Homoparentalités : délier la parenté de la procréation ?

Je reçois ce jeudi 24 mars à 18h, Martine Gross dans le cadre du cycle de conférences « Au fil du travail des sciences sociales ». Ingénieure de recherche en sciences sociales au CNRS, elle a consacré la plupart de ses travaux à l’homoparentalité. Elle a publié ou dirigé plusieurs  ouvrages sur ce sujet.

Les réalités recouvertes par l’expression « familles homoparentales » se sont multipliées avec l’évolution du regard social porté sur l’homosexualité. Ces réalités interrogent les définitions de ce que sont un parent, une mère, un père, une famille, la parenté, etc. Nous verrons comment ces familles qui tout à la fois transgressent  certaines normes et représentations sociales et se conforment à d’autres, illustrent les questions posées par la diversité des configurations familiales contemporaines. Le défi que jettent les parents de même sexe est qu’ils ne peuvent se glisser dans notre modèle naturaliste de parenté qui confond filiation et procréation, et attribue à chacun de nous un seul père et une seule mère, censés être nos géniteurs.

Ses publications les plus récentes sur la question :
– M. Gross (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Eres, 2005
– M. Gross, M. Peyceré, Fonder une famille homoparentale, 2005, J’ai lu
– A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, B. Perreau (dir), Homoparentalités, approches scientifiques et politiques, PUF, 2006
– M. Gross / E. Antier, Deux papas, deux mamans, qu’en penser? Débat sur l’homoparentalité. Calman-Lévy, 2007
– M. Gross, L’homoparentalité, les idées reçues, le Cavalier Bleu, 2009

Articles récents
Gross, M. (2006). Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes. Terrain (46 ), 151-164.
Gross, M. (2007). Quand et comment l’homoparentalité est-elle devenue un objet « légitime» de recherche en sciences humaines et sociales? . Socio-logos, 2. Retrieved from http://socio-logos.revues.org/document803.html
Gross, M. (2007). Les rabbins français et l’homoparentalité.Discours et attitudes. On Archives de sciences sociales des religions.
Gross, M. (2008). Être homosexuel et chrétien en France, . Sociétés contemporaines, 71(3), 67-93.
Gross, M. (2008). Deux mamans ou deux parents. Évolution de la désignation des liens dans les familles lesboparentales. In D. L. Gall (Ed.), Identités et genres de vie. Chroniques d’une autre France (pp. 199-216). Paris: L’Harmattan, coll. « Sociologies et environnement »
Gross, M. (2009). Les familles homoparentales: entre conformité et innovations. Informations sociales, 154 (juillet-août 2009), 106-114.
Gross, M. (2009). Les grands-parents dans les familles homoparentales: entre lien biologique et lien social. Politiques sociales et familiales, 97, 41-50.

Aux barricades. Origines et diffusion d’une tactique insurrectionnelle

Conférence de Mark Traugott, le jeudi 17 février 2011 de 18h à 20h à l’ENS de Lyon (site Descartes), en salle F 08

La barricade, en tant qu’une « routine de contestation » reconnue, est née en France et est restée un usage exclusivement français pendant les premiers deux cents cinquante ans de son existence. Découvrir les origines de la barricade est une tâche plus difficile qu’il n’y paraît, puisqu’il y en a plusieurs versions contradictoires. Son adoption comme une technique qui se renouvelle dans des insurrections françaises, l’une après l’autre, était bien établie au milieu du dix-septième siècle, au plus tard, avec les deuxièmes Journées des Barricades de 1648. Ce n’est qu’à l’époque de la Révolution française que la barricade a commencer à s’étendre à d’autres pays européens, un processus qui s’est complété en 1848. L’étude de la barricade révolutionnaire nous permet de comprendre comment les techniques de contestation prennent racine et définissent les modèles communs de protestations dans les sociétés modernes.

La conférence des Pinçon-Charlot est en ligne

La conférence du jeudi 25 novembre dernier « La richesse inopinée » de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon est en ligne sur SES-ENS.  C’est ici

Je profite de ce billet pour vous rappeler que la prochaine conférence du cycle « Au fil du travail des sciences sociales » aura lieu le jeudi 27 janvier prochain à l’ENS de Lyon (site Descartes), de 18h à 20h (salle F08). Elle réunira Christian et Olga Baudelot qui viennent nous parler du don d’organes, à partir de l’expérience racontée dans leur ouvrage Une promenade de santé. La conférence s’intitule « Rein, Amour et Société »

Une greffe de rein avec donneur vivant est d’un point de vue chirurgical une opération simple. Pour les deux protagonistes, donneur et receveur, c’est une aventure qui dépasse leurs propres personnes. Olga et Christian Baudelot l’ont à la fois vécue et racontée dans un livre (Une promenade de santé, Stock, 2008). Pourquoi et pour qui écrire un tel livre ? Comment l’ont-ils élaboré ? Comment, pourquoi des chercheurs (elle est psychologue, il est sociologue) estiment-ils nécessaire de passer du « il » de l’objectivité au « je », voire au « nous » ? Pourquoi remettent-ils en question l’appellation officielle de « don d’organes » pour nommer cette opération ?  Et comment, ironie de leur histoire, se retrouvent-ils aujourd’hui, engagés avec d’autres, dans un combat politique à l’occasion de la révision de la loi de bio-éthique qui risque,  frilosité et conservatisme français aidant,  de restreindre le champ des bénéficiaires potentiels de la greffe dont ils ont profité ? La lutte des classes passe aussi par le rein.

La richesse inopinée. Les gagnants du loto face à quelques millions d’euros

La seconde conférence du cycle « Au fil du travail des sciences sociales » que j’organise à l’ENS de Lyon (site Descartes) se déroulera jeudi prochain 25/11 de 18h à 20h.

Nous recevons Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

Cycle de conférences « Au fil du travail des sciences sociales »

Vous habitez Lyon ? Vous vous intéressez aux sciences sociales ? Et vous êtes disponibles un jeudi soir par mois de 18h à 20 h ?

Alors rejoignez-nous aux conférences du cycle « Au fil du travail des sciences sociales  » qui se déroulent à l’ENS de Lyon, Lyon 7e, sur le site René Descartes  !

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles


Le jeudi 7 octobre, nous recevons  Christian Topalov et Laurent Coudroy de Lille à propos de l’ouvrage L’aventure des mots de la ville qui vient de paraître

Le jeudi 25 Novembre, nous recevons les Pinçon-Charlot autour de leur nouvel ouvrage Les millionnaires de la chance

Le jeudi 27 Janvier, nous recevons Olga et Christian Baudelot qui viendront nous parler du don d’organes, autour de leur ouvrage Une promenade de santé

Le jeudi 24 mars, nous recevons Martine Gross pour nous parler de L’homoparentalité

Le jeudi 14 avril, nous recevons  Sophie  Dubuisson-Quellier autour de La consommation engagée

Retrouvez les conférences de l’année dernière sur le site de la sociologie à l’ens.



« Enseigner Hitler : Les adolescents face au passé nazi en Allemagne »

Invités à la table ronde demain  « Enseigner Hitler : Les adolescents face au passé nazi en Allemagne » et ne pouvant nous y rendre, nous avons reçu l’ouvrage d’Alexandra Oeser qui sera discuté

Quatrième de couverture

En Allemagne, le passé nazi ne passe pas. Sujet de débats publics intenses, l’angoisse de l’amnésie impose un « devoir de mémoire » aux institutions, qui s’exprime, entre autres, par des politiques de commémorations et d’enseignement scolaire. Mais que font les gens ordinaires de ce passé ? À l’heure du nouveau millénaire, compte-t-il encore pour les jeunes Allemands ou veulent-ils « passer à autre chose »?

Inspiré de la sociologie et de l’histoire du quotidien, ce livre analyse « par le bas » les usages que font du passé nazi des adolescents âgés de 14 à 18 ans dans quatre institutions scolaires, de quartiers bourgeois et populaires, à l’Ouest (Hambourg) et l’Est (Leipzig) de l’Allemagne.

Combinant observation, entretiens et travail d’archives, cette enquête rend compte des représentations et pratiques des élèves selon leur sexe, leurs trajectoires scolaire, sociale et familiale, notamment de migration, et selon différents contextes : en classe, en famille ou dans l’entre-soi des groupes d’adolescents. S’intéresser aux sens que les adolescent-e-s donnent au passé nazi dans leur vie quotidienne permet d’observer avec finesse la construction progressive de sens politique chez des profanes à un moment clé de leur existence.

La complexité de ces appropriations de l’histoire montre l’interdépendance des différentes scènes sociales qui articulent les représentations ordinaires du passé. Mais elle pose aussi plus largement, dans l’Allemagne réunifiée, la question de la place de l’histoire du nazisme dans la société.

Nous proposerons d’ici quelque temps une note de lecture de l’ouvrage. A suivre donc

Les classes populaires à l’école, conférence de Christophe Delay

Les classes populaires à l’école. Apports et limites du concept de violence symbolique.

Conférence de Christophe Delay

ENS de LYON, jeudi 18 mars 2010 à 17h30

Alors que dans les années 1960-1970, les sociologues se sont intéressés à comprendre de façon macro-sociologique l’inégalité des chances scolaires en fonction de l’origine sociale des élèves, les années 1980-2000 ont été marquées par un phénomène de désintérêt croissant pour la thématique des classes sociales et par la réalisation d’études qualitatives portant sur la réussite scolaire des élèves d’origine populaire, contribuant ainsi à reléguer « de manière volontaire ou inconsciente » la question de la reproduction sociale au rang des vieilles lunes théoriques. L’exposé, basé sur un travail ethnographique dans une école d’un quartier populaire genevois (observations, entretiens avec des enseignants et familles), s’efforcera de montrer la persistance de l’inégale réussite scolaire des élèves d’origine populaire, qui s’inscrit dans la rencontre ambivalente entre la culture des classes populaires et la culture scolaire. On y discutera des apports et des limites du concept de violence symbolique qui permet d’appréhender certaines attitudes des parents face à l’école.

Christophe Delay est chercheur FNS invité au GRS à l’ENS de Lyon. Il a achevé son doctorat intitulé Les classes populaires à l’école. La rencontre ambivalente entre deux cultures à légitimité inégale (Université Genève, 2009). Il est coauteur avec Schultheis,
Frauenfelder et Pigot des ouvrages Maltraitance: contribution à une sociologie de l’intolérable (L’Harmattan, 2007) et Les classes populaires aujourd’hui : portraits de familles, cadres sociologiques (L’Harmattan, 2009).

La rencontre est animée par Frédérique Giraud.

Pour en savoir plus

La page personnelle de Christophe Delay  :
http://www.unige.ch/ses/socio/christophedelay.html

Bibliographie

Un ouvrage dirigé par Franz Schultheis, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay (L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », septembre 2007, 220 p., 24 €)
Un ouvrage sous la direction de Franz Schultheis, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Nathalie Pigot (L’Harmattan, Coll « Questions sociologiques », 2009)