Une bonne introduction à la sociologie de Durkheim

A l’heure où à Lyon, les cours vont reprendre à la faculté, je prépare mes cours pour des Licence 1 pour le semestre qui vient. J’ai découvert Comprendre Durkheim de Jacques Coenen-Huther aux éditions Armand Colin, sorti en juillet dernier. Clair, accessible, sans être simpliste, il constitue une bonne entrée en matière,  peut-être plus digeste que le Repères de P. Steiner La sociologie de Durkheim (La découverte, 2004), qui n’en constitue pas moins un outil indispensable.

J’ai redécouvert par la même occasion 1895. Durkheim. L’avènement de la sociologie scientifique (Berthelot, Presses Universitaires du Mirail, 1995) à lire également.

Enseigner le travail de terrain, l’expérience de Chapoulie

« Enseigner le travail de terrain et l’observation: témoignage sur une expérience (1970-1985) », Jean-Michel Chapoulie, Genèses, 2000,Volume 39 »
Cette semaine, l’article choisi raconte une expérience d’apprentissage : celle d’un enseignant à l’université, dans un cours d’apprentissage de l’enquête de terrain. Comment faire passer aux étudiants de faculté qui mènent leurs premières recherches le goût pour le terrain, mais aussi plus fondamentalement le recul nécessaire par rapport aux prénotions chères à Durkheim. Chapoulie revient sur son expérience et relate à travers plusieurs années d’enseignement, la manière dont il apprend aux étudiants à contourner des idées préconçues.

Vous pouvez lire un extrait de l’article de cette semaine

1- L’obstacle premier à l’adoption par les étudiants du point de vue de la sociologie est leur expérience personnelle et naïve du monde; celle-ci doit être mise à distance, voire récusée ;

2- Les enquêtes statistiques, et notamment celles que réalisait alors l’Insee, sur la population française sont le premier moyen qui peut permettre aux étudiants de rompre avec cette expérience personnelle;

3- L’apprentissage de la sociologie doit passer par la connaissance pratique des activités ordinaires des sociologues : principalement : alors la rédaction de questionnaires, la construction de tableaux croisés et notamment ceux qui correspondent à des tris n-uples, leur interprétation, le recueil et l’interprétation d’entretiens;

4- L’enseignement de la méthodologie isolé de, toute enquête ayant un contenu substantiel est inefficace, sinon néfaste : la méthodologie d’une enquête doit être choisie en fonction des objectifs de celle-ci et tenir, compte des contraintes des objets et des circonstances du recueil de la documentation;

5- Une solide formation théorique – c’est-à-dire une connaissance des ouvrages classiques qui présentent le point de vue «objectivant» des sciences sociales – est un préalable nécessaire à toute recherche sociologique