Emile Zola, cobaye du docteur Toulouse

En 1896 paraît la première enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropathie du Docteur Toulouse. Émile Zola est son premier sujet d’enquête. Il sera d’ailleurs avec Poincaré l’un des seuls.

Offrant son corps et son cerveau à l’enquête médico-psychologique de ce jeune psychiatre, Zola accepte de se faire photographier, mesurer, peser, examiner comme un sujet de laboratoire. Il subit un grand nombre de tests tant physiques que psychiques : prise d’empreintes digitales, mesures anthropométriques et crâniennes, ouïe, odorat, urine, tout y passe.

L’ensemble des examens auquel Zola se soumet rencontre sa foi dans la science comme l’a rappelé Jacqueline Carroy[1], mais aussi son admiration pour le travail de Claude Bernard[2]. Les mesures médicales confèrent à l’enquête un tour scientifique sans pareil, elle prend en outre les allures d’une expérimentation, autant de points qui ne sont certainement pas sans peser dans l’implication de Zola. La proximité des projets explique selon nous l’enthousiasme de Zola pour cette enquête : l’enquête du docteur Toulouse rencontre le projet de Zola d’enquêter sur le monde social, qu’il a exprimé sous forme littéraire dans Les Rougon Macquart. Elle la légitime a posteriori.

Il faut également mettre l’acceptation au compte de la reconnaissance de Zola qu’elle accrédite.  Elle permet de contrer les analyses de Nordau et de Lombroso, qui avaient émis des réserves sur les artistes pensant que tous devaient être considérés comme des « épileptiques malades et dégénérés » comme le rappelle Michael Hagner dans son ouvrage Des cerveaux de génie: Une histoire de la recherche sur les cerveaux d’élite. S’il souffre bien d’un certain nombre de troubles nerveux, Zola n’est pas sujet à la dégénérescence mentale.

L’enquête du docteur Toulouse crédibilise Émile Zola. La lettre d’exhorte du « sujet » en préface de l’ouvrage en est le témoin « Savez-vous que votre étude combat victorieusement l’imbécile légende ? Vous ne pouvez ignorer que depuis trente ans, on fait de moi un malotru, un bœuf de labour, de cuir épais, de sens grossiers, accomplissant sa tâche lourdement, dans l’unique besoin du lucre… Et si je ris aujourd’hui, c’est qu’il me semble que vous l’enterrez, ce bœuf-là, et qu’il n’en sera plus question, pour les gens de bonne foi » écrit Zola. C’est ici son rapport au jeu littéraire qui se joue et sa reconnaissance par les pairs. Si le 6 avril 1891, Zola accède à la présidence de la société des Gens de Lettres, l’Académie française lui résiste malgré l’obstination qu’il met à la conquérir : entre 1890 et 1898, il candidate à 25 reprises.  Zola trouve là un moyen scientifique de gagner en légitimité, en accord donc avec le privilège qu’il accorde à la science. La méthode expérimentale qu’il veut transposer à la littérature trouve ici une illustration, Zola devenant sa propre étude de cas avec la complicité du docteur Toulouse.  Pour Michael Hagner si « Toulouse est certes responsable du livre en tant qu’auteur, […] il s’agit au fond d’une oeuvre commune à laquelle ont collaboré les autorités parisiennes réunies et avant tout,  Zola lui-même » ((op cit., p. 192)), à travers une  « coproduction de la présentation de soi et du diagnostic ».

Analysant la correspondance entre les deux hommes, Jacqueline Carroy montre que le docteur Toulouse écrit à Zola en l’appelant « Mon cher Maître », quand Zola s’adresse au docteur par « Mon cher docteur ». Elle met en évidence la relation ténue qui s’est nouée entre les deux homme et pense que Zola y trouve un  moyen de s’objectiver. Il verrait dans l’utilisation de l’appellation « Mon cher docteur » un questionnement médical de Zola : dans sa première lettre  au docteur, Zola mentionne ses troubles névropathiques.  Plus largement nous pensons que ces termes d’adresse manifestent une co-construction de légitimité scientifique entre les deux hommes. L’enquête du Docteur Toulouse est rendue possible par la soumission de  Zola aux diagnostics :  Zola étant son premier « sujet d’étude », c’est son acceptation qui le rend docteur. Appelant Zola son « cher maître », Toulouse reconnait la supériorité intellectuelle de Zola, puisque c’est aussi ce qui conditionne l’enquête. Ces termes d’adresse, les lettres échangées et la bonne volonté de Zola sont donc des actes performatifs.


 


[1] Jacqueline Carroy. « « Mon cerveau est comme dans un crâne de verre » : Émile Zola sujet d’Édouard Toulouse », Revue d’histoire du XIXe siècle, 20/21, 2000.

[2] L’ouvrage Le Roman expérimental de Zola est l’incarnation de cette admiration positiviste, puisqu’il s’agit pour Zola d’appliquer à la littérature, les méthodes de la science.

Emile Zola : lettres retrouvées

Emile Zola était un correspondant prolixe… jusqu’en décembre 2010 il n’y avait pas moins de dix tomes publiés aux Presses de l’Université de Montréal/CNRS Editions regroupant des milliers de lettres envoyées par Zola à ses multiples correspondants depuis 1978.  Il faut saluer le travail irremplaçable que représente cette ‘édition patiente et minutieuse de longue haleine  menée sous la direction de B. H. Bakker par un groupe de chercheurs français et canadiens.1

Un onzième tome vient de paraître (décembre 2010) et donne accès aux « lettres retrouvées » que les catalogues des ventes publiques et des marchands d’autographes ont révélées. Ce nouveau tome contient 278 lettres inédites et 33 partiellement inédites, et plus de 150 lettres déjà publiées dans Les Cahiers naturalistes. Ce sont donc au total 502 lettres qui paraissent dans cette nouvelle livraison.

Il faut imaginer la joie que le lecteur assidu et le chercheur peuvent éprouver à la découverte de cette publication.  Surtout lorsque la correspondance représente un matériau de première importance pour son travail de thèse (!).  Dans le cas de Zola, qui n’a pas tenu de journaux intimes et dont les écrits personnels sont peu nombreux, c’est bien dans la correspondance que l’on doit chercher un matériau d’enquête.  A l’instar de ce qu’a montré José-Luis Diaz pour Balzac2, nous pensons que Zola s’objective comme écrivain dans la correspondance.  Il formalise, présente et teste ses projets littéraires et s’y fait (performativité) écrivain. D’où mon empressement à découvrir ces 502 lettres : allaient-elles enfin répondre aux questions que je ne peux poser à Zola ? Confirmer des hypothèses ? Infirmer des pistes ?

Il me semble après une première lecture que ces lettres retrouvées ne réservent pas de surprise de taille : on y retrouve le Zola « attaché de presse » de ses ouvrages, prompt à défendre ses œuvres et à les envoyer pour compte rendu aux uns et aux autres, le Zola « homme d’affaires »3 défendant les droits de traduction de ses œuvres, n’hésitant pas à faire les comptes de ce que l’on lui doit, le père (quelques lettres à son fils et à sa fille), le dreyfusard…

 

 

  1. Les lettres reçues par Zola n’ont elles pas (encore ?) fait l’objet d’une publication. []
  2. Devenir Balzac : l’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007 []
  3. Si bien décrit par Colette Becker dans son article « Zola, écrivain-homme d’affaires », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007 []

La passion documentaire d’Emile Zola

Tout le monde croit bien connaître ses classiques et Zola pour le moins n’échappe pas à la règle. Quel écolier n’a pas sur les bancs de l’école primaire, puis au collège et lycée lu Au Bonheur des Dames, Germinal, L’Assommoir, Nana …?

De Zola on connait bien (croit connaitre) son naturalisme. Poursuite et approfondissement du réalisme, le naturalisme revêt chez Zola la volonté d’expérimenter le social dans le roman  : disséquer la réalité humaine dans ses plus bas aspects,  donner à voir le peuple aux confins d’une théorie de l’hérédité et de convictions sur les sciences expérimentales (tirées en grande partie de Claude Bernard que Zola copie en grande partie dans son Roman Expérimental. Il s’agissait à tout le moins d’un rêve de connaissance, guidé par une foi dans la science répandue à la fin du XIXe siècle, et d’une grande ambition. Zola veut concurrencer La Comédie Humaine de son maître Balzac. A la fois stratégie de placement dans l’espace littéraire (développer la rhétorique naturaliste permet à Zola de se positionner dans le jeu littéraire face aux réalistes, symbolistes…1, mais aussi de défendre une image de soi2.

Elément fort de cette présentation de soi, le naturalisme zolien est guidé par une ambition documentaire. Celle-ci est popularisée dans les Dossiers préparatoires des Rougon-Macquart, et savamment mise en scène dans le dernier roman de la série Le Docteur Pascal.  Il y a fort à parier (c’est ce nous souhaitons démontrer dans notre travail de thèse) que Zola y voit, entre autres choses, un instrument de crédibilité dans le jeu littéraire.3

La publication chez Plon des Carnets d’enquête de Zola, édités par Henri Mitterand, répondait au souci de valoriser le génie zolien, apprenti sociologue.  L’épaisseur des Carnets d’enquête, le volume des folios rédigés en amont de l’écriture des romans du cycle émerveillent le quidam des lecteurs. Mais la réputation d’un Zola enquêteur, apprenti ethnologue, allant sur le terrain n’est-elle pas surfaite ? Malgré sa profession de foi scientifique, sa volonté de faire du roman une science humaine, Zola dépasse-t-il le stade du la notation de quelques petits faits vrais ?  Si dès le XIXe siècle, on s’est moqué des prétentions zoliennes (en particulier de son voyage en locomotive pour La Bête Humaine), les grands noms de la critique littéraire et fins connaisseurs de Zola ont également relevé la part du mythe dans le naturalisme zolien.  Les notes de terrain sont orientées et guidées par les prénotions zoliennes, par la volonté déjà conçue de donner tel ou tel sens à son roman…, je cherche aujourd’hui à retrouver le souci documentaire de Zola à sa source dans ses écrits (articles, correspondance…). Or dans sa Correspondance, ce souci n’est pas exhibé, mis à part les demandes d’informations et de documents à Henry Céard. On ne trouve pas de grandes professions de foi lyriques dans le souci du document vrai, le goût de l’enquête, autant d’éléments que l’on espère au premier abord trouver, compte tenu de la réputation zolienne. La passion documentaire de Zola n’est-elle pas (aussi/d’abord ?) le résultat des travaux de critiques littéraires, chercheurs en littérature, qui par leurs intérêts de recherches ont produit une vision (déformée ?) de Zola. A suivre…

  1. On consultera à ce sujet les travaux de Christophe Charle et Rémy Ponton []
  2. Bernard Lahire rappelle dans son dernier ouvrage Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire (La découverte, Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales, 2010) qu’un auteur n’écrit pas uniquement pour répondre à des concurrents, pour se positionner dans l’espace social amais aussi pour résoudre une problématique existentielle. []
  3. L’enjeu de notre travail de thèse est d’examiner l’image que Zola compose de lui-même. Comment se donne-t-il à voir comme écrivain ?  La place de ses dossiers documentaires prend une place de poids dans cette image de soi. []