Boboland 7ème : la gentrification d’une rue de Lyon en photos

Boboland 7ème : la rive gauche traditionnellement lieu d’accueil des populations ouvrières et étrangères (notamment le quartier de la Guillotière) connaît une évolution similaire à celle qu’ont connues il y a plusieurs années les pentes de la Croix Rousse.

La rue Montesquieu qui s’étend de part et d’autre de l’avenue Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement de Lyon, représente à elle seule le processus de gentrification qui gagne les centre-villes.

Du Rhône à la place Saint-Louis, la rue Montesquieu voit se côtoyer des milieux sociaux très hétérogènes : côté Rhône, les immeubles vieux et pour beaucoup en piteux état, sont habités par une population d’origine populaire et immigrée. Bars vivotant, hôtels meublés autour de la voie de tram drainent une population populaire et métissée. HLM, squats

L’épicerie équitable et le café Chez Thibault qui se situent à quelques mètres de l’avenue Jean Jaurès font basculer la rue dans un autre milieu social. Côté place saint-Louis, la rue Montesquieu s’est progressivement boboisée.

 Immeubles rénovés en lofts, cours d’anglais pour enfants (Les Petits Bilingues),  restaurants (l’un français Le Dulcinéa, l’autre coréen). Le Dulcinéa près de la place Saint-Louis reçoit le dimanche les familles qui viennent faire le marché autour d’un verre, il accueille des expositions temporaires d’artistes, des signatures d’autographe et organise en période estivale des concerts le dimanche jour de marché. La patronne très penchée sur la décoration possède un camping-car régulièrement garé devant le bar.

Boutique de créateurs (Made in Cie), galerie d’art, cours de peinture et de dessins pour enfants jouxtent un ébéniste et l’épicerie des Balkans.

Deux espaces associatifs autogérés – l’Atelier des canulars et La luttine –  dans des locaux situés au 91 rue Montesquieu, prêtés gracieusement par le bailleur social de l’immeuble drainent une population jeune, engagée politiquement, très à gauche de l’échiquier politique. Leur présence dans le quartier s’est peu à peu arrimée à ces locaux squattés pendant de longues années, alors même qu’ils dénoncent la faible mixité sociale du quartier. En témoigne l’affiche qui donne son nom à ce billet photographiée sur la devanture de l’atelier des Canulards.

Organisant repas mensuels ou repas à thèmes (soirée crêpes), concerts (notamment pour la fête de la musique), séances de cinéma, discussions collectives, chorale et autres activités, ces deux espaces associatifs sont de plus en plus connus sur la scène lyonnaise. Toutes les activités ont pour point commun d’être à prix libre.

Frédérique & Benoit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfances et cultures : les actes du colloque en ligne

Les actes du Colloque International « Enfance & Cultures : regards des sciences humaines et sociales » qui s’est déroulé l’année dernière à Paris les 15, 16 et 17 décembre 2010 sont en ligne.

Construction des goûts

Culture juvénile, culture scolaire

Dispositifs et médiation

Enfants d’ailleurs, enfants d’ici

Famille et transmission

Frontières des âges

Images de l’enfance

Mémoires d’enfance

Numérique et lien social

Pratiques et genre

Questions de méthode

Sociabilité de pairs

Système des objets

 

 

Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes : CR

Guillaume Vallet publie en cette rentrée universitaire deux manuels aux Presses Universitaires de Grenoble. Le premier est intitulé Auteurs et grands courants de la pensée économique, et le second Petit manuel de sociologie à l’usage des économistes. Nous nous intéressons ici au deuxième opus.

 Ce « petit » manuel de 115 pages se veut une introduction à la discipline sociologique pour des étudiants se préparant aux concours de l’enseignement en sciences économiques et sociales (Capes et Agrégation). La volonté est donc d’emblée didactique et pragmatique, ce que le court format de cet opus, facilite.

De ce point de vue, le titre de l’ouvrage nous semble équivoque1. Comme y invite la première phrase du résumé de l’éditeur en quatrième de couverture « La sociologie a beaucoup à apporter à l’analyse économique », je pensais que cet ouvrage était destiné à prouver aux économistes l’heuristicité de la sociologie et se voudrait en quelque sorte un « anti-manuel » d’économie à l’usage des économistes. En fait il n’en est rien et ce manuel s’inscrit, bien plus classiquement dans le champ éditorial déjà bien rempli des manuels à destination des étudiants se préparant au concours de SES.

 Comme tel, ce manuel remplit les conditions de forme et de format. Le premier chapitre se présente, comme dans presque tout « manuel » d’initiation, comme une histoire de la pensée. Le second chapitre dessine à grands traits les grands courants de la discipline et introduit à la pensée des « grands » sociologues et le troisième chapitre dessine les contours d’une épistémologie de la discipline.

Le format ramassé de cet ouvrage, contraintes éditoriales oblige,  dirige le lecteur vers l’essentiel, aussi chaque auteur n’est-il présenté qu’à travers une seule clé de lecture2.  Pour Durkheim, ce sera le lien social, chez Weber la rationalité est à l’honneur. Les thèmes de recherche de Bourdieu sont résumés en quelques paragraphes… Parmi les sociologues contemporains, ne sont retenus que quatre « grands noms » de la sociologie selon le titre choisi : au menu Boudon, Bourdieu, Touraine et Elias. La rapidité de la présentation, en fait un outil d’abord à destination du grand débutant en sociologie et je conseillerais par exemple volontiers cet ouvrage à mes étudiants en première année de licence de sociologie… L’ambition est bien de dresser un panorama le plus large possible afin de susciter la curiosité des étudiants et les inciter à lire par eux-mêmes.

  1. Rappelons cependant que la maison d’édition reste largement responsable des titres dans la plupart des cas… []
  2. ce qui peut sembler tout de même un peu restreint []

Dr Cac vous prescrit 4 min d’économie par jour

Sur France 5, à partir du 3 octobre 2011 à 20h20, suivez les prescriptions de Docteur CAC ! Docteur CAC, docteur en économie, pour Christian CAC, acronyme de C’est assez Clair !

« Chers amis bonjour ! Je suis  Christian CAC, docteur en économie.  CAC  en  trois lettres comme « C’est assez clair  » et avec moi, l’économie va le devenir ! Assez claire, bien sûr ! »

En moins de cinq minutes, ce docteur en économie se propose de vous donner des bases de Macroéconomie.

Cette leçon de vulgarisation économique fait le pari de l’humour : le détournement et la sonorisation  des  images d’archives en font une série volontairement décalée et désuète (on pense aux sketchs de « Message à caractère informatif » détournant des films d’entreprise). Commentaires acerbes, répliques piquantes permettent au Docteur Cac et à ses acolytes de poser les questions qui fâchent.

Les épisodes disponibles en avant-première sont alléchants.

La Grèce peut-elle faire faillite ?

Pourquoi le Qatar investit-il dans le sport ?

 

 

 

Médias 19 : des ressources de qualité en libre accès

Médias 19 est une nouvelle plateforme, éditée grâce à Lodel, dédiée à l’étude de la culture médiatique, conçue et administrée par Guillaume Pinson, professeur au Département des littératures de l’Université Laval (Québec), en collaboration avec Marie-Ève Thérenty, professeur et chercheur au RIRRA 21 de l’Université Paul-Valéry (Montpellier 3).

Ce site ergonomique et au design agréable permet de s’informer des parutions à venir ou venant d’aboutir concernant le XIXe siècle et présente les éditions en préparation.

Il faut surtout noter la parution de dossiers thématiques riches et nourris d’articles en version intégrale. Le premier dossier préparé par Guillaume Pinson s’intitule « La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique » et ne comporte pas moins de 27 articles.

Le second dossier en préparation « Presse et scène au XIXe siècle » est coordonné par Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty, et sera constitué par les actes d’un colloque du même nom qui s’est tenu du 17 au 19 juin 2010 à Montpellier.

Cet outil qui se veut collaboratif est à consulter et à garder dans ses favoris…

Egalité hommes-femmes : peut mieux faire !

 

Photo Flickr licence Creative Commons de Spigoo

Terra Nova a publié hier son rapport final sur l’égalité hommes-femmes.  Et les résultats ne sont pas bons !

A l’heure où la célèbre marque Petit bateau décline encore ses bodys en version fille et garçon,1 le rapprochement des conditions hommes-femmes marque le pas. Inégalités salariales, inégale répartition des tâches domestiques,  inégal accès aux décisions économiques… dans tous les domaines, depuis le milieu des années 1990, il y a stagnation ou régression s’alarment les auteurs du rapport.

Ce sont au total 48 propositions que font les rapporteurs pour faire évoluer dans le bon sens l’égalité hommes-femmes.  Classées par thématiques (santé, travail, couple/famille, politique, violences, éducation/formation…), ces propositions sont à la fois concrètes (Etendre l’actuel congé paternité à huit semaines, proposition 39), ou idéalistes (Interdire les réunions débutant avant 9h et après 18h au sein des administrations, grandes entreprises, universités,  laboratoires, etc., proposition 36;  Instaurer au collège et au lycée des cours d’économie familiale (cuisine, ménage, consommation, alimentation, soins aux enfants), aussi bien pour les garçons que pour les filles (proposition 27))

L’objectif avoué :   » faire de l’égalité des sexes non plus seulement l’affaire des femmes (comme activistes ou bénéficiaires) ou de l’Etat (en tant que relais des revendications et incarnation du progrès social), mais également des hommes eux-mêmes, comme sujets et acteurs. » Le premier moyen : la diffusion du rapport et l’appropriation des propositions.

Petite  sélection de mes propositions préférées (choix parfaitement assumé comme subjectif)

Proposition 2 : Ne pas pénaliser les femmes dans leur carrière en raison de leur maternité
Proposition 5 : Instaurer une égalité de rémunération effective entre les femmes et les hommes.
Proposition 6 : Déprécariser le temps partiel subi et revaloriser les retraites des femmes. Repenser les régimes de retraite pour qu’ils ne pénalisent pas les femmes.
Proposition 15 : Lutter contre toutes les violences faites aux femmes.

Proposition 16 : Lutter contre la présentation sexiste des jouets.
Proposition 17 : Sur toute apparence corporelle retouchée à des fins publicitaires (affichage, magazines, spots, emballage), imposer une signalétique « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle ».

 

Quelques liens :

Le dossier de l’Observatoire des inégalités

– Des lectures : un livre, un article

 

  1. Un détour par la lecture du livre d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles, 1973 ne ferait pas de mal aux conseillers en marketing de cette grande marque []

Emile Zola : lettres retrouvées

Emile Zola était un correspondant prolixe… jusqu’en décembre 2010 il n’y avait pas moins de dix tomes publiés aux Presses de l’Université de Montréal/CNRS Editions regroupant des milliers de lettres envoyées par Zola à ses multiples correspondants depuis 1978.  Il faut saluer le travail irremplaçable que représente cette ‘édition patiente et minutieuse de longue haleine  menée sous la direction de B. H. Bakker par un groupe de chercheurs français et canadiens.1

Un onzième tome vient de paraître (décembre 2010) et donne accès aux « lettres retrouvées » que les catalogues des ventes publiques et des marchands d’autographes ont révélées. Ce nouveau tome contient 278 lettres inédites et 33 partiellement inédites, et plus de 150 lettres déjà publiées dans Les Cahiers naturalistes. Ce sont donc au total 502 lettres qui paraissent dans cette nouvelle livraison.

Il faut imaginer la joie que le lecteur assidu et le chercheur peuvent éprouver à la découverte de cette publication.  Surtout lorsque la correspondance représente un matériau de première importance pour son travail de thèse (!).  Dans le cas de Zola, qui n’a pas tenu de journaux intimes et dont les écrits personnels sont peu nombreux, c’est bien dans la correspondance que l’on doit chercher un matériau d’enquête.  A l’instar de ce qu’a montré José-Luis Diaz pour Balzac2, nous pensons que Zola s’objective comme écrivain dans la correspondance.  Il formalise, présente et teste ses projets littéraires et s’y fait (performativité) écrivain. D’où mon empressement à découvrir ces 502 lettres : allaient-elles enfin répondre aux questions que je ne peux poser à Zola ? Confirmer des hypothèses ? Infirmer des pistes ?

Il me semble après une première lecture que ces lettres retrouvées ne réservent pas de surprise de taille : on y retrouve le Zola « attaché de presse » de ses ouvrages, prompt à défendre ses œuvres et à les envoyer pour compte rendu aux uns et aux autres, le Zola « homme d’affaires »3 défendant les droits de traduction de ses œuvres, n’hésitant pas à faire les comptes de ce que l’on lui doit, le père (quelques lettres à son fils et à sa fille), le dreyfusard…

 

 

  1. Les lettres reçues par Zola n’ont elles pas (encore ?) fait l’objet d’une publication. []
  2. Devenir Balzac : l’invention de l’écrivain par lui-même, C. Pirot, 2007 []
  3. Si bien décrit par Colette Becker dans son article « Zola, écrivain-homme d’affaires », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007 []