Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet

Depuis presque deux ans, nous menons une recherche sur les usagers des sites de dons d’objets que sont donnons.org, recupe.net et le réseau freecycle[1]. Nous nous demandons qui sont les utilisateurs de ces sites et analysons les finalités et modalités variées par lesquels ils les utilisent[2].

Photo sous licence Creative Commons zigazou76

La récupération d’objets usagés est une pratique partagée par des individus aux origines sociales diverses dont les discours, les engagements et les pratiques diffèrent grandement. La recherche empirique que nous avons menée conduit à souligner la portée ambivalente de cette pratique : elle est pour certains un moyen de s’insérer dans la société de consommation, quand elle est investie par d’autres d’une portée contestatrice. Notre objet permet de reposer la question de la mobilisation des consommateurs et par là s’inscrit à la croisée de la sociologie de la consommation et de la sociologie des mouvements sociaux. La « récup’ » est une forme de « consommation engagée »[3], critique, dont la particularité est de s’exprimer à travers des formes non marchandes de consommation. Pensés comme offrant une voie alternative à la consommation marchande, les sites de dons permettent aux acteurs de pointer les limites du modèle de consommation traditionnel et de valoriser les à-côtés possibles du système. Par leurs actions individuelles de récupération, les individus invitent à repenser les modes de consommation, que ce soit pour prolonger la société de consommation, la contester de l’intérieur ou s’en extraire.

 Si l’on peut penser a priori que les récupérateurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui les dons permettent de faire des économies pour pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), notre enquête, menée par observation participante sur la région Rhône-Alpes[4], entretiens et questionnaire, permet de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites. Nous avons isolé deux logiques dominantes d’utilisations des sites de dons. Nous opposons les personnes qui utilisent les sites de dons comme un moyen de consommer plus, que nous appelons « consommateurs », aux « recycleurs ».

 Qu’ils soient « maximisateurs » ou « modérés », les consommateurs utilisent les sites de dons pour « faire des affaires », obtenir des objets gratuitement et ne valorisent qu’à la marge l’alternative au modèle consumériste que cette pratique pourrait représenter. Les « maximisateurs » se différencient des autres utilisateurs des sites de dons par le temps qu’ils y consacrent et le nombre de dons récupérés. L’excitation et le plaisir de « tenter sa chance » pour de nombreux dons[6] se manifeste par des demandes nombreuses et répétées : même si (ou peut-être parce qu’ils) en ont les moyens, l’acte de récupérer possède une saveur particulière à leur yeux, celle de la braconne (De Certeau, 1990) et du détournement. Souvent experts des sites de récupération, ils savent prédire ce qui est très demandé, ce qui part vite et ce qui ne l’est pas. Ils chinent sur les sites de dons et développent à cet égard des techniques pour récupérer le maximum de dons ou les dons les plus intéressants.

 A l’inverse, les « recycleurs » cherchent par ces sites à lutter contre le gaspillage. Ils se partagent entre les « récupérateurs » et les « militants », qui sont inégalement contestataires et/ou investis dans la cause écologiste. Les « récupérateurs » sont particulièrement sensibles au fait de redonner une seconde vie aux objets jetés, ils n’acceptent pas le gaspillage que produit la société de consommation. Les pratiques contestatrices de ces personnes restent cependant des « pratiques contestatrices en amateur», dans la mesure où même si la « résistance au système du tout marchand » selon les mots d’une enquêtée se vit au quotidien, elle s’accommode de contradictions, et ne débouche pas sur du militantisme.

A l’inverse, ceux que nous appelons les « militants » se distinguent des récupérateurs par leurs engagements associatifs, qui priment dans leur identité sociale. Ils se définissent volontiers comme des consommateurs alternatifs, qui promeuvent par la consommation une « autre idée de la société ». Les sites de dons sont pour eux un support de diffusion de leurs idéaux et autres engagements collectifs ; la dimension de critique sociale est valorisée et stimulante. Il s’agit pour les « recycleurs » d’opérer une rupture avec l’idée même de consommation en remettant en cause l’idée de paiement.


[1] Espaces de mise en relation entre des personnes qui souhaitent se débarrasser d’objets avec ceux qui les demandent, ces sites connaissent une fréquentation croissante.

[2] Un article devrait bientôt paraître dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan. Nous nous centrons ici uniquement sur les receveurs et non pas sur les donneurs.

[3] Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, collection « Contester », 2009

[4] Nous avons réalisé plus de deux cent dons et en avons récupéré une cinquantaine.

[5] Le questionnaire diffusé sur Internet et construit sur Limesurvey est actuellement encore en cours de diffusion, nous avons à ce jour 1039 réponses complètes pour 1268 répondants.

[6] Le consommateur se rapproche de l’Homo ludens défini par Huizinga J, 1988.

Emile Zola : lettres retrouvées

Emile Zola était un correspondant prolixe… jusqu’en décembre 2010 il n’y avait pas moins de dix tomes publiés aux Presses de l’Université de Montréal/CNRS Editions regroupant des milliers de lettres envoyées par Zola à ses multiples correspondants depuis 1978.  Il faut saluer le travail irremplaçable que représente cette ‘édition patiente et minutieuse de longue haleine  menée sous la direction de B. H. Bakker par un groupe de chercheurs français et canadiens.1

Un onzième tome vient de paraître (décembre 2010) et donne accès aux « lettres retrouvées » que les catalogues des ventes publiques et des marchands d’autographes ont révélées. Ce nouveau tome contient 278 lettres inédites et 33 partiellement inédites, et plus de 150 lettres déjà publiées dans Les Cahiers naturalistes. Ce sont donc au total 502 lettres qui paraissent dans cette nouvelle livraison.

Il faut imaginer la joie que le lecteur assidu et le chercheur peuvent éprouver à la découverte de cette publication.  Surtout lorsque la correspondance représente un matériau de première importance pour son travail de thèse (!).  Dans le cas de Zola, qui n’a pas tenu de journaux intimes et dont les écrits personnels sont peu nombreux, c’est bien dans la correspondance que l’on doit chercher un matériau d’enquête.  A l’instar de ce qu’a montré José-Luis Diaz pour Balzac2, nous pensons que Zola s’objective comme écrivain dans la correspondance.  Il formalise, présente et teste ses projets littéraires et s’y fait (performativité) écrivain. D’où mon empressement à découvrir ces 502 lettres : allaient-elles enfin répondre aux questions que je ne peux poser à Zola ? Confirmer des hypothèses ? Infirmer des pistes ?

Il me semble après une première lecture que ces lettres retrouvées ne réservent pas de surprise de taille : on y retrouve le Zola « attaché de presse » de ses ouvrages, prompt à défendre ses œuvres et à les envoyer pour compte rendu aux uns et aux autres, le Zola « homme d’affaires »3 défendant les droits de traduction de ses œuvres, n’hésitant pas à faire les comptes de ce que l’on lui doit, le père (quelques lettres à son fils et à sa fille), le dreyfusard…

 

 

  1. Les lettres reçues par Zola n’ont elles pas (encore ?) fait l’objet d’une publication. []
  2. Devenir Balzac : l’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007 []
  3. Si bien décrit par Colette Becker dans son article « Zola, écrivain-homme d’affaires », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007 []

Sociologie des rapports à l’argent

Confrontée à la recherche de références sur le rapport à l’argent (envisagé de façon large)  suivant les classes sociales,  je remarque qu’un grand nombre d’ouvrages ont œuvré à la compréhension de celui-ci dans une thématique de rapports de genre et de sociologie des couples.  Parmi eux

  • Laurence Bachmann dans De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent (PUR, Le Sens social, 2009)
  • Caroline Henchoz dans Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)
  • Hélène Belleau, Caroline Henchoz, L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)

Une perspective dans le prolongement des thèses de Viviana Zelizer sur le marquage de la monnaie (La signification sociale de l’argent, 1994/2005)1

L’argent dans le couple est envisagé comme un enjeu de pouvoir : sous les termes d’indépendance et d’autonomie économique et financière, partage des tâches…2

Où trouver des références qui soient plus de l’ordre de la compréhension du rapport à l’argent des acteurs en ascension sociale :  modes de dépense ? , rapports à l’épargne… Je trouve des références traditionnelles du côté d’Elias (La société de cour, 1969) et Veblen (La Théorie de la classe de loisir, 1899/1970), aussi du côté de Janine Mossuz-Lavau, L’argent et nous (Éditions de La Martinière, 2007), sans toutefois être satisfaite…  Des idées ?

