Vêtement et classe sociale : de la nécessité de la distinction

Dans l’extrait de l’article de Roland Barthes, qui suit, je vous propose de quoi continuer la réflexion sur la distinction, commencée avec la citation de Goblot. Comment percevoir la distinction ? Sur quels signes reposent-elles ? Roland Barthes reprend ce que disait Goblot sur le détail, le petit plus qui constitue la distinction. Cet art du petit détail est également mis en avant par Béatrix Le Wita dans Ni vue ni connue. Ethnographie de la culture bourgeoise.

Roland Barthes, « Le dandysme et la mode », United States Lines Paris Review, juillet 1962 repris dans Barthes. Œuvres complètes. Tome I. 1942-1965, Editions du seuil, 1993, p 963-966

« Pendant des siècles, il y a eu autant de vêtements que de classes sociales. Chaque condition avait son habit, et il n’y avait aucun embarras à faire de la tenue un véritable signe […]. Ainsi, d’une part, le vêtement était soumis à un code entièrement conventionnel mais, d’autre part, ce code renvoyait à un ordre naturel, ou mieux encore, divin. Changer d’habit, c’était changer à la fois d’être et de classe, car l’un et l’autre se confondaient. Continuer la lecture de Vêtement et classe sociale : de la nécessité de la distinction

Faire d’un pèlerinage une distinction, l’exemple du Rocio

« Traditions festives, enjeux économiques et distinctions sociales dans le pèlerinage andalou du Rocío », Maxime Haubert, Sociétés contemporaines, 2008

Rocío est à la fois le nom de la Vierge en l’honneur de laquelle se fait le pèlerinage (La Virgen del Rocío ou Nuestra Señora del Rocío, c’est-à-dire de la Rosée), celui du hameau qui s’est développé autour de son sanctuaire, à une quinzaine de kilomètres d’Almonte, et celui du pèlerinage lui-même.

Le Rocio apparaît comme un concentré de folklore festif, par les habits « typiques » que revêtent un grand nombre de pèlerins (pour les femme, par exemple, la longue robe à volants, dite de gitana ou de flamenca, accompagnée d’un châle, d’une fleur dans les cheveux et aux oreilles de grandes boucles de couleur ; pour les hommes le traje corto, veste sans col s’arrêtant à la taille et pantalon protégé pour les cavaliers par des zahones ­ tablier de cuir ouvragé que des jambières prolongent jusqu’aux bottes), par les fandangos et les sevillanas (sortes de séguedilles très populaires dans la région) que l’on danse à tout moment au son des fifres et des tambours, par les couplets (coplas rocieras) qui chantent les différents moments du Rocío, ou encore par le rituel infiniment répété des invitations à boire et à partager des tapas. Le pèlerinage semble une réplique de la feria (fête de printemps) de Séville.

Maxime Haubert appréhende ce pèlerinage par le biais des différences de comportement entre les participants en fonction de leurs positions sociales respectives, spécialement en ce qui concerne les dépenses réalisées et le respect d’une tradition prétendument multiséculaire. Continuer la lecture de Faire d’un pèlerinage une distinction, l’exemple du Rocio