Note de lecture : Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

Johann Michel, Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée

L’ouvrage de Johann Michel, à cheval entre la philosophie et la sociologie, est noué autour d’un projet intellectuel fort : développer une « sociologie herméneutique » de l’action humaine empruntant à Paul Ricoeur certains concepts philosophiques. Retravaillés en un sens sociologique, les concepts de soi et d’identité narrative, développés par le philosophe dans Temps et récit, permettent à Johann Michel de poser les jalons d’une sociologie herméneutique attentive aux reconstructions des individus.

Structuré de façon binaire entre un essai théorique, occupant la première partie de l’ouvrage, et une « mise à l’épreuve » (p.16) empirique occupant les seconde et troisième parties, faisant travailler les concepts définis à partir d’une enquête sur les récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France, la Sociologie du soi proposée par l’auteur permet de penser à nouveaux frais les notions de mémoire, de récit de soi et d’identité.

Johann Michel met en garde philosophes et sociologues au commencement de l’ouvrage : s’il s’agit de parler du « soi », c’est bien en un sens socialisé du terme, l’auteur souhaitant se « démarquer des théories qui font de l’individu le porteur ultime du sens et de la rationalité » (p. 16).

La force de la proposition théorique de Johann Michel réside dans la capacité à penser tout à la fois les cadres sociaux et psychologiques de l’existence individuelle subjective sans tomber dans les deux excès inverses que sont le “tout” déterminisme ou le “tout” subjectivisme. C’est bien une science herméneutique que propose Johann Michel qui pense le sujet à la fois « comme subjectivation et comme être socialisé » (p. 41).

L’auteur se donne les moyens d’analyser les productions narratives d’individus traversant des évènements biographiques : l’exemple qu’il mettra à l’épreuve dans la partie empirique de son ouvrage est celui de la guerre d’Algérie et ses retraductions dans l’histoire personnelle, familiale… Les évènements biographiques peuvent donner lieu à un travail biographique des individus, celui-ci prenant la forme de récits de soi. Johann Michel accorde une attention particulière aux mises en récit de soi qu’il définit comme les « dispositifs de retour réfléchi sur soi à la faveur de configurations narratives de son existence passée » (p. 43), ce que la tradition sociologique peut appeler des récits de vie. Le changement de formule permet de signifier ce sur quoi se porte l’attention du philosophe : à savoir le sens pour l’individu que prennent ces récits. Echappant aux prises de « l’illusion biographique » dénoncée par Pierre Bourdieu[1], Johann Michel est attentif aux reconstructions, aux déformations de ces récits.

Reprenant à Michel Foucault, la notion de « technologie de soi », l’auteur propose de considérer les mises en récit de soi comme des outils à la disposition des individus, inégalement répartis comme il le précise à la page 50, « pour “négocier” des ruptures biographiques » et « pour résister aux processus d’assujettissement et de domination » (p.42).

Johann Michel propose ensuite de mettre à l’épreuve ces notions à partir de l’analyse des récits de vie de descendants de travailleurs algériens immigrés en France et de descendants de harkis. Il forge la notion d’évènement biographique non vécu pour analyser la manière dont certains évènements traumatiques, comme la guerre d’Algérie peuvent affecter durablement l’expérience des individus, même s’ils ne les ont pas vécus eux-mêmes. A partir de l’analyse de « récits de récits » d’évènements traumatiques liés à la guerre d’Algérie, à la migration et à l’acculturation en France de familles algériennes, l’auteur montre l’impact des évènements racontés aux enfants, petits-enfants… Ces évènements traumatiques « délégués » ont une influence sur l’intrigue existentielle des enquêtés. Johann Michel analyse alors les moyens mis en œuvre par les membres de la « deuxième génération » pour intégrer, faire leurs, ces récits.


[1] Bourdieu, Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, 1986, p.69-72

Les grands sociologues, un nouveau manuel à destination des étudiants

L’ouvrage sous la direction d’Alain Bruno, publié aux Editions Ellipses, ne surprendra pas le lecteur, l’étudiant ou l’enseignant habitué aux ouvrages de synthèse sur la discipline. Intitulé Les grands sociologues, il se propose de présenter de façon synthétique les auteurs fondateurs de la discipline. L’économie de l’ouvrage en fait donc un manuel à destination des étudiants, et comme tel il répond bien à ses objectifs.

L’ouvrage est organisé sans surprise de façon thématique et en partie chronologique. SLa première partie présente deux fondateurs de la discipline : Marx et Tocqueville. La seconde s’articule autour des sociologues privilégiant le collectif (Durkheim, Halbwachs, Lefebvre, Friedmann, Touraine), la troisième autour des sociologues qui privilégient l’individu (Weber, Boudon), la dernière autour des « sociologues qui privilégient le relationniste » (Tarde, Simmel, Elias, Lapassage et Bourdieu). S’il y a bien cependant une surprise, c’est la présence parmi ces « grands sociologues » de Georges Lapassade, peu familier des introductions à la sociologie, destinées à un public novice en sociologie.

On peut regretter la partition du sommaire selon une logique « Holisme – Individualisme » qui si elle reste classique, ne manque pas par son caractère simplifié et schématique, d’être reproduite, amplifée et systématisée par les étudiants. Cependant cette organisation reste ici avant tout un moyen d’organiser le sommaire et les auteurs rappellent dans l’Avant-propos, qu’«il faut préciser que ces trois approches sont des représentations simplifiées des théories réellement développées par les auteurs présentés dans ce recueil », encore faudrait-il que les étudiants le lisent…

Ce qui fait le mérite de l’ouvrage c’est son caractère ample : gros de 576 pages, chacune des notices d’auteur peut se déployer sur plus de 30 pages de grand format. Chaque auteur est d’abord présenté par une biographie, à laquelle s’ajoute une analyse de son œuvre et des concepts qu’il a développés, ainsi qu’une bibliographie et un glossaire restreint. Un tableau chronologique final et un index complètent le dispositif pédagogique.

Reste à s’entendre sur la définition de ce que sont « les grands sociologues » :  les auteurs s’entendent dans l’Avant-propos sur une définition minimale, sont ainsi définis comme « grands sociologues » des auteurs « qui ont marqué par leurs thèses la constitution de la sociologie. Leurs analyses théoriques ont participé à la construction de la sociologie telle qu’elle se présente aujourd’hui. […] Les auteurs présentés dans cet ouvrage,  sans doute plus que d’autres mais avec d’autres, ont fait de la sociologie une véritable science humaine ».  On pourra regretter que soient ainsi laissés de côté Howard Becker, Erving Goffman…

Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives, un manuel dirigé par Pierre Bréchon

Pierre Bréchon (dir.), Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives, PUG, 2011

Dirigé par Pierre Bréchon, le manuel au titre sibyllin Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives est un petit concentré de méthodes à glisser en toute confiance entre les mains des étudiants en licence et master de sociologie et en sciences politiques.

Six auteurs (Stéphanie Abrial, Jean-Paul Bozonnet, Pierre Bréchon, Frédéric Gonthier, Sévérine Louvel, Vincent Tournier) se relaient pour décrire, expliquer et mettre à la portée de tous la méthodologie de l’enquête, qu’elle soit qualitative ou quantitative. Présenté en deux parties, l’ouvrage analyse tour à tour la méthodologie de l’enquête qualitative, puis quantitative.

Les auteurs font la part belle aux exemples. Dans le texte, des encadrés permettent des focus sur des notions. Comment faire une bonne enquête ? C’est-à-dire comment produire des résultats valides scientifiquement ? Résolument pragmatique, l’ouvrage est rédigé par des enseignants des méthodes des sciences sociales à l’IEP de Grenoble et s’appuie donc sur des expériences d’enseignement ayant fait leurs preuves. Les chapitres se terminent tous par une mise en situation concrète des étudiants : des exercices sont proposés et corrigés sur le site compagnon de l’ouvrage.

Une nouvelle édition de Sociologie des professions

Pierre Tripier, Claude Dubar, Valérie Boussard, Sociologie des professions, Armand Colin, 3ème édition, 2011

Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard nous proposent ici la troisième édition de cette Sociologie des professions, désormais devenue un classique des bibliothèques universitaires. On remarquera qu’une troisième auteure vient seconder les deux auteurs des première et seconde édition de ce manuel. La première édition parue en 1998 prenait acte de l’absence jusqu’alors de manuel intitulé Sociologie des professions en France, à la différence notable de la Grande-Bretagne et des Etats -Unis.

Le terme profession est en effet en France soumis à des acceptations fort hétérogènes et aucun terme ne correspond vraiment au terme anglais profession tel qu’il est défini dès 1915 par Flexner et Cogan en 1953. C’est sur la base de ce constat des acceptions diversifiées du terme en langue française que s’ouvre ce manuel. Les auteurs cernent quatre définitions du terme profession. En un premier sens, la profession est entendue comme « une déclaration qui s’énonce publiquement et qui comme la vocation, est liée à des croyances idéologique-religieuses » (p. 11) : c’est la profession au sens de « profession de soi ». En un second sens, la profession est le « travail que l’on fait, l’emploi que l’on occupe, dès lors qu’il permet d’en vivre grâce à un revenu » (P. 11), le troisième sens se définit comme « l’ensemble des personnes qui exercent un même métier » et en une quatrième acceptation, la profession est « une fonction, une compétence reconnue au sein d’une organisation » (p.12). Ces quatre définitions permettent de pointer l’extension du terme et l’ambigüité de ses usages.

L’enjeu de ce manuel est de proposer un ensemble de travaux sociologiques et historiques, empiriques qui conceptualisent les professions. Ainsi posée la sociologie des professions proposées par Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Boussard a pour objet « l’organisation sociale des acticités de travail, la signification subjective de celles-ci et les modes de structuration des marchés du travail » (p.15) et ne recoupe ni toute la sociologie du travail, ni toute la sociologie des organisations.

Ce qui fait la force de ce manuel, c’est qu’il est fortement arrimé à des études de cas. La revue de la littérature qu’il propose, comme se doit tout bon manuel, n’oublie pas les renouveaux récents qui affectent les groupes professionnels. Les études mobilisées sont diverses et couvrent un grand nombre de professions, que l’on retrouve dans un index final. Travaux fondateurs de la discipline et travaux récents trouvent donc à s’articuler de façon harmonieuse.

Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes : CR

Guillaume Vallet publie en cette rentrée universitaire deux manuels aux Presses Universitaires de Grenoble. Le premier est intitulé Auteurs et grands courants de la pensée économique, et le second Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes. Nous nous intéressons ici au deuxième opus.

 Ce « petit » manuel de 115 pages se veut une introduction à la discipline sociologique pour des étudiants se préparant aux concours de l’enseignement en sciences économiques et sociales (Capes et Agrégation). La volonté est donc d’emblée didactique et pragmatique, ce que le court format de cet opus, facilite.

De ce point de vue, le titre de l’ouvrage nous semble équivoque1. Comme y invite la première phrase du résumé de l’éditeur en quatrième de couverture « La sociologie a beaucoup à apporter à l’analyse économique », je pensais que cet ouvrage était destiné à prouver aux économistes l’heuristicité de la sociologie et se voudrait en quelque sorte un « anti-manuel » d’économie à l’usage des économistes. En fait il n’en est rien et ce manuel s’inscrit, bien plus classiquement dans le champ éditorial déjà bien rempli des manuels à destination des étudiants se préparant au concours de SES.

 Comme tel, ce manuel remplit les conditions de forme et de format. Le premier chapitre se présente, comme dans presque tout « manuel » d’initiation, comme une histoire de la pensée. Le second chapitre dessine à grands traits les grands courants de la discipline et introduit à la pensée des « grands » sociologues et le troisième chapitre dessine les contours d’une épistémologie de la discipline.

Le format ramassé de cet ouvrage, contraintes éditoriales oblige,  dirige le lecteur vers l’essentiel, aussi chaque auteur n’est-il présenté qu’à travers une seule clé de lecture2.  Pour Durkheim, ce sera le lien social, chez Weber la rationalité est à l’honneur. Les thèmes de recherche de Bourdieu sont résumés en quelques paragraphes… Parmi les sociologues contemporains, ne sont retenus que quatre « grands noms » de la sociologie selon le titre choisi : au menu Boudon, Bourdieu, Touraine et Elias. La rapidité de la présentation, en fait un outil d’abord à destination du grand débutant en sociologie et je conseillerais par exemple volontiers cet ouvrage à mes étudiants en première année de licence de sociologie… L’ambition est bien de dresser un panorama le plus large possible afin de susciter la curiosité des étudiants et les inciter à lire par eux-mêmes.

  1. Rappelons cependant que la maison d’édition reste largement responsable des titres dans la plupart des cas… []
  2. ce qui peut sembler tout de même un peu restreint []

Pratiques culinaires hybrides, des portraits dans la cuisine

Mix : portraits de cuisine. Un ouvrage sous la direction d’Isabelle Blaze, photographies de Michel Gary (Editions Aaccess, Erès, 2010)

Voilà un livre un peu particulier, qui se compose de recettes pluriculturelles, de portraits photographiques, d’informations diététiques et nutritionnelles, d’images de repas partagés. Il présente différentes façons de cuisiner, chez soi, dans le cadre d’atelier de cuisine, entre amis, en famille… et divers temps de rencontres. Mix. Portraits de cuisines fait partie de ces « beaux livres » qu’on aime à garder dans sa bibliothèque : imprimé sur du papier glacé, en couleur, mêlant photos, titres en couleur, gros plans, il est en effet rare d’avoir affaire à de tels objets en sciences humaines et sociales. Et pour cause, ce livre n’est ni un livre de sociologie, ni d’anthropologie. Edité par l’Agence associative de communication et services solidaires (aacess) aux éditions Erès, il se donne à lire comme un livre de recettes. Le sommaire est en effet conçu ainsi : quelques contributions prises au hasard « Attiéké au poisson chez Marie », « La piperade basque chez Hala » ou encore « Cassoulet des Asturies ou Fabada chez Célia ». Cet ouvrage propose un itinéraire gustatif dans des cuisines individuelles étrangères. Nous proposons dans ce compte-rendu un peu particulier, un parcours à travers l’ouvrage afin de montrer son intérêt pour une sociologie de l’alimentation, plus précisément une sociologie des pratiques culinaires. Extraits de dialogues, photos font ici l’objet d’une analyse secondaire.

Que vient faire un ouvrage de recettes dans Liens Socio ? Il nous semble qu’en lui-même l’ouvrage propose un regard intéressant sur les pratiques culinaires des individus, pratiques « mix » pourrait-on dire pour paraphraser le titre. Chaque double ou triple page propose une recette certes, mais non pas sous la forme canonique d’une liste d’ingrédients suivie d’un mode opératoire. Les recettes se présentent sous la forme de dialogues entre plusieurs personnes ou sous une forme racontée mettant l’accent sur les tours de main, les astuces. C’est en cela qu’il peut intéresser le sociologue. Ainsi, il est porteur d’une description des pratiques culinaires par les acteurs eux-mêmes. Il permet de montrer combien la cuisine est porteuse de savoir-faire et de techniques  : photos et descriptions se complètent « Hala forme des sortes de cônes avec la pâte constituée de boulghour et de viande pilée. Elle fourre ensuite ces cônes de viande hachée, revenue dans l’huile avec l’oignon, le cumin, salée, poivrée » (p. 55). Cet ouvrage permet surtout de réfléchir au bricolage des pratiques culinaires individuelles. Les pratiques culinaires apparaissent comme des pratiques d’hybridation, de sélection, de ruptures avec des pratiques familiales ou régionales « Entre ma tante et ma mère il y a une différence. Ma maman ne met pas d’oignon, ma tante oui, les deux versions sont très bonnes. Je n’ai pas mis de piment doux, je mets du poivron » (p. 47), « A la fin de la cuisson, j’y ajouterai un peu de rhum. Ça, c’est mon truc à moi. » (p. 71), « je me suis dit, si j’orientalisais et si j’y mettais de la viande blanche et la sauce chien de Guadeloupe » (p. 33)

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

Les épreuves de l’enquête

La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, un ouvrage sous la direction de Jean-Paul Payet, Corinne Rostaing, Frédérique Giuliani (Presses Universitaires de Rennes, Coll « Didact Sociologie », 2010)

En 2008 est paru aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage La voix des acteurs faibles dont nous avions proposé un compte-rendu dans Liens Socio. Coordonné par Jean-Paul Payet, Frédérique Giuliani et Denis Laforgue, les auteurs de ce travail collectif proposaient le sémantisme « acteur faible » pour désigner les individus disqualifiés, affaiblis auprès desquels ils enquêtaient. On lira avec intérêt la contribution conclusive de Roland Raymond, qui décrypte la problématique de l’acteur faible, et la désigne comme un « objet-piste ». L’ouvrage La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles qui vient de sortir est en quelque sorte le tome 2 de ce travail. Si le « retour » sur les conditions dans lesquelles tout chercheur construit ses analyses était déjà bien documenté en ce qui concerne l’enquête dans la bourgeoisie1, ou l’enquête dans les milieux populaires2, les textes réunis dans La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles répondent au souci de poursuivre ce travail d’exemplification des méandres de l’enquête de terrain en offrant un regard sur des configurations d’affaiblissement des individus. Opus méthodologique, cet ouvrage est entièrement tourné vers la spécification des enjeux qui caractérisent les enquêtes sociologiques avec des acteurs disqualifiés. « L’enquête auprès d’individus affaiblis relève-t-elle des mêmes questions, et des seules questions, de l’épistémologie et de la méthodologie telle qu’elle est enseignée dans les manuels ? » (p. 7) Est-ce que l’étude des acteurs faibles requiert une méthodologie spécifique ? Quels sont les dilemnes propres à l’enquête auprès d’acteurs affaiblis ?

Ouvrant la boite noire de leur travail de terrain, les auteurs réunis ici font le pari que rendre compte des conditions d’enquête auprès des « acteurs faibles » est heuristique et éthique. Heuristique d’abord, car prendre au sérieux les difficultés relatives au travail de terrain dans une prison, auprès de malades du cancer, des jeunes des banlieues, de familles en situation de précarité, de travailleuses du sexe migrantes…c’est se donner les moyens de les résoudre et d’identifier leurs conséquences sur le travail d’interprétation des données, donc de faciliter le travail de réflexivité en amont et pendant l’enquête de terrain. S’il ne s’agit pas de donner des « ficelles du métier » à part entière, un ensemble de trucs et astuces pour déjouer les pièges du travail de terrain, les contributions réunies participent de la « socialisation professionnelle du sociologue »3 : quelles sont les conditions de la rencontre sur le terrain, du recueil de la parole, quel usage peut-on faire du regard sur le terrain ?… Ethique ensuite car l’enquête auprès des personnes disqualifiées pose des questions de décence, que la contribution de Benoît Eyraud et Pierre A. Vidal-Naquet met en évidence. Les auteurs de l’ouvrage partagent une même posture épistémologique : ils postulent l’illégitimité de la rupture épistémologique avec le sens commun et s’inscrivent dans une pratique compréhensive, sans pour autant tomber dans le risque inverse.4

La relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles est un ouvrage résolument ancré dans le terrain : sa richesse provient incontestablement de la variété des terrains étudiés, comme de la thématique fortement nouée autour des « épreuves de l’enquête » qui est incontestablement le fil directeur de l’ouvrage.

Corinne Rostaing revient sur sa recherche dans le monde de la prison et montre qu’on n’en « sort pas indemne » : travail de terrain éprouvant, voire dangereux, qui provoque peur, embarras. Comment établir la bonne distance avec les enquêtés incarcérés lorsqu’on est soi-même libre de ses mouvements ? Donner la liberté de la parole aux interviewés est un moyen de réduire la violence symbolique des entretiens5 et de restaurer des formes de civilité ordinaire. Comment réagir face aux mises à l’épreuve des enquêtés : lorsqu’ils testent votre capacité à enquêter dans ce milieu-là ? Comment réagir lorsqu’un détenu souhaite vous raconter avec détails la cause de son incarcération ?

Etudiant les « travailleuses du sexe », Milena Chimienti se demande comment rémunérer (symboliquement et/ou financièrement) des enquêtées qui donnent du temps à l’enquête. Faut-il ou non payer ses informateurs ? Comment créer la confiance sans avoir le sentiment d’instrumentaliser les enquêtés ? Daniel Bizeul pose la question de la proximité de l’enquêté avec l’enquêteur : comment produire du sens à partir du parcours d’un individu qui est aussi son ex-amant ? Comment la mise à distance nécessaire à l’objectivation du parcours est-elle réalisée ou rendue impossible ? Catherine Delcroix pose la question de la restitution publique de l’enquête6. Simona Tersigni s’interroge sur la place que lui ont assignée les acteurs pendant l’enquête (comment est-on présenté par les enquêtés lorsqu’on mène une action dans la durée) et met en évidence un jeu de « d’éloignement et de rapprochement culturel » (p. 85) avec les enquêtés, qui passe par l’apprentissage de « techniques du corps ».

  1. On pense en particulier au journal d’enquête des Pinçon-Charlot Voyage en grande bourgeoisie, mais également à leur article « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif », Genèses, 1991 []
  2. Gérard Mauger, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, 1991 et Stéphane Beaud et Younès Amrani, Pays de malheur, un jeune de cité écrit à un sociologue, 2004 []
  3. Nous reprenons ici le titre de la contribution de Marie-Noëlle Schurmans. []
  4. Cette posture qui souhaite redonne la parole aux acteurs, et critique la « toute puissance de la sociologie critique » (p. 12), elle comprend le risque inverse de tomber dans le misérabilisme. Geneviève Zoïa montre comment s’en extraire []
  5. En leur donnant la possibilité de refuser l’entretien, de le faire cesser… []
  6. On pense également à Olivier Schwartz qui pose cette question dans Le Monde privé des ouvriers Paris, Puf, coll. « Quadrige », 2002, 558 pages, 1ère édition 1989 []