  1. Cf également l’article d’Isabelle Guerrin, « Le sexe de la monnaie », in Journal des anthropologues, 2002 []
  2. Ce qui fait penser au traditionnel ouvrage de De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, 1988 où la métaphore économique est filée tout au long de l’ouvrage : livret de chacun des époux, dot, rentabilité des diplômes… []

La passion documentaire d’Emile Zola

Tout le monde croit bien connaître ses classiques et Zola pour le moins n’échappe pas à la règle. Quel écolier n’a pas sur les bancs de l’école primaire, puis au collège et lycée lu Au Bonheur des Dames, Germinal, L’Assommoir, Nana …?

De Zola on connait bien (croit connaitre) son naturalisme. Poursuite et approfondissement du réalisme, le naturalisme revêt chez Zola la volonté d’expérimenter le social dans le roman  : disséquer la réalité humaine dans ses plus bas aspects,  donner à voir le peuple aux confins d’une théorie de l’hérédité et de convictions sur les sciences expérimentales (tirées en grande partie de Claude Bernard que Zola copie en grande partie dans son Roman Expérimental. Il s’agissait à tout le moins d’un rêve de connaissance, guidé par une foi dans la science répandue à la fin du XIXe siècle, et d’une grande ambition. Zola veut concurrencer La Comédie Humaine de son maître Balzac. A la fois stratégie de placement dans l’espace littéraire (développer la rhétorique naturaliste permet à Zola de se positionner dans le jeu littéraire face aux réalistes, symbolistes…1, mais aussi de défendre une image de soi2.

Elément fort de cette présentation de soi, le naturalisme zolien est guidé par une ambition documentaire. Celle-ci est popularisée dans les Dossiers préparatoires des Rougon-Macquart, et savamment mise en scène dans le dernier roman de la série Le Docteur Pascal.  Il y a fort à parier (c’est ce nous souhaitons démontrer dans notre travail de thèse) que Zola y voit, entre autres choses, un instrument de crédibilité dans le jeu littéraire.3

La publication chez Plon des Carnets d’enquête de Zola, édités par Henri Mitterand, répondait au souci de valoriser le génie zolien, apprenti sociologue.  L’épaisseur des Carnets d’enquête, le volume des folios rédigés en amont de l’écriture des romans du cycle émerveillent le quidam des lecteurs. Mais la réputation d’un Zola enquêteur, apprenti ethnologue, allant sur le terrain n’est-elle pas surfaite ? Malgré sa profession de foi scientifique, sa volonté de faire du roman une science humaine, Zola dépasse-t-il le stade du la notation de quelques petits faits vrais ?  Si dès le XIXe siècle, on s’est moqué des prétentions zoliennes (en particulier de son voyage en locomotive pour La Bête Humaine), les grands noms de la critique littéraire et fins connaisseurs de Zola ont également relevé la part du mythe dans le naturalisme zolien.  Les notes de terrain sont orientées et guidées par les prénotions zoliennes, par la volonté déjà conçue de donner tel ou tel sens à son roman…, je cherche aujourd’hui à retrouver le souci documentaire de Zola à sa source dans ses écrits (articles, correspondance…). Or dans sa Correspondance, ce souci n’est pas exhibé, mis à part les demandes d’informations et de documents à Henry Céard. On ne trouve pas de grandes professions de foi lyriques dans le souci du document vrai, le goût de l’enquête, autant d’éléments que l’on espère au premier abord trouver, compte tenu de la réputation zolienne. La passion documentaire de Zola n’est-elle pas (aussi/d’abord ?) le résultat des travaux de critiques littéraires, chercheurs en littérature, qui par leurs intérêts de recherches ont produit une vision (déformée ?) de Zola. A suivre…

  1. On consultera à ce sujet les travaux de Christophe Charle et Rémy Ponton []
  2. Bernard Lahire rappelle dans son dernier ouvrage Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire (La découverte, Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales, 2010) qu’un auteur n’écrit pas uniquement pour répondre à des concurrents, pour se positionner dans l’espace social amais aussi pour résoudre une problématique existentielle. []
  3. L’enjeu de notre travail de thèse est d’examiner l’image que Zola compose de lui-même. Comment se donne-t-il à voir comme écrivain ?  La place de ses dossiers documentaires prend une place de poids dans cette image de soi. []

Consommation éthique et récupération, partie 2

Le billet sur les sites de récupération d’objet a obtenu un franc succès… et les nombreuses réactions suscitées ont considérablement enrichi la discussion. Merci donc à toutes les personnes ayant pris la peine de réagir et de réfléchir avec moi aux logiques gouvernant les sites de dons.

De nos discussions a émergé l’idée que les deux sites phares (en termes je le rappelle de visibilité sur le web, de visites, et du nombre d’objets transitant par les sites) que sont Recupe.net et Donnons.org étaient fondées sur des logiques différentes : tandis que le premier pose comme principe de fonctionnement l’absence ou presque de publicité et défend l’idée d’une consommation écologiquement responsable (donner au lieu de jeter), le second vit de et par la publicité. De larges entrefilets de publicité parsèment les pages de dons. Le financement par la publicité crée de la visibilité, renforce le succès et permet de développer une structure plus large et en conséquence plus alimentée…. en termes de moyens financiers comme humains pour le contrôle des dons, la mise en ligne et la validation des annonces.

S’ajoute à ces deux structures de dons, une moins visible qui prend la forme d’un groupe Google du nom de Freecycle.  Fonctionnant sur inscription préalable au groupe et se basant sur l’envoi par mail des offres de dons ville par ville, le groupe Freecycle est moins connu et moins visible. Créé sur Lyon fin août 2005, il rassemble aujourd’hui sur Lyon 5819 membres. Son but  » alléger les décharges municipales et ralentir le consumérisme galopant. Le principe : la gratuité et le respect. Le moyen: un email envoyé à un réseau local de membres. »

Parce que (?) chaque membre effectue ses dons en envoyant un mail à la communauté, les échanges prennent une autre tonalité. Au lieu d’une annonce lacunaire et sèche (A récupérer ce soir, sinon direct poubelle), formules de salutations, formules de politesses et bonjours amicaux sont de mise, de même que des excuses aux personnes intéressées qui n’ont pu être satisfaites et obtenir le don. Chacun de  souhaiter un bon week-end, une bonne soirée…aux futurs receveurs. Echanges des biens et demandes prennent également une autre tournure. La particularité du groupe Freecycle est qu’il permet de donner, mais également de prêter, d’emprunter… Les messages doivent être précédés de mots entre crochets permettant à tous de s’y repérer [DONNE], [CHERCHE], [EMPRUNTE].., puis [RESERVE] et [PARTI] ou [TROUVE].1 : la prise de contact par mail ou par téléphone est des plus cordiales (tutoiement, usage instantané des prénoms…). Les personnes inscrites sur le groupe Freecycle ont-elles l’impression d’appartenir à une communauté ? Comment ont-elles découvert ce groupe ? Pour quelles raisons y ont-elles adhéré ? Autant d’éléments de compréhension à découvrir.

Par ailleurs le fait de procéder par mail permet de conserver les mails envoyés à « ses receveurs » et de pouvoir les solliciter pour un contre-don lorsqu’un donneur cherche à son tour quelque chose.  Sur Freecycle, la logique communautaire étant plus prégnante (identité de groupe renforcée par l’existence d’une liste (sur Lyon en tout cas) cafelyonfreecycle qui permet d’échanger des bons plans, des réductions…, l’organisation d’un pique-nique annuel2, la sollicitation par les donneurs de leurs receveurs va de soi (elle entre dans l’esprit des freecyclers), de même que la remise en circulation d’anciens objets récupérés par ce biais après leur utilisation.3

En ce qui concerne Donnons.org ou Recupe.net je possède quelques éléments de réponses tirés de discussions informelles : il semble que dans un grand nombre de cas, le premier contact avec le site se fasse par le biais d’un profil de donneur. Après ou avant un déménagement le (futur) donneur a besoin de se séparer d’une armoire, d’un bureau ou d’un canapé devenus trop encombrants ou encore d’un lot de chaussures usagées, de vaisselle dépareillée, et la solution donnons.org ou recupe.net s’impose d’elle-même : en effet comme je le signalais lors d’un premier billet, cette solution est économe en temps et en énergie. Vous donnez, on vient le chercher sur place. La solution du don est aussi une réponse de dernière minute : après avoir essayé de vendre sans succès sur lebon coin.fr ou autre, le donneur donne son objet. Solution économique pour se débarrasser de cartons volumineux, de palettes, de terre…ou de machines en panne.4 Lors d’un don, il n’est pas rare que les donneurs disent « Vous me rendez service », « de rien, ça m’arrange ».5 Ce qui va de pair avec la préférence souvent donnée lors des dons multiples à ceux qui demandent plusieurs objets : éviter de prendre plusieurs rendez-vous, se débarrasser rapidement des objets devenus gênants.

L’observation quotidienne de ces sites permet d’observer que les donneurs les plus pressés passent leur annonce sur plusieurs sites à la fois : c’est le cas pour Donnons.org et Recupe.net, cela l’est moins pour Freecycle (sur un mois d’observation j’ai noté 4 redondances d’annonces uniquement entre Freecycle et les deux autres sites). Quand l’annonce n’a pas eu de succès sur un site, elle est déplacée vers l’autre. Il est difficile de savoir si les donneurs et receveurs utilisent les trois sites conjointement : dans les commentaires du premier billet publié à ce sujet, une personne disait n’utiliser que Recupe.net largement préféré à Donnons.org pour son absence de publicité.  Les personnes sur Freecycle consultent-elles les offres sur les autres sites ?  A suivre…

  1. Ces considérations reposent sur l’observation de première main et des discussions informelles avec des donneurs et des receveurs, elles mériteraient d’être contrôlées par un travail approfondi, celui-ci sera mis en place dans les prochaines semaines []
  2. un  pique-nique a eu lieu en juin 2009 et je ne sais si cela sera reconduit cette année []
  3. Le cycle de vie des objets de consommation est donc profondément renouvelé par ces sites de dons. []
  4. Sur le forum de Recupe.net plusieurs personnes s’étonnent d’ailleurs de ce que des donneurs proposent des appareils électroménagers en panne ou de l’huile de friture… []
  5. Cette logique tranche avec les donneurs qui plaident pour une « seconde vie » pour leurs objets, sur une annonce de don d’un abat-jour la personne précisait qu’elle souhaitait le donner à quelqu’un qui saurait lui redonner. []

Cuisines et dépendances, un numéro de la revue Hommes & migrations

Vient de paraître le numéro de janvier/février 2010 de la revue Hommes & migrations dans lequel je publie un article.

Le sommaire

L’éditorial :

Les migrations ne se limitent pas aux mouvements de population. Quand ils le peuvent, les migrants prennent dans leurs bagages des denrées, des ustensiles de cuisine, des recettes; dès qu’ils le peuvent, ils transplantent dans la société d’installation leurs pratiques alimentaires, dont les modalités varient selon les contextes. Si manger et boire sont des actes quotidiens fondamentaux pour tout un chacun, ils revêtent pour les migrants une fonction supplémentaire : celle d’être un trait d’union entre leur pays d’origine et celui où ils vivent désormais. La présence de compatriotes et les stratégies commerciales dans certains secteurs alimentaires comme la restauration leur permettent de conserver leur patrimoine culinaire en le faisant découvrir aux autres. Manger n’est plus seulement se nourrir, mais aussi transmettre aux plus jeunes et partager le repas avec les autres : en famille, avec des amis ou en dehors du cercle intime. L’ensemble de ces pratiques, objets et savoir-faire constitue une partie de ce patrimoine, que pourtant peu de travaux sur l’immigration prennent en compte comme un thème central d’étude. Les enjeux autour de l’alimentation dépassent la seule dimension pratique pour recouvrir une valeur symbolique et identitaire déterminante. Ils traduisent aussi l’état des relations entre les migrants, leur pays d’origine et les générations suivantes.

La préparation des plats, l’art de les présenter et de les servir sont agrémentés par celui d’être à table, de recevoir, de discuter. Les mets et les mots se combinent ainsi pour tisser une relation moins distante avec les autres. Le repas devient l’espace de l’hospitalité et du partage. Moments toujours plus rares et privilégiés aujourd’hui, où la malbouffe et les repas express gagnent du terrain sur la convivialité.

L’ouverture au monde passe donc par la découverte de la cuisine des autres, initiation chaque fois renouvelée à des saveurs, des arômes et des couleurs que l’on ne connaît pas. Quand il devient gastronomie, l’art culinaire alerte les sens et mobilise les sensations au service d’une diplomatie culturelle de haut niveau. En revanche, certaines cuisines ont migré avec succès et fulgurance dans le monde entier en devenant des standards internationaux de l’alimentation rapide et économique. Pizza, hamburger, kebab, sushi affirment partout leur forte capacité intrusive et d’adaptation aux codes culinaires environnants. La visibilité ou l’invisibilité de ces différentes cuisines attestent donc de la place des migrants dans nos sociétés.

À partir d’un appel à contribution lancé en 2009 sur la relation entre migrations, pratiques alimentaires et échanges culinaires, la revue Hommes et Migrations publie dans ce dossier une sélection d’articles qui abordent ces thèmes à partir de travaux universitaires menés dans plusieurs pays et sur différentes populations, en privilégiant les approches pluridisciplinaires. Nous vous en souhaitons une bonne dégustation.

Consommation responsable, générosité ou débarras à moindres frais, les sites de récup

L’observation depuis quelques semaines des sites de dons que sont Recupe.net et Donnons.org me conduit à plusieurs réflexions. Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse qui se voudrait complète, mais de proposer l’amorce d’une réflexion qu’une enquête empirique doit compléter. Recupe.net et Donnons.org sont les deux sites de dons les plus fréquentés sur le web, à en croire leur place dans Google et la masse de dons qui y transite hebdomadairement.  Loin devant Recupere.fr ou Consoglobe, ou encore Digitroc.co, Trocetdons.com.  Notre observation se limitera donc à ces deux sites-là.

Quelques mots sur leur fonctionnement : ce sont des sites de dons gratuits, après une brève inscription sur Donnons.org et sans inscription sur Recupe, vous pouvez donner autant d’objets que vous le souhaitez : voitures, vieux canapés, assiettes ébréchées, terre de remblai, livres, valises défraîchies… Description, photos, lieu où venir chercher le don. Il est fortement conseillé d’expliciter l’état réel de l’objet : état neuf, bon état, abîmé… et les modalités du don.

Sur Donnons.org, dans le formulaire de dépôt de don, vous avez une case prévue pour la description de l’objet, une autre permet de placer en bas de la description de l’objet à donner un texte général. Le plus souvent les gens situent le lieu du rdv : il y a ceux qui donnent rdv chez eux (sans préciser l’adresse), mais donnent l’arrondissement de la ville ou une localisation approximative (celle-ci pouvant être un critère de sélection pour le receveur futur du don), d’autres conviennent d’un rdv à une station de métro. Dans ce texte libre qui accompagne les dons, plusieurs précisent les modalités des échanges avant le don : « Je ne rappelle pas les portables », « Tout se passe par mail », ou bien « Vous m’appellerez « . D’autres placent un texte qui expriment leur philosophie du don « Donner est un geste citoyen, halte aux revendeurs », « Tout ce qui n’est pas donné est perdu »,  « Le don vient du coeur »…

Une différence notable existe entre les deux sites Recupe et Donnons.org. Sur Recupe, l’ergonomie du site est plus simple : présence du libellé de l’annonce (description de l’objet),  nom du pseudo. Vous ne pouvez pas cliquer sur le pseudo pour connaître l’ensemble des dons qu’il effectue. Sur Donnons.org, à l’inverse chaque donneur est repérable grâce à un pseudo, éventuellement une photo et chacun peut connaître son historique comme donneur ou receveur : sont attachés de façon permanente au pseudo l’ensemble des dons effectués et reçus.

Tous les dons sont contrôlés par des modérateurs qui filtrent les annonces : je ne peux pénétrer la logique de la sélection de l’extérieur, mais de ce que j’ai pu trouver sur les sites et après discussion avec l’une des modératrices de donnons.org au téléphone : ne doivent pas apparaître une notion d’échange ou une quelconque mention d’argent. Ce sont des sites de dons. Certaines classes d’objet sont-elles  prohibées ? En tout cas, sur deux semaines d’observation sur la région Rhône-Alpes (département du Rhône), aucun don alimentaire (interdits), ni alcool, ni tabac.

Atténuer le consumérisme ambiant ou se débarrasser facilement et sans coût d’objets gênants, devenus inutiles ?

Respecter son environnement, seconde vie des objets, entraide, générosité, tels sont les principes annoncés au cœur de la démarche, notamment par le créateur du site Donnons.org (ici). Faut-il voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ? Ici je poserais la question de la même manière.

Il s’agit pour beaucoup d’utilisateurs (et je le répète ici seuls des entretiens permettraient de le démontrer) de se débarrasser d’objets  devenus inutiles, gênants. Beaucoup de donneurs indiquent dans leur annonce « Urgent »,  » très très urgent, cause déménagement » : passer par le site de don permet donc de s’éviter un trajet jusqu’à la décharge… (vision la plus restrictive de la logique de don et la plus intéressée),  et de faire plaisir, de donner une seconde vie à des objets démodés. Quelle logique prime ? La seule observation extérieure du site ne permet pas de trancher ou de détailler cette amorce de réflexion : rentrent en ligne de compte des appartenances sociales, géographiques. Sur le département du Rhône, une géographie « sociale » des dons peut être effectuée, à Genas ou Vaulx en Velin ce ne sont pas les mêmes types de dons que dans le 6ème arrondissement de Lyon…pour faire simple et rapide, pas les mêmes profils de donneurs non plus.

Pour élucider cette question de la logique guidant le don, on peut également regarder comment le donneur effectue son choix parmi les nombreux receveurs potentiels.

« Premier arrivé, premier servi » ou logique de sélection opaque ?

Sur Donnons.org, sur chaque annonce existe un système de comptabilité du nombre de demandes reçues pour chaque objet. A chaque moment, chaque receveur potentiel connaît donc l’état de l’offre et de la demande (nombre d’intéressés, nombre de personnes qui ont été contactées par les donneur). Sur Recupe, le système est opaque : le receveur n’a pas à disposition ces statistiques et fait donc sa demande en aveugle. Or plus la demande est tardive, plus la chance de se voir donné l’objet est généralement mince.

A qui donner ? Pour la plupart (à comptabiliser…) des donneurs, c’est le premier receveur qui le contacte qui remporte le don. Logique parfois mise en avant de façon explicite dans la case « texte libre » dont je vous ai parlé plus haut. « Le premier qui me contacte aura l’objet » peut-on lire sous certaines annonces.  D’autres affichent un principe de sélection : « Réponds dans quelques jours », « Je ne donne pas au premier. Tout le monde a sa chance ». Pour les premiers (ceux qui donnent au premier receveur), cela évite de recevoir des dizaines de mail et de se « débarrasser » du don rapidement.  Pour les prégnants de la logique de sélectivité, il y a certainement derrière une conception du don différente. Sur quels critères se fonde alors le choix ? Très certainement un ensemble composite :  politesse de la demande, disponibilité du receveur, proximité du receveur par rapport au don, « besoin » apparent du don (qui pourra être argumenté lors de la demande). On notera à ce propos que sur Donnons.org, le receveur est « noté » : un indice est en effet mis à disposition des donneurs pour les aider dans leur choix. Celui-ci comptabilise le nombre de demandes effectuées dans les 30 derniers jours, le nombre d’objets reçus. Il est marqué que cet indice (une note sur 10) peut-être pondéré par les modérateurs : pose de lapins, non politesse, non respect des règles.

Restent à examiner de façon quantitative les types de dons les plus courants (reviennent très régulièrement les machines à laver cassées données à des bricoleurs, les vieux canapés) et les plus demandés, la logique de fonctionnement des sites (publicité ou non ?)… Un prochain billet suivra