Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet

Depuis presque deux ans, nous menons une recherche sur les usagers des sites de dons d’objets que sont donnons.org, recupe.net et le réseau freecycle[1]. Nous nous demandons qui sont les utilisateurs de ces sites et analysons les finalités et modalités variées par lesquels ils les utilisent[2].

Photo sous licence Creative Commons zigazou76

La récupération d’objets usagés est une pratique partagée par des individus aux origines sociales diverses dont les discours, les engagements et les pratiques diffèrent grandement. La recherche empirique que nous avons menée conduit à souligner la portée ambivalente de cette pratique : elle est pour certains un moyen de s’insérer dans la société de consommation, quand elle est investie par d’autres d’une portée contestatrice. Notre objet permet de reposer la question de la mobilisation des consommateurs et par là s’inscrit à la croisée de la sociologie de la consommation et de la sociologie des mouvements sociaux. La « récup’ » est une forme de « consommation engagée »[3], critique, dont la particularité est de s’exprimer à travers des formes non marchandes de consommation. Pensés comme offrant une voie alternative à la consommation marchande, les sites de dons permettent aux acteurs de pointer les limites du modèle de consommation traditionnel et de valoriser les à-côtés possibles du système. Par leurs actions individuelles de récupération, les individus invitent à repenser les modes de consommation, que ce soit pour prolonger la société de consommation, la contester de l’intérieur ou s’en extraire.

 Si l’on peut penser a priori que les récupérateurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui les dons permettent de faire des économies pour pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), notre enquête, menée par observation participante sur la région Rhône-Alpes[4], entretiens et questionnaire, permet de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites. Nous avons isolé deux logiques dominantes d’utilisations des sites de dons. Nous opposons les personnes qui utilisent les sites de dons comme un moyen de consommer plus, que nous appelons « consommateurs », aux « recycleurs ».

 Qu’ils soient « maximisateurs » ou « modérés », les consommateurs utilisent les sites de dons pour « faire des affaires », obtenir des objets gratuitement et ne valorisent qu’à la marge l’alternative au modèle consumériste que cette pratique pourrait représenter. Les « maximisateurs » se différencient des autres utilisateurs des sites de dons par le temps qu’ils y consacrent et le nombre de dons récupérés. L’excitation et le plaisir de « tenter sa chance » pour de nombreux dons[6] se manifeste par des demandes nombreuses et répétées : même si (ou peut-être parce qu’ils) en ont les moyens, l’acte de récupérer possède une saveur particulière à leur yeux, celle de la braconne (De Certeau, 1990) et du détournement. Souvent experts des sites de récupération, ils savent prédire ce qui est très demandé, ce qui part vite et ce qui ne l’est pas. Ils chinent sur les sites de dons et développent à cet égard des techniques pour récupérer le maximum de dons ou les dons les plus intéressants.

 A l’inverse, les « recycleurs » cherchent par ces sites à lutter contre le gaspillage. Ils se partagent entre les « récupérateurs » et les « militants », qui sont inégalement contestataires et/ou investis dans la cause écologiste. Les « récupérateurs » sont particulièrement sensibles au fait de redonner une seconde vie aux objets jetés, ils n’acceptent pas le gaspillage que produit la société de consommation. Les pratiques contestatrices de ces personnes restent cependant des « pratiques contestatrices en amateur», dans la mesure où même si la « résistance au système du tout marchand » selon les mots d’une enquêtée se vit au quotidien, elle s’accommode de contradictions, et ne débouche pas sur du militantisme.

A l’inverse, ceux que nous appelons les « militants » se distinguent des récupérateurs par leurs engagements associatifs, qui priment dans leur identité sociale. Ils se définissent volontiers comme des consommateurs alternatifs, qui promeuvent par la consommation une « autre idée de la société ». Les sites de dons sont pour eux un support de diffusion de leurs idéaux et autres engagements collectifs ; la dimension de critique sociale est valorisée et stimulante. Il s’agit pour les « recycleurs » d’opérer une rupture avec l’idée même de consommation en remettant en cause l’idée de paiement.


[1] Espaces de mise en relation entre des personnes qui souhaitent se débarrasser d’objets avec ceux qui les demandent, ces sites connaissent une fréquentation croissante.

[2] Un article devrait bientôt paraître dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan. Nous nous centrons ici uniquement sur les receveurs et non pas sur les donneurs.

[3] Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, collection « Contester », 2009

[4] Nous avons réalisé plus de deux cent dons et en avons récupéré une cinquantaine.

[5] Le questionnaire diffusé sur Internet et construit sur Limesurvey est actuellement encore en cours de diffusion, nous avons à ce jour 1039 réponses complètes pour 1268 répondants.

[6] Le consommateur se rapproche de l’Homo ludens défini par Huizinga J, 1988.

Consommation éthique et récupération, partie 2

Le billet sur les sites de récupération d’objet a obtenu un franc succès… et les nombreuses réactions suscitées ont considérablement enrichi la discussion. Merci donc à toutes les personnes ayant pris la peine de réagir et de réfléchir avec moi aux logiques gouvernant les sites de dons.

De nos discussions a émergé l’idée que les deux sites phares (en termes je le rappelle de visibilité sur le web, de visites, et du nombre d’objets transitant par les sites) que sont Recupe.net et Donnons.org étaient fondées sur des logiques différentes : tandis que le premier pose comme principe de fonctionnement l’absence ou presque de publicité et défend l’idée d’une consommation écologiquement responsable (donner au lieu de jeter), le second vit de et par la publicité. De larges entrefilets de publicité parsèment les pages de dons. Le financement par la publicité crée de la visibilité, renforce le succès et permet de développer une structure plus large et en conséquence plus alimentée…. en termes de moyens financiers comme humains pour le contrôle des dons, la mise en ligne et la validation des annonces.

S’ajoute à ces deux structures de dons, une moins visible qui prend la forme d’un groupe Google du nom de Freecycle.  Fonctionnant sur inscription préalable au groupe et se basant sur l’envoi par mail des offres de dons ville par ville, le groupe Freecycle est moins connu et moins visible. Créé sur Lyon fin août 2005, il rassemble aujourd’hui sur Lyon 5819 membres. Son but  » alléger les décharges municipales et ralentir le consumérisme galopant. Le principe : la gratuité et le respect. Le moyen: un email envoyé à un réseau local de membres. »

Parce que (?) chaque membre effectue ses dons en envoyant un mail à la communauté, les échanges prennent une autre tonalité. Au lieu d’une annonce lacunaire et sèche (A récupérer ce soir, sinon direct poubelle), formules de salutations, formules de politesses et bonjours amicaux sont de mise, de même que des excuses aux personnes intéressées qui n’ont pu être satisfaites et obtenir le don. Chacun de  souhaiter un bon week-end, une bonne soirée…aux futurs receveurs. Echanges des biens et demandes prennent également une autre tournure. La particularité du groupe Freecycle est qu’il permet de donner, mais également de prêter, d’emprunter… Les messages doivent être précédés de mots entre crochets permettant à tous de s’y repérer [DONNE], [CHERCHE], [EMPRUNTE].., puis [RESERVE] et [PARTI] ou [TROUVE].1 : la prise de contact par mail ou par téléphone est des plus cordiales (tutoiement, usage instantané des prénoms…). Les personnes inscrites sur le groupe Freecycle ont-elles l’impression d’appartenir à une communauté ? Comment ont-elles découvert ce groupe ? Pour quelles raisons y ont-elles adhéré ? Autant d’éléments de compréhension à découvrir.

Par ailleurs le fait de procéder par mail permet de conserver les mails envoyés à « ses receveurs » et de pouvoir les solliciter pour un contre-don lorsqu’un donneur cherche à son tour quelque chose.  Sur Freecycle, la logique communautaire étant plus prégnante (identité de groupe renforcée par l’existence d’une liste (sur Lyon en tout cas) cafelyonfreecycle qui permet d’échanger des bons plans, des réductions…, l’organisation d’un pique-nique annuel2, la sollicitation par les donneurs de leurs receveurs va de soi (elle entre dans l’esprit des freecyclers), de même que la remise en circulation d’anciens objets récupérés par ce biais après leur utilisation.3

En ce qui concerne Donnons.org ou Recupe.net je possède quelques éléments de réponses tirés de discussions informelles : il semble que dans un grand nombre de cas, le premier contact avec le site se fasse par le biais d’un profil de donneur. Après ou avant un déménagement le (futur) donneur a besoin de se séparer d’une armoire, d’un bureau ou d’un canapé devenus trop encombrants ou encore d’un lot de chaussures usagées, de vaisselle dépareillée, et la solution donnons.org ou recupe.net s’impose d’elle-même : en effet comme je le signalais lors d’un premier billet, cette solution est économe en temps et en énergie. Vous donnez, on vient le chercher sur place. La solution du don est aussi une réponse de dernière minute : après avoir essayé de vendre sans succès sur lebon coin.fr ou autre, le donneur donne son objet. Solution économique pour se débarrasser de cartons volumineux, de palettes, de terre…ou de machines en panne.4 Lors d’un don, il n’est pas rare que les donneurs disent « Vous me rendez service », « de rien, ça m’arrange ».5 Ce qui va de pair avec la préférence souvent donnée lors des dons multiples à ceux qui demandent plusieurs objets : éviter de prendre plusieurs rendez-vous, se débarrasser rapidement des objets devenus gênants.

L’observation quotidienne de ces sites permet d’observer que les donneurs les plus pressés passent leur annonce sur plusieurs sites à la fois : c’est le cas pour Donnons.org et Recupe.net, cela l’est moins pour Freecycle (sur un mois d’observation j’ai noté 4 redondances d’annonces uniquement entre Freecycle et les deux autres sites). Quand l’annonce n’a pas eu de succès sur un site, elle est déplacée vers l’autre. Il est difficile de savoir si les donneurs et receveurs utilisent les trois sites conjointement : dans les commentaires du premier billet publié à ce sujet, une personne disait n’utiliser que Recupe.net largement préféré à Donnons.org pour son absence de publicité.  Les personnes sur Freecycle consultent-elles les offres sur les autres sites ?  A suivre…

  1. Ces considérations reposent sur l’observation de première main et des discussions informelles avec des donneurs et des receveurs, elles mériteraient d’être contrôlées par un travail approfondi, celui-ci sera mis en place dans les prochaines semaines []
  2. un  pique-nique a eu lieu en juin 2009 et je ne sais si cela sera reconduit cette année []
  3. Le cycle de vie des objets de consommation est donc profondément renouvelé par ces sites de dons. []
  4. Sur le forum de Recupe.net plusieurs personnes s’étonnent d’ailleurs de ce que des donneurs proposent des appareils électroménagers en panne ou de l’huile de friture… []
  5. Cette logique tranche avec les donneurs qui plaident pour une « seconde vie » pour leurs objets, sur une annonce de don d’un abat-jour la personne précisait qu’elle souhaitait le donner à quelqu’un qui saurait lui redonner. []

La consommation

La consommation. Un ouvrage de Dominique Desjeux (Puf, coll. « Que sais-je ? », 2006)

Le livre de Dominique Desjeux propose un tour d’horizon d’un domaine on ne peut plus classique des sciences sociales, avec une ambition d’accessibilité et de simplicité qui fait sa force, mais aussi certaines de ses faiblesses : la petite taille de l’ouvrage ne permet pas d’avoir une présentation très détaillée de ces analyses, et il est également possible de discuter la pertinence de certains choix : il ne s’agit pas d’une présentation des analyses strictement sociologiques de la consommation, mais au contraire d’une sélectoin s’inscrivant dans « une vision pluraliste de l’analyse de la consommation » sans « fatwa idéologique ». Ainsi sont présentées à la fois les analyses fondatrices de Veblen, Halbwachs, Bourdieu tout autant que celle des « sociostyles » de Cathelat ou des tribus de Maffesoli. Dans cette optique, les travaux actuels du marketing, des sciences cognitives et de la psychologie ne sont pas omis. L’ouvrage a donc volonté à « ratisser large », du « chef de produits aux militants consuméristes », ce qui en satisfera beaucoup, et déroutera certainement celles et ceux qui sont habitués à une approche strictement sociologique des phénomènes de consommation.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio