Le genre des jouets

Le jouet n’est pas un objet insignifiant et futile. Il est un objet d’étude qui permet au chercheur de saisir la force des représentations sexuées. Pendant la socialisation, que ce soit par les parents, les amis ou les enseignants, les enfants commencent à développer les rôles sexués et les stéréotypes de genre. Très tôt dans la vie, les enfants déterminent les comportements appropriés ou non à leur sexe. Les enfants au contact de beaucoup de jouets, accumulent par leur intermédiaire une base de connaissances à propos de la convenance ou non de ces jouets par rapport aux deux genres.

Comment explique-t-on la tendance d’enfants à préférer les jouets stéréotypés de genre et à détester les jouets qui sont considérés pour le sexe opposé ? À cause de la socialisation, les enfants sont à même de développer des préférences pour certains jouets, en se basant sur les caractéristiques des jouets, dérivées de leurs expériences avec des jouets stéréotypés ; ou la connaissance qu’ont les enfants des rôles sexués peut les mener aux préférences pour les jouets stéréotypés. Les jeunes garçons jouent habituellement avec les véhicules, les jouets de construction et les jouets de manipulation, tandis que les filles jouent avec les poupées et les peluches. Dès 16 mois, les garçons préfèrent regarder des voitures et les filles des poupées. Plusieurs études rapportent que les préférences pour des jouets de leur propre sexe sont plus fortes chez les garçons que chez les filles et que les garçons sont aussi plus probables que les filles de détester des jouets du sexe opposé. Continuer la lecture de Le genre des jouets

La féminisation du travail

« Les processus de féminisation au travail : entre différenciation, assimilation et « dépassement du genre », Entretien avec Nicky Le Feuvre par Cécile Guillaume, in Sociologies pratiques, 2007/1

Malochet définit la féminisation comme « la croissance du nombre de femmes dans une activité identifiée comme masculine, au vu de l’hégémonie des personnels masculins en son sein et/ou des « qualités » socialement jugées nécessaires pour l’exercer. »((Malochet,  » La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre », Sociologies pratiques, 2007)) Ainsi pensée, la féminisation doit être considérée avant tout comme un processus.
Les mécanismes de l’entrée des femmes dans les anciens « bastions masculins » sont complexes et demandent à être chaque fois saisis au regard des enjeux propres à tel ou tel groupe professionnel, dans tel ou tel contexte socio-historique. En matière de réflexion sur les processus de féminisation au travail, il faut éviter trois principaux écueils. Ne pas les penser exclusivement sous le signe de la « dévalorisation », à l’instar de Pierre Bourdieu dans La domination masculine. Le deuxième écueil consiste à attribuer aux femmes entrant dans des métiers, où elles étaient historiquement peu présentes, des pouvoirs quasi magiques de transformation des pratiques professionnelles, voire de la société tout entière. Enfin, le troisième écueil consiste à passer sous silence les enjeux de ces processus au regard d’une reconfiguration potentielle des fondements, matériels et idéels, de la division sexuelle du travail et donc du rapport social de sexe dans les sociétés européennes contemporaines. Continuer la lecture de La féminisation du travail

Des hommes chez les sages-femmes

Philippe Charrier, « Des hommes chez les sages-femmes. Vers un effet de segmentation ? », Sociologies contemporaines, 2007

Évoquer la masculinisation des sages-femmes revient à se demander si ce métier, radicalement marqué par son caractère féminin, peut se décliner au masculin sans en être profondément modifié ? L’article de Philippe Charrier traite de l’intégration des hommes chez les sages-femmes et de leur conception de l’exercice professionnel. Dans quelle mesure les hommes sont-ils conduits à adopter un profil divergent de celui des femmes, permettant de franchir l’obstacle de l’empathie sexuée de la patiente, n’étant pas à même d’éprouver la situation de femme enceinte ? Continuer la lecture de Des hommes chez les sages-femmes

La prise en charge féminine des tâches administratives

Yasmine Siblot, « Je suis la secrétaire de la famille ! » La prise en charge féminine des tâches administratives entre subordination et ressource, Genèses, 2006

Un article très stimulant de Yasmine Siblot qui complète les analyses de Olivier Schwartz, Richard Hoggart et Bernard Lahire sur les rapports féminins et masculins aux tâches d’écriture domestique.

Les travaux de Richard Hoggart puis d’Olivier Schwartz ont montré l’importance des femmes dans la prise en charge des tâches administratives au sein des familles ouvrières traditionnelles. Dans le quartier de Leeds observé par R. Hoggart, (La Culture des pauvres, 1957), entre les années 1930 et 1950, ce sont les mères qui subissent les longues queues aux guichets, et le mépris des employés. Dans le grand ensemble étudié par O. Schwartz (Le monde privé des ouvriers, 1990) dans les années 1980, le rôle de la « Mère » est prépondérant dans la gestion des relations aux institutions. Cette gestion est partie prenante de la « fonction et du rôle » maternels, la mère en ayant la « charge », mais aussi le « gouvernement », au sens où elle participe de la « maîtrise et de l’emprise » que la mère exerce sur la famille. Bernard Lahire, dans La raison des plus faibles en 1993, montre la prépondérance des femmes dans les écritures domestiques (tenir des comptes, utiliser un agenda, faire des listes de choses à faire, de courses, tenir un journal, communiquer par petits mots écrits, etc.). La mère est la mémoire quotidienne de la famille, elle doit penser aux choses que les différents membres de la famille vont faire, ont à faire, et les épouses développent ainsi, beaucoup plus que leurs maris, une grande disposition à la prévision, à la gestion rationnelle de la vie du foyer. Continuer la lecture de La prise en charge féminine des tâches administratives

L’apprentissage sexué du corps dans les encyclopédies pour enfants

« Il était une fois le corps…La construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants », Christine Detrez, Sociétés contemporaines, 2005

De nombreux travaux ont montré comment la littérature pour enfants, et ce dès le plus jeune âge, présente une répartition sexuée des rôles : les situations réservées au père ou à la mère sont habituellement différenciées, ainsi que les activités qui occupent les enfants représentés. Même dans le cas des animaux, on observe une sexuation des costumes, des attitudes et des fonctions. Cet article examine « la façon dont les encyclopédies scientifiques pour enfants essentialisent et naturalisent des distinctions sexuées, par le biais d’explications du fonctionnement du corps. » Elles « construisent donc un corps fictionnel, où la biologie réfracte les représentations sociales. » Se présentant comme scientifiques, ces encyclopédies sont en réalité loin d’être neutres, tant dans le texte que dans les illustrations qui l’accompagnent, à la fois par les mises en scène du corps, mais également par les explications anatomiques de ce corps. Continuer la lecture de L’apprentissage sexué du corps dans les encyclopédies pour enfants

Contraception médicale et domination masculine renouvelée

Nathalie Bajos, Michèle Ferrand, « La contraception, levier réel ou symbolique de la domination masculine ? », Sciences Sociales et Santé, Vol . 22, n°3, 2004

L’apparition et la diffusion de la contraception médicale (pilule, stérilet), représentent un phénomène majeur de la modernisation des sociétés occidentales. Avec la législation de l’avortement en 1975, les femmes ont véritablement acquis la possibilité de refuser une maternité dont elles ne veulent pas, la loi leur reconnaissant l’autonomie entière de leur décision. Cette innovation, qui fait passer la reproduction physique sous le contrôle des femmes, a été largement interprétée comme une avancée importante, voire fondamentale, vers l’égalité entre les sexes, libérant les femmes d’un destin ancré dans le déterminisme biologique de la maternité. Ainsi, pour F. Héritier, la diffusion de la contraception médicalisée dans les pays occidentaux «a fourni le levier permettant aux femmes de soulever le poids de la domination masculine. Car la contraception agit au point même où s’est fondée et cristallisée cette domination (…), c’est-à-dire sur la période féconde féminine qui a été assujettie à la volonté des hommes (…) pour leur propre reproduction » (Héritier, Masculin/féminin, Dissoudre la hiérarchie, 2002).

Les deux auteures de l’article s’interrogent sur les limites de ce « pouvoir théorique de la contraception ». Elles montrent que la contraception médicale s’avère l’un des facteurs de la persistance de la domination masculine, mais sous des formes renouvelées. La contraception a ainsi contribué à redéfinir l’identité féminine en permettant le passage d’un modèle du « destin maternel » à un modèle beaucoup plus diversifié, se réclamant désormais des trois composantes que sont la maternité, l’épanouissement sexuel et l’investissement professionnel. Continuer la lecture de Contraception médicale et domination masculine renouvelée