Usage clinique ou usage cynique de la sociologie

A quoi sert la sociologie ? Pour orienter la réflexion, deux citations de Bourdieu.

 » Aujourd’hui, parmi les gens dont dépend l’existence de la sociologie, il y en a de plus en plus pour demander à quoi sert la sociologie. En fait, la sociologie a d’autant plus de chances de décevoir ou de contrarier les pouvoirs qu’elle remplit mieux sa fonction proprement scientifique. Cette fonction n’est pas de servir à quelque chose, c’est-à-dire à quelqu’un. Demander à la sociologie de servir à quelque chose, c’est toujours une manière de lui demander de servir le pouvoir. Alors que sa fonction scientifique est de comprendre le monde social, à commencer par les pouvoirs. Opération qui n’est pas neutre socialement et qui remplit sans aucun doute une fonction sociale. Entre autres raisons parce qu’il n’est pas de pouvoir qui ne doive une part – et non la moindre – de son efficacité à la méconnaissance des mécanismes qui le fondent.  » (Questions de sociologie, Minuit, 1980, rééd.1984, pp.26-27)

 » Mon but est de contribuer à empêcher que l’on puisse dire n’importe quoi sur le monde social. Schoenberg disait un jour qu’il composait pour que les gens ne puissent plus écrire de la musique. J’écris pour que les gens, et d’abord ceux qui ont la parole, les porte-parole, ne puissent plus produire, à propos du monde social, du bruit qui a les apparences de la musique.  » (Dans un entretien avec Didier Éribon à propos de « La distinction », Libération, 3 et 4 novembre 1979. pp.12-13. Repris dans Questions de sociologie, Minuit, 1984, p.18)

Quels usages faire de la sociologie ?

 » Malheureusement on peut toujours faire deux usages différents des analyses sociologiques du monde social, et, plus spécifiquement du monde intellectuel : des usages que l’on peut appeler cliniques, tels que ceux que j’évoquais à l’instant en parlant de socioanalyse, en ce qu’ils consistent à chercher dans les acquis de la science les instruments d’une compréhension de soi sans complaisance ; et des usages que l’on peut dire cyniques et qui consistent à chercher dans l’analyse des mécanismes sociaux des instruments pour « réussir » dans le monde social (c’est ce qu’ont fait certains lecteurs de La Distinction en traitant ce livre comme un manuel de savoir-vivre) ou pour orienter ses stratégies dans le monde intellectuel.» (Réponses, Seuil, 1992, p.182)

Le sociologue et le retour du refoulé

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Coll Liber, Seuil, 1997, p 13

« Le sociologue a la particularité, qui n’a rien d’un privilège, d’être celui qui a pour tâche de dire les choses du monde social, et de les dire, autant que possible, comme elles sont : rien que de normal, de trivial même, en cela. Ce qui rend sa situation paradoxale, parfois impossible, c’est le fait qu’il est entouré de gens qui ou bien ignorent (activement) le monde social et n’en parlent pas – et je serai le dernier à reprocher aux artistes, aux écrivains, aux savants, d’être tout à leur affaire – ou bien s’en inquiètent et en parlent, parfois beaucoup, mais sans en savoir grand-chose. […]

Ainsi, lorsqu’il fait simplement ce qu’il a à faire, le sociologue rompt le cercle enchanté de la dénégation collective: en travaillant au retour du refoulé, en essayant de savoir et de faire savoir ce que l’univers du savoir ne veut pas savoir, notamment sur lui-même, il prend le risque d’apparaître comme celui qui vend la mèche. Mais à qui donc, sinon à ceux-là mêmes dont, ce faisant, il se désolidarise et dont il ne peut attendre la reconnaissance pour ses découvertes, ses révélations ou ses aveux (nécessairement un peu pervers, il faut l’avouer, puisqu’ils valent aussi, par procuration, pour tous ses pareils) ? « 

Le discrédit de la sociologie vu par Pierre Bourdieu

Bourdieu, Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’agir éditions, 2004

p16

On devenait « philosophe » parce qu’on avait été consacré et l’on se consacrait en s’assurant le statut prestigieux de « philosophe ». Le choix de la philosophie était ainsi une manifestation de l’assurance statutaire qui renforçait l’assurance (ou l’arrogance) statutaire. Cela plus que jamais en un temps où tout le champ intellectuel était dominé par la figure de Jean-Paul Sartre.

p27-28

Même pour les plus « libérés » de l’esprit de caste, comme le Foucault de la théorie post-soixante-huitarde du pouvoir, la frontière avec les sciences sociales, et tout spécialement la sociologie, reste socialement infranchissable. Perçue par les profanes comme proche par son objet d’une sorte de journalisme, la sociologie est en outre dévaluée par rapport à la philosophie par son allure de vulgarité scientiste, voire positiviste, qui ne se voit jamais aussi bien que lorsqu’elle touche aux croyances les plus indiscutées du monde intellectuel, comme celles qui concernent l’art et la littérature et qu’elle menace de « réduire» (un de ses effets ou méfaits les plus régulièrement imputés au« sociologisme») les valeurs sacrées de la personne et de la culture, donc la valeur de la personne cultivée.

p29

Il n’est pas de meilleure mesure du discrédit structural dont la sociologie, comme tout ce qui en participe, est frappée, dans le monde intellectuel, que la comparaison du sort qui lui est fait (le moindre des écrivains ou des philosophes d’aspiration se grandira objectivement et subjectivement en exprimant tout le mépris bien porté qu’il lui porte) avec le traitement qui est accordé à la psychanalyse, dont elle partage pourtant quelques traits importants, comme l’ambition de rendre compte scientifiquement des conduites humaines.

p78

La transformation de ma vision du monde qui a accompagné mon passage de la philosophie à la sociologie, et dont mon expérience algérienne représente sans doute le moment critique, n’est pas, je l’ai déjà dit, facile à décrire, sans doute parce qu’elle est faite de l’accumulation insensible des changements qui m’ont été peu à peu imposés par les expériences de la vie ou que j’ai opérés au prix de tout un travail sur moi-même, inséparable du travail que je menais sur le monde social. Cette réorientation intellectuelle était lourde d’implications sociales: elle s’accomplissait en effet à travers le passage de la philosophie à l’ethnologie et à la sociologie et, à l’intérieur de celle-ci, à la sociologie rurale, située au plus bas dans la hiérarchie sociale des spécialités, et le renoncement électif qu’impliquait ce déplacement négatif dans les hiérarchies n’aurait sans doute pas été aussi facile s’il ne s’était pas accompagné du rêve confus d’une réintégration dans le monde natal.

L’effet désenchanteur de la sociologie

Pierre Bourdieu, Réponses, Seuil, 1992, p. 169

 » Il est vrai que la sociologie exerce un effet désenchanteur, mais le réalisme scientifique et politique qu’elle suppose et renforce évite de lutter là où il n’y a pas de liberté – ce qui est souvent un alibi de la mauvaise foi – de manière à occuper pleinement les lieux de véritable responsabilité. S’il est vrai que la sociologie, et peut-être plus particulièrement celle que je pratique, peut encourager le sociologisme comme soumission aux lois d’airain de la société (et cela même si son intention est exactement à l’opposé), je pense que l’alternative qu’établissait Marx entre l’utopisme et le sociologisme est assez trompeuse : il y a place, entre la résignation sociologiste et le volontarisme utopiste, pour un utopisme raisonné, c’est-à-dire un usage politiquement conscient et rationnel des limites de liberté accordées par une véritable connaissance des loi sociales et spécialement de leurs conditions historiques de validité. »

Définir la sociologie avec Simmel ?

Voici une citation extraite du premier texte du recueil suivant Le problème de la sociologie. Et autres textes, Simmel Georg ; Barthélémy Fabienne, Cret Benoît (Auteurs des parties liminaires), Editions du Sandre, 2006, 116 pages, 13 euros

L’ouvrage regroupe trois textes importants de Georg Simmel: « Le problème de la sociologie », « Comment les formes sociales se maintiennent » et « Sur quelques relations de la pensée théorique avec les intérêts pratiques ».

« Pendant longtemps, il semblait que le mot de sociologie eût une vertu magique. (…) C’est qu’on donnait pour objet à la sociologie tout ce qui se passe dans la société; par suite tous les faits qui ne sont pas de l’ordre physique semblaient être de son ressort. Mais cela même démontre l’erreur qu’on commettait en procédant ainsi. Car c’est évidemment un non-sens que de réunir tous les objets d’étude dont traitent déjà l’économie politique et l’histoire de la civilisation, la philosophie et la politique, la statistique et la démographie, dans une sorte de pêle-mêle auquel on accole cette étiquette de sociologie. On y gagne un nom nouveau mais pas une connaissance nouvelle. »

De la différence entre un journaliste et un sociologue

Bourdieu, « Variations et invariants », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1987

Extraits choisis d’un article de Pierre Bourdieu, qui permet de réfléchir au rôle du sociologue et plus largement à l’intérêt de ses recherches.

« Quelle est la validité vingt ans après d’une étude du champ des grandes écoles menée en 1967 ? Et si aujourd’hui les normaliens lisent moins le Nouvel Observateur et davantage Libération, qui d’ailleurs n’existait pas, ou si les maoïstes ont disparu de HEC, tandis que les futurs énarques contestent l’enseignement qui leur est donné, est-ce dire qu’un tel travail ne vaut que comme description historique d’un moment révolu ou même qu’il a perdu tout intérêt du fait qu’il appuie sur des données anciennes ? Ceux qui avancent, sans trop réfléchir, de tels arguments confessent qu’ils ne considèrent que l’aspect le plus superficiel du travail scientifique, c’est-à-dire la description des faits pris à leur valeur faciale, et qu’ils réduisent le sociologue ou l’historien au statut de journaliste – voué à tenir des discours aussi éphémères que ses objets. En réalité, l’attention aux structures, et aux mécanismes cachés qui en assurent la perpétuation, et la transformation, est ce qui permet d’aller au-delà des apparences de la contingence et de la création permanente d’imprévisible nouveauté, que le monde social peut donner, aussi longtemps que, ignorant les substitutions fonctionnelles et les équivalences structurales, on s’attache à tout ce qui occupe les rédacteurs et les lecteurs de quotidien, la dernière réforme du concours de ENA ou la nomination d’un nouveau directeur de l’Ecole normale supérieure.

Mais, de manière plus générale, l’attention à l’écume des faits anecdotiques qui, dans l’expérience biographique des agents, (et de l’observateur) peuvent occuper tout le champ de vision, comme les livres et les films au goût du jour, ou les hommes politiques et les philosophes à la mode, a toutes les chances d’orienter vers des différences frappantes mais aussi superficielles que les bizarreries du vêtement ou de la coupe de cheveux dans les vieilles photographies et empêcher d’apercevoir tant la constance des structures profondes que les transformations qu’elles ont véritablement subies. »

La sociologie, une science qui dérange

Pierre Bourdieu – La sociologie dérange – Exrait d’entretien avec l’historien Roger Chartier diffusé dans « Les chemins de la connaissance » (Partie 1 – 1988)

« Enfin, je pense que la science sociale, qu’elle le sache ou non, qu’elle le veuille ou non, répond à des questions extrêmement importantes ; en tout cas, elle les pose et elle a le devoir de les poser mieux qu’elles ne se posent dans le monde social ordinaire. Par exemple, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu des journalistes, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu des essayistes, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu de la fausse science. »