La distinction selon Edmond Goblot

Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie, Chapitre 4, 1925

« Avant l’avènement de la bourgeoisie moderne, on connaissait le mérite, la valeur, les talents, la grâce ; on ignorait la distinction […] Ce n’est pas pour être belle, c’est pour n’être pas confondue que la bourgeoisie moderne s’applique à être distinguée dans sa tenue, ses manières, son langage, les objets dont elle s’entoure. L’opposé de distingué est « commun » : est commun ce qui ne distingue pas, vulgaire ce qui distingue en mal et trahit une infériorité.

La distinction n’est ni la beauté; ni l’élégance, ni le luxe. Il faut qu’elle s’y ajoute; elle peut les remplacer. Elle doit être apparente ; peu importe qu’elle soit superficielle. Elle consiste souvent en des nuances, des minuties, des riens. Il faut qu’elle soit délicate, subtile même, pour être difficile à imiter. L’éducation bourgeoise s’applique à développer, à affiner ce tact qui permet de la discerner sans hésitation et sans effort. […] La distinction concerne tout ce qui est perceptible du dehors dans la personne et dans son entourage.

Le sociologue et le retour du refoulé

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Coll Liber, Seuil, 1997, p 13

« Le sociologue a la particularité, qui n’a rien d’un privilège, d’être celui qui a pour tâche de dire les choses du monde social, et de les dire, autant que possible, comme elles sont : rien que de normal, de trivial même, en cela. Ce qui rend sa situation paradoxale, parfois impossible, c’est le fait qu’il est entouré de gens qui ou bien ignorent (activement) le monde social et n’en parlent pas – et je serai le dernier à reprocher aux artistes, aux écrivains, aux savants, d’être tout à leur affaire – ou bien s’en inquiètent et en parlent, parfois beaucoup, mais sans en savoir grand-chose. […]

Ainsi, lorsqu’il fait simplement ce qu’il a à faire, le sociologue rompt le cercle enchanté de la dénégation collective: en travaillant au retour du refoulé, en essayant de savoir et de faire savoir ce que l’univers du savoir ne veut pas savoir, notamment sur lui-même, il prend le risque d’apparaître comme celui qui vend la mèche. Mais à qui donc, sinon à ceux-là mêmes dont, ce faisant, il se désolidarise et dont il ne peut attendre la reconnaissance pour ses découvertes, ses révélations ou ses aveux (nécessairement un peu pervers, il faut l’avouer, puisqu’ils valent aussi, par procuration, pour tous ses pareils) ? « 

Le discrédit de la sociologie vu par Pierre Bourdieu

Bourdieu, Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’agir éditions, 2004

p16

On devenait « philosophe » parce qu’on avait été consacré et l’on se consacrait en s’assurant le statut prestigieux de « philosophe ». Le choix de la philosophie était ainsi une manifestation de l’assurance statutaire qui renforçait l’assurance (ou l’arrogance) statutaire. Cela plus que jamais en un temps où tout le champ intellectuel était dominé par la figure de Jean-Paul Sartre.

p27-28

Même pour les plus « libérés » de l’esprit de caste, comme le Foucault de la théorie post-soixante-huitarde du pouvoir, la frontière avec les sciences sociales, et tout spécialement la sociologie, reste socialement infranchissable. Perçue par les profanes comme proche par son objet d’une sorte de journalisme, la sociologie est en outre dévaluée par rapport à la philosophie par son allure de vulgarité scientiste, voire positiviste, qui ne se voit jamais aussi bien que lorsqu’elle touche aux croyances les plus indiscutées du monde intellectuel, comme celles qui concernent l’art et la littérature et qu’elle menace de « réduire» (un de ses effets ou méfaits les plus régulièrement imputés au« sociologisme») les valeurs sacrées de la personne et de la culture, donc la valeur de la personne cultivée.

p29

Il n’est pas de meilleure mesure du discrédit structural dont la sociologie, comme tout ce qui en participe, est frappée, dans le monde intellectuel, que la comparaison du sort qui lui est fait (le moindre des écrivains ou des philosophes d’aspiration se grandira objectivement et subjectivement en exprimant tout le mépris bien porté qu’il lui porte) avec le traitement qui est accordé à la psychanalyse, dont elle partage pourtant quelques traits importants, comme l’ambition de rendre compte scientifiquement des conduites humaines.

p78

La transformation de ma vision du monde qui a accompagné mon passage de la philosophie à la sociologie, et dont mon expérience algérienne représente sans doute le moment critique, n’est pas, je l’ai déjà dit, facile à décrire, sans doute parce qu’elle est faite de l’accumulation insensible des changements qui m’ont été peu à peu imposés par les expériences de la vie ou que j’ai opérés au prix de tout un travail sur moi-même, inséparable du travail que je menais sur le monde social. Cette réorientation intellectuelle était lourde d’implications sociales: elle s’accomplissait en effet à travers le passage de la philosophie à l’ethnologie et à la sociologie et, à l’intérieur de celle-ci, à la sociologie rurale, située au plus bas dans la hiérarchie sociale des spécialités, et le renoncement électif qu’impliquait ce déplacement négatif dans les hiérarchies n’aurait sans doute pas été aussi facile s’il ne s’était pas accompagné du rêve confus d’une réintégration dans le monde natal.

L’effet désenchanteur de la sociologie

Pierre Bourdieu, Réponses, Seuil, 1992, p. 169

 » Il est vrai que la sociologie exerce un effet désenchanteur, mais le réalisme scientifique et politique qu’elle suppose et renforce évite de lutter là où il n’y a pas de liberté – ce qui est souvent un alibi de la mauvaise foi – de manière à occuper pleinement les lieux de véritable responsabilité. S’il est vrai que la sociologie, et peut-être plus particulièrement celle que je pratique, peut encourager le sociologisme comme soumission aux lois d’airain de la société (et cela même si son intention est exactement à l’opposé), je pense que l’alternative qu’établissait Marx entre l’utopisme et le sociologisme est assez trompeuse : il y a place, entre la résignation sociologiste et le volontarisme utopiste, pour un utopisme raisonné, c’est-à-dire un usage politiquement conscient et rationnel des limites de liberté accordées par une véritable connaissance des loi sociales et spécialement de leurs conditions historiques de validité. »

Goût de classe, corps de classe

Pierre Bourdieu, La Distinction, Editions de Minuit, 1979, p 210

« Le goût en matière alimentaire dépend aussi de l’idée que chaque classe se fait du corps et des effets de la nourriture sur le corps, c’est-à-dire sur sa force, sa santé et sa beauté, et des catégories qu’elle emploie pour évaluer ces effets, certains d’entre eux pouvant être retenus par une classe qui sont ignorés par une autre, et les différentes classes pouvant établir des hiérarchies très différentes entre les différents effets : c’est ainsi que là où les classes populaires, plus attentives à la force du corps (masculin) qu’à sa forme, tendent à rechercher des produits à la fois bon marché et nourrissants, les professions libérales donneront leur préférence à des produits savoureux, bons pour la santé, légers et ne faisant pas grossir. Culture devenue nature, c’est-à-dire incorporée, classe faite corps, le goût contribue à faire le corps de classe: principe de classement incorporé qui commande toutes les formes d’incorporation, il choisit et modifie tout ce que le corps ingère, digère, assimile, physiologiquement et psychologiquement. Il s’ensuit que le corps est l’objectivation la plus irrécusable du goût de classe, qu’il manifeste de plusieurs façons. D’abord dans ce qu’il a de plus naturel en apparence, c’est-à-dire dans les dimensions (volume, taille, poids, etc.) et les formes (rondes ou carrées, raides ou souples, droites ou courbes, etc.) de sa conformation visible, où s’exprime de mille façons tout un rapport au corps, c’est-à-dire une manière de traiter le corps, de le soigner, de le nourrir, de l’entretenir, qui est révélatrice des dispositions les plus profondes de l’habitus : c’est en effet au travers des préférences en matière de consommation alimentaire qui peuvent se perpétuer au-delà de leurs conditions sociales de production (comme en d’autres domaines un accent, une démarche, etc.), et aussi bien sûr au travers des usages du corps dans le travail et dans le loisir qui en sont solidaires, que se détermine la distribution entre les classes des propriétés corporelles. »

Durkheim et le suicide d’Emma Bovary

Christian Baudelot et Roger Establet, Durkheim et le suicide, Paris, 1984, p 82-88

 » L’un des suicides littéraires les plus célèbres est celui d’Emma Bovary; c’est aussi l’un des plus improbables. Femme, jeune, mariée, mère d’un enfant, rurale et catholique, elle cumulait les traits dont Durkheim a montré qu’ils constituaient les facteurs les plus efficaces de la préservation du suicide. Et pourtant elle se tue, dans le roman comme dans la vie: Flaubert n’a rien inventé, il s’est inspiré jusque dans le moindre détail d’un fait divers réel […].

D’après Durkheim, Emma Bovary avait moins de 74 chances sur 100 000 de se suicider, alors que Rodolphe en avait lui plus de 985. Flaubert s’étend sur le premier et ne souffle mot du second, ô combien plus commun. Or, l’ambition sociologique du romancier ne fait aucun doute : l’atteste clairement le sous-titre choisi par Flaubert (Mœurs de Province) « 

Quand on ne peut pas être écrivain à plein temps

Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Editions la découverte, Textes à l’appui, 2006

Voici quelques extraits choisis de La condition littéraire. Loin de nous l’idée, d’avoir extrait ici la substantifique moëlle d’un ouvrage de 620 pages, mais seulement de proposer des pistes de réflexion.

p 10

La spécificité de l’univers littéraire réside dans le fait qu’il s’agit d’un « univers faiblement rémunérateur et très peu professionnalisé, mais néanmoins très chronophage ». « Les écrivains sont le plus souvent conduits à effectuer des va-et-vient permanents et à partager leur temps entre l’univers littéraire et l’univers d’appartenance de leur « second métier », sans même parler des circulations entre ces deux univers et l’univers conjugal ou familial. L’écrivain à « second métier » constitue un beau cas d’appartenance multiple ; un cas aussi particulièrement intéressant pour réfléchir à la division du travail et des fonctions dans une société hautement différenciée

p 12

Nous verrons toutefois que la théorie des champs comporte certaines limites pour penser l’univers littéraire. En effet, malgré le fait qu’il soit hautement prisé symboliquement et qu’il puisse engendrer des vocations et des investissements personnels intenses, l’univers littéraire est un univers globalement très peu professionnalisé et très faiblement rémunérateur. Il rassemble ainsi une majorité d’individus qui sont inscrits par ailleurs, pour des raisons économiques, dans d’autres univers professionnels. Contraints le plus souvent d’exercer un second métier, les participants à l’univers littéraire sont plus proches de joueurs – qui sortent régulièrement du jeu pour aller « gagner leur vie » à l’extérieur – que d’« agents » stables d’un champ. C’est notamment pour cette raison que j’ai préféré parler tout au long de cet ouvrage de « jeu littéraire » plutôt que de « champ littéraire ». Le concept de « jeu littéraire » désigne un champ secondaire, très différent dans son fonctionnement de champs parents – champs académiques et scientifiques notamment – qui disposent des moyens économiques de convertir les individus y participant en agents permanents et de les amener ainsi à mettre l’essentiel de leur énergie à leur service.
P 46

Enseignants, journalistes, médecins, conseillers éditoriaux, ingénieurs ou exerçant de multiples emplois «alimentaires» et parfois précaires, les écrivains sont rarement « écrivains à temps plein» et le modèle flaubertien de l’écrivain-rentier concentré sur son œuvre et rien que sur son œuvre est un modèle peu opératoire pour penser le jeu littéraire dans son ensemble. Flaubert, célibataire et sans enfant, rentier, sans second métier, l’« homme-plume» dont l’existence quotidienne tend à se résumer à son écriture (qu’elle soit littéraire ou épistolaire) et dont la force des dispositions littéraires lui fait vivre la littérature comme son élément naturel, est l’exception qui confirme la règle de cumul des activités.