Les sociologies de l’individu

Les sociologies de l’individu, un ouvrage de Danilo Martucelli et François de Singly (Armand Colin, coll. « 128 »)

Voilà un petit ouvrage au titre attrayant, et qui pourrait sembler aller de soi pour le novice. La société n’est-elle pas constituée d’une somme d’individus ? Dès lors pourquoi ne devrait-elle pas prendre l’individu comme objet central dans ses analyses ? Cette question, entre autres, n’est pas aussi simple qu’il y parait, et fait débat. Les courants d’analyse sociologique qui « partent » des individus sont en effet nombreux et divers. La France, fut moins concernée par cette posture épistémologique qui se trouve davantage présente dans les traditions anglo-saxonnes. Depuis une vingtaine d’années cependant, les sociologies de l’individu se sont multipliées dans le champ sociologique français. Ce petit ouvrage permet, dans un format réduit, de faire le tour de ces nombreuses approches.

Ses auteurs sont deux sociologues importants qui ont participé au développement d’une sociologie de l’individu en France depuis les années 1980. Ainsi, pour eux, faire une sociologie de l’individu ne signifie pas mettre en danger les fondements de la sociologie. Cependant, l’approfondissement de la modernité dans la société (François de Singly parle de deuxième modernité, la première remontant à la fin du XIXème siècle) accentue le processus d’individuation, qui conduit chacun à se considérer comme unique, autonome et libéré des pesanteurs sociales passées. Cette individuation n’est cependant pas un phénomène spontané ou volontaire de la part de chacun d’entre nous mais, une nouvelle norme sociale, un nouveau phénomène social qu’il convient d’étudier avec un regard sociologique.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio