La fécondation in vitro en France

Le numéro de Populations et Sociétés de décembre 2008  « 200 000 enfants conçus par fécondation in vitro en France depuis 30 ans » d’Élise de La Rochebrochard fait le point sur la fécondation in vitro : techniques médicales, débat éthique, évolution.
Au total, depuis les débuts de la technique, près de 200 000 enfants auront été conçus par FIV en France à la fin de l’année 2008. Cette progression continue résulte à la fois d’un recours plus fréquent à la FIV et d’un meilleur taux de succès (actuellement 20 à 25 % des tentatives mènent à la naissance d’au moins un enfant vivant).

La proportion de naissances obtenues par la seule technique de FIV n’a cessé de progresser au cours des vingt dernières années, passant de 0,52 % des enfants conçus par FIV en 1988 à 1,74 % en 2006 (soit un rythme moyen de hausse de + 0,72 % par décennie). Si la tendance se poursuivait, plus de 2 % des enfants pourraient être conçus par FIV en France en 2010.

Le nombre d’enfants conçus par FIV dans le monde pour la seule année 2000 est estimé autour de 200 000, soit autant que le nombre d’enfants conçus par FIV en France sur l’ensemble de la période 1981-2008. Environ 5 % de ces naissances de l’année 2000 ont eu lieu en France, contre plus de 15 % aux États-Unis.

Bilan démographique 2008. Plus d’enfants, de plus en plus tard

Quelques éléments puisés dans le bilan démographique de l’Insee, que vous pouvez trouver dans son intégralité ici

Au cours de cette année, 834 000 enfants sont nés et 543 500 personnes sont décédées. L’accroissement naturel est ainsi de 290 500 personnes. Le solde migratoire est estimé à 76 000 personnes. Au 1er janvier 2009, 64,30 millions de personnes résident en France : 62,45 millions en France métropolitaine et 1,85 million dans les départements d’outre-mer. Au sein de l’Union européenne, la France se situe au deuxième rang par sa population, derrière l’Allemagne (82,1 millions d’habitants). 13 % des habitants de l’Union européenne résident en France.

La part des personnes de moins de vingt ans décroît dans la population, alors que celle des 65 ans ou plus progresse. En dix ans, le nombre de personnes de 75 ans ou plus a augmenté d’un tiers, presque cinq fois plus vite que la population totale (+ 7 %).

La France reste en tête des pays européens pour la fécondité. En 2008, 801 000 enfants sont nés en France métropolitaine et 33 000 dans les départements d’outre-mer. Il faut remonter presque une trentaine d’années en arrière, en 1981, pour retrouver un niveau aussi élevé en métropole. La France est, avec l’Irlande, le pays de l’Union européenne où la fécondité est la plus forte.
C’est surtout aux âges relativement élevés, entre 30 et 40 ans, que la fécondité progresse. Les enfants nés en 2008 sont 21,5 % à avoir une mère âgée de 35 ans ou plus, ils étaient 20,0 % trois ans plus tôt, et 16,5 % il y a dix ans. L’âge moyen à la maternité continue d’augmenter en 2008 : il atteint quasiment 30 ans, soit près de deux années de plus qu’il y a vingt ans.
La progression du nombre de naissances hors mariage se poursuit en 2008. Devenues majoritaires en 2006, les naissances hors mariage représentent en 2008 plus de 52 % des naissances, soit 10 % de plus qu’il y a dix ans.

Poursuivant une tendance de long terme, l’âge moyen au premier mariage a encore augmenté en 2007 pour les deux conjoints : le marié a désormais en moyenne 31,5 ans lors d’un premier mariage, et la mariée 29,5 ans. En cinq ans, l’âge moyen au premier mariage a augmenté d’un an.
En 2008, 140 000 ont été conclus. Près de 94 % des pacs conclus en 2008 l’ont été par des partenaires de sexe opposé.

Dans les conditions de mortalité à chaque âge observées actuellement, un garçon né en 2008 vivrait 77,5 ans et une fille 84,3 ans. L’espérance de vie des hommes en France est comparable à celle de la moyenne de l’Union européenne. En revanche, celle des femmes vivant en France est l’une des plus élevées. Les gains d’espérance de vie à la naissance sont quasiment nuls en 2008.

Le déclin de la population japonaise ?

Jacques Véron, « Le Japon face au déclin annoncé de sa population », Population et sociétés, N°449, Octobre 2008

Si la fécondité se maintenait à son niveau actuel au Japon, 1,3 enfant par femme en moyenne, en l’an 3000, la population japonaise serait totalement éteinte. Telle est l’une des projections alarmistes qui ouvre le numéro d’octobre 2008 de Population et société, rédigé par Jacques Véron et consacré au déclin de la population au Japon.

Après un baby-boom extrêmement court (pas plus de trois ans), la fécondité japonaise a beaucoup baissé dans l’après-guerre. Elle remonte à la fin des années 1960 et au tout début des années 1970 au-dessus du niveau de remplacement des générations, avant de replonger à partir de 1974. La naissance du premier enfant est de plus en plus tardive (28,5 ans aujourd’hui contre 25,1 ans au milieu des années 1950). Comme les naissances hors mariage restent très rares – elles représentent moins de 2 % des naissances en 2004 – le retard du mariage et la montée du célibat féminin ont entraîné mécaniquement une baisse de la fécondité. Entre 1950 et 2000, les proportions de femmes ayant entre 20 et 40 ans toujours célibataires ont fortement progressé. Dans le même temps, la mortalité n’a cessé de se réduire. Cette baisse de la mortalité se traduit par une augmentation très rapide du nombre de centenaires : le Japon en comptait moins de 1000 en 1980 mais plus de 32 000 en 2007.

Les projections de l’Institut national de recherche japonais sur la population et la sécurité sociale prévoient une réduction de la population japonaise de plus de 30 millions d’ici 2050 dans leur scénario central, soit un effectif de l’ordre de 95 millions d’habitants en 2050 pour la population du Japon, soit 32 millions de moins que les 128 millions de 2004. Si la population du Japon décroît conformément au scénario retenu dans la variante moyenne des projections de 2006, la dépopulation s’accompagnera d’un bouleversement de la structure par âge. La part des plus de 65 ans dans la population totale, qui est de moins de 5 % en 1950 et de 25 % en 2007, pourrait atteindre 32 % en 2030 et près de 40 % en 2050.

Les rapports de masculinité au Vietnam sont-ils en hausse?

Danièle Bélanger, Khuat Thi Hai Oanh, Liu Jianye, Le Thanh Thuy, Pham Viet Than, « Les rapports de masculinité à la naissance augmentent-ils au Vietnam ? », Population, Volume 58 2003/2

Dans plusieurs grands pays d’Asie, la hausse parfois forte du taux de masculinité (le rapport de masculinité à la naissance est le rapport entre les naissances d’enfants vivants de sexe masculin et de sexe féminin) à la naissance est la marque du maintien d’une forte prédilection pour les garçons dans un contexte de baisse rapide de la taille des familles. Cette discrimination à l’encontre des filles a trois causes possibles : une sous-déclaration à la naissance, un avortement sélectif selon le sexe et une surmortalité des filles au cours de la première année de vie, suite à leur délaissement.
Depuis le décompte des « filles disparues » dans le monde, effectué par Amartya Sen (« More than 100 million women are missing », New York Review of Books, p. 61-65, 1990) et Ansley Coale (« Excess female mortality in the balance of sexes in the population: an estimated number of missing females », Population and Development Review, 17, p. 517-523, 1991) et dont on estimait déjà le nombre à 60 à 100 millions au début des années 1990, les recherches se sont multipliées. Il semble d’après ces travaux que l’avortement sélectif selon le sexe soit, le plus souvent, à l’origine de ce manque de filles, surtout dans l’Asie confucianiste, c’est-à-dire la Chine, Taiwan, Hong-Kong et la Corée du Sud. En Inde, ce seraient plutôt la conjugaison de stratégies prénatales et postnatales qui perpétue la discrimination envers les filles. Continuer la lecture de Les rapports de masculinité au Vietnam sont-ils en hausse?

L’adoption en France

Quelques faits stylisés sur l’adoption en France, à partir de l’article de Catherine Villeneuve-Gokalp, « L’adoption en France…en chiffres et selon le pays d’origine », Informations sociales, n° 146 2008/2

Le nombre d’adoption par an était de 4 400 en 1990 et de 5 000 en 2003, il est stable depuis. Cette progression est due uniquement à l’adoption internationale. L’adoption internationale s’est développée parallèlement à la diminution de l’adoption interne. L’adoption internationale représente aujourd’hui 85 % de l’adoption en France. Après les États-Unis, qui accueillent chaque année plus de 22 000 enfants, la France est, avec l’Espagne, le deuxième pays au monde par l’importance de ce type d’adoption.
Commencé dans les années 1970 dans un but humanitaire au Vietnam, l’accueil d’enfants étrangers s’est rapidement développé à partir des années 1980, en raison de la diminution des pupilles de l’État. Originaires d’une dizaine de pays en 1980, les enfants viennent aujourd’hui de 72 pays, cependant la moitié des adoptions à l’étranger sont réalisées dans 5 pays et 87 % dans 14 pays. En 2006, les pays les plus importants sont le Vietnam (19 % des adoptions), Haïti (14 %), l’Éthiopie (10 %), la Russie (10 %), la Colombie (8 %), la Chine (8 %), puis Madagascar et le Mali.

Les caractéristiques des enfants varient selon leur pays de naissance. Globalement, autant de filles que de garçons sont adoptés, mais dans les pays d’Europe de l’Est, la Bulgarie, l’Ukraine et surtout la Russie, la proportion de garçons est supérieure à celle des filles. Deux enfants sur trois adoptés en Russie sont des garçons. Ceux-ci sont également plus nombreux en Amérique latine, en particulier au Brésil et en Colombie. En revanche, en Chine, 98 % des enfants sont des filles et 66 % au Vietnam.
Comme le sexe, l’âge des enfants qui peuvent être adoptés varie avec le pays d’origine : neuf enfants sur dix adoptés en Corée du Sud, en Chine ou au Mali ont moins de 1 an. En Corée, les mères célibataires sont souvent acculées à abandonner leur enfant à la naissance, et en Chine, la politique de l’enfant unique jointe à la préférence des parents pour un fils favorise l’abandon des filles. En revanche, seulement 2 % des enfants nés au Brésil ont moins de 1 an et plus d’un enfant sur trois a au moins 7 ans.

Neuf demandes d’adoption sur dix sont déposées par un couple. Lorsque c’est une personne seule, il s’agit presque toujours d’une femme, les demandes d’adoption par un homme seul étant exceptionnelles. Les femmes seules sont deux fois moins représentées parmi les candidates que dans la population féminine du même âge, soit en raison d’un désir d’enfant moins fort que les couples, soit par refus d’avoir un enfant sans père, soit par anticipation des difficultés des démarches pour les célibataires.