La consommation

La consommation. Un ouvrage de Dominique Desjeux (Puf, coll. « Que sais-je ? », 2006)

Le livre de Dominique Desjeux propose un tour d’horizon d’un domaine on ne peut plus classique des sciences sociales, avec une ambition d’accessibilité et de simplicité qui fait sa force, mais aussi certaines de ses faiblesses : la petite taille de l’ouvrage ne permet pas d’avoir une présentation très détaillée de ces analyses, et il est également possible de discuter la pertinence de certains choix : il ne s’agit pas d’une présentation des analyses strictement sociologiques de la consommation, mais au contraire d’une sélectoin s’inscrivant dans « une vision pluraliste de l’analyse de la consommation » sans « fatwa idéologique ». Ainsi sont présentées à la fois les analyses fondatrices de Veblen, Halbwachs, Bourdieu tout autant que celle des « sociostyles » de Cathelat ou des tribus de Maffesoli. Dans cette optique, les travaux actuels du marketing, des sciences cognitives et de la psychologie ne sont pas omis. L’ouvrage a donc volonté à « ratisser large », du « chef de produits aux militants consuméristes », ce qui en satisfera beaucoup, et déroutera certainement celles et ceux qui sont habitués à une approche strictement sociologique des phénomènes de consommation.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes

Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes. Un ouvrage de Thomas Morinière (Editions du Croquant, 2007, 222 p., 22€)

Le théâtre des amateurs est le résultat d’une enquête ethnographique réalisée par Thomas Morinière dans une commune située à la périphérie de l’agglomération de Cholet, la Séguinière. Cette commune est le lieu de déploiement d’une pratique de théâtre amateur régulière, investissant les membres de la commune dans la réalisation de séance de variétés et dans la mise en scène de pièces de théâtre. A la Séguinière, l’activité théâtrale occupe tant les adultes que les enfants. Pour ces derniers, la pratique est plus encadrée, plus institutionnalisée, puisqu’elle prend effet dans le cadre de cours de théâtre.

Lorsqu’on parle de théâtre, l’inclination première du sociologue est d’y réfléchir à partir d’une problématique de la domination culturelle tirée de la sociologie de Bourdieu. Ainsi lorsque Thomas Morinière, l’auteur de l’ouvrage assiste à la fin des vacances scolaires à une séance de variétés à la Séguinière, c’est en ces termes là qu’il analyse le spectacle qui lui est offert. Les membres de la commune sur scène n’hésitent pas à faire fi des injonctions de légitimité culturelle et leur spectacle lui semble témoigner d’un fort degré assumé d’autodérision. Cette séance de variétés est lue comme la mise à l’épreuve du modèle de la domination culturelle : les amateurs n’hésitent pas à s’exposer devant un public de connaissances, alors même que leur pratique peut passer sous le crible de l’indignité artistique et culturelle. C’est cette problématique que T. Morinière va abandonner pour lui préférer une analyse attentive à la scène locale de déploiement des pratiques de théâtre, au sens que revêt pour les acteurs leur pratique de théâtre amateur.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Les classes sociales dans la mondialisation

Les classes sociales dans la mondialisation. Un ouvrage d’Anne-Catherine Wagner (La Découverte, coll. « Repères », octobre 2007, 117 p.)

Les catégories de classes, de structures sociales ou de reproduction sont-elles devenues obsolètes dans le contexte idéologique actuel de valorisation de la fluidité et de la mobilité ? Comment faut-il repenser les principes d’analyse des classes sociales dans le cadre d’une économie mondialisée ? Telle est la problématique de ce nouvel ouvrage de la collection « Repères » écrit par Anne-Catherine Wagner, qui propose une synthèse très stimulante des liens existant entre mondialisation et classes sociales.

Le premier chapitre – « Du cosmopolitisme des hautes classes à l’internationalisme ouvrier » – offre un rapide tour d’horizon historique. A-C Wagner y montre qu’il faut se prémunir contre l’illusion d’une nouveauté radicale du mouvement de mondialisation des classes sociales. Ainsi qu’elle le rappelle, les hautes classes se sont toujours distinguées par leur cosmopolitisme, constitutif du style de vie aristocrate. Retenons l’exemple du « grand tour », inventé par des aristocrates britanniques au XVIe siècle, sorte de voyage de formation qui parachève une bonne éducation, permettant d’apprendre ou de parfaire le français et l’italien, de se familiariser avec les critères esthétiques, les normes politiques et religieuses, les codes de sociabilité des sociétés de cours. Mais l’internationalisme est aussi présent dans les classes ouvrières européennes dès leur formation au début du XIX siècle. Aux Etats-Unis et en France, la classe ouvrière s’est construite par l’apport de l’immigration. Des solidarités internationales naissent entre les partis ouvriers.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’ethnographie économique

L’ethnographie économique. Un ouvrage de Caroline Dufy et Florence Weber (La Découverte, coll. « Repères », 2007, 122 p.)

Cet ouvrage vient compléter celui de Philippe Steiner présentant dans la même collection la sociologie économique. Ainsi, la sociologie économique s’intéresse plus aux relations sociales entre agents économiques, en proposant d’autres clés de lecture que celles de l’économie. L’ethnographie économique reprend ce questionnement général, mais avec une démarche plus ouverte et tournée vers les méthodologies propres à l’anthropologie et à l’ethnologie. L’ethnographie économique s’est également développée dans les années 1980 au moment de la remise en cause du partage disciplinaire entre l’anthropologie dédiée à l’étude des sociétés traditionnelles, et la sociologie propre aux sociétés occidentales. Ce mouvement n’a pas forcément renforcé l’anthropologie en France, qui traverse une crise institutionnelle. L’ethnographie économique est alors présentée davantage comme une posture croisant des disciplines différentes (anthropologie, sociologie, microhistoire, économie), revenant sur l’idée de Talcott Parsons d’un Grand Partage entre l’économie et la sociologie, mobilisant des méthodologies qualitatives complémentaires. Cette plasticité en fait d’après les auteurs une approche particulièrement adaptée à l’analyse de l’économie « multiple et globale née en 1989 avec la fin de la guerre froide ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité. Un numéro de la revue « Recherches familiales » (n° 4, 2007, 233 p., 21€)

Ce numéro de la revue annuelle Recherche familiales, financée par l’UNAF, est consacré à la filiation recomposée. C’est le quatrième numéro de la revue, ce qui peut expliquer que les articles soient assez divers et croisent des regards différents sur la famille d’aujourd’hui. On pourra lire des contributions de sociologues, mais aussi de juristes ou de psychologues. Cette diversité donne aux articles une complémentarité intéressante, mais parfois au risque de nous emmener dans des considérations techniques, notamment du coté du droit, ce qui peut rendre la lecture un peu ardue pour des non-spécialistes.

Les thèmes abordés étant largement liés à l’actualité, on trouvera dans ce numéro des analyses portant sur les familles recomposées, sur les familles monoparentales, ainsi que sur les familles homoparentales. Il s’agit donc de donner une place centrale au concept de parentalité, c’est-à-dire la parenté pratique, celle qui tend à s’imposer dans les nouvelles formes familiales et les relations de filiation. C’est ainsi que Gérard Neyrand, dans un article intitulé « La parentalité comme dispositif. Mise en perspective des rapports familiaux et de la filiation », propose de revenir sur ce concept de parentalité en le clarifiant et en établissant sa généalogie Parallèlement, ce concept requestionne le fondement du lien de filiation et en montre le paradoxe. Alors que le lien biologique a une valeur primordiale, les nouveaux comportements donnent une place grandissante à la parenté pratique. Dans ce contexte les avancées scientifiques comme la procréation médicalement assistée (PMA), ou juridiques comme l’adoption plénière, ont contribué à ce requestionnement des sociologues de la famille.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio