Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []

Des différences sociales entre hommes et femmes

L'arrangement des sexesIl y a quelques années (2002) est parue aux éditions La Dispute la traduction d’un texte de Goffman, initialement paru aux Etats-Unis en 1977, et jusqu’alors peu connu1. Il s’agit de L’arrangement des sexes.

Erving Goffman y montre qu’au fondement des différences sociales entre les sexes résident un grand nombre de croyances et de pratiques sociales, qui forment un système particulièrement efficace. L’argument des différences biologiques revient constamment sur le devant de la scène pour justifier les différences sociales entre les sexes, la lecture de cet ouvrage de Goffman permet d’en découdre avec cette idée reçue. L’enjeu théorique de cet ouvrage est bien d’évaluer la manière dont les différences entre les sexes sont constamment présentées comme explicatives des arrangements sociaux. Continuer la lecture de Des différences sociales entre hommes et femmes

  1. Le titre original est  » The arrangement between the Sexes  » in Theory and Society, vol. 4, n° 3, 1977, pp. 301-331 []

Le poids des classes sociales

Peter Berger, « Le poids des classes sociales », Invitation à la sociologie, p118, 1963

« Dans notre société, les différences qui séparent les modes de vie selon les classes sociales ne sont pas seulement quantitatives, mais aussi qualitatives. Donnez à un sociologue un peu compétent deux indices de base pour situer un individu dans le système des classes, comme son revenu et sa profession, et il pourra, en l’absence de toute autre indication, prédire un grand nombre de ses autres caractéristiques. Comme toutes les prédictions sociologiques, elles seront de nature statistique : il s’agira de probabilités, avec une marge d’erreur. Mais on peut les assurer avec une assez grande assurance. A partir de ces deux informations sur un individu, le sociologue sera à même de faire des hypothèses fondées sur le quartier ou la ville où il habite, la surface et le style de sa maison. Il pourra aussi donner une description générale du décor intérieur de la maison, deviner le genre de tableaux aux murs et de livres ou de magazines qui se trouvent probablement dans son salon. Il devinera encore le genre de musique que notre sujet aime écouter, s’il va au concert ou s’il écoute des disques ou la radio. Et ce n’est pas tout : il prédira aussi de quel genre d’associations il fait partie, et quelle église il fréquente. Il peut évaluer son vocabulaire, donner en gros les règles de sa syntaxe et d’autres usages langagiers. Il devinera son affiliation politique et ses vues sur un certain nombre de problèmes nationaux. Il prédira le nombre de ses enfants et s’il fait l’amour avec sa femme dans le noir ou la lumière allumée. Il pourra fournir des indications sur la probabilité qu’il soit un jour atteint de certaines maladies physiques ou mentales. Et, on l’a vu, il pourra le situer sur les tables de mortalité. En fin de compte, si le sociologue décidait de vérifier s’il a vu juste en lui demandant un entretien, il peut estimer les chances que cet entretien lui soit refusé. »

Usage clinique ou usage cynique de la sociologie

A quoi sert la sociologie ? Pour orienter la réflexion, deux citations de Bourdieu.

 » Aujourd’hui, parmi les gens dont dépend l’existence de la sociologie, il y en a de plus en plus pour demander à quoi sert la sociologie. En fait, la sociologie a d’autant plus de chances de décevoir ou de contrarier les pouvoirs qu’elle remplit mieux sa fonction proprement scientifique. Cette fonction n’est pas de servir à quelque chose, c’est-à-dire à quelqu’un. Demander à la sociologie de servir à quelque chose, c’est toujours une manière de lui demander de servir le pouvoir. Alors que sa fonction scientifique est de comprendre le monde social, à commencer par les pouvoirs. Opération qui n’est pas neutre socialement et qui remplit sans aucun doute une fonction sociale. Entre autres raisons parce qu’il n’est pas de pouvoir qui ne doive une part – et non la moindre – de son efficacité à la méconnaissance des mécanismes qui le fondent.  » (Questions de sociologie, Minuit, 1980, rééd.1984, pp.26-27)

 » Mon but est de contribuer à empêcher que l’on puisse dire n’importe quoi sur le monde social. Schoenberg disait un jour qu’il composait pour que les gens ne puissent plus écrire de la musique. J’écris pour que les gens, et d’abord ceux qui ont la parole, les porte-parole, ne puissent plus produire, à propos du monde social, du bruit qui a les apparences de la musique.  » (Dans un entretien avec Didier Éribon à propos de « La distinction », Libération, 3 et 4 novembre 1979. pp.12-13. Repris dans Questions de sociologie, Minuit, 1984, p.18)

Quels usages faire de la sociologie ?

 » Malheureusement on peut toujours faire deux usages différents des analyses sociologiques du monde social, et, plus spécifiquement du monde intellectuel : des usages que l’on peut appeler cliniques, tels que ceux que j’évoquais à l’instant en parlant de socioanalyse, en ce qu’ils consistent à chercher dans les acquis de la science les instruments d’une compréhension de soi sans complaisance ; et des usages que l’on peut dire cyniques et qui consistent à chercher dans l’analyse des mécanismes sociaux des instruments pour « réussir » dans le monde social (c’est ce qu’ont fait certains lecteurs de La Distinction en traitant ce livre comme un manuel de savoir-vivre) ou pour orienter ses stratégies dans le monde intellectuel.» (Réponses, Seuil, 1992, p.182)

L’Amour de l’art n’est pas inné

Voici une citation extraite de Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979, p 83, qui illustre de façon exemplaire la non-innéité du jugement de goût.

Dans La Distinction, mais surtout dans L’Amour de l’art (1966, Collection « Le sens commun », Editions de Minuit) Bourdieu démythifie la notion de goût inné. Avec L’Amour de l’art, Bourdieu et Darbel veulent montrer que les différences d’attitudes des hommes face aux œuvres d’art ne sont pas le résultat de facultés et de prédispositions innées.

« Ce qui s’acquiert par la fréquentation quotidienne des objets anciens ou par la pratique régulière des antiquaires et des galeries, ou, plus simplement, par l’insertion dans un univers d’objets familiers et intimes « qui sont là, comme dit Rilke, sans arrière-sens, bons, simples, certains », c’est évidemment un certain « goût » qui n’est autre chose qu’un rapport de familiarité immédiate avec les choses de goût ; c’est aussi le sentiment d’appartenir à un monde plus poli et plus policé, un monde qui trouve sa justification d’exister dans sa perfection, son harmonie, sa beauté, un monde qui a produit Beethoven et Mozart et qui reproduit continûment des gens capables de les jouer et de les goûter ; c’est enfin une adhésion immédiate, inscrite au plus profond des habitus, aux goûts et aux dégoûts, aux sympathies et aux aversions, aux phantasmes et aux phobies, qui, plus que les opinions déclarées, fondent, dans l’inconscient, l’unité de classe. »

La distinction selon Edmond Goblot

Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie, Chapitre 4, 1925

« Avant l’avènement de la bourgeoisie moderne, on connaissait le mérite, la valeur, les talents, la grâce ; on ignorait la distinction […] Ce n’est pas pour être belle, c’est pour n’être pas confondue que la bourgeoisie moderne s’applique à être distinguée dans sa tenue, ses manières, son langage, les objets dont elle s’entoure. L’opposé de distingué est « commun » : est commun ce qui ne distingue pas, vulgaire ce qui distingue en mal et trahit une infériorité.

La distinction n’est ni la beauté; ni l’élégance, ni le luxe. Il faut qu’elle s’y ajoute; elle peut les remplacer. Elle doit être apparente ; peu importe qu’elle soit superficielle. Elle consiste souvent en des nuances, des minuties, des riens. Il faut qu’elle soit délicate, subtile même, pour être difficile à imiter. L’éducation bourgeoise s’applique à développer, à affiner ce tact qui permet de la discerner sans hésitation et sans effort. […] La distinction concerne tout ce qui est perceptible du dehors dans la personne et dans son entourage.

Le sociologue et le retour du refoulé

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Coll Liber, Seuil, 1997, p 13

« Le sociologue a la particularité, qui n’a rien d’un privilège, d’être celui qui a pour tâche de dire les choses du monde social, et de les dire, autant que possible, comme elles sont : rien que de normal, de trivial même, en cela. Ce qui rend sa situation paradoxale, parfois impossible, c’est le fait qu’il est entouré de gens qui ou bien ignorent (activement) le monde social et n’en parlent pas – et je serai le dernier à reprocher aux artistes, aux écrivains, aux savants, d’être tout à leur affaire – ou bien s’en inquiètent et en parlent, parfois beaucoup, mais sans en savoir grand-chose. […]

Ainsi, lorsqu’il fait simplement ce qu’il a à faire, le sociologue rompt le cercle enchanté de la dénégation collective: en travaillant au retour du refoulé, en essayant de savoir et de faire savoir ce que l’univers du savoir ne veut pas savoir, notamment sur lui-même, il prend le risque d’apparaître comme celui qui vend la mèche. Mais à qui donc, sinon à ceux-là mêmes dont, ce faisant, il se désolidarise et dont il ne peut attendre la reconnaissance pour ses découvertes, ses révélations ou ses aveux (nécessairement un peu pervers, il faut l’avouer, puisqu’ils valent aussi, par procuration, pour tous ses pareils) ? «