité croissante sur les questions touchant à la mondialisation et à ses effets sur les rapports Nord-Sud. Dans ce contexte la popularité du commerce équitable est liée sa logique : « agir local, penser global », met au centre de son action la volonté des consommateurs souhaitant rompre avec la logique prédatrice du commerce Nord-Sud. Néanmoins il ne rompt pas totalement avec la logique du marché, mais introduit celle de réciprocité, de don. Son action porte sur le partage de la valeur ajoutée, ménageant une part plus grande aux producteurs. L’intérêt de cet ouvrage est alors de donner à comprendre le processus de construction et les enjeux multiples du commerce équitable qui, on s’en doutait, ne se réduisent pas aux images maîtrisées et mise en scène par les conseillers en marketing.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’ethnographie économique

L’ethnographie économique. Un ouvrage de Caroline Dufy et Florence Weber (La Découverte, coll. « Repères », 2007, 122 p.)

Cet ouvrage vient compléter celui de Philippe Steiner présentant dans la même collection la sociologie économique. Ainsi, la sociologie économique s’intéresse plus aux relations sociales entre agents économiques, en proposant d’autres clés de lecture que celles de l’économie. L’ethnographie économique reprend ce questionnement général, mais avec une démarche plus ouverte et tournée vers les méthodologies propres à l’anthropologie et à l’ethnologie. L’ethnographie économique s’est également développée dans les années 1980 au moment de la remise en cause du partage disciplinaire entre l’anthropologie dédiée à l’étude des sociétés traditionnelles, et la sociologie propre aux sociétés occidentales. Ce mouvement n’a pas forcément renforcé l’anthropologie en France, qui traverse une crise institutionnelle. L’ethnographie économique est alors présentée davantage comme une posture croisant des disciplines différentes (anthropologie, sociologie, microhistoire, économie), revenant sur l’idée de Talcott Parsons d’un Grand Partage entre l’économie et la sociologie, mobilisant des méthodologies qualitatives complémentaires. Cette plasticité en fait d’après les auteurs une approche particulièrement adaptée à l’analyse de l’économie « multiple et globale née en 1989 avec la fin de la guerre froide ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio