Consommation éthique et récupération, partie 2

Le billet sur les sites de récupération d’objet a obtenu un franc succès… et les nombreuses réactions suscitées ont considérablement enrichi la discussion. Merci donc à toutes les personnes ayant pris la peine de réagir et de réfléchir avec moi aux logiques gouvernant les sites de dons.

De nos discussions a émergé l’idée que les deux sites phares (en termes je le rappelle de visibilité sur le web, de visites, et du nombre d’objets transitant par les sites) que sont Recupe.net et Donnons.org étaient fondées sur des logiques différentes : tandis que le premier pose comme principe de fonctionnement l’absence ou presque de publicité et défend l’idée d’une consommation écologiquement responsable (donner au lieu de jeter), le second vit de et par la publicité. De larges entrefilets de publicité parsèment les pages de dons. Le financement par la publicité crée de la visibilité, renforce le succès et permet de développer une structure plus large et en conséquence plus alimentée…. en termes de moyens financiers comme humains pour le contrôle des dons, la mise en ligne et la validation des annonces.

S’ajoute à ces deux structures de dons, une moins visible qui prend la forme d’un groupe Google du nom de Freecycle.  Fonctionnant sur inscription préalable au groupe et se basant sur l’envoi par mail des offres de dons ville par ville, le groupe Freecycle est moins connu et moins visible. Créé sur Lyon fin août 2005, il rassemble aujourd’hui sur Lyon 5819 membres. Son but  » alléger les décharges municipales et ralentir le consumérisme galopant. Le principe : la gratuité et le respect. Le moyen: un email envoyé à un réseau local de membres. »

Parce que (?) chaque membre effectue ses dons en envoyant un mail à la communauté, les échanges prennent une autre tonalité. Au lieu d’une annonce lacunaire et sèche (A récupérer ce soir, sinon direct poubelle), formules de salutations, formules de politesses et bonjours amicaux sont de mise, de même que des excuses aux personnes intéressées qui n’ont pu être satisfaites et obtenir le don. Chacun de  souhaiter un bon week-end, une bonne soirée…aux futurs receveurs. Echanges des biens et demandes prennent également une autre tournure. La particularité du groupe Freecycle est qu’il permet de donner, mais également de prêter, d’emprunter… Les messages doivent être précédés de mots entre crochets permettant à tous de s’y repérer [DONNE], [CHERCHE], [EMPRUNTE].., puis [RESERVE] et [PARTI] ou [TROUVE].1 : la prise de contact par mail ou par téléphone est des plus cordiales (tutoiement, usage instantané des prénoms…). Les personnes inscrites sur le groupe Freecycle ont-elles l’impression d’appartenir à une communauté ? Comment ont-elles découvert ce groupe ? Pour quelles raisons y ont-elles adhéré ? Autant d’éléments de compréhension à découvrir.

Par ailleurs le fait de procéder par mail permet de conserver les mails envoyés à « ses receveurs » et de pouvoir les solliciter pour un contre-don lorsqu’un donneur cherche à son tour quelque chose.  Sur Freecycle, la logique communautaire étant plus prégnante (identité de groupe renforcée par l’existence d’une liste (sur Lyon en tout cas) cafelyonfreecycle qui permet d’échanger des bons plans, des réductions…, l’organisation d’un pique-nique annuel2, la sollicitation par les donneurs de leurs receveurs va de soi (elle entre dans l’esprit des freecyclers), de même que la remise en circulation d’anciens objets récupérés par ce biais après leur utilisation.3

En ce qui concerne Donnons.org ou Recupe.net je possède quelques éléments de réponses tirés de discussions informelles : il semble que dans un grand nombre de cas, le premier contact avec le site se fasse par le biais d’un profil de donneur. Après ou avant un déménagement le (futur) donneur a besoin de se séparer d’une armoire, d’un bureau ou d’un canapé devenus trop encombrants ou encore d’un lot de chaussures usagées, de vaisselle dépareillée, et la solution donnons.org ou recupe.net s’impose d’elle-même : en effet comme je le signalais lors d’un premier billet, cette solution est économe en temps et en énergie. Vous donnez, on vient le chercher sur place. La solution du don est aussi une réponse de dernière minute : après avoir essayé de vendre sans succès sur lebon coin.fr ou autre, le donneur donne son objet. Solution économique pour se débarrasser de cartons volumineux, de palettes, de terre…ou de machines en panne.4 Lors d’un don, il n’est pas rare que les donneurs disent « Vous me rendez service », « de rien, ça m’arrange ».5 Ce qui va de pair avec la préférence souvent donnée lors des dons multiples à ceux qui demandent plusieurs objets : éviter de prendre plusieurs rendez-vous, se débarrasser rapidement des objets devenus gênants.

L’observation quotidienne de ces sites permet d’observer que les donneurs les plus pressés passent leur annonce sur plusieurs sites à la fois : c’est le cas pour Donnons.org et Recupe.net, cela l’est moins pour Freecycle (sur un mois d’observation j’ai noté 4 redondances d’annonces uniquement entre Freecycle et les deux autres sites). Quand l’annonce n’a pas eu de succès sur un site, elle est déplacée vers l’autre. Il est difficile de savoir si les donneurs et receveurs utilisent les trois sites conjointement : dans les commentaires du premier billet publié à ce sujet, une personne disait n’utiliser que Recupe.net largement préféré à Donnons.org pour son absence de publicité.  Les personnes sur Freecycle consultent-elles les offres sur les autres sites ?  A suivre…

  1. Ces considérations reposent sur l’observation de première main et des discussions informelles avec des donneurs et des receveurs, elles mériteraient d’être contrôlées par un travail approfondi, celui-ci sera mis en place dans les prochaines semaines []
  2. un  pique-nique a eu lieu en juin 2009 et je ne sais si cela sera reconduit cette année []
  3. Le cycle de vie des objets de consommation est donc profondément renouvelé par ces sites de dons. []
  4. Sur le forum de Recupe.net plusieurs personnes s’étonnent d’ailleurs de ce que des donneurs proposent des appareils électroménagers en panne ou de l’huile de friture… []
  5. Cette logique tranche avec les donneurs qui plaident pour une « seconde vie » pour leurs objets, sur une annonce de don d’un abat-jour la personne précisait qu’elle souhaitait le donner à quelqu’un qui saurait lui redonner. []