Mais où sont passées les PCS ?

Dans leur article « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue Française de sciences politiques (2008), Emmanuel Pierru et Alexis Spire  se demandent pourquoi la catégorie sociale est devenue à partir de la fin des années 80 un critère secondaire d’explication dans l’analyse de la société française.

 » Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des statistiques rendant compte des évolutions récentes de la société française selon les différents groupes sociaux qui la composent ? « 

Ils mettent en lumière le rôle performatif des agents du système statistique d’Etat dans ce processus, même s’ils reconnaissent qu’ « au-delà de l’importance accordée aux catégories socioprofessionnelles, la perte de légitimité d’une compréhension de la société en termes de groupes sociaux trouve son origine dans un mouvement qui dépasse largement le seul cadre du système statistique. »

A partir d’une analyse quantitative de l’évolution de l’usage des CSP, dans deux publications de l’INSEE (Données sociales et Insee Première ) qui selon eux « constituent un révélateur des priorités et des hiérarchies en vigueur à l’Insee », les auteurs de l’article établissent que la CSP devient une variable de plus en plus discrète…

Jusqu’au milieu des années 80, la nomenclature des CSP représente dans Données sociales la principale grille de lecture de la société française.

« Toutes les rubriques de la vie sociale sont présentées en fonction d’une répartition par catégories socioprofessionnelles : l’éducation, le logement, les conditions de travail, mais aussi le mode de garde des enfants, l’automobile et ses utilisations, la possession de chiens et de chats. Les titres des chapitres du volume de 1981 sont éloquents : « Métiers et catégories socioprofessionnelles », « Les activités quotidiennes des Français : différences entre catégories sociales ». »

Le basculement s’opère pour les Données sociales entre 1987 et 1990 :  les catégories socioprofessionnelles perdent alors  de leur visibilité.  Du côté de Insee Première, le mouvement similaire de reflux est décalé dans le temps, puisque les CSP perdent leur place hégémonique à partir du milieu des années 1990.

Ce recul s’opère également lorsqu’on l’analyse de manière qualitative.

– Dans Données sociales, l’intitulé « catégories socioprofessionnelles » disparaît à partir de 1993 des titres de chapitres et d’articles au profit de l’étude des « groupes sociaux ».

À partir de 1996, le syntagme de « groupes sociaux » s’efface à son tour au profit d’autres thèmes comme la pauvreté, la précarité, le lien social, ou encore l’exclusion. Dans ces études, pauvres et exclus ne sont jamais définis en termes de position sociale mais en raison de leur faible niveau de revenu.

Pour comprendre le basculement dans la représentation du monde social, il faut analyser les transformations sociologiques qu’ont connues au cours de cette même période les institutions statistiques elles-mêmes. C’est d’abord dans la place reconnue à la sociologie dans la formation des administrateurs de l’Insee qu’il faut trouver une partie de l’explication de recul de la nomenclature des PCS.

Autres facteurs explicatifs: le renouvellement du personnel de l’Insee, la conversion à l’économétrie avec l’impulsion de nouvelles méthodes (modèles de régression à la place des analyses factorielles)1, et la spécificité d’un outil adapté au terrain français peu adapté de fait aux comparaisons internationales et européennes.

Avec le recul de la nomemclature des PCS, c’est bien une nouvelle vision du monde social qui est promue.

Dans les publications de l’Insee, les inégalités (face aux risques sociaux notamment) sont de moins en moins liées à une structure de « classes » qui se reproduit : elles sont présentées sur un mode de plus en plus personnel. Maintenir une représentation structurée à partir de « collectifs » ou de groupes se heurterait à un processus d’individualisation du social présenté comme inéluctable.

  1. La modification des programmes de l’ENSAE en est le témoin []

Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []

La revue Lectures est sur twitter

Vous pouvez désormais suivre la revue Lectures, la revue de comptes rendus en sciences humaines et sociales, hébergée sur Revues.org dont nous fêtons cette semaine les premiers pas, sur twitter.

Deux comptes différents ont été créés

– LecturesCR vous permet de suivre les nouvelles parutions de comptes rendus

– LecturesPublis vous permet d’être informé des publications reçues et disponibles pour un compte rendu

Bonne lectures !

Les Français et l’argent, un ouvrage collectif

Vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes un ouvrage collectif sous la direction de Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec, Les Français et l’argent. Entre fantasmes et réalité.

Plus qu’une histoire de l’argent en France durant la période contemporaine, cet ouvrage explore l’histoire des relations des Français avec l’argent. S’inscrivant dans une perspective interdisciplinaire, il part de l’idée que l’argent est à la fois facteur, signe et conséquence de la valeur sociale des biens et des personnes. À la croisée de l’histoire économique, sociale, politique et culturelle, les approches proposées sont autant de contributions à une histoire totale de l’argent, cette réalité protéiforme des sociétés contemporaines.

Centré sur la période XIXe-XXIe siècle, il ne compte pas moins de 22 contributions réparties en trois sections

– Identités et pratiques sociales

– Pouvoir, tensions et régulation

– Perceptions, valeur et morale

Sociologie des rapports à l’argent

Confrontée à la recherche de références sur le rapport à l’argent (envisagé de façon large)  suivant les classes sociales,  je remarque qu’un grand nombre d’ouvrages ont œuvré à la compréhension de celui-ci dans une thématique de rapports de genre et de sociologie des couples.  Parmi eux

  • Laurence Bachmann dans De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent (PUR, Le Sens social, 2009)
  • Caroline Henchoz dans Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)
  • Hélène Belleau, Caroline Henchoz, L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)

Une perspective dans le prolongement des thèses de Viviana Zelizer sur le marquage de la monnaie (La signification sociale de l’argent, 1994/2005)1

L’argent dans le couple est envisagé comme un enjeu de pouvoir : sous les termes d’indépendance et d’autonomie économique et financière, partage des tâches…2

Où trouver des références qui soient plus de l’ordre de la compréhension du rapport à l’argent des acteurs en ascension sociale :  modes de dépense ? , rapports à l’épargne… Je trouve des références traditionnelles du côté d’Elias (La société de cour, 1969) et Veblen (La Théorie de la classe de loisir, 1899/1970), aussi du côté de Janine Mossuz-Lavau, L’argent et nous (Éditions de La Martinière, 2007), sans toutefois être satisfaite…  Des idées ?

  1. Cf également l’article d’Isabelle Guerrin, « Le sexe de la monnaie », in Journal des anthropologues, 2002 []
  2. Ce qui fait penser au traditionnel ouvrage de De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, 1988 où la métaphore économique est filée tout au long de l’ouvrage : livret de chacun des époux, dot, rentabilité des diplômes… []

Homoparentalités : délier la parenté de la procréation ?

Je reçois ce jeudi 24 mars à 18h, Martine Gross dans le cadre du cycle de conférences « Au fil du travail des sciences sociales ». Ingénieure de recherche en sciences sociales au CNRS, elle a consacré la plupart de ses travaux à l’homoparentalité. Elle a publié ou dirigé plusieurs  ouvrages sur ce sujet.

Les réalités recouvertes par l’expression « familles homoparentales » se sont multipliées avec l’évolution du regard social porté sur l’homosexualité. Ces réalités interrogent les définitions de ce que sont un parent, une mère, un père, une famille, la parenté, etc. Nous verrons comment ces familles qui tout à la fois transgressent  certaines normes et représentations sociales et se conforment à d’autres, illustrent les questions posées par la diversité des configurations familiales contemporaines. Le défi que jettent les parents de même sexe est qu’ils ne peuvent se glisser dans notre modèle naturaliste de parenté qui confond filiation et procréation, et attribue à chacun de nous un seul père et une seule mère, censés être nos géniteurs.

Ses publications les plus récentes sur la question :
– M. Gross (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Eres, 2005
– M. Gross, M. Peyceré, Fonder une famille homoparentale, 2005, J’ai lu
– A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, B. Perreau (dir), Homoparentalités, approches scientifiques et politiques, PUF, 2006
– M. Gross / E. Antier, Deux papas, deux mamans, qu’en penser? Débat sur l’homoparentalité. Calman-Lévy, 2007
– M. Gross, L’homoparentalité, les idées reçues, le Cavalier Bleu, 2009

Articles récents
Gross, M. (2006). Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes. Terrain (46 ), 151-164.
Gross, M. (2007). Quand et comment l’homoparentalité est-elle devenue un objet « légitime» de recherche en sciences humaines et sociales? . Socio-logos, 2. Retrieved from http://socio-logos.revues.org/document803.html
Gross, M. (2007). Les rabbins français et l’homoparentalité.Discours et attitudes. On Archives de sciences sociales des religions.
Gross, M. (2008). Être homosexuel et chrétien en France, . Sociétés contemporaines, 71(3), 67-93.
Gross, M. (2008). Deux mamans ou deux parents. Évolution de la désignation des liens dans les familles lesboparentales. In D. L. Gall (Ed.), Identités et genres de vie. Chroniques d’une autre France (pp. 199-216). Paris: L’Harmattan, coll. « Sociologies et environnement »
Gross, M. (2009). Les familles homoparentales: entre conformité et innovations. Informations sociales, 154 (juillet-août 2009), 106-114.
Gross, M. (2009). Les grands-parents dans les familles homoparentales: entre lien biologique et lien social. Politiques sociales et familiales, 97, 41-50.

Quand le livre numérique imite le livre papier

A. Les éditions Zones offrent aux lecteurs de compulser, lire, feuilleter leurs livres en version numérique.

B. Mon portable est un petit EeePc très fonctionnel et léger, qui bien que parfait pour l’utilisation qui est la mienne,  ne dispose cependant pas d’enceintes de qualité. Le son est donc quasiment toujours coupé sur mon ordinateur.

C. Quelle ne fut pas ma surprise ce jour, en ouvrant (sic) Lettres de non-motivation le livre de Julien Prévieux, que je trouve sur Zones (cf A.) et d’entendre en le parcourant, le bruit des pages qui se tournent (point B.).

Conclusion : j’ai fait aujourd’hui l’expérience sonore du livre numérique ! Peut-être le bruit des pages feuilletées était-il un peu métallique ou trop numérique… Dans tous les cas, j’ai apprécié et voulu partager (d’où ce billet « frivole ») l’expérience, digne de celle que proposent les reportages de la radio Arteradio.com, dont les rédacteurs de Socio-Voce sont des fans invétérés.

Expérience sonore du livre,  qui complète mes premières expériences du livre numérique.  J’ai découvert le livre numérique l’année de la préparation de l’agrégation : comment accéder à un ouvrage un dimanche soir à 22h, lorsque celui-ci n’est pas dans sa bibliothèque universitaire1 ou lorsqu’on ne peut attendre le lendemain ? La solution toute trouvée, était, munie de ma carte bleue, d’acheter le livre en version pdf pour le lire sans attendre !

En effet après paiement, le lecteur reçoit un mail lui permettant de télécharger son livre en format pdf.2 Si l’on passe sur les débats ouverts quant au confort de la lecture sur écran, je vous renvoie à ce désormais classique et excellent billet de Marin Dacos, sur l’immatérialité de la lecture, le livre numérique n’offrant pas (encore ?) l’odeur, le toucher d’un « vrai livre », ce format est pratique pour un étudiant lambda. Il permet de faire de prendre des notes directement dans son logiciel de traitement de texte, de faire des recherches par mot-clé. Si l’on ajoute le temps gagné à ne pas le chercher dans les rayons de sa bibliothèque ou librairie préférée, il offre un gain de temps non négligeable.

Je renvoie les lecteurs intéressés par l’avenir du livre (papier, numérique…) à l’excellent cours d’Eric Verdeil, blogueur sur Rumor, disponible sur Slideshare, cours dont j’ai bénéficié dans le cadre de ma formation doctorale. D’une perspective bien plus large que celle évoquée ici, vous trouverez cependant des éléments de réflexion sur l’avenir de livre.

  1. Pour moi il s’agissait de la bibliothèque de l’ENS, qui offrait pourtant une accessibilité très grande : ouverte jusqu’à 3h du matin, en accès libre, ce qui permet de contenter les faims de lecture immodérées et non contrôlées des agrégatifs []
  2. Je ne parle pas des liseuses ou autres nouveautés technologiques, auxquelles je suis si peu réceptive. Pas une bonne cliente dirons-nous, je n’ai même pas de téléphone portable, alors je ne vais pas m’équiper d’une liseuse, pensez-donc ! []