Manger dans un restaurant chic lorsqu’on est trafiquant de drogue

Savoir manger dans un grand restaurant : normes sociales et stigmatisation. Retours sur quelques images de The Wire

Dans Les millionnaires de la chance, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot étudient comment les gagnants au loto apprennent à devenir riches. Le gain au loto oblige les heureux nouveaux millionnaires à modifier considérablement leurs pratiques, à redéfinir leurs cadres de pensée et modes de vie. Pourtant cela n’est pas une mince affaire. Les auteurs démontrent l’embarras de ces nouveaux riches dans les lieux publics où leur richesse les amène à se montrer, parce qu’ils ne maîtrisent les codes associés à ces espaces. Dans la conférence donnée à l’ENS de Lyon, l’année dernière, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot prenaient l’exemple des sorties au restaurant pour montrer le décalage des nouveaux riches par rapport aux codes des grands restaurants. Tel milliardaire sortant son I-phone de sa poche pour photographier le restaurant étoilé, l’autre ne sachant différencier les couverts pour le poisson des couverts pour le plat principal…

Une scène de l’épisode 5 de la saison 1 de la série The Wire permet d’illustrer en images la violence symbolique que peut revêtir l’absence de maîtrise des codes au restaurant. A la 18ème minute, D’Angelo Barksdale, trafiquant de drogue, entre dans un restaurant huppé avec sa petite amie. Ils n’ont pas réservé de table. Le serveur leur en désigne une située dans le passage des serveurs. D’Angelo demande si il est possible d’avoir une table mieux placée mais le serveur lui répond que cela est impossible, toutes les tables étant déjà réservées. D’Angelo acquiesce et s’assied à la table que lui propose le serveur.  Son amie lui fait alors remarquer qu’il aurait dû insister. Mais Dee pense que son activité illégale et  son statut social stigmatisé sont manifestement visibles. Certes, son capital économique est élevé mais les individus ne sont pas dupes. Il peut imiter les comportements des classes supérieures, le stigmate lui ne peut disparaître si facilement. Sa petite amie le sermonne : il a tout autant le droit de manger ici qu’un autre. La société américaine ne ferait pas de différence entre les personnes « qui ont réussi ».

 

Les deux images proposées ci-dessus et capturées lors du visionnage de cet épisode permettent de mettre en scène la tension vécue par D’Angelo, qui regarde autour de lui, visiblement mal à l’aise. En dessous une cliente du restaurant, qui symbolise à l’inverse l’aisance qui manque à notre personnage de gauche.  Est-ce une forme de conformation au stigmate mais D’Angelo se sent illégitime dans ce restaurant, se demandant si les autres clients savent comment il gagne son argent

Ses comportements trahissent sa non-connaissance des codes et de facto révèlent ses origines modestes, si ce n’est son activité illégale.  Au moment des desserts, le serveur se présentant avec un chariot de desserts, D’Angelo pioche sur le chariot pour donner à son amie le fondant au chocolat qu’elle voulait. Le serveur reprend bien vite le dessert, expliquant qu’il s’agit d’échantillon aidant le client à faire son choix.

D’Angelo excédé, ne choisit pas de dessert, pressé qu’il est de quitter ce restaurant et ce milieu qui semble le rappeler à son statut social inférieur et déviant.


A voir sur Youtube, la scène du restaurant

 

 

Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur tabagisme ?

Ne vous-êtes vous jamais demandé, vous qui n’êtes pas fumeur, pourquoi tous les accros de la cigarette, continuaient malgré la hausse du prix de vente de celle-ci, à risquer leur vie, comme l’indique clairement le slogan sur le paquet « Fumer tue » ou bien encore à alléger considérablement leur porte-monnaie. Oui, moi, non fumeuse, je me dis que fumer coûte cher et que c’est autant d’économies que je réalise ainsi. Et bien voilà, j’ai trouvé la réponse à ma question dans un article de Patrick Peretti-Watel et de Jean Constance, de février 2009 dans la revue Déviance et Société, article intitulé « Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur pratique et jugent-ils la prévention ? ».

Continuer la lecture de Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur tabagisme ?

La déviance du collectionneur

Dominique Pety, « Le personnage du collectionneur au XIXe siècle : de l’excentrique à l’amateur distingué », Romantisme, 2001, n° 112, pp. 71-81
Dans cet article, le personnage du collectionneur est analysé de 1840 à la fin du siècle à partir d’un large choix de textes littéraires et non littéraires. Dominique Pety constate une évolution de la représentation de la figure du collectionneur, qui passe de l’excentrique monomane reclus dans sa demeure à l’amateur mondain, à celui qui exhibe ses possessions. Cette évolution de la représentation témoigne d’une spectaculaire réévaluation de la pratique, et la mutation des valeurs associées à la collection: valeurs aristocratiques traditionnelles de l’art et de l’art de vivre, valeurs républicaines nouvelles du savoir et de la science. Les collections privées, jadis sources de délectation personnelle, participent désormais au devoir de préservation du patrimoine national.

Dans l’imaginaire social de 1840, le collectionneur est décrit comme un individu anormal et asocial. Le collectionneur est non seulement un passionné, mais aussi un «fou», et un «monomane». Présent chez La Bruyère, Balzac, mais aussi par sa marginalité dans les récits excentrique et imaginaires : les contes ou les nouvelles fantastiques, il sera utilisé dans le roman réaliste. Jusque dans les années 1860, c’est le vrai collectionneur, le passionné qui est moqué; à partir des années 1870, ceux qui sont visés par l’ironie, la satire, voire le pamphlet, ce sont au contraire les faux collectionneurs, ceux dont la collection n’est plus que le moyen d’une ambition. La collection, critiquée comme pratique déviante, l’est désormais dans sa forme déviée : puisque tout le monde collectionne, une discrimination s’impose, selon des critères qui portent sur les objets acquis (le vrai et le faux, l’ancien et le moderne, le rare et le commun, le beau et le laid), mais sanctionnent ensuite le choix du collectionneur, son goût, ses connaissances, qu’on rapporte finalement à ses origines et à ses motivations sociales. Les articles de Maupassant dans Le Gaulois et Gil Blas au début des années 1880 ont particulièrement recours à ces critères. Par la suite, ce sera l’exhibitionnisme du petit bourgeois, du provincial, qui sera épinglé. Bouvard et Pécuchet seront moqués par Flaubert parce qu’ils se posent en spécialistes et se piquent d’érudition. Les deux personnages veulent donner un support livresque, une motivation scientifique à leur activité. « Ils ne cherchent pas le beau, mais l’ancien, qui porte historiquement témoignage, et leur permette à leur tour, sinon d’écrire, du moins de dire l’histoire (c’est le sens de la visite qu’ils font de leur prétendu musée, où ils ont pour chaque pièce un commentaire) »

À la fin du siècle apparaît dans les romans une figure nouvelle du collectionneur qui s’oppose au conformisme des collectionneurs néophytes, et à la visée utilitariste (éducation des goûts du peuple, formation des artistes, inspiration des industries d’art), des spécialistes de la collection: l’aristocrate collectionneur affirme sa supériorité en vertu d’une pratique ancienne, authentique, la collection est chez lui un héritage et une tradition